Mon chat a un FIV


  • Mon chat a un FIVPhoto : Shutterstock
  • Chats/ Santé

    En cas de contamination par un rétrovirus (Feline Immunodeficiency Virus), la vie du chat bascule : malade à vie, il devient plus sensible à d’autres infections. C’est pourquoi le FIV est surnommé communément le «sida du chat».

    Comme pour le virus HIV chez l’homme (le virus du sida), le virus du FIV entraîne une baisse des défenses immunitaires chez le chat. Cela expose le porteur à toutes sortes d’infections, plus ou moins graves, contre lesquelles l’organisme ne peut pas, ou mal, se défendre. C’est là que réside la gravité de cette maladie qui, pour l’instant, ne bénéficie d’aucun vaccin en Europe (un vaccin est à l’étude aux États-Unis et en Australie, mais les souches visées ne circulent pas en Europe). Les espoirs viennent donc de certains traitements antiviraux, avec des résultats mitigés. C’est pourquoi il est préférable de tout faire pour que votre chat ne soit pas contaminé…

    Prévention : gare aux bagarres!

    Le principal mode de contamination par ce virus étant la morsure profonde (et les griffures) par un chat contaminé, il faut tout faire pour éviter que ce genre de situation se produise (environ 20% des chats des rues seraient contaminés). Or si votre chat a accès à l’extérieur et qu’il n’est pas stérilisé, le risque de bagarre est maximal! La saillie étant un autre mode de contamination (moins fréquent), ainsi que, semble-t-il, la transmission materno-fœtale, il y a tout intérêt à faire stériliser les femelles qui sortent. Enfin, l’activité des chats étant maximale la nuit (et donc le risque de «mauvaise rencontre» également), il est recommandé d’apprendre à son chat à rentrer tous les soirs avant la tombée de la nuit. Pour y arriver, rien ne vaut l’appel du ventre et l’assurance d’avoir le dîner servi une fois rentré ! Pour les récalcitrants, enfin, un équipement GPS peut permettre aux maîtres de les retrouver où qu’ils soient. Quant aux chats qui ne sortent jamais de chez eux, ils n’encourent quasiment aucun risque, d’autant que le virus ne survit pas plus de quelques minutes en milieu extérieur (il n’est donc pas possible de le rapporter sous ses semelles de chaussure et de contaminer son chat). Pour atteindre un chat d’appartement, il faudrait qu’un chat contaminé arrive à pénétrer dans la demeure et se batte avec lui, ce qui est tout de même peu probable…

    Les signes qui doivent vous alerter

    Hormis de rares symptômes, comme une petite fièvre et une légère augmentation de la taille de quelques ganglions, qui ont toutes les chances de passer inaperçus, la phase d’incubation, d’une durée d’environ deux à trois mois, est rarement repérée. Ensuite, le virus peut rester des années dans l’organisme sans faire spécialement parler de lui. Puis, la maladie à proprement parler se déclare: les globules blancs du chat sont en chute libre (et son immunité très affaiblie). Le moindre indésirable (virus, bactérie, champignon, parasite) peut l’affecter, y compris des organismes habituellement sans danger chez les chats en bonne santé.
    Infections des yeux, de l’appareil respiratoire, de la bouche, des ­intestins, de la peau, des voies urinaires et même du système nerveux, peuvent alors apparaître et provoquer toutes sortes de problèmes. C’est encore pire si le chat a des difficultés pour se nourrir à cause de réactions buccales qui le font souffrir. Dans ces conditions, le chat maigrit, a souvent de la fièvre, des infections et/ou des douleurs chroniques, des troubles du comportement et, même si ce n’est pas le cas le plus fréquent, il peut finir par en mourir.

    Plus vite dépisté, mieux c’est

    Un test rapide au cabinet du vétérinaire permet de faire le diagnostic en quelques minutes. En cas de doute, un examen plus poussé en laboratoire permet de confirmer ou d’infirmer le diagnostic. Or s’il est si important de savoir si son chat est contaminé avant que des infections se déclarent de toutes parts, c’est parce que les vétérinaires ont remarqué que l’inter­féron hu­main (un antiviral fabriqué par l’organisme), donné à petites doses, semble ­capable d’éviter ou de retarder la phase avancée de la maladie et donc de prolonger la vie du chat. Une étude l’a d’ailleurs confirmé. Toutefois, cette stratégie n’a aucun intérêt une fois le virus réveillé et la maladie déclarée. Enfin, un chat séropositif (mais pas encore malade) doit se faire vacciner contre le typhus, le coryza et la leucose (FeLV). C’est important pour lui éviter ces infections plus tard. Et il n’y a pas de temps à perdre car une fois la maladie déclarée, il n’est plus recommandé de le vacciner (c’est alors trop risqué).

    Au stade avancé de la maladie

    Une fois le virus réveillé, il n’y a pas d’autres choix que de traiter les infections au fur et à mesure qu’elles apparaissent. Il existe un interféron félin qui, donné à hautes doses, semble améliorer l’immunité du chat (de quoi lui permettre de mieux se défendre contre les germes), mais son coût est élevé et les résultats, mitigés. C’est pourquoi beaucoup de propriétaires s’en tiennent aux traitements au coup par coup des infections, de la douleur et de l’inflammation.
    Le vétérinaire essaie également de requinquer l’animal à grand renfort de vitamines, et le propriétaire est invité à lui donner une nourriture haut de gamme. Bien entendu, le chat doit mener une petite vie «pépère», sans stress et sans bagarre. Il pourrait d’ailleurs contaminer un autre chat s’il venait à le mordre (alors qu’il n’y a pas de risque en cas de partage d’une gamelle ou d’un couchage).

    HIV et FIV, même combat?
    Bien que le HIV infecte l’homme et non le chat (et le FIV, le chat mais pas l’homme), leurs similitudes sont importantes. Par exemple, le HIV se réplique dans les globules blancs appelés lymphocytes T4… tout comme le FIV. Or les lymphocytes T4 (encore appelés lymphocytes «helper» ou auxiliaires) ont pour tâche de réveiller et alerter les autres acteurs de l’immunité en cas de présence d’un germe indésirable. Ils sont donc vraiment utiles. Mais surtout, le plus gros point commun entre HIV et FIV est leur importante variabilité génétique (autrement dit, ils mutent en permanence), de sorte qu’il est difficile de proposer un vaccin pour les contrer efficacement.

    Autres articles à lire

  • Comment gérer les chaleurs ?

    ChatsPour les propriétaires n’ayant pas fait stériliser leurs chiennes ou leurs chattes, cette période peut vite virer au casse-tête!

    20 Juillet 2016
  • Les assurances pour chiens et chats, une bonne idée ?

    ChatsDans son numéro de septembre, actuellement en kiosque, 60 Millions de consommateurs a mené l’enquête sur les contrats d’assurance destinés à nos animaux. Résultat : la plupart présentent trop de limites…

    23 Septembre 2019
  • Pourquoi perd-il ses poils?

    ChatsOutre la fierté que l’on peut éprouver à avoir un animal doté d’une belle fourrure soyeuse, cette dernière est aussi le reflet d’une bonne santé. Alors forcément, quand les poils tombent en trop grande quantité, on s’en inquiète.

    02 Octobre 2017
  • Je recueille un chat, mâle ou femelle ?

    ChatsComment être sûr du sexe du chat que l’on adopte ? Le diagnostic n’est pas toujours évident quand on n’a pas l’habitude. De nombreux propriétaires ne découvrent la vérité que lorsqu’ils apportent le chaton chez le vétérinaire !

    21 Août 2018
  • Pourquoi sont-ils trop gros?

    ChatsNos chiens et chats sont trop enrobés! Victimes, comme leurs maîtres, du mal du siècle – le surpoids – ils mettent leur santé en péril. Alimentation trop riche, déséquilibrée, friandises, sédentarité… À qui la faute?

    02 Juillet 2017
  • Que faire avec un chaton trouvé ?

    ChatsTrouver un chaton seul en apparence, quoi de plus banal ? Cela arrive à la campagne mais aussi en ville lorsque la mère chatte a été victime d’un accident de la circulation…

    18 Août 2018
  • Grippe : les chats aussi pouraient-être touchés

    ChatsL’épidémie de grippe court toujours et le virus H3N2, touchant les hommes et les chiens, pourrait également être à l’origine de pathologie chez les chats, comme l’a montré une étude américaine.

    27 Janvier 2017
  • Mon chat vomit régulièrement, est-il malade ?

    ChatsLe chat est une espèce qui vomit facilement, mais il est important de savoir faire la différence entre des vomissements « physiologiques » et « pathologiques ». Suivant la fréquence des vomissements, le contenu expulse, les symptômes éventuellement associés... il peut être ou non nécessaire de consulter votre vétérinaire.

    09 Juillet 2019
  • Comment donner un comprimé à son chat ?

    ChatsTout propriétaire de chat en a fait l’expérience : il est parfois très difficile de lui donner un comprimé. La technique d’administration directe est à connaître mais, pour les individus récalcitrants, il existe heureusement des solutions alternatives qui facilitent la vie des propriétaires !

    05 Mai 2019
  • Les insectes, une plaie pour nos animaux l’été

    ChatsLes balades dans les bois, à travers champs ou simplement une veillée à la belle étoile, peuvent devenir des moments désagréables pour votre animal en présence de parasites

    26 Juillet 2018
  • Le chaton : comment l’aider à passer le cap du « trou immunitaire » ?

    ChatsComme pour tout nouveau-né, la présence de la mère dès les premières heures de vie est capitale. C’est elle qui procure notamment les anticorps nécessaires à la survie de ses petits incapables de les produire par eux-mêmes durant la période délicate appelée « le trou immunitaire ».

    05 Juin 2019
  • Les chats aussi peuvent avoir la grippe

    ChatsLes chiens ne sont pas les seuls à attraper la grippe. Celle que les vétérinaires nomment la grippe canine peut aussi être attrapée par les chats. C'est en tout cas la récente découverte d'une équipe scientifique américaine…

    07 Mai 2016
  • Croquettes, pâtées, nourriture maison : quelle est la gamelle idéale ?

    ChatsDans son livre « Vous êtes fous de leur faire avaler ça ! », la journaliste Morgane Kergoat donne les clés essentielles pour bien nourrir ses chiens et ses chats, et prendre ainsi soin de leur santé.

    24 Octobre 2017
  • Problèmes urinaires du chat

    ChatsLes problèmes urinaires chez le chat sont si fréquents que l’on pourrait presque se demander s’il existe beaucoup de chats qui y échappent au cours de leur vie!

    01 Juin 2015
  • 1er mai : le muguet, un poison mortel pour nos animaux

    ChatsQue vous l’offriez ou le regardiez pousser dans votre jardin, le muguet doit être tenu loin de vos animaux. Chat, chien, oiseau, lapin… l’intoxication à cette plante peut être mortelle.

    01 Mai 2019
  • 3 questions sur les problèmes urinaires du chat

    ChatsLe chat est un animal sujet aux problèmes urinaires. Pourquoi ? De quelles affections s’agit-il ? Comment les soigner ? On fait le point avec Damien Médan, vétérinaire à la clinique Zatozte, dans les Pyrénées-Atlantiques.

    18 Octobre 2018
  • L’obésité est-elle la maladie du siècle ?

    ChatsComme nous, nos animaux sont parfois victimes de leur gourmandise. Pourtant, le surpoids fait courir des risques au chat comme au chien au niveau de leur santé. A nous d'être vigilant…

    28 Septembre 2015
  • Mon chat aussi a un cœur !

    ChatsLe chat peut, comme le chien, connaître des problèmes cardiovasculaires. On le sait moins car les signes qui trahissent cette maladie sont, chez lui, plus discrets…

    04 Février 2019
  • 10 Idées reçues sur les infections de l’hiver

    ChatsPeu sensibles aux mêmes microbes que leurs maîtres, chiens et chats peuvent néanmoins attraper une infection hivernale… ou ce qui en a tout l’air !

    13 Décembre 2018
  • Chien et chat : leur repas de Noël

    ChatsEt si vous invitiez vos animaux à votre table de Noël ? Pas sur la nappe, mais en concoctant aux fourneaux pour vous et pour eux quatre plats de fête. Nos recettes et nos conseils.

    20 Décembre 2018