Le magazine

Article

Vidéo

Adoption

Service

races

Chats : la vie au grand air

  • 380 vues

  • Chats : la vie au grand airPhoto : Shutterstock
  • Chats

    Un balcon, un toit ou un jardin : quand l’extérieur est accessible au chat, c’est idéal. Mais cette liberté surveillée impose quelques règles pour ne pas exposer son chat à des dangers ou le perdre.

    Si certains chats n’ont pas un besoin vital d’avoir un accès à l’extérieur parce que leur environnement est riche et sécurisant, ou parce qu’ils sont âgés, malades ou peureux, pour d’autres, un coin de nature est indispensable à leur épanouissement. On ne force pas un chat à sortir, mais on ne le force pas non plus à rester enfermé !
    Le chercheur Jeff Horn et ses collègues de l’université de l’Illinois, aux États-Unis, ont mis en évidence que les chats présentent en général une baisse d’activité pendant les mois les plus froids et que durant cette période, ils sont moins enclins à sortir systématiquement. Mais bien souvent, la tentation de l’extérieur est forte. Dehors, les odeurs et les stimuli en tous genres ont une puissance attractive sans bornes. Pour le chat qui aime explorer, observer, faire ses griffes, chasser, le laisser sortir permet de mettre ses sens en éveil et d’assouvir ses besoins les plus importants.
    L’idéal, quand c’est possible, est d’autoriser au chat des sorties libres mais cela n’est pas toujours réalisa­ble, notamment en ville où des alternatives existent. La chatière, équipée ou non d’un lecteur de puce pour distinguer le chat de la maison des « visiteurs sans gêne », favorise ces sorties libres et les chats en comprennent facilement le fonctionnement.

    vivre enfermé ou heureux ?

    Certes, l’accès à l’extérieur expose l’animal à certains dangers : accidents, bagarres, maladies, perte, vol… Il faut bien peser le pour et le contre entre le bien-être de l’animal et le risque qu’on lui fait courir. « J’ai déjà eu la réflexion de voisins dans mon immeuble qui me reprochaient de faire sortir Cookie et de l’exposer au vol et aux accidents, raconte Tom, son jeune propriétaire, mais je leur réponds que certes cela peut arriver, mais que mon chat aura au moins eu une belle vie car il n’est heureux que lorsqu’il sort tous les jours ! Enfermé, il vivrait peut-être plus vieux mais très malheureux… » Pour autant, Tom n’a pas voulu faire prendre tous les risques à son chat aujourd’hui âgé de 4 ans. Habitant dans un appartement au troisième étage, il lui a appris à revenir lorsqu’il le siffle. Pour cela, il a procédé par étapes dès l’âge de 5 mois. D’abord, 10 minutes sous surveillance et en jouant avec lui, puis plus longtemps et en s’éloignant, et enfin en le laissant seul. À chaque fois, le retour du chaton donnait lieu à une récompense sous forme de caresses et de friandises. Aujourd’hui, Cookie revient au rappel à la grande stupéfaction des voisins. « Ces sorties lui sont indispensables, souligne Tom, sinon il devient infernal ! Elles sont aussi l’incontournable moment de l’élimination. Il ne fait quasiment plus dans sa litière et on suppose donc qu’il a trouvé son petit coin dehors ! »
    Pour les maître craintifs, le collier muni d’une puce GPS connectée à un smartphone est un moyen très efficace pour retrouver le chat vagabond. En plus, il renseigne précisément sur le parcours emprunté par le chat, la distance parcourue et ses habitudes. Un collier espion en quelque sorte !
    Certains propriétaires prennent le temps d’habituer leur chat au harnais pour l’emmener en promenade. C’est le cas d’Alise. « J’ai habitué Posca dès son arrivée à la maison à l’âge de 3 mois. Je lui mettais le harnais quelques minutes par jour, de temps en temps, puis de plus en plus longtemps et sans jamais la forcer. Lors des sorties, Posca était en laisse au début et je la gardais dans mes bras. Au fil du temps, je l’ai laissée gambader en laisse puis carrément lâchée. Désormais, avec Chanel, 8 ans, elles se baladent, grimpent aux arbres et trottinent à côté de moi. » Et lorsqu’un chien arrive, Alise les reprend dans ses bras.
    Enfin, pour le balcon, des filets protègent efficacement de la chute. Mais la surveillance du maître est la meilleure garantie de la sécurité de son chat… surtout quand un oiseau passe au ras de son museau…


    Autres articles à lire

  • Mon chat fait de l'asthme

    07/09/2017

    L’asthme n’est pas réservé aux humains! Nos petits félins peuvent également être atteints, principalement en raison d’une allergie qu’il va falloir identifier tout en traitant la maladie pour éviter la survenue de nouvelles crises…

    Chats
  • Gare aux accidents domestiques

    07/08/2017

    Curieux, rapides, inexpérimentés, chatons et chiots sont les premières victimes des accidents domestiques. Avec eux, il faut anticiper tous les dangers!

    Chats
  • Un espace bien organisé pour son chat

    02/09/2017

    Manger, dormir, éliminer, observer… À chaque activité de notre chat correspond un espace, plus ou moins grand, plus ou moins délimité, morcelé et fréquenté.

    Chats
  • Votre chat sait-il nager ?

    01/08/2016

    Si notre chien se jette volontiers à l’eau dès qu’il fait chaud, pour le chat c’est une autre histoire. A croire que l’eau et lui n’ont pas de bons souvenirs en commun…

    Chats
  • La guerre des poils

    04/03/2017

    On les adore nos loulous, mais parfois leurs poils nous rendent fous. Ils volent, s’accrochent sur les tissus, envahissent même les pièces non fréquentées par nos animaux de compagnie. Quelques astuces pour ne pas se laisser déborder.

    Chats
  • Votre chat est-il un voleur ?

    24/03/2016

    Amatrice de chaussettes et caleçons, une chatte tonkinoise de Nouvelle-Zélande s’amuse depuis quelques semaines à voler les sous-vêtements des voisins. Un comportement pas si rare chez le chat, bien que les prises soient généralement plus dans nos assiettes que sur l’étendage. Mais pourquoi minou vole-t-il ?

    Chats
  • Pourquoi sont-ils trop gros?

    02/07/2017

    Nos chiens et chats sont trop enrobés! Victimes, comme leurs maîtres, du mal du siècle – le surpoids – ils mettent leur santé en péril. Alimentation trop riche, déséquilibrée, friandises, sédentarité… À qui la faute?

    Chats
  • Chats : quand l'environnement génère du mal-être

    25/08/2017

    Un déménagement, un lieu de vie inadapté, un nouvel animal… Notre chat peut ne pas, ou ne plus, être bien chez lui. Certains signes ne trompent pas.

    Chats