Le magazine

Article

Vidéo

Adoption

Service

races

Mon chat fait de l'asthme

  • 553 vues

  • Mon chat fait de l'asthmePhoto : Shutterstock
  • Chats

    L’asthme n’est pas réservé aux humains ! Nos petits félins peuvent également être atteints, principalement en raison d’une allergie qu’il va falloir identifier tout en traitant la maladie pour éviter la survenue de nouvelles crises…

    Votre chat a du mal à respirer, son inspiration est sifflante et son expiration brève ? Il est peut-être en train de faire une crise d’asthme. La contraction brutale des muscles lisses au niveau des bronches se traduit par une réduction du diamètre des bronches et donc par une entrave au passage de l’air jusqu’aux poumons. Preuve des difficultés respiratoires qu’il rencontre, votre chat a volontiers la gueule ouverte et son cou est tendu. En cas de crise sévère, sa langue peut même devenir bleutée.
    La crise est volontiers précédée d’accès de toux sèche et quinteuse persistante, sans qu’une infection en soit la cause. Et même si tout semble rentrer dans l’ordre après une crise aiguë, une consultation vétérinaire s’impose car tant que le chat sera soumis à la substance qui est à l’origine de son allergie, de nouvelles crises d’asthme, plus ou moins graves, restent possibles.

    Les signes

    Lorsque les crises sont rapprochées, votre petit compagnon peut diminuer son activité et même perdre son appétit. Ces deux signes doivent vous alerter et vous pousser à consulter, que vous ayez assisté aux crises aiguës (facilement reconnaissables) ou non. Tous les chats peuvent être touchés, mais les siamois le seraient cinq fois plus que les autres races, sans doute pour des raisons génétiques.

    une Enquête minutieuse

    Contrairement à l’humain à qui le médecin peut demander de souffler le plus fort possible dans un appareil pour mesurer le débit d’air dans les bronches, le vétérinaire ne peut pas compter sur la coopération du chat ! S’il assiste à une crise, le diagnostic est facile, mais dans les faits, c’est rarement le cas. En revanche, il peut lui faire une radiographie pulmonaire, notamment pour éliminer la piste de l’infection ou du cancer. Il peut aussi réaliser, sous anesthésie générale, un lavage broncho-alvéolaire (LBA). Cela consiste à injecter, via un endoscope (d’où l’anesthésie), un peu de liquide physiologique dans la trachée afin de récupérer les mucosités présentes pour les faire analyser. Cet examen repère l’inflammation due à l’asthme et une éventuelle surinfection bactérienne qui ne peut qu’aggraver les troubles.

    La piste allergique

    Lorsqu’une allergie est suspectée, reste à savoir à quoi. Là est la question ! Parfois, la réponse est évidente : c’est le cas si votre chat fait une crise à chaque fois que vous tondez la pelouse (allergie aux pollens de graminées) ou que vous secouez les tapis en sa présence (allergie aux acariens). Mais parfois, il n’y a rien d’évident d’autant que votre petit compagnon est peut-être allergique aux squames de peau humaine (et donc à vous !), aux moisissures, etc. Lorsque le vétérinaire a vraiment besoin d’identifier les allergènes en cause (par exemple parce que le chat a un asthme sévère), des tests vétérinaires cutanés permettent de soumettre le chat à toutes sortes d’allergènes. Pour cela, il va raser (souvent sous anesthésie car le chat coopère peu) une partie du thorax avant de faire une quinzaine de petites injections superficielles pour tester les principaux allergènes connus. Une vingtaine de minutes suffisent pour qu’un bouton ou une plaque rouge apparaisse au point d’injection en cas d’allergie, permettant au praticien de repérer l’allergène coupable.

    un Traitement long

    Quelle que soit l’origine de la crise d’asthme, le vétérinaire prescrit des médicaments destinés à dilater les bronches en urgence afin de rétablir rapidement une bonne respiration du chat. En cas de crises répétées, il prescrit également un traitement de fond pour diminuer la fréquence et l’intensité des crises (à base de cortisone). La difficulté avec le chat reste l’administration des cachets ! Il est possible heureusement de donner de la cortisone par voie respiratoire (comme chez l’homme), à l’aide d’une chambre d’inhalation (AéroKat®), mais là encore, faire respirer un chat dans ce dispositif n’est pas une mission toujours aisée ! Les traitements peuvent alors être donnés par injection. Enfin, en cas de surinfection bactérienne, les antibiotiques sont utiles. Bien suivi par le vétérinaire, un chat asthmatique traité au long cours s’en sort généralement plutôt bien.

    la Chasse aux allergènes

    Il faut enfin essayer, dans la mesure du possible, d’empêcher le chat asthmatique de rentrer en contact avec ce qui déclenche ses crises : c’est plus ou moins possible s’il s’agit des acariens des poussières de maison. Vous êtes alors bon pour un ménage quotidien et poussé, avec un aspirateur muni d’un filtre à Haute efficacité contre les particules aériennes (Hepa) et au recours à une litière mieux tolérée (attention à celles à base de silice qui peuvent irriter davantage les bronches). Idem avec les moisissures : si elles sont surtout présentes dans le terreau de vos plantes d’intérieur, séparez-vous de ces dernières ou mettez-les dans un endroit inaccessible au chat. Faire la chasse aux allergènes devient néanmoins plus compliqué s’il est allergique aux pollens : dans ce cas, mieux vaut qu’il reste enfermé, en particulier lorsqu’il fait chaud et venteux (c’est là que la concentration en pollens est la plus forte). Enfin, quand il n’y a pas une seule mais plusieurs allergies, cela devient carrément mission impossible. Toutefois, comme il n’est pas question d’irriter davantage ses voies respiratoires, interdisez à quiconque de fumer en sa présence – ce n’est pas parce que c’est un chat qu’il doit subir les effets catastrophiques de la fumée de cigarette des autres – et évitez les produits ménagers toxiques…

    Et si ça n’était pas de l’asthme
    Tous les chats rencontrant des difficultés respiratoires ne sont pas forcément asthmatiques. Le vétérinaire retrouve parfois un parasite, un corps étranger, une tumeur ou une bactérie à l’origine des symptômes. C’est pourquoi il ne faut jamais donner, sans avis vétérinaire, les médicaments d’un chat asthmatique à un autre chat semblant souffrir des mêmes troubles !

    Autres articles à lire

  • La couleur du chat influe sur son adoption

    19/10/2016

    Si l’on en juge le résultat d’une enquête menée par Cats Protection, l’association de protection animale britannique, les adoptants seraient sensibles à la couleur de la robe des chats dans leur choix pour l’adoption en refuge.

    Chats
  • Une licence obligatoire pour les chats dans une petite ville du Québec

    22/04/2016

    Désormais, à Mont-Tremblant, au Québec, les propriétaires de chats devront payer une licence de 25 dollars canadiens par chat. Une mesure pour lutter contre les chats errants…

    Chats
  • Pourquoi m'offre-t-il ses proies ?

    03/12/2015

    Quand minet dépose la souris qu'il vient de chasser sur le tapis du salon, certains maîtres y voient le signe d'un remerciement. Pour d'autres, c'est le signal qu'il a encore faim. Mais la raison n'est pas toujours celle que l'on croit...

    Chats
  • Tics et tocs, les signes du mal-être

    17/08/2015

    Tourner en rond, attraper sa queue, gober les mouches… quand il n’y a pas de mouches: les animaux perdent parfois la boule! Bien souvent, ces comportements anormaux sont le signe d’une souffrance liée à un mode de vie inapproprié.

    Chats
  • L'instinct maternel est-il naturel?

    03/03/2017

    On le présente souvent comme inné et intrinsèquement lié à la condition animale. Sauf que l’instinct maternel est une notion beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît.

    Chats
  • Comment prolonger la longévité de son chat ?

    21/05/2016

    Le plus vieux chat du monde est décédé ce mois-ci à l'âge de 30 ans. Une longue et heureuse vie pour Scooter, inscrit au livre des records en mars dernier. Mais comment peut-on garder son animal en vie aussi longtemps ? La vétérinaire Anne-Claire Gagnon nous donne quelques conseils pour prolonger la longévité de son chat.

    Chats
  • Le chat aime qu’on lui sourie

    21/10/2015

    Une étude récente montre que notre chat est sensible à nos émotions. Selon qu’on lui sourit ou qu’on fait la moue, il adopte une attitude différente.

    Chats
  • 10 choses à savoir sur l’hydratation du chat

    27/07/2017

    Petits buveurs, nos félins ont cependant un organisme composé à 60 % d’eau. Une bonne hydratation est donc essentielle à leur bien-être. Quels sont leurs besoins, comment savoir s’ils boivent suffisamment, comment les encourager… ? Voici 10 conseils et informations utiles sur le chat et la soif.

    Chats