Le magazine

Article

Vidéo

Adoption

Service

races

La garde alternée de son chien

  • 470 vues

  • La garde alternée de son chienPhoto : Shutterstock
  • Vivre ensemble

    Manque de temps, de disponibilité… Et pourquoi ne pas adopter un animal à mi-temps ? Plus adapté au chien, ce mode de garde nécessite toutefois quelques recommandations.

    La garde partagée de son chien, c’est tendance ! Si cette nouvelle manière d’être propriétaire d’un animal peut avoir plusieurs avantages pour ce dernier, il faut toutefois bien se mettre d’accord sur des aspects importants de la vie de l’animal comme son éducation, sa nourriture, son mode de vie, ses soins… Ensuite, sur le coût qui doit être équitablement partagé entre les deux parties. Enfin, sur les jours de garde, week-ends, vacances, en n’oubliant pas la possibilité qu’un des deux maîtres parte vivre loin pour des raisons familiales ou professionnelles. En effet, cette situation peut être l’occasion d’un désaccord majeur si on n’a pas abordé la question de la garde en cas de « séparation ». Surtout si le chien a été acquis conjointement (achat, entretien et frais partagés), car la loi stipule dans ce cas que l’animal appartient de fait à ses deux maîtres. Précisons que pour le chat, ce mode de garde n’est pas idéal car il est très attaché à son territoire et à ses repères.

    Double dose de câlins

    On peut avoir très envie d’un chien, mais être freiné par les contraintes que cela implique – quand on a un animal, il faut s’en occuper 7 jours sur 7 – et les frais occasionnés. En outre, certaines personnes, âgées ou ayant une maladie chronique, aimeraient bien avoir un chien pour leur tenir compagnie, mais elles n’osent pas franchir le pas parce qu’elles se demandent ce qu’il adviendrait de leur petit compagnon en cas d’hospitalisation, par exemple. Avec la garde partagée, voilà au moins un souci de réglé ! Au final, c’est donc plus de liberté et moins de frais engagés pour les propriétaires. Et pour le chien ? Comme il s’agit d’un animal social, s’il y a été habitué jeune, il est rarement perturbé par le fait d’avoir deux familles (qui, à ses yeux, n’en forment qu’une) et peut même y trouver des avantages : deux fois plus de câlins, de chances de faire des sorties intéressantes dans des endroits différents, la possibilité d’avoir un compagnon de jeu si l’une des familles a déjà un animal, d’être en présence d’enfants, etc.

    Accorder ses violons

    Il est vraiment important de s’accorder sur les grandes lignes de l’éducation à lui donner car ce qui est interdit dans une famille (quémander à table, dormir dans le lit, etc.) doit l’être également chez l’autre. Des ordres discordants peuvent en effet générer du stress pour l’animal. Il en va de même pour les heures de repas et les heures de promenade hygiénique : un chien a besoin de régularité, voire de routine. Faute de quoi, cette fois, c’est son transit qui pourrait s’en trouver perturbé…


    Autres articles à lire

  • Fort McMurray : des milliers de chiens et chats abandonnés

    09/05/2016

    Plusieurs centaines de milliers d’habitants ont dû quitter leur demeure en laissant parfois derrière eux leurs animaux de compagnie. Livrés à eux-mêmes ou enfermés dans les maisons, certains attendent le retour de leur propriétaire depuis plusieurs jours. Pour les sauver d’une mort certaine, des groupes de bénévoles s'organisent…

    Vivre ensemble
  • 10 questions à se poser avant le départ en vacances

    30/05/2016

    Les meilleurs départs en vacances avec nos animaux sont ceux que l’on improvise pas. Voici les points à respecter pour des vacances tranquilles. Suivez le guide…

    Vivre ensemble
  • Toulouse : La belle vie au Capitole

    19/04/2016

    Deuxième du classement 2016 des villes où il fit bon vivre avec son chien, la ville rose est un modèle en matière de moyens mis à la disposition des maîtres pour les inciter à ramasser. Talonnant Montpellier, elle affiche des ambitions, notamment sur l’éducation canine, qu’il lui reste à concrétiser…

    Vivre ensemble
  • Les pionniers de la protection animale

    09/03/2017

    Christian Zuber, Jean-Pierre Hutin, Brigitte Bardot... Notre volonté de nous engager trouve souvent sa source dans des modèles: les précurseurs de la protection animale. Ils sont quelques uns à avoir ouvert la voie à une plus grande considération des animaux et de leur bien-être. Portraits

    Vivre ensemble
  • Les intervenants de Dog Revolution : Caroline Gilbert

    27/09/2016

    Caroline Gilbert est vétérinaire, éthologue et maître de conférences à l’école nationale vétérinaire d’Alfort. Le week-end des 1er et 2 octobre, elle interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    Vivre ensemble
  • Parole de chien : s’engager avec son animal

    14/03/2017

    L’association « Parole de chien » est à la recherche de maîtres bénévoles avec leur chien, en région parisienne, pour réaliser des visites et des animations auprès de personnes âgées dans les maisons de retraite.

    Vivre ensemble
  • Audrey et Louna, coéquipières de choc

    18/08/2016

    Pour la première fois, un chien a pris le départ, avec sa maîtresse, de l’Ultra Tour des 4 Massifs, une course à pied intense (169 km, 11 000 m de dénivelé) qui fait le tour des sommets du bassin grenoblois.

    Vivre ensemble
  • Les intervenants de Dog Revolution : Serge Pautot

    23/09/2016

    Serge Pautot est avocat au barreau de Marseille. Le week-end des 1er et 2 octobre, il interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    Vivre ensemble