Dans l'intimité des suricates


  • Dans l'intimité des suricatesPhoto : M.-L. Hubert et J.-L. Klein
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    En plein cœur du désert du Kalahari, les photographes animaliers Marie-Luce Hubert et Jean-Louis Klein ont suivi un clan de suricates, ces petites mangoustes du désert. Ils nous font découvrir une tranche de vie de ces sentinelles à la vie sociale très riche…

    À genoux dans le sable froid, nous scrutons une zone creusée de nombreux trous. Les bourrasques de vent nous font frissonner. À la mi-journée, la température atteindra 40°C et les dunes du désert du Kalahari, à cheval sur le Botswana, la Namibie et l’Afrique du Sud, chaufferont à blanc. Mais pour l’instant, nous remontons le col de nos vestes et enfonçons nos mains au fond des poches. Nous jetons régulièrement un regard par-dessus notre épaule dans l’espoir de voir le soleil se lever. L’astre apparaît enfin et nous caresse d’une douce chaleur. Ces premiers rayons modèlent le paysage aride à grands coups de pinceaux rouges et bleus. À force de vouloir percer le secret de ces trous, nous en avons des hallucinations. N’y a-t-il pas eu un frémissement dans celui-ci? De la poussière semble pourtant s’en être échappée. Puis arrivent les doutes. Est-ce le bon terrier? Un événement funeste se serait-il produit durant la nuit?
    Quelque chose bouge enfin : une touffe de poils émerge lentement d’un cratère miniature. Une tête brun jaune au crâne légèrement bombé et au museau pointu apparaît. De grands yeux noirs et brillants scrutent les alentours systématiquement: devant, derrière, vers l’ouest baigné de soleil, puis vers le sud. Le premier suricate quitte prudemment son abri de sable non sans avoir marqué au préa­lable un nouvel arrêt, histoire de s’assurer qu’il n’y a vraiment aucun danger à l’horizon.

    l’esprit de clan

    Pour le suricate, nous sommes à contre-jour et devons lui apparaître comme deux masses noires. Pour le rassurer, nous émettons régulièrement de petits sons, toujours les mêmes depuis que nous suivons le groupe. Lui-même émet de douces et courtes trilles qui ont pour but d’indiquer aux autres membres du clan que la voie est libre. D’ailleurs, les bouches du terrier s’animent et la butte de sable rouge semble donner naissance à un nombre impressionnant de lutins. Le clan compte 17 individus et, comme tous les matins, nous faisons l’appel en silence pour s’assurer que personne ne manque. À cette heure de la matinée, les suricates n’ont qu’une seule priorité : se chauffer, recharger les batteries, absorber les rayons du soleil. Après une courte pause à l’abord immédiat des entrées, chacun essaye de trouver le poste garantissant le meilleur ensoleillement et une protection contre le vent. Les matins de gel, le clan se serre comme un régiment de petits soldats au garde-à-vous. Au bout d’un quart d’heure, les plus jeunes s’empoignent et luttent comme des catcheurs, certains adultes s’occupent de l’entretien des galeries, d’autres échangent des marques d’affection se mordillant mutuellement, les plus affamés grattent déjà de-ci, de-là en quête d’une proie. Assis en périphérie du terrier, le mâle alpha n’a intégré le clan que récemment et ne s’habitue que progressivement à notre présence. Il regarde au loin, fixement, et semble réfléchir à la direction à prendre ce matin. Puis il s’élance sans se retourner, aussitôt suivi du reste de la troupe. Un traînard aurait bien voulu bronzer encore un peu, mais il n’est pas question de rester seul en arrière.

    solidarité et altruisme

    Les suricates avancent en éventail afin de maximiser les chances de trouver des proies. La recherche de nourriture se fait individuellement mais tout ce petit monde reste en contact en émettant de petits cris à intervalles réguliers. À la vue et à l’odorat, les suricates cherchent un indice prometteur d’une mise en bouche gourmande. Régulièrement, ils plongent leur truffe hypersensible dans le sable puis se mettent à gratter le sol frénétiquement. Leurs longues griffes en fourchette sont parfaitement adaptées au fouissage. Larves de coléoptères, hannetons, sauterelles, lézards, araignées, tout est bon à se mettre sous la dent.
    Mais il n’a pas plu depuis dix mois, la sécheresse est à son comble et les proies potentielles sont profondément enfouies. Il leur faut donc dépenser beaucoup d’énergie pour un apport calorique faible. La disette se fait sentir et les deux jeunes, seuls survivants d’une portée de quatre, sont déjà en sous-poids. Ils ont beau courir d’un adulte à l’autre en mendiant avec leurs cris entêtants, ces derniers sont de plus en plus réticents à leur offrir leur butin durement gagné. Quant à leur mère, la femelle alpha, elle les ignore. À nouveau gestante, elle ne peut se permettre de perdre de précieuses calories. Mais la solidarité et l’altruisme sont la clé de la survie des suricates dans ce milieu désertique. Soulevant une pluie d’or, un adulte creuse le sable depuis un bon moment. Le clan s’éloigne et il s’interrompt régulièrement pour vérifier qu’il ne se fait pas trop distancer. Un quart d’heure s’écoule, vingt minutes. Le suricate a complètement disparu dans son cratère. Lorsqu’il en surgit, il se montre nerveux et inquiet. Les cris de ses congénères ne sont presque plus perceptibles. Mais il replonge, bien décidé à dénicher ce qu’il sait être une proie de premier choix, une véritable délicatesse. Soudain, il jaillit tel un diable de sa boîte, un magnifique scorpion entre ses canines. Pas le temps de le croquer sur place, il lui faut rejoindre le groupe sans tarder. À toute vitesse, il court avec son trophée qu’il tient par le dard pour ne pas être piqué. Un petit vient à sa rencontre, tout excité. L’adulte dépose le scorpion à ses pieds et lui montre comment maîtriser une proie si dangereuse. Le jeune suricate saisit d’abord l’aiguillon rempli de venin avant de le sectionner. La petite femelle âgée de 2 mois n’en est visiblement pas à son premier scorpion et elle se débrouille fort bien. Elle l’avale goulument. Le dernier bout de patte n’a pas disparu dans son gosier que, déjà, elle repart quémander chez un autre adulte avec force cris…

    Le poids, l’ascenseur social des femelles
    Dans une colonie de suricates, la femelle alpha est la seule à avoir le droit de s’accoupler avec le mâle alpha et d’élever des jeunes. Si une femelle subordonnée devient mère, ses petits risquent fort d’être tués par la matriarche. Au mieux, cette dernière se les approprie. Mais pour devenir reine, il faut d’abord… prendre du poids! Le chercheur Tim Clutton-Brock et son équipe de l’université de Cambridge (Royaume-Uni) ont montré que les femelles ajustaient leur poids à celui de leurs concurrentes les plus proches. Celles qui n’ont ni l’âge ni les kilos requis doivent se contenter du rôle de nounou en prenant soin des petits de la femelle alpha. Le zoologiste a également observé que lorsqu’une femelle alpha meurt et que sa fille lui succède, la nouvelle matriarche prend à nouveau du poids durant les trois premiers mois de son « règne », notamment lorsque la différence de masse entre elle et sa concurrente directe est faible. Maintenir son rang impliquerait donc de garder un tour de taille supérieur à celui de la plus proche rivale.
    Palabrer pour limiter les conflits
    Afin d’entretenir de puissants liens sociaux, les suricates apprécient de se toiletter mutuellement, notamment le matin avant le départ pour la chasse et le soir, de retour au terrier. Les dominants sont toilettés par les subordonnés et les jeunes sont choyés par tous les membres du clan. De même un individu blessé sera consolé. Mais la cohésion sociale est aussi organisée grâce à un important répertoire de vocalises: trilles, pépiements, aboiements, grognements… Trente-six signaux différents ont été identifiés. Les signaux d’alarme font la distinction entre un danger aérien (un aigle) et terrestre (un chacal) et leur variation ou leur intensité renseigne sur le degré d’urgence. En cas de danger terrestre, le cri sera modulé selon qu’il s’agit d’une antilope inoffensive, d’un chat sauvage, d’un serpent ou de l’intrusion d’une bande rivale sur le territoire. Le son le plus connu est le cri de contact, trille monocorde que tous les membres du clan émettent à intervalles réguliers pour se signaler et se localiser mutuellement, notamment en déplacement. On a aussi mis en évidence la reconnaissance vocale chez les suricates d’un même clan: un individu identifie la voix d’un congénère grâce à son «timbre» individuel. Mieux encore: chaque individu adapte la fréquence et la tonalité de son «babil» à la présence proche ou non de son voisin et au statut hiérarchique de ce dernier. Par exemple, à proximité de la matriarche, une jeune femelle subordonnée multipliera ses vocalises. De là à imaginer une analogie avec la communication humaine, il n’y a qu’un pas! 

    Autres articles à lire

  • Singes en péril : « chacun peut prendre ses responsabilités »

    Faune sauvageUne étude américaine a montré que 75% des populations de singes dans le monde sont en déclin, en grande partie à cause des activités humaines. Pour la primatologue Shelly Masi, il est encore temps d’enrayer le phénomène, si chacun prend conscience de la menace et change ses habitudes.

    25 Janvier 2017
  • Une majorité de Français favorable à la réintroduction de l'ours

    Faune sauvageUne nette majorité de quelque 6.000 internautes français consultés en juillet sont favorables à la prochaine introduction de deux ourses dans les Pyrénées voulues par Nicolas Hulot, y compris parmi les habitants des six départements du massif.

    23 Août 2018
  • Naissance exceptionnelle d'un orang-outan de Bornéo à Paris

    Faune sauvageLa famille d'orangs-outans de la ménagerie du Jardin des Plantes à Paris vient de s'agrandir avec la naissance de Java, une femelle née il y a huit jours. La dernière naissance d'un orang-outan à la ménagerie remontait à 2005.

    24 Octobre 2018
  • Yuan Meng : le bébé panda de Beauval sera visible en janvier

    Faune sauvageBrigitte Macron, la marraine du panda né au zoo de Beauval en août dernier, a dévoilé le nom de cet animal star qui devrait rester en France trois ans, et fera sa première apparition publique le 13 janvier 2018.

    05 Décembre 2017
  • Des Ours à Paris

    Faune sauvageProfitez des vacances des Noël pour découvrir le travail du photographe animalier Vincent Munier dans le cadre de l’exposition « Ours » au jardin des Plantes, à Paris.

    16 Décembre 2016
  • Les coatis, des animaux aussi mignons qu’indésirables

    Faune sauvageLe parc zoologique de Paris a accueilli en avril des coatis. Ces petits mammifères originaires de Guyane ne sont pas là par hasard, et véhiculent un message particulier au public. Alexis Lécu, directeur scientifique du zoo, nous en dit plus sur ces animaux.

    15 Juin 2019
  • Le brame du cerf

    Faune sauvagePartout en France, des sorties sont organisées pour écouter ce chant légendaire. Un rendez-vous nocturne qui permet de découvrir la forêt sous un nouveau jour…

    03 Septembre 2018
  • Braconnage : des pandas roux revendus comme animaux de compagnie

    Faune sauvagePlusieurs ONG tirent la sonnette d’alarme face à une recrudescence de captures illégales de pandas roux en Asie pour en faire des animaux de compagnie, à cause de « leur image craquante ».

    09 Février 2018
  • Qui décide du sort des animaux ?

    Faune sauvageÀ l’heure où les scientifiques évoquent la sixième extinction de masse des espèces, la protection de la faune sauvage semble plus que jamais une urgence, dépendante de la responsabilité humaine. Mais entre la souveraineté des États et les réglementations internationales, la protection des espèces se révèle complexe à assurer. Reste le rôle des ONG, des scientifiques et de la société civile, déterminant pour la survie de millions d’animaux.

    27 Octobre 2017
  • Alpes-de-Haute-Provence : le premier loup abattu en 2020

    Faune sauvageUne louve aperçue 'à proximité d'un élevage de bovins' dans les Alpes-de-Haute-Provence a été lundi le premier loup abattu en France pour l'année 2020, a-t-on appris mardi auprès d'une association et de la préfecture.

    28 Janvier 2020
  • Un rhinocéros dans un scanner : une première mondiale

    Faune sauvageLayla, une femelle rhinocéros noir est le premier individu de son espèce à passer un scanner. Ses soigneurs d’un zoo de Chicago s’inquiétaient de ne pas trouver la cause d’une gêne respiratoire, potentiellement très dangereuse pour l’animal.

    02 Mai 2018
  • La sexualité de nos animaux 43/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… le kamasutra.

    14 Mai 2016
  • Au Mexique, le nombre de jaguars augmente de 20%

    Faune sauvageLueur d’espoir pour le plus grand félin d’Amérique. Un nouveau recensement fait état d’une hausse de la population, liée à la mise en place de programmes de conservation et à une restauration de l’habitat naturel du jaguar.

    15 Juin 2018
  • L’« extension rapide » du loup est-elle une bonne nouvelle ?

    Faune sauvageUn nouveau bilan de suivi de loup en France fait état d’une population d’environ 430 individus, soit 70 de plus qu’en 2017. Une nouvelle encourageante pour le loup, qui va cependant devoir faire face à une augmentation des tirs…

    27 Juin 2018
  • Lacoste : le célèbre crocodile cède sa place pour la bonne cause

    Faune sauvageLa griffe se joint à l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) pour une opération de sensibilisation et de collecte de fonds afin de sauver des espèces au bord de l’extinction.

    02 Mars 2018
  • Deux ourses slovènes emménagent dans les Pyrénées

    Faune sauvageDeux ourses slovènes viennent d’être relâchées dans les Pyrénées occidentales afin de venir renforcer la petite population qui s’y trouve.

    05 Octobre 2018
  • Un lièvre de Patagonie découvert dans l’Oise

    Faune sauvageUn lièvre de Patagonie a été capturé par les services de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage dans une zone industrielle du Val-d’Oise. Probablement échappé de chez un particulier, il a été remis au zoo de Vincennes.

    13 Juin 2016
  • Landes : les associations mobilisées pour les deux macaques survivants

    Faune sauvageEn majorité porteurs du virus de l’herpès B, 163 macaques de Java du parc de la Pinède des singes dans les Landes, aujourd’hui fermé, ont été euthanasiés en mai dernier. Deux singes du même groupe, jusque à présent en semi-liberté, viennent d’être capturés et testés pour savoir s’ils sont porteurs du virus. Les associations demandent à ce qu’ils soient placés dans un refuge adapté.

    09 Août 2017
  • Les voyages en avion détruisent l'habitat des ours polaires

    Faune sauvageLes avions transportent chaque année 4,6 milliards de passagers. Des chercheurs norvégiens ont calculé combien cela représentait en termes de kilomètres carrés de banquise fondue…

    31 Janvier 2020
  • Tchad : quatre des six rhinocéros noirs réintroduits en mai sont morts

    Faune sauvageSur les 6 rhinocéros noirs réintroduits en mai dans le parc de Zakouma, dans le sud-est du Tchad où ils avaient disparu il y a près d'un demi-siècle, 4 sont morts six mois plus tard, a annoncé mardi l'ONG African Parks.

    07 Novembre 2018