Dans l'intimité des suricates


  • Dans l'intimité des suricatesPhoto : M.-L. Hubert et J.-L. Klein
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    En plein cœur du désert du Kalahari, les photographes animaliers Marie-Luce Hubert et Jean-Louis Klein ont suivi un clan de suricates, ces petites mangoustes du désert. Ils nous font découvrir une tranche de vie de ces sentinelles à la vie sociale très riche…

    À genoux dans le sable froid, nous scrutons une zone creusée de nombreux trous. Les bourrasques de vent nous font frissonner. À la mi-journée, la température atteindra 40°C et les dunes du désert du Kalahari, à cheval sur le Botswana, la Namibie et l’Afrique du Sud, chaufferont à blanc. Mais pour l’instant, nous remontons le col de nos vestes et enfonçons nos mains au fond des poches. Nous jetons régulièrement un regard par-dessus notre épaule dans l’espoir de voir le soleil se lever. L’astre apparaît enfin et nous caresse d’une douce chaleur. Ces premiers rayons modèlent le paysage aride à grands coups de pinceaux rouges et bleus. À force de vouloir percer le secret de ces trous, nous en avons des hallucinations. N’y a-t-il pas eu un frémissement dans celui-ci? De la poussière semble pourtant s’en être échappée. Puis arrivent les doutes. Est-ce le bon terrier? Un événement funeste se serait-il produit durant la nuit?
    Quelque chose bouge enfin : une touffe de poils émerge lentement d’un cratère miniature. Une tête brun jaune au crâne légèrement bombé et au museau pointu apparaît. De grands yeux noirs et brillants scrutent les alentours systématiquement: devant, derrière, vers l’ouest baigné de soleil, puis vers le sud. Le premier suricate quitte prudemment son abri de sable non sans avoir marqué au préa­lable un nouvel arrêt, histoire de s’assurer qu’il n’y a vraiment aucun danger à l’horizon.

    l’esprit de clan

    Pour le suricate, nous sommes à contre-jour et devons lui apparaître comme deux masses noires. Pour le rassurer, nous émettons régulièrement de petits sons, toujours les mêmes depuis que nous suivons le groupe. Lui-même émet de douces et courtes trilles qui ont pour but d’indiquer aux autres membres du clan que la voie est libre. D’ailleurs, les bouches du terrier s’animent et la butte de sable rouge semble donner naissance à un nombre impressionnant de lutins. Le clan compte 17 individus et, comme tous les matins, nous faisons l’appel en silence pour s’assurer que personne ne manque. À cette heure de la matinée, les suricates n’ont qu’une seule priorité : se chauffer, recharger les batteries, absorber les rayons du soleil. Après une courte pause à l’abord immédiat des entrées, chacun essaye de trouver le poste garantissant le meilleur ensoleillement et une protection contre le vent. Les matins de gel, le clan se serre comme un régiment de petits soldats au garde-à-vous. Au bout d’un quart d’heure, les plus jeunes s’empoignent et luttent comme des catcheurs, certains adultes s’occupent de l’entretien des galeries, d’autres échangent des marques d’affection se mordillant mutuellement, les plus affamés grattent déjà de-ci, de-là en quête d’une proie. Assis en périphérie du terrier, le mâle alpha n’a intégré le clan que récemment et ne s’habitue que progressivement à notre présence. Il regarde au loin, fixement, et semble réfléchir à la direction à prendre ce matin. Puis il s’élance sans se retourner, aussitôt suivi du reste de la troupe. Un traînard aurait bien voulu bronzer encore un peu, mais il n’est pas question de rester seul en arrière.

    solidarité et altruisme

    Les suricates avancent en éventail afin de maximiser les chances de trouver des proies. La recherche de nourriture se fait individuellement mais tout ce petit monde reste en contact en émettant de petits cris à intervalles réguliers. À la vue et à l’odorat, les suricates cherchent un indice prometteur d’une mise en bouche gourmande. Régulièrement, ils plongent leur truffe hypersensible dans le sable puis se mettent à gratter le sol frénétiquement. Leurs longues griffes en fourchette sont parfaitement adaptées au fouissage. Larves de coléoptères, hannetons, sauterelles, lézards, araignées, tout est bon à se mettre sous la dent.
    Mais il n’a pas plu depuis dix mois, la sécheresse est à son comble et les proies potentielles sont profondément enfouies. Il leur faut donc dépenser beaucoup d’énergie pour un apport calorique faible. La disette se fait sentir et les deux jeunes, seuls survivants d’une portée de quatre, sont déjà en sous-poids. Ils ont beau courir d’un adulte à l’autre en mendiant avec leurs cris entêtants, ces derniers sont de plus en plus réticents à leur offrir leur butin durement gagné. Quant à leur mère, la femelle alpha, elle les ignore. À nouveau gestante, elle ne peut se permettre de perdre de précieuses calories. Mais la solidarité et l’altruisme sont la clé de la survie des suricates dans ce milieu désertique. Soulevant une pluie d’or, un adulte creuse le sable depuis un bon moment. Le clan s’éloigne et il s’interrompt régulièrement pour vérifier qu’il ne se fait pas trop distancer. Un quart d’heure s’écoule, vingt minutes. Le suricate a complètement disparu dans son cratère. Lorsqu’il en surgit, il se montre nerveux et inquiet. Les cris de ses congénères ne sont presque plus perceptibles. Mais il replonge, bien décidé à dénicher ce qu’il sait être une proie de premier choix, une véritable délicatesse. Soudain, il jaillit tel un diable de sa boîte, un magnifique scorpion entre ses canines. Pas le temps de le croquer sur place, il lui faut rejoindre le groupe sans tarder. À toute vitesse, il court avec son trophée qu’il tient par le dard pour ne pas être piqué. Un petit vient à sa rencontre, tout excité. L’adulte dépose le scorpion à ses pieds et lui montre comment maîtriser une proie si dangereuse. Le jeune suricate saisit d’abord l’aiguillon rempli de venin avant de le sectionner. La petite femelle âgée de 2 mois n’en est visiblement pas à son premier scorpion et elle se débrouille fort bien. Elle l’avale goulument. Le dernier bout de patte n’a pas disparu dans son gosier que, déjà, elle repart quémander chez un autre adulte avec force cris…

    Le poids, l’ascenseur social des femelles
    Dans une colonie de suricates, la femelle alpha est la seule à avoir le droit de s’accoupler avec le mâle alpha et d’élever des jeunes. Si une femelle subordonnée devient mère, ses petits risquent fort d’être tués par la matriarche. Au mieux, cette dernière se les approprie. Mais pour devenir reine, il faut d’abord… prendre du poids! Le chercheur Tim Clutton-Brock et son équipe de l’université de Cambridge (Royaume-Uni) ont montré que les femelles ajustaient leur poids à celui de leurs concurrentes les plus proches. Celles qui n’ont ni l’âge ni les kilos requis doivent se contenter du rôle de nounou en prenant soin des petits de la femelle alpha. Le zoologiste a également observé que lorsqu’une femelle alpha meurt et que sa fille lui succède, la nouvelle matriarche prend à nouveau du poids durant les trois premiers mois de son « règne », notamment lorsque la différence de masse entre elle et sa concurrente directe est faible. Maintenir son rang impliquerait donc de garder un tour de taille supérieur à celui de la plus proche rivale.
    Palabrer pour limiter les conflits
    Afin d’entretenir de puissants liens sociaux, les suricates apprécient de se toiletter mutuellement, notamment le matin avant le départ pour la chasse et le soir, de retour au terrier. Les dominants sont toilettés par les subordonnés et les jeunes sont choyés par tous les membres du clan. De même un individu blessé sera consolé. Mais la cohésion sociale est aussi organisée grâce à un important répertoire de vocalises: trilles, pépiements, aboiements, grognements… Trente-six signaux différents ont été identifiés. Les signaux d’alarme font la distinction entre un danger aérien (un aigle) et terrestre (un chacal) et leur variation ou leur intensité renseigne sur le degré d’urgence. En cas de danger terrestre, le cri sera modulé selon qu’il s’agit d’une antilope inoffensive, d’un chat sauvage, d’un serpent ou de l’intrusion d’une bande rivale sur le territoire. Le son le plus connu est le cri de contact, trille monocorde que tous les membres du clan émettent à intervalles réguliers pour se signaler et se localiser mutuellement, notamment en déplacement. On a aussi mis en évidence la reconnaissance vocale chez les suricates d’un même clan: un individu identifie la voix d’un congénère grâce à son «timbre» individuel. Mieux encore: chaque individu adapte la fréquence et la tonalité de son «babil» à la présence proche ou non de son voisin et au statut hiérarchique de ce dernier. Par exemple, à proximité de la matriarche, une jeune femelle subordonnée multipliera ses vocalises. De là à imaginer une analogie avec la communication humaine, il n’y a qu’un pas! 

    Autres articles à lire

  • À la découverte du brame du cerf

    Faune sauvageDe la mi-septembre à la mi-octobre, on peut entendre retentir, en forêt, une multitude de cris rauques et puissants : le brame du cerf, annonçant la période des amours.

    12 Septembre 2017
  • Australie : l'ornithorynque au bord de l’extinction

    Faune sauvageLes sécheresses et autres manifestations du réchauffement climatique exercent en Australie une pression de plus en plus forte sur la population d'ornithorynques, au point de les pousser vers l'extinction, avertissent des chercheurs dans une nouvelle étude.

    22 Janvier 2020
  • Des chiens « ratons laveurs » qui terrorisent l’Angleterre ?

    Faune sauvageDeux chiens viverrins, « raccoon dogs » en anglais, ont récemment secoué les habitants de Clarborough (Angleterre) par leur agressivité après s’être enfuis de leur enclos. Zoom sur cette espèce peu connue et pourtant bien présente en Europe.

    04 Juin 2019
  • Comment s'alimente la loutre mer ?

    Faune sauvagePour maintenir la température interne de son corps à 35 °C, la loutre de mer doit ingérer en nourriture l’équivalent de 23 à 33 % de son poids par jour. Animaux-online décrypte les moyens mis en oeuvre et les aptitudes physique de l'animal pour s'alimenter dans la nature.

    18 Janvier 2016
  • Les selfies dangereux pour les animaux sauvages

    Faune sauvageUne ONG lance une alerte concernant la pratique de plus en plus en vogue qui consiste à se prendre en photo avec des animaux sauvages. Car derrière les clichés de vacances se trouve bien souvent la triste réalité de l’exploitation animale.

    05 Octobre 2017
  • Var : un loup au « comportement agressif » abattu près d'un camping

    Faune sauvageUn loup « au comportement agressif » qui rôdait sur un camping à Bormes-les-Mimosas (dans le Var) a été abattu ce jeudi par la gendarmerie, a annoncé la préfecture du Var dans un communiqué.

    14 Février 2019
  • Face au tollé, Donald Trump suspend sa décision

    Faune sauvageLa décision du président américain de ré autoriser l’importation de trophées de chasse d’éléphants en provenance d’Afrique a mobilisé les associations de protection animales aux Etats-Unis et partout dans le monde, incitant Donald Trump à faire volte-face.

    20 Novembre 2017
  • Sri Lanka : 7 éléphants découverts morts, sans doute empoisonnés

    Faune sauvageLes responsables de la faune sauvage ont découvert depuis vendredi 27 septembre sept éléphants morts au Sri Lanka, sans doute empoisonnés par des villageois exaspérés par ces animaux qui causent des accidents mortels et détruisent les cultures.

    30 Septembre 2019
  • Braconnage : des pandas roux revendus comme animaux de compagnie

    Faune sauvagePlusieurs ONG tirent la sonnette d’alarme face à une recrudescence de captures illégales de pandas roux en Asie pour en faire des animaux de compagnie, à cause de « leur image craquante ».

    09 Février 2018
  • Pourquoi les éléphants d’Afrique ont-ils la peau craquelée ?

    Faune sauvageUne équipe de chercheurs suisses a étudié la peau des éléphants et notamment les crevasses qui la composent. À quoi servent-elles ? Comment se forment-elles ? Quelques réponses dans cet article.

    08 Octobre 2018
  • Où écouter le brame du cerf ?

    Faune sauvageLa saison du brame va bientôt commencer. En choisissant un massif forestier réputé pour sa diversité en cervidés, vous avez toutes les chances d’assister à ce moment magique. Une paire de jumelles et beaucoup de discrétion sont primordiaux pour ne pas en rater une miette. Suivez le guide…

    24 Août 2016
  • Un bison sauvage abattu en Allemagne

    Faune sauvageAucun bison sauvage en liberté n’avait été aperçu en Allemagne depuis environ 250 ans. L’un d'eux a pourtant récemment réapparu dans le pays, près de la frontière avec la Pologne, avant d’être abattu sur ordre de la police, craignant pour la population. L’association WWF a porté plainte pour cette atteinte à une espèce protégée.

    22 Septembre 2017
  • Des Ours à Paris

    Faune sauvageProfitez des vacances des Noël pour découvrir le travail du photographe animalier Vincent Munier dans le cadre de l’exposition « Ours » au jardin des Plantes, à Paris.

    16 Décembre 2016
  • Deux bébés pandas au lieu d'un seul attendus au zoo de Beauval

    Faune sauvageHuan Huan, la panda femelle prêtée par la Chine au zoo de Beauval à Saint-Aignan-sur Cher, attend des bébés jumeaux et non pas un seul bébé, a révélé mardi une ultime échographie effectuée avant la mise bas, prévue vendredi ou samedi.

    02 Août 2017
  • Podcast : L’humain, seule espèce utilisant des outils ?

    Faune sauvageL’étude du comportement animal peut faire réfléchir au fait que ce que l’on appelle animal semble parfois très proche de ce que l’on nomme humain.

    03 Octobre 2019
  • Loups : augmenter le nombre de tirs n’est pas la solution

    Faune sauvageFace à l'expansion du loup en France, plus rapide que prévu, l'État prévoit de nouvelles mesures qui ne satisfont ni les éleveurs, ni les défenseurs de cet animal protégé.

    06 Juin 2019
  • L'arche de Namibie

    Faune sauvageDu nord au sud, la Namibie est une terre de contrastes. Entre le désert du Kalahari, le désert du Namib et la Skeleton Coast, la faune sauvage a su s’adapter à l’intense sécheresse et y trouver des lieux de tranquillité, jusque-là à l’abri du braconnage.

    05 Septembre 2017
  • Faites un geste pour la Journée mondiale des animaux

    Faune sauvageCréée en 1929, à Vienne en Autriche, à l'occasion du Congrès international pour la protection des animaux, la Journée mondiale des animaux a lieu ce 4 octobre, jour de la Saint-François d'Assises. L'occasion saisie par l'ONU de mettre en lumière les espèces menacées sur notre planète. Le guépard fait partie des plus fragiles. Et si vous faisiez un geste pour aider à sa préservation dans le Masaï-Mara ?

    04 Octobre 2017
  • Zoo de Beauval : un bébé panda attendu début août

    Faune sauvageHuan Huan, la femelle panda du zoo de Beauval, dans le Loir-et-Cher, est en gestation. Il s’agit d’une première en France pour un panda géant. Une bonne nouvelle de plus pour l’espèce qui, grâce aux programmes de conservation, est moins menacée.

    27 Juillet 2017
  • Un lièvre de Patagonie découvert dans l’Oise

    Faune sauvageUn lièvre de Patagonie a été capturé par les services de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage dans une zone industrielle du Val-d’Oise. Probablement échappé de chez un particulier, il a été remis au zoo de Vincennes.

    13 Juin 2016