Un an de prison requis pour maltraitance animale dans un abattoir


  • Un an de prison requis pour maltraitance animale dans un abattoirPhoto : Shutterstock
  • Protection/ Elevage

    Avec AFP

    Au tribunal correctionnel d'Alès, le procureur a requis un an de prison avec sursis contre le principal prévenu du premier procès pour maltraitance animale dans un abattoir français. 

    Un an de prison avec sursis a été requis à l'encontre de Marc Soulier, employé en tant que "responsable de la protection animale" dans l'abattoir du Vigan, dans le Gard. Le procureur, Nicolas Hennebelle, a également demandé une "interdiction d'exercer une activité professionnelle dans un abattoir pendant 5 ans", ainsi qu'une "interdiction de détenir des animaux de rente" et 3400 euros d'amende. Pour le procureur il s'agit d'une "peine d'avertissement suffisamment sévère pour éviter toute réitération".

    Nicolas Hennebelle a estimé que le prévenu avait "la responsabilité la plus lourde", citant notamment des coups d'électronarcose portés sur le museau de brebis de "façon totalement gratuite, pour provoquer la souffrance, les rires accréditant le côté sadique".

    Des peines de 150 et 600 euros d'amende ont également été requises contre les deux autres employés de l'abattoir mis en cause, Gilles Esteve et Nicolas Garnier, poursuivis pour mauvais traitements, et une amende de 6000 euros à l'encontre de la communauté de communes du Pays viganais, qui gérait l'abattoir du Vigan.

    Rappel des faits

    Il s’agit d’un procès emblématique pour la cause animale. Pour la première fois, trois employés d’un abattoir sont jugés pour maltraitance sur des animaux. Cela fait suite à la diffusion, en février 2016, d’une vidéo choc tournée en caméra cachée par l’association L214, dans l’abattoir certifié bio du Vigan, dans le Gard.

    Dans la vidéo de 4 minutes 30, filmée entre mai 2015 et février 2016, on voit des animaux mal étourdis, égorgés ou recevant des coups répétés à la matraque électrique. Il est reproché à l’un des employés d’avoir, "sans nécessité, exercé volontairement des mauvais traitements envers un animal domestique, apprivoisé ou tenu en captivité". Il aurait fouetté, donné des coups de poing et jeté violement des moutons par-dessus une barrière. Il aurait également utilisé à plusieurs reprises une pince à électronarcose (provoquant un courant électrique destiné à étourdir l’animal) sur le museau de brebis.

    Les deux autres salariés sont jugés pour "avoir exercé volontairement des mauvais traitements sur des animaux captifs", à savoir des coups de pied à des bovins et des coups d’aiguillon électrique, sur la tête d’un porc notamment. 

    La communauté de communes du Pays viganais, responsable de l’abattoir au moment des faits, doit elle aussi répondre de plusieurs infractions à la réglementation sur l’abattage des animaux. Il lui est notamment reproché, par les parties civiles, d’avoir autorisé le fonctionnement de l’établissement alors qu’il avait été montré qu’on y utilisait du matériel défectueux.

    Donner «le ton» du débat autour des abattoirs

    Le procureur Nicolas Hennebelle a tenu à rappeler pendant le procès "la pénibilité insuffisamment reconnue" du travail en abattoir, estimant toutefois que "la difficulté de ce métier, la fatigue, le stress qu'il engendre, peuvent expliquer en partie les comportements que nous avons vu (...), ils ne les excusent pas."

    Nicolas Hennebelle a par ailleurs dénoncé des "actes d'intimidation, des menaces et parfois des menaces de mort" contre des personnels de l'abattoir depuis le scandale, "qui sont parfaitement inacceptables". Il a stipulé que ces faits seraient poursuivis. 

    Pour l’association L214, constituée partie civile, ce procès devrait au moins donner «le ton» du débat sur les abattoirs. "Le tribunal va nous dire si les faits qui sont reprochés sont graves ou pas", explique Brigitte Gothière, cofondatrice de l'association. "On attend que la justice détermine les responsabilités entre les trois prévenus et la communauté de communes du Pays viganais. Nous voudrions aussi que la responsabilité des services vétérinaires, censés surveiller le travail dans les abattoirs, soit évoquée. On espère que ceux qui se pensaient intouchables jusqu'à présent comprennent que ce n’est pas le cas."

    En 2016, notamment suite aux vidéos de L214, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a demandé une inspection dans tous les abattoirs de boucherie. D’après cette enquête, "80% des chaînes ont été déclarées en non-conformité, majeure ou mineure", rappelle Brigitte Gothière. "L’abattoir du Vigan était censé être l’abattoir "idéal": c’est une petite structure, locale, fonctionnant en circuit court et certifiée bio. Et pourtant, on se retrouve, là aussi, en face de graves dérives." Pour l’association, qui milite pour "la fin de l’utilisation des animaux comme ressource alimentaire", ce procès doit "poser des questions. Si l’on juge qu’il est illégal de donner des coups de poing à des animaux pour leur faire du mal, que faut-il penser des coups de couteau qu’on leur donne pour les tuer?"

    D’autres procès à venir 

    Premier du genre, le procès de l’abattoir du Vigan ne devrait pas être le seul. Toujours à la suite de vidéos réalisées en caméra cachée par L214, plusieurs autres procès pourraient avoir lieu, impliquant l’abattoir municipal d’Alès dans le Gard, l’abattoir certifié bio de Mauléon-Licharre, dans les Pyrénées-Atlantiques, les abattoirs de Pézenas, dans l'Hérault, du Mercantour à Puget-Théniers, dans les Alpes-Maritimes,  l’abattoir de Limoges, le plus grand abattoir municipal de France, et l’abattoir de Houdan, dans les Yvelines.

    En attendant, en période d’élection présidentielle, l’association L214 espère que le procès de l’abattoir du Vigan amène les candidats à s’emparer de ce sujet et à faire des propositions sur la protection animale. 


    Autres articles à lire

  • Maltraitance : la souffrance des chèvres dans l’industrie du mohair

    ProtectionUne enquête réalisée par Peta Asia révèle de graves cas de souffrance animale dans l’industrie du mohair, en Afrique du Sud, incitant plusieurs marques d’habillement, dont H&M, Gap et Zara, à cesser leur approvisionnement en laine de mohair.

    03 Mai 2018
  • La fin de l'élevage amateur

    ProtectionEn janvier 2016, les particuliers qui vendent une portée devront se déclarer éleveurs. Jérôme Languille, chef du bureau de la Protection animale au ministère de l’Agriculture, nous explique pourquoi.

    01 Décembre 2015
  • Transport d'animaux : le calvaire des animaux envoyés vers la Turquie

    ProtectionVidéo à l'appui, Compassion in World Farming France, Animal Welfare Foundation, Tiershutzbund Zurich et Eyes on Animals dénoncent les mauvais traitements infligés aux animaux d'élevage exportés vers la Turquie durant leur transport. Cette enquête pointe du doigt l'indifférence des pays européens.

    23 Février 2016
  • BOSTON : la vente d’animaux interdite en animalerie

    ProtectionÀ Boston, aux États-Unis, les chiens et chats issus d’élevages ne pourront plus être vendus en animalerie, en raison d’un arrêté municipal adopté le 2 mars dernier. Une décision qui participe à la lutte contre le trafic d’animaux et incite les futurs maîtres à adopter.

    11 Mars 2016
  • Vidéosurveillance : Olivier Falorni remonte au créneau

    ProtectionA l’initiative de la commission d’enquête parlementaire qu’il a présidée, le député de la Charente-Maritime, Olivier Falorni, présente, jeudi 12 janvier, sa proposition de loi relative au respect de l’animal en abattoir. Il répond aux questions d’Animaux-online et du magazine 30 Millions d’amis et entend bien défendre ses propositions jusqu’au bout pour mettre un terme aux souffrances des bêtes dans les abattoirs dénoncées, l’an dernier, dans des vidéos choc rendues publiques par l’association L214…

    11 Janvier 2017
  • La vidéosurveillance dans les abattoirs reste facultative

    ProtectionL’amendement voté à l’Assemblée nationale prévoit une expérimentation de la vidéosurveillance dans les abattoirs pendant deux ans, sur la base du volontariat.

    28 Mai 2018
  • L214 sur le banc des accusés

    ProtectionLe procès de deux membres de L214, dont son cofondateur Sébastien Arsac, qui devait se dérouler ce lundi a été reporté à la rentrée. Les deux activistes seront jugés pour avoir tourné clandestinement en 2016 des images dans l'abattoir de Houdan.

    12 Juin 2017
  • Des pipeaux pour dénoncer les tromperies de l’agroalimentaire

    ProtectionLundi 19 juin, la Nouvelle Seine, une péniche en plein Paris, accueillait la soirée des Trophées des bêtes noires de la pub. Une cérémonie officielle et décalée pour remettre des prix à des spots, affiches ou campagnes publicitaires trompant le consommateur sur le traitement des animaux.

    20 Juin 2017
  • Les députés ne veulent pas de caméras dans les abattoirs

    ProtectionTrop coûteuse, mettant une pression sur les salariés, la mesure qui proposait de placer des caméras de surveillance dans les abattoirs vient d’être rejetée par les députés réunis en commission.

    14 Décembre 2016
  • Maltraitance dans un abattoir : 8 mois de prison avec sursis

    ProtectionL’abattoir du Vigan et l’un de ses anciens employés ont été condamnés par la justice pour maltraitance animale, une première en France.

    28 Avril 2017
  • Monoprix retire les œufs de poules élevées en batterie de ses rayons

    ProtectionDepuis le 11 avril, les clients des magasins de cette marque de distribution ne trouvent plus dans leurs rayons d'œufs issus de poules élevées en batterie. Bio, plein air, au sol, en volière ou encore en batterie, comment faire la différence ? Un exemple à suivre pour les magasins d'alimentation.

    12 Avril 2016
  • L214 jugé pour avoir placé des caméras dans un abattoir

    ProtectionLe procès de deux militants de L214, dont le cofondateur, Sébastien Arsac, s’ouvre aujourd’hui. Ils sont jugés pour avoir caché des caméras de surveillance dans l’abattoir de Houdan, en décembre dernier.

    04 Septembre 2017
  • Chevaux de courses : une retraite bien méritée ?

    ProtectionLa Fondation 30 millions d'amis interpelle le monde des courses après la diffusion d'une vidéo de l'association L214 sur les réseaux sociaux tournée dans un abattoir de chevaux en France, dont la moitié sont des galopeurs et des trotteurs.

    21 Décembre 2018
  • Bien-être animal : les entreprises s’engagent de plus en plus

    ProtectionD’après une étude menée auprès de 99 entreprises agroalimentaires à l’international, près des trois quarts s’engagent à respecter le bien-être animal et à faire preuve de plus de transparence sur le sujet. Encore à la traîne, la France tend néanmoins à rattraper son retard en la matière.

    13 Février 2017
  • Carrefour veut poser des caméras dans ses abattoirs

    ProtectionLe distributeur Carrefour a annoncé qu'il allait faire passer un audit à tous les abattoirs qui le fournissent en viande pour sa marque de distributeur (MDD), et ensuite leur demander d'installer des caméras, au nom de ses engagements en faveur du bien-être animal. Mais est-ce que ce sera vraiment efficace ?

    19 Janvier 2019
  • Le bien-être animal au cœur des débats politiques

    ProtectionLe sort des poussins mâles broyés, les abandons de l’été… nos politiques semblent découvrir le triste sort des animaux d’élevage et de compagnie dans notre pays. Il n’est jamais trop tard…

    12 Août 2015
  • Abattoirs : une enquête sur les dérives d’un système

    ProtectionEnvoyé spécial diffuse ce soir sur France 2 un reportage tourné dans trois abattoirs français, montrant la réalité de la souffrance animale, mais aussi des personnes qui y travaillent.

    16 Février 2017
  • Loi agricole : les inquiétants reculs pour la condition animale

    ProtectionLe projet de loi doit être voté à l’Assemblée nationale la semaine prochaine, alors que les mesures phares concernant la condition animale – la fin des poules pondeuses en cage et le contrôle vidéo en abattoirs – ont été retirées.

    16 Mai 2018
  • La Californie interdit la vente d’animaux d’élevage en animalerie

    ProtectionLa Californie est le premier État américain à promulguer une loi interdisant la vente de chiens, de chats et de lapins provenant d’élevages intensifs dans les animaleries, dès le 1er janvier 2019.

    24 Octobre 2017
  • 1 million de signatures pour mettre fin à l’élevage en cage

    ProtectionPlus de 130 organisations européennes, dont une vingtaine de françaises, se sont réunies pour mener une vaste opération : recueillir 1 million de signatures en 1 an pour mettre fin à l’élevage des animaux en cage. Cette initiative citoyenne européenne (ICE) a pour but d’ouvrir le débat à la Commission européenne.

    15 Octobre 2018