Le magazine

Article

Vidéo

Adoption

Service

races

« Stop aux tirs des loups »

  • 2576 vues

  • « Stop aux tirs des loups »Photo : Shutterstock
  • Protection

    Alors que le nouveau gouvernement prévoit d’abattre jusqu'à 40 loups en France de juillet 2017 à juin 2018, Cap Loup et plusieurs personnalités se mobilisent pour demander une révision complète de la gestion de cette espèce sur notre territoire. 

    Yann Arthus-Bertrand, Brigitte Bardot, Jeanne Mas, Vincent Munier, Jacques Perrin, Aymeric Caron, Guillaume Meurice, Hélène de Fougerolles… une vingtaine de personnalités se sont engagées, au côté des associations de Cap Loup*, pour sensibiliser le grand public aux enjeux de la préservation de l’espèce sur notre territoire, à un moment crucial.

    En effet, jusqu'au 3 juillet, un projet de nouvel arrêté préfectoral fixant des quotas de tirs autorisés sur les loups est soumis à la consultation publique. Ce projet fixe, pour la période de juillet 2017 à juin 2018, un nombre maximal de loups pouvant être détruits compris entre 36 et 40 individus, pour une population en France estimée à près de 360 loups.

    Revenu naturellement en France, le loup est une espèce protégée en Europe. Cependant, notre réglementation prévoit des dérogations à cette protection en déterminant, chaque année, un nombre de loups qu’il est possible d’abattre, soit par des tirs de défense, soit par des tirs de prélèvement. Pour la période du 1er juillet 2016 au 30 juin 2017, ce nombre avait été fixé à 36. Puis, en avril 2017, l’ancienne ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, avait autorisé deux tirs supplémentaires, malgré les protestations de nombreuses associations et la remise d’un rapport scientifique du Muséum national d’histoire naturelle et de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage montrant que les prélèvements actuels de loups mettaient en péril la survie de l’espèce à long terme.

    111 loups abatTus en France depuis 1992

    « L’ancienne ministre avait prévu d’autoriser quatre tirs supplémentaires, détaille Madline Raynaud, de l’Aspas. Mais face aux nombreuses contestations, elle a décidé de prévoir deux arrêtés différents, autorisant chacun deux tirs de loups supplémentaires. Avant la fin de son gouvernement, elle a signé un seul de ces arrêtés ».

    Nicolas Hulot, nouveau ministre de l’Écologie, vient de signer le deuxième arrêté, « préparé sous l’administration de Ségolène Royal », précise Madline Raynaud. Selon elle, « Nicolas Hulot  a cédé aux pressions pour signer cet arrêté, mais il a exigé en contrepartie que l’on remette à plat notre gestion du loup en France. C’est ce que nous sommes en train de faire : une réunion regroupant tous les acteurs, dont les associations de protection du loup, les éleveurs et les services de l’État, aura lieu jeudi 22 juin à Lyon. À cette occasion, nous demanderons à ce que soit entièrement revue la politique du loup et que cessent les tirs de prélèvement ».

    « 111 ! C’est le nombre de loups officiellement abattus par la France depuis leur retour naturel en 1992. Comment est-ce possible alors que l’espèce est classée protégée en France et en Europe ? », s’interroge Cap Loup dans son manifeste. « Plutôt que d’encourager les tirs, il faudrait revoir le système de subvention-indemnisation des éleveurs et développer les méthodes non létales pour empêcher les intrusions dans les troupeaux domestiques », poursuit le texte.

    S'engager contre les tirs de loups

    La campagne « SOS Loups », relayée sur les réseaux sociaux, est ouverte au grand public. Chaque personne désireuse de montrer son désaccord concernant l'abattage de loups peut se prendre en photo avec une pancarte « Stop aux tirs de loups » et la partager via Twitter ou Facebook. Cap Loup détaille sur son site la marche à suivre. Selon un sondage Ifop de 2013, réalisé pour les associations Aspas et One Voice, 80 % des Français sont opposés aux tirs des loups. Les associations espèrent ainsi une forte mobilisation citoyenne pour assurer l’avenir du loup en France.

     

    * Le collectif Cap Loup regroupe une quarantaine d’associations, dont sept fondatrices : Animal Cross, Aspas, Ferus, LPO, Mille Traces, SFEPM, WWF France. 


    Autres articles à lire

  • Fashion Week : des « tags » anti fourrure dans les rues de Paris

    26/09/2017

    Alors que débute la semaine de la mode à Paris, l’association Peta a diffusé, sur les trottoirs de la place de l’Opéra, des messages effaçables condamnant l’utilisation de la fourrure animale dans l’industrie du vêtement.

    Protection
  • Vers la fin du massacre des phoques sur la banquise ?

    08/04/2016

    La prochaine saison de chasse commerciale aux phoques débutera le 10 avril sur la côte atlantique du Canada. Des milliers de jeunes phoques se feront massacrer pour leur peau alors même que les débouchés commerciaux s'amenuisent.

    Protection
  • Des bébés tigres congelés trouvés au temple bouddhiste

    01/06/2016

    Des dizaines de bébés tigres congelés ont été découverts dans des congélateurs lors d'une perquisition au ''temple aux tigres'', qui doit être évacué.

    Protection
  • 84 % de Français sont opposés à la chasse à courre

    07/12/2017

    Selon un sondage IFOP pour la fondation Brigitte Bardot, une forte majorité des personnes interrogées sont opposées à la vénerie tandis que l’ensemble de l’étude révèle une remise en cause générale de la chasse.

    Protection
  • Les tigres évacués du temple bouddhiste

    30/05/2016

    Ils étaient l’attraction touristique de Wat Pha Luang Ta Bua, un temple bouddhiste situé en Thaïlande. Après des années de controverse, les moines du ''temple aux tigres'' ont accepté de laisser partir les félins qui faisaient leur fortune.

    Protection
  • Rémi Gaillard s'engage contre la fourrure

    17/11/2016

    A peine sorti de son box, où il s'était volontairement enfermé pour faire adopter les animaux du refuge de Montpellier et récolter de l'argent, l'humoriste Rémi Gaillard s'engage auprès de l'association Animalter dans la campagne ''vire ta capuche''. Le but ? Inviter les jeunes à ne pas acheter de vêtements avec de la fourrure…

    Protection
  • Delphinarium : interdiction de la reproduction en captivité confirmée

    02/08/2017

    Le Conseil d'Etat a confirmé l'interdiction de la reproduction des dauphins et des orques en captivité, une disposition d'un arrêté interministériel de mai contesté par trois parcs marins, dont le Marineland d'Antibes.

    Protection
  • Un conseil du bien-être animal créé à Bruxelles

    21/12/2016

    La Belgique confirme son avance en matière de protection animale avec la création lundi 19 décembre d’un conseil du bien-être animal à Bruxelles, capitale européenne.

    Protection