Le magazine

Article

Vidéo

Adoption

Service

races

Le chat a conquis le monde en deux vagues

  • 1834 vues

  • Le chat a conquis le monde en deux vaguesPhoto : shutterstock
  • Actualités des animaux

    Si le chat est désormais le premier compagnon de nos familles françaises en terme d’effectifs (13, 5 millions), la séduction qu’il a opérée sur les hommes remonte à la nuit des temps. Au début du néolithique, plus exactement. Grâce à une toute récente étude génétique, des chercheurs ont pu retracer l’histoire de la domestication du chat sur notre planète. Un scénario en deux temps…

    Ce sont des chercheurs de l’Institut Jacques-Monod qui ont fait la découverte, publiée aujourd’hui dans la revue Nature Ecology and Evolution. Appartenant à l’Institut Jacques Monod du CNRS et de l’université Paris-Diderot, l’équipe a mené une vaste étude ADN sur plus de 230 squelettes de chats sur une période s’échelonnant de 10 000 ans avant le présent jusqu’à la première moitié du XXè siècle. « Notre travail a porté sur des fragments d’ossements archéologiques rassemblés grâce à des réseaux d’archéo-zoologistes », précise Thierry Grange, l’un des chercheurs. De quoi rassembler des « échantillons » de chats sauvages européens vieux de 9000 ans, des chats des Balkans remontant à 6000 ans, des individus d’Anatolie compris entre 6000 ans avant le présent et la fin de l’empire ottoman…

    Réduits en poudre, les ossements ont ensuite subi un traitement spécifique permettant d’isoler un type d’ADN (le mitochondrial, NDLR) « qui n’est transmis que par la mère » ont précisé Eva-Maria Geigl et Thierry Grange dans leur communiqué.

    Venu du Croissant fertile

    Les comparaisons ont tout d’abord permis à l’équipe d’affirmer que c’est bien Felis silvestris lybica l’ancêtre commun à tous les chats domestiques actuels de notre planète et non Felis silvestris silvestris, le chat sauvage européen. Felis Silvestris lybica était un chat sauvage d’une vaste zone allant de l’Afrique du Nord au sud de l’Anatolie, le fameux « croissant fertile », berceau de l’Agriculture dix millénaires avant notre ère.

    Pour Thierry Grange, c’est à cette époque que remonte le premier contact entre l’homme et le chat. « Il s’est agi d’un rapprochement entre nos deux espèces pour un bénéfice commun : le chat y trouvait une source de nourriture et l’homme la possibilité de se voir débarrassé des rongeurs qui nuisaient à ses cultures. L’un et l’autre se toléraient. Mais l’homme n’avait alors pas forcément la volonté d’en contrôler la reproduction. »

    La domestication s’est opérée plus tardivement et elle a donné lieu à une dissémination des chats en deux vagues. C’est ce que révèlent les travaux de l’équipe de l’Institut Jacques-Monod. La première s’est produite au moment de la néolithisation de l’Europe, il y a environ 5 à 6000 ans. « On voit se généraliser à tout le continent la signature génétique de la variante anatolienne de lybica », précisent les chercheurs sans affirmer si le chat a suivi l’homme de son plein gré ou si l’homme l’a embarqué de force dans ses déplacements. « Difficile à dire, répondent les chercheurs. Les deux, très probablement ! »

    La mode du chat égyptien

    Une seconde vague de domestication a eu lieu à partir de l’antiquité classique (avant
    – 500 avant notre ère) où un véritable engouement pour le chat égyptien gagne la Grèce antique et s’étend jusqu’à la Baltique (entre 500 et 800 après Jésus-Christ). « Les navires de guerre romains embarquaient des chats afin de lutter contre les rongeurs qui détruisaient leurs réserves et leurs équipements », poursuivent les chercheurs. La conquête du chat égyptien connaît un pic sous l’empire ottoman avant de décroître.

    Pour autant, les chercheurs ont du mal à fixer le moment précis où la domestication du chat s’est réellement opérée, tout simplement parce que celle-ci ne s’est pas accompagnée d’une modification physique importante chez le chat. « Très probablement, la manière dont la domestication s’est passée pour le chat est beaucoup plus longue que pour le chien, la vache ou le cheval, explique Thierry Grange. Si on regarde nos chats domestiques actuels, qui sont issus des deux lignées principales (celle du Croissant fertile et celle de l’Egypte antique), ils sont peu transformés génétiquement. Ils sont assez proches du chat sauvage. Ce dernier a les pattes un peu plus longues que nos chats, mais pour le reste, ils ne sont pas très différents. »

    Les taches, seul signe tangible de la domestication

    « La seule chose qui illustre la domestication chez le chat, ce sont les taches, renchérit le chercheur. Elles n’existent pas chez le chat sauvage. Dans notre travail, c’est le seul gène bien caractérisé génétiquement qu’on a pu suivre et qui trahit une sélection par l’homme. » Et celles-ci apparaissent seulement un peu avant le XIVè siècle !

    « Les changements de pelage chez les animaux domestiques existent dans beaucoup d’espèces (vaches, chevaux), poursuit Thierry Grange . Chez les chevaux, c’est même un des premiers caractères physiques qui changent et cela rapidement. »

    Toutefois, si l’homme a tenté de modifier l’aspect (au moins physique) du chat en le domestiquant, sa tentative est restée très limitée en regard de ce qui a été fait chez le chien. « Regardez morphologiquement la différence qui peut exister entre un chihuahua et un berger allemand, qui ont pourtant un ancêtre commun, le loup. Même si la domestication du chien est bien plus ancienne que celle du chat, elle a été beaucoup plus rapide et surtout plus profonde génétiquement », conclut le chercheur.

    Une preuve, si on en avait encore besoin, que l’homme ne fait pas toujours ce qu’il veut de son ami le chat !


    Autres articles à lire

  • MÉDAILLE PETLINK : NE PERDEZ PLUS VOTRE MEILLEUR AMI !

    01/06/2017

    Petlink présente sa médaille connectée pour identifier son animal et le retrouver rapidement en cas de perte.

    Publi-rédactionnel - Actualités des animaux
  • Visitez l'hôpital des animaux !

    20/09/2016

    Pour fêter son 180e anniversaire, le centre hospitalier vétérinaire Frégis, situé à Arcueil (Val-de-Marne), ouvre ses portes au public le 21 septembre.

    Actualités des animaux
  • Des chats au bureau : une initiative antistress au Japon

    24/05/2017

    A la demande de ses employés, une société nipponne a ouvert ses portes à des chats, s’inscrivant dans une tendance générale de bien-être au travail lié à la présence de nos fidèles compagnons.

    Actualités des animaux
  • Quand les animaux inspirent les designers

    06/04/2017

    Chiens et chats s’invitent au Salon du meuble, qui se tient jusqu’au 9 avril à Milan. De plus en plus, créateurs et designers réfléchissent à la manière de créer des intérieurs esthétiques, aussi bien adaptés à l’homme qu’à nos compagnons à quatre pattes.

    Actualités des animaux
  • Des congés payés quand on adopte un animal

    05/04/2017

    L’idée vient du Royaume-Uni où certaines entreprises accordent à leurs employés quelques jours pour s’occuper d’un animal qu’ils viennent de recueillir.

    Actualités des animaux
  • Parti animaliste : débuts jugés 'prometteurs' aux législatives

    12/06/2017

    Au lendemain du premier tour des élections législatives, le parti animaliste obtient un peu plus de 1 % des suffrages au niveau national et réalise son meilleur score en Corse.

    Actualités des animaux
  • Le magazine 30 Millions d’amis soutient Ava

    16/03/2017

    En Normandie, le refuge Ava s’occupe de 500 animaux : chiens, chats mais aussi chevaux, vaches et même quelques daims. Beaucoup d’entre eux, « à la retraite », ont trouvé dans cette ferme de plus de 70 hectares un nouveau lieu de vie, tandis que d’autres attendent d’être adoptés. Pour soutenir l'action de Ava, le magazine 30 Millions d’amis vous propose un abonnement solidaire.

    Actualités des animaux
  • « Les expérimentations animales n’ont plus lieu d’être »

    24/04/2017

    La Journée mondiale des animaux dans les laboratoires, ce 24 avril, est l’occasion pour de nombreuses associations de dénoncer les tests sur les animaux et de rappeler que des méthodes efficaces de substitution existent et sont à développer.

    Actualités des animaux