Université d'été de l'animal 2017 : Sabrina Krief


  • Université d'été de l'animal 2017 : Sabrina KriefPhoto : © Sabrina et Kimchi,Jean-Michel Krief
  • Vivre ensemble

    Sabrina Krief est primatologue et Maître de Conférence au Muséum National d’Histoire Naturelle. Elle animera une conférence à l’université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août prochains, sur « Les chimpanzés médecins». Rencontre :

    Passionnée par la faune sauvage, la chercheuse Sabrina Krief est spécialisée dans l’étude des chimpanzés. Elle partage son temps entre le Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris, où elle est maître de conférence, et Sebitoli, la station scientifique en Ouganda qu’elle a créée avec son mari photographe. Ses travaux portent sur les chimpanzés, leur santé et les plantes qu’ils consomment, notamment pour se soigner… une automédication dont les hommes ont beaucoup à apprendre.  

    Animaux-Online : Quel est votre parcours ?

    Sabrina Krief : Je suis vétérinaire de formation. J’ai également un diplôme d’études approfondies (DEA) en écologie et j’ai fait une thèse de doctorat au Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN). J’ai intégré les équipes du MNHN en 2004 comme Maître de conférences et je suis Professeur depuis un an. Dès le début de ma carrière, en 1997, j’ai travaillé sur le terrain avec la faune sauvage. En 1999 je me suis engagée auprès de l’association Help-Congo, accompagnant les premiers pas de chimpanzés orphelins retrouvant la forêt. J’ai par la suite étudié les chimpanzés sauvages en Ouganda, dans le parc national de Kibale dans lequel je travaille toujours aujourd’hui.

    A-O : Pourquoi est-ce que vous vous êtes intéressée en particulier aux chimpanzés ?

    S.K : Avec mon mari, que j’ai rencontré en classe de terminale, nous avons développé une passion commune pour la faune sauvage. Lors de notre premier voyage à Bornéo, nous avons été frappés par l’état de la forêt tropicale et la succession d’endroits magnifiques et d’endroits complètement dégradés. Nous avons eu la chance, à ce moment là, d’avoir des contacts avec des orangs-outans sauvages. Nous avions alors pour projet de travailler auprès de cette espèce et nous devions intégrer un projet qui a mis un peu de temps à se mettre en place. En attendant, nous avons découvert et partagé pendant 6 mois la vie des chimpanzés de Help-Congo, et depuis je n’ai jamais pu décrocher !

    A-O : Qu’est-ce qui vous passionne le plus chez cette espèce ?

    S.K : Cela fait près de 20 ans que je les côtoie et les étudie et pourtant les chimpanzés me surprennent encore pratiquement tous les jours. A aucun moment je ne peux me dire « ça y est, je les connais ! » Petit à petit, on progresse bien sûr, mais chaque question en soulève une nouvelle, et les chimpanzés sont particulièrement doués pour attiser la curiosité d’un chercheur. Comme tous les animaux, chaque groupe de chimpanzés, chaque individu est différent, et j’ai toujours envie d’en apprendre plus à leur sujet.

    A-O : Sur quoi portera votre intervention cet été ?

    S.K : Je vais commencer par aborder l’un des sujets les plus étonnants de mes recherches, à savoir l’automédication des chimpanzés. Comme d’autres animaux, les chimpanzés sont capables d’utiliser des plantes de leur environnement pour améliorer leur santé, mais mon hypothèse est qu’ils arrivent à en utiliser plus, et de façon mieux appropriée que de nombreuses autres espèces. Cela est lié à leurs capacités cognitives, leur mémoire, mais aussi à leur environnement riche en biodiversité, celui de la forêt tropicale aujourd’hui fortement menacée.

    Cette présentation de l’automédication des chimpanzés va ainsi m’amener à parler du sujet actuel de mes recherches. Je travaille depuis 2008 sur les effets des activités humaines sur le comportement et l’écologie des chimpanzés. Mes recherches ont montré qu’ils ont des capacités de rebond impressionnantes face à la dégradation de leur environnement, à condition que l’on ne dépasse pas certaines limites…

    A-O : L’automédication des chimpanzés peut-elle aider les hommes ?

    S.K : Les chimpanzés, très proches de l’homme, peuvent nous servir de guide pour identifier plus vite des plantes intéressantes, susceptibles d’aider la médecine humaine. C’est l’une des idées que je développe dans mes travaux. Il ne s’agit pas de leur « voler » les plantes dont ils se servent, en les utilisant pour nos propres besoins, mais de découvrir et tenter de reproduire les molécules actives les plus intéressantes qui pourraient nous aider à lutter, par exemple, contre le paludisme, les cancers ou des parasites digestifs.

    A-O : Quelles sont les principales menaces pesant sur les chimpanzés et comment peut-on, à notre échelle, contribuer à leur préservation ?

    S.K : La réduction et la fragmentation de l’habitat de la forêt tropicale est la principale menace les concernant. L’agriculture grignote de plus en plus la forêt et divise les territoires. Le braconnage et le trafic illégal sont également de gros problèmes auxquels sont confrontés les chimpanzés.

    Même si nous ne vivons pas à proximité, il est possible de contribuer à leur protection. Il faut pour cela adopter les bons comportements en tant que citoyen et consommateur. On peut notamment refuser d’aller dans certains parcs zoologiques douteux, surtout en Asie mais aussi en Europe, où les singes captifs ont été prélevés directement dans la nature, ou bien encore ne pas assister à des spectacles, comme certains numéros de cirques, exploitant la faune sauvage. Les produits à base d’huile de palme ou les papiers et cartons non recyclés sont également à proscrire car leur fabrication impacte directement les forêts. On sait également que l’extraction du coltan, utilisé pour les smartphones, est catastrophique pour la faune sauvage : 90 à 100% des gorilles ont disparu dans les zones où ce minerai est exploité.

    A-O : Quelle est la mission de la station de recherche scientifique que vous avez créée en Ouganda ?

    S.K : Il s’agit d’une station dévouée à la recherche scientifique et à la protection des chimpanzés et de leur habitat. Une équipe d’une vingtaine d’Ougandais y travaille, et assure le suivi des chimpanzés sauvages. La station a également pour mission de lutter contre le braconnage et de résoudre les problèmes de cohabitation entre les activités humaines et la faune sauvage. De plus, nous avons une petite équipe dédiée à la sensibilisation environnementale auprès des habitants. Nous essayons notamment de faire changer les pratiques agricoles concernant l’utilisation de pesticides. Nous nous sommes rendus compte que près d’un quart des chimpanzés que nous suivons présentent des malformations faciales très probablement liées à l’utilisation de ces produits.

     

    A lire : "Les chimpanzés des Monts de la Lune", Sabrina et Jean-Michel Krief, les éditions du Muséum et les éditions Belin, 30€.


     

     


    Autres articles à lire

  • Un Brésilien obtient un droit de visite pour sa chienne

    Vivre ensembleSéparé de sa compagne, un homme a obtenu un droit de visite pour garder contact avec sa petite yorkshire. La justice a ainsi reconnu les liens effectifs reliant l’homme à son animal.

    25 Juin 2018
  • Dans la Syrie en guerre, un improbable refuge pour chats

    Vivre ensembleMohamad Alaa Jalil est surnommé « l'homme aux chats ». Après avoir ouvert un premier centre de soin pour félins dans la province d’Alep, il a été contraint de déménager à Kafr Naha, plus au nord, à cause des bombardements.

    05 Juin 2018
  • Université d'été de l'animal 2017 : Anne-Claire Gagnon

    Vivre ensembleAnne-Claire Gagnon est écrivain, vétérinaire et passionnée de chats. Elle animera une conférence à l’Université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août prochains, intitulée « Entre espièglerie et sagesse, vivre en bonne intelligence avec les chats ». Rencontre.

    11 Juillet 2017
  • Le chien, le meilleur ami de la femme

    Vivre ensembleDans son livre Blouse blanche et poils de chiens, Valérie Fromantin, infirmière à l’institut Curie et docteur en sciences, retrace l’incroyable parcours qui l’a amenée à développer le projet « KDog » permettant de détecter précocement le cancer du sein grâce à l’odorat des chiens. Rencontre.

    20 Avril 2018
  • Seniors : la promenade du chien, excellente pour la santé

    Vivre ensembleDes chercheurs britanniques ont montré que les seniors propriétaires de chiens marchent 22 minutes de plus par jour, en moyenne, que ceux qui n’en ont pas. Une étude de plus venant prouver les bienfaits mutuels que s’apportent l’homme et l’animal.

    28 Août 2017
  • Les animaux ont-ils un effet sur l’anxiété de leur propriétaire ?

    Vivre ensembleUne étudiante en psychologie publie un questionnaire en ligne afin d’étudier les liens entre la présence de nos animaux de compagnie et notre niveau de stress.

    19 Avril 2018
  • Monty, le millième chien guide de l’histoire de l’école de Paris

    Vivre ensembleEn 30 ans, l’École de Paris a formé et remis un millier de chiens guides à des personnes déficientes visuelles. Elle lance à cette occasion un appel aux dons pour poursuivre son action auprès des personnes malvoyantes et continuer de promouvoir la relation entre l’homme et l’animal.

    12 Février 2018
  • Le chien est le meilleur ami de l’enfant dans la famille

    Vivre ensembleUne étude britannique révèle que les enfants s’entendent mieux avec leur animal de compagnie qu’avec leur propre frère et sœur au sein d’une famille : parmi nos amis à quatre pattes, les chiens se montrent particulièrement bons compagnons pour leur jeune maitre.

    26 Janvier 2017
  • Comment faciliter le sauvetage de nos animaux lors d’un sinistre ?

    Vivre ensembleIncendies, inondations, alertes au gaz… Certains pays ont mis à disposition des cartes et des autocollants pour informer les services de secours qu’un animal est présent au domicile. En France, le Club Oscar a de son côté développé un kit de sécurité pour nos animaux. Présentation.

    17 Janvier 2019
  • Au programme de Pet Revolution : le plaisir de manger pour nos animaux

    Vivre ensemble'Pet Revolution, l'Animal en marche' est un séminaire qui propose de partager les connaissances actuelles sur le bien-être de nos animaux de compagnie. Prévu sur deux jours, dans un amphithéâtre de l’université de Nanterre, il convie vétérinaires, éthologues, éducateurs canins, chercheurs en sciences humaines et philosophes pour débattre de leur place dans notre société. Parmi eux, le Dr Franck Péron animera une intervention intitulée « Le plaisir de bien manger ».

    17 Juillet 2017
  • Les intervenants de Dog Revolution : Éléonore Buffet

    Vivre ensembleÉléonore Buffet est éducateur canin, comportementaliste et formatrice. Le week-end des 1er et 2 octobre, elle interviendra dans le cadre du séminaire canin 'Dog Revolution' consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    05 Septembre 2016
  • Les intervenants de Dog Revolution : Sonia Kischkewitz

    Vivre ensembleSonia Kischkewitz est éducateur canin. Le week-end des 1er et 2 octobre, elle interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    07 Septembre 2016
  • Les intervenants de Dog Revolution : Nicolas Cornier

    Vivre ensembleNicolas Cornier est éducateur canin et formateur. Le week-end des 1er et 2 octobre, il interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    12 Septembre 2016
  • Université d'été de l'animal 2017 : Christine Rollard

    Vivre ensembleChristine Rollard est enseignante-chercheuse et arachnologue au Muséum national d’histoire naturelle. Elle animera une conférence à l’Université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août prochains, intitulée « Approche soyeuse sur les capacités des 'aragnes' ». Rencontre.

    06 Juillet 2017
  • Au programme de Pet Revolution : communiquer avec eux sans les mots

    Vivre ensembleAnnaïk Fève est neurologue, psychanalyste et docteur en neurosciences. Spécialiste du langage non verbal chez l’homme, elle interviendra lors du séminaire « Pet Revolution, L’Animal en marche » les 30 septembre et 1er octobre prochains pour croiser son expertise avec celle des spécialistes du comportement animal.

    09 Août 2017
  • SOS ANIMAL PERDU, comment agir ?

    Vivre ensembleVous avez perdu votre animal et vous ignorez comment agir ? Découvrez la démarche à suivre pour mettre toutes les chances de votre côté et le retrouver.

    17 Août 2015
  • Au programme de Pet Revolution : comportements répétitifs des animaux

    Vivre ensembleVétérinaire, résidente en médecine du comportement au centre hospitalier universitaire vétérinaire d'Alfort (Chuva) de l’école nationale vétérinaire d’Alfort, Emmanuelle Titeux présentera lors du séminaire Pet Revolution, L’Animal en marche, les 30 octobre et 1er septembre prochains, son travail sur les liens entre les comportements répétitifs des animaux et leur mal-être.

    14 Août 2017
  • Un séminaire pour débattre du bien-être des animaux de compagnie

    Vivre ensembleCo-organisé par la Société francophone de cynotechnie et l’université de Nanterre, Pet Revolution est un séminaire qui propose de partager les connaissances actuelles sur le bien-être de nos animaux de compagnie. Prévu sur deux jours, dans un amphithéâtre de la faculté, il convie vétérinaires, éthologues, éducateurs canins, chercheurs en sciences humaines et philosophes pour débattre de leur place dans notre société. Antoine Bouvresse, vétérinaire et co-organisateur de cette deuxième édition (avec Thierry Bedossa), nous en dévoile l’esprit et le programme…

    29 Juin 2017
  • Le concept one health, c'est aussi pour eux

    Vivre ensembleCe concept part du principe que la santé humaine est intimement liée à la santé des animaux, à celle de l’environnement, et réciproquement ! L’amélioration des unes passant nécessairement par l’amélioration des autres… Décryptage sur Animaux-online.

    01 Janvier 2016
  • Fêtes de Noël : 10 conseils pour nos animaux de compagnie

    Vivre ensembleNos animaux sont devenus des membres à part entière de nos familles. Nul doute qu’ils vont célébrer les fêtes de fin d’année à nos côtés. Mais attention toutefois, quelques précautions s’imposent pour veiller à leur santé et à leur sécurité. Voici nos conseils.

    18 Décembre 2017