Le magazine

Article

Vidéo

Adoption

Service

races

Devenir bénévole pour défendre les ours

  • 959 vues

  • Devenir bénévole pour défendre les oursPhoto : Shutterstock
  • Faune sauvage

    L’association Ferus cherche des bénévoles dans les Pyrénées pour informer et sensibiliser les touristes et les habitants sur la présence de l’ours en France, et créer une dynamique en faveur du plantigrade.

    Plus la population sera informée sur les problématiques liées à l’ours, mieux le plantigrade pourra être accepté et protégé sur notre territoire: ce travail de fond, Ferus,  l’association nationale de protection et de conservation de l'ours, du loup et du lynx en France, le mène depuis 2008 auprès des habitants des Pyrénées et les personnes de passage, via son opération «Paroles d’ours». Pour cette dixième édition, l’association est dès à présent à la recherche de bénévoles, disponibles du 1er juillet au 19 août, et souhaitant s’engager pour la protection de l’ours.

    Chaque bénévole*, qui doit être âgé au minimum de 18 ans et être adhérent de Ferus, a pour mission de délivrer une information pragmatique sur la présence des ours dans les Pyrénées, en expliquant notamment pourquoi un renforcement de la population du plantigrade est nécessaire, quelle attitude adopter en cas de rencontre avec l’animal (fait rare), ou bien encore comment est-ce que l’ours peut cohabiter avec l’homme et ses différentes activités, en particulier l’élevage.

    Créer unE dynamique locale et nationale

    Les départs de randonnées, les commerces, les marchés… L’opération "Parole d’ours" se tient dans différents endroits afin de toucher le plus d’habitants, mais aussi de touristes, et créer une dynamique en faveur du plantigrade pour permettre localement aux Pyrénéens, et nationalement aux Français, de se réapproprier l’ours. De cette manière, Ferus espère que l’opinion publique pourra influencer les politiques et conduire à de véritables actions en faveur de l’ours.

    On compte aujourd’hui en France une trentaine d’ours, répartis en deux noyaux distincts: il y aurait plus de 27 individus dans les Pyrénées centrales, et seulement deux mâles dans les Pyrénées occidentales. Pour éviter les problèmes de consanguinité et sauver la population de l’ours dans les Pyrénées occidentales, il est donc essentiel de procéder à de nouveaux lâchers de femelles en France. Cependant aucune réintroduction n’est pour le moment prévue dans les dix ans à venir par le «plan Ours» présenté par le gouvernement sous la présidence de François Hollande.

    Depuis sa création en 2008, l’opération «Parole d’ours» a permis d’informer un grand nombre de personnes à ces problématiques: «Ce sont en moyenne (sur la période 2008-2015) chaque année : 21 bénévoles, 85 journées d’action, 136000 plaquettes d’informations diffusées, plus de 200 communes et plus de 2000 commerces ou structures à vocation touristique impliqués dans la diffusion d’informations sur le plantigrade», souligne Ferus.

    *Les renseignements, conditions et démarches à suivre pour devenir bénévole de "Parole d’ours" sont à retrouver sur le site de Ferus. A savoir: les bénévoles sont nourris, logés, blanchis.

     


    Autres articles à lire

  • Nicolas Hulot veut mettre fin au braconnage de l’ortolan

    10/08/2017

    Le ministre de la Transition écologique et solidaire a demandé au préfet des Landes de renforcer la lutte contre le braconnage du passereau, encore chassé dans le département malgré les interdictions. La mesure est saluée par la LPO, qui rappelle cependant que les pinsons sont aussi victimes de chasses illégales.

    Faune sauvage
  • Près de 400 nouvelles espèces découvertes en Amazonie

    05/09/2017

    Poissons, amphibiens, reptiles, oiseaux, plantes… 381 nouvelles espèces de la faune et de la flore amazoniennes ont été découvertes par les chercheurs, selon un nouveau rapport présenté par le WWF, alors que les menaces de la déforestation et de l’extraction pèsent toujours sur la plus grande forêt tropicale au monde.

    Faune sauvage
  • Singes en péril : « chacun peut prendre ses responsabilités »

    25/01/2017

    Une étude américaine a montré que 75% des populations de singes dans le monde sont en déclin, en grande partie à cause des activités humaines. Pour la primatologue Shelly Masi, il est encore temps d’enrayer le phénomène, si chacun prend conscience de la menace et change ses habitudes.

    Faune sauvage
  • S’engager pour protéger les guépards de l’extinction

    03/01/2017

    Selon une récente étude britannique, le guépard est devenu une espèce en danger. Consciente de cette menace, l’association Cheetah For Ever a mis en place dès 2015 un programme de surveillance pour limiter la mortalité des guépardeaux et protéger le félin.

    Faune sauvage
  • Des photos pour défendre la vie sauvage avec humour

    09/12/2016

    Le Comedy Wildlife Photography Awards a récompensé les photos les plus drôles d’animaux de l’année 2016. Le but de ce concours ? Sensibiliser le grand public à la préservation de la vie sauvage en jouant la carte de l’humour.

    Faune sauvage
  • Qu’est-ce que la sixième extinction massive des espèces ?

    11/07/2017

    Une étude montre que la sixième extinction massive de la biodiversité s’accélère : un plus grand nombre d’animaux et de plus en plus d’endroits de la planète sont touchés. Phénomène rapide, globalisé et lié à l’activité humaine, voici ce que l’on sait aujourd’hui de cette crise alarmante.

    Faune sauvage
  • La préservation des abeilles, un enjeu pour l’avenir

    22/06/2017

    La huitième édition des ApiDays débute ce jeudi 22 juin : pendant trois jours, des manifestations sont organisées partout en France, gratuitement, pour sensibiliser le grand public à l’inquiétant déclin de la population des abeilles, pourtant essentielles à l’équilibre de notre biodiversité.

    Faune sauvage
  • Deux bébés pandas au lieu d'un seul attendus au zoo de Beauval

    02/08/2017

    Huan Huan, la panda femelle prêtée par la Chine au zoo de Beauval à Saint-Aignan-sur Cher, attend des bébés jumeaux et non pas un seul bébé, a révélé mardi une ultime échographie effectuée avant la mise bas, prévue vendredi ou samedi.

    Faune sauvage