Le magazine

Article

Vidéo

Adoption

Service

races

Des produits d’intérieur toxiques pour les chats

  • 4543 vues

  • Des produits d’intérieur toxiques pour les chatsPhoto : Shutterstock
  • Chats

    Le magazine 60 Millions de consommateurs met en garde contre l’utilisation, dans nos maisons, de certains produits contenant de la perméthrine, une substance qui peut être mortelle pour le chat.

    Propriétaires de chats, attention aux produits que vous utilisez dans vos maisons. Dans une nouvelle enquête consacrée à la pollution de nos intérieurs, liée à l’utilisation de sprays « assainissants », le magazine 60 Millions de consommateurs nous alerte sur la dangerosité de ces produits pour notre santé, mais aussi pour celle de nos animaux de compagnie. 

    Insecticides, anti-acariens, anti-poux : de vrais risques pour les chats

    En cause, la perméthrine, une molécule de la famille des pyréthrinoïdes, représentant un danger mortel pour les chats. Cette substance est présente dans de nombreux insecticides, mais aussi dans beaucoup de produits contre les acariens et dans certains soins anti-poux pour les enfants. Non toxique pour l’homme, la perméthrine est en revanche un poison pour le chat. Le félin, à cause d’un trouble métabolique propre à son espèce, ne peut éliminer la perméthrine une fois qu’elle est présente dans son organisme, ce qui provoque son dysfonctionnement puis, si rien n’est fait, sa destruction.

    Utiliser des produits à base de perméthrine dans nos intérieurs peut donc être dangereux pour le chat. Même s’ils ne sont pas pulvérisés directement sur l’animal, ces derniers peuvent en inhaler, ou, beaucoup plus dangereux, en avaler une certaine dose en léchant, par exemple, un tissu de coussin imprégné de perméthrine. Le risque dépend alors de la dose de perméthrine contenue dans le produit et ingérée par le chat. « Même s’il n’est pas élevé, le risque d’intoxication du chat à la perméthrine à cause de ces produits d’intérieur existe », souligne Hervé Pouliquen du Centre antipoison animal de l’Ouest, docteur vétérinaire et professeur de pharmacologie et toxicologie. Les chats ne sont pas les seuls à être sensibles à la perméthrine. Les poissons et les batraciens sont aussi impactés. Il est donc très important de respecter à la lettre les instructions des  produits que l’on utilise, et de maintenir ses animaux en dehors de la pièce traitée le temps nécessaire.

    « Le mieux serait encore de ne plus se servir de tous ces produits chimiques dans son environnement » conseille Hervé Pouliquen, qui partage cependant la demande de 60 Millions de consommateurs de bien informer les utilisateurs à l’aide d’un étiquetage approprié. Le magazine suggère ainsi aux autorités de santé « de contraindre les fabricants à avertir les propriétaires de félins en ajoutant une mention de type "ne pas appliquer en présence de chats" ».

    Les produits pour chiens, mortels pour les chats

    Pour le moment, cette indication est seulement obligatoire, depuis 2003, sur les produits vétérinaires. Car la permethrine est beaucoup utilisée dans les antiparasitaires à destination des chiens, pour lesquels elle n’est pas dangereuse. Or, de nombreux cas d’intoxication de chats, traités avec des produits pour chiens, ont été constatés par les vétérinaires. Il s’agit même de « la première cause d’intoxication chez les chats en France, et de loin », indique Hervé Pouliquen.

    Il suffit d’une faible quantité pour qu’un chat soit intoxiqué : une dose de 200 mg/kg par voie orale (lorsque le chat en avale en se léchant), et une dose de seulement 50 à 100 mg/kg par voie cutanée (lorsque le produit est appliqué directement sur la peau et qu’il se propage dans le sang). L’intoxication est également très rapide. En moyenne, il suffit de 5 à 6 secondes pour qu’un chaton soit affecté, et d’une vingtaine de secondes pour un chat adulte. Il ne faut donc jamais utiliser de spot-on, sprays, shampoings, diffuseurs ou colliers à base de perméthrine sur le chat. Il faut également bien veiller, lorsque l’on traite un chien avec un antiparasitaire contenant de la permétrhine, à ce qu’aucun chat ne l’approche pendant au moins 12 heures.

    Chez le chat, les principaux symptômes d’une intoxication à la perméthrine sont une hypersalivation et différentes manifestations nerveuses comme les tremblements ou les convulsions. Il n’existe pas d’antidote mais, pris à temps, un traitement adapté permettant de stopper les convulsions peut sauver le félin. « Il faut également veiller à bien le nettoyer rapidement pour qu’il ne s’intoxique pas à nouveau en se léchant », détaille Hervé Pouliquen. Le chat devra aussi rester un moment en observation chez le vétérinaire pour s’assurer que l’animal ne garde pas de séquelles. Très dangereuse pour le chat, la perméthrine peut entraîner des intoxications qui, même si elles sont prises à temps, nécessitent un traitement lourd, long et coûteux. Mieux vaut donc être extrêmement vigilant, et éviter autant que possible toute utilisation de cette substance dans l’environnement de nos félins. 


    Autres articles à lire

  • Les chats aussi peuvent avoir la grippe

    07/05/2016

    Les chiens ne sont pas les seuls à attraper la grippe. Celle que les vétérinaires nomment la grippe canine peut aussi être attrapée par les chats. C'est en tout cas la récente découverte d'une équipe scientifique américaine…

    Chats
  • Le chat aime-t-il les caresses?

    01/06/2015

    Certains signaux du chat nous invitent à le caresser. Mais dès que les doigts touchent le ventre, parfois le matou se rebiffe! Aime-t-il ou n’aime-t-il pas nos câlins?

    Chats
  • Une journée internationale pour célébrer le chat noir

    17/08/2016

    Aujourd’hui, 17 août, c’est la journée internationale du chat noir. Il fallait bien cela pour réhabiliter un chat que les superstitions ont associé aux sorcières et autres maléfices…

    Chats
  • Tics et tocs, les signes du mal-être

    17/08/2015

    Tourner en rond, attraper sa queue, gober les mouches… quand il n’y a pas de mouches: les animaux perdent parfois la boule! Bien souvent, ces comportements anormaux sont le signe d’une souffrance liée à un mode de vie inapproprié.

    Chats
  • Quand les animaux inspirent les designers

    06/04/2017

    Chiens et chats s’invitent au Salon du meuble, qui se tient jusqu’au 9 avril à Milan. De plus en plus, créateurs et designers réfléchissent à la manière de créer des intérieurs esthétiques, aussi bien adaptés à l’homme qu’à nos compagnons à quatre pattes.

    Chats
  • Gérez la bonne cohabitation de vos chats

    19/11/2015

    Un, deux, trois… et pourquoi pas dix. Quand on aime, on ne compte pas, dit l’adage. Mais avec les chats, mieux vaut prendre quelques précautions avant d’agrandir la famille…

    Chats
  • Chats : la vie au grand air

    06/09/2017

    Un balcon, un toit ou un jardin: quand l’extérieur est accessible au chat, c’est idéal. Mais cette liberté surveillée impose quelques règles pour ne pas exposer son chat à des dangers ou le perdre.

    Chats
  • Adoption : la sociabilité du chat est déterminante

    18/01/2017

    Une étude a montré que les chats qui se frottent le plus à leurs adoptants ont davantage de chances d’être recueillis. Leur comportement aurait plus d’influence sur l’être humain que d’autres critères comme leur expression, ou même leur couleur ou âge.

    Chats