Le magazine

Article

Vidéo

Adoption

Service

races

« Stop aux tirs des loups »

  • 1790 vues

  • « Stop aux tirs des loups »Photo : Shutterstock
  • Faune sauvage

    Alors que le nouveau gouvernement prévoit d’abattre jusqu'à 40 loups en France de juillet 2017 à juin 2018, Cap Loup et plusieurs personnalités se mobilisent pour demander une révision complète de la gestion de cette espèce sur notre territoire. 

    Yann Arthus-Bertrand, Brigitte Bardot, Jeanne Mas, Vincent Munier, Jacques Perrin, Aymeric Caron, Guillaume Meurice, Hélène de Fougerolles… une vingtaine de personnalités se sont engagées, au côté des associations de Cap Loup*, pour sensibiliser le grand public aux enjeux de la préservation de l’espèce sur notre territoire, à un moment crucial.

    En effet, jusqu'au 3 juillet, un projet de nouvel arrêté préfectoral fixant des quotas de tirs autorisés sur les loups est soumis à la consultation publique. Ce projet fixe, pour la période de juillet 2017 à juin 2018, un nombre maximal de loups pouvant être détruits compris entre 36 et 40 individus, pour une population en France estimée à près de 360 loups.

    Revenu naturellement en France, le loup est une espèce protégée en Europe. Cependant, notre réglementation prévoit des dérogations à cette protection en déterminant, chaque année, un nombre de loups qu’il est possible d’abattre, soit par des tirs de défense, soit par des tirs de prélèvement. Pour la période du 1er juillet 2016 au 30 juin 2017, ce nombre avait été fixé à 36. Puis, en avril 2017, l’ancienne ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, avait autorisé deux tirs supplémentaires, malgré les protestations de nombreuses associations et la remise d’un rapport scientifique du Muséum national d’histoire naturelle et de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage montrant que les prélèvements actuels de loups mettaient en péril la survie de l’espèce à long terme.

    111 loups abatTus en France depuis 1992

    « L’ancienne ministre avait prévu d’autoriser quatre tirs supplémentaires, détaille Madline Raynaud, de l’Aspas. Mais face aux nombreuses contestations, elle a décidé de prévoir deux arrêtés différents, autorisant chacun deux tirs de loups supplémentaires. Avant la fin de son gouvernement, elle a signé un seul de ces arrêtés ».

    Nicolas Hulot, nouveau ministre de l’Écologie, vient de signer le deuxième arrêté, « préparé sous l’administration de Ségolène Royal », précise Madline Raynaud. Selon elle, « Nicolas Hulot  a cédé aux pressions pour signer cet arrêté, mais il a exigé en contrepartie que l’on remette à plat notre gestion du loup en France. C’est ce que nous sommes en train de faire : une réunion regroupant tous les acteurs, dont les associations de protection du loup, les éleveurs et les services de l’État, aura lieu jeudi 22 juin à Lyon. À cette occasion, nous demanderons à ce que soit entièrement revue la politique du loup et que cessent les tirs de prélèvement ».

    « 111 ! C’est le nombre de loups officiellement abattus par la France depuis leur retour naturel en 1992. Comment est-ce possible alors que l’espèce est classée protégée en France et en Europe ? », s’interroge Cap Loup dans son manifeste. « Plutôt que d’encourager les tirs, il faudrait revoir le système de subvention-indemnisation des éleveurs et développer les méthodes non létales pour empêcher les intrusions dans les troupeaux domestiques », poursuit le texte.

    S'engager contre les tirs de loups

    La campagne « SOS Loups », relayée sur les réseaux sociaux, est ouverte au grand public. Chaque personne désireuse de montrer son désaccord concernant l'abattage de loups peut se prendre en photo avec une pancarte « Stop aux tirs de loups » et la partager via Twitter ou Facebook. Cap Loup détaille sur son site la marche à suivre. Selon un sondage Ifop de 2013, réalisé pour les associations Aspas et One Voice, 80 % des Français sont opposés aux tirs des loups. Les associations espèrent ainsi une forte mobilisation citoyenne pour assurer l’avenir du loup en France.

     

    * Le collectif Cap Loup regroupe une quarantaine d’associations, dont sept fondatrices : Animal Cross, Aspas, Ferus, LPO, Mille Traces, SFEPM, WWF France. 


    Autres articles à lire

  • Observez les phoques moines grâce à Youtube

    18/07/2017

    Cette espèce très menacée et difficile à observer, est désormais placée sous la surveillance de caméras installées sur une plage d’Hawaï. Ce dispositif, relayé sur Youtube, permet à la fois de contribuer à la protection de l’animal et de découvrir ces mammifères.

    Faune sauvage
  • Des photos pour défendre la vie sauvage avec humour

    09/12/2016

    Le Comedy Wildlife Photography Awards a récompensé les photos les plus drôles d’animaux de l’année 2016. Le but de ce concours ? Sensibiliser le grand public à la préservation de la vie sauvage en jouant la carte de l’humour.

    Faune sauvage
  • Biodiversité : la Nouvelle-Calédonie passée au crible

    19/10/2016

    Menée conjointement par le Muséum national d’histoire naturelle et Pro-Natura International, le programme d’exploration baptisé « La planète revisitée » s’attaque à la Nouvelle-Calédonie. Le but ? Réaliser un inventaire de la biodiversité marine et terrestre.

    Faune sauvage
  • Il faut sauver le renard roux

    03/05/2017

    L’Aspas organise le 12 et 13 mai un colloque sur le renard, une espèce aujourd’hui considérée comme «nuisible» en France, afin de permettre au grand public de mieux connaître ce petit carnivore et de comprendre son rôle dans l’équilibre des milieux.

    Faune sauvage
  • Ces images ne sont pas celles que vous croyez

    19/04/2017

    Regardez bien, il ne s’agit pas de trophées de chasse mais de photos célébrant la vie des animaux sauvages : ces visuels chocs et optimistes sont le fruit de la collaboration entre l’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS) et l’agence de communication Y&R Paris.

    Faune sauvage
  • De rares et superbes photos des léopards des neiges

    12/01/2017

    Espèce menacée et difficile à observer, le léopard des neiges se dévoile devant les caméras de l’association Snow Leopard Trust qui œuvre à la préservation du félin.

    Faune sauvage
  • Des noms pour les oursons !

    11/10/2016

    A l'issue d'un vote sur Internet, les quatre oursons nés dans les Pyrénées en 2014 et 2015 ont été baptisés.

    Faune sauvage
  • En Alaska, on peut désormais tuer des ours en hibernation

    11/04/2017

    Donald Trump a signé un projet de loi autorisant notamment la chasse d’oursons et de louveteaux dans leur tanière dans les réserves naturelles d’Alaska, ainsi que la traque des animaux depuis un hélicoptère.

    Faune sauvage