Bien-être animal : les entreprises s’engagent de plus en plus


  • Bien-être animal : les entreprises s’engagent de plus en plusPhoto : Shutterstock
  • Protection/ Elevage

    D’après une étude menée auprès de 99 entreprises agroalimentaires à l’international, près des trois quarts s’engagent à respecter le bien-être animal et à faire preuve de plus de transparence sur le sujet. Encore à la traîne, la France tend néanmoins à rattraper son retard en la matière.

    Grâce aux nouvelles attentes des consommateurs, le bien-être animal est devenu un argument de vente et de nombreuses entreprises de l’agroalimentaire l’ont bien compris. Marks & Spencer, McDonald’s ou bien encore Tesco, lorsque de grands groupes décident de s’engager sur la provenance de leurs produits, cela « envoie un signal fort aux producteurs en les engageant à changer leur pratique d’élevage et peut avoir un effet boule de neige sur toute la fialière de l’agroalimentaire » analyse Aurélia Greff, responsable communication et campagne chez CIWF.

    Un sujet incontournable

    L’ONG, qui milite pour le développement de pratiques d’élevage respectueuses du bien-être animal, a relayé fin janvier le nouveau rapport du BBFAW (Business Benchmark on Farm Animal Welfare), évaluant depuis cinq ans les engagements publics des plus importantes entreprises agroalimentaires à l’échelle internationale en matière de bien-être animal. Selon cette étude, en 2016, sur les 99 groupes examinés, 73% ont mis en avant une politique en faveur du bien-être animal. Par comparaison, seules 46% des entreprises avaient élaboré une politique à ce sujet en 2012. Actuellement, 65% des entreprises se sont fixées des objectifs concrets sur le bien-être animal, contre 26% en 2012…

    « Le marché évolue rapidement, avec une demande consommateurs croissante pour des produits plus respectueux du bien-être animal » constate Jeremy Coller, l’un des sponsors de cette étude, destinée avant tout aux fonds d’investissements. « L’intérêt de ce benchmark est aussi de montrer que les investisseurs ont compris que le retard de certaines entreprises en matière de bien-être animal était un vrai facteur de risque, car cela correspond de moins en moins aux attentes des consommateurs » détaille Aurélia Greff.

    La France à la traîne

    Dans ce classement, la France fait encore figure de mauvaise élève. Sur les 10 entreprises tricolores présentes, seuls les groupes Danone et Sodexo sont plutôt bien classés. Ils arrivent au niveau 3 intermédiaire (sur 6 au total). « On note aussi cette année les progrès du groupe Carrefour, qui gagne une place par rapport à 2015 et arrive au niveau 4. Sur les 10 entreprises françaises classées cette année, il est cependant regrettable que 7 d'entre elles restent en bas de classement. Les groupes Auchan, Casino, Leclerc et Lactalis ne bougent pas du niveau 1 le plus bas depuis 2012 » peut-on lire dans le communiqué du CIWF.

    Si les entreprises françaises doivent encore « faire des efforts en matière de communication dans leur politique relative au bien-être animal » on constate, depuis la fin de l’année 2016, qu’un mouvement d’ampleur est engagé en ce sens. Une liste croissante d’enseignes de grande distribution s’engagent à ne plus vendre d’œufs issus de poules élevées en cage d’ici 2020 environ. Casino, Leader Price et Franprix ont ainsi rejoint Intermarché, Carrefour, Monoprix (effectif pour tous les œufs), Lidl (engagement d’ici 2025 pour tous les œufs), Aldi, Système U (engagement d’ici 2020 pour la marque U), Maximarché, Bi1, ATAC ou encore Colruyt.

    Et demain, les poulets ?

    « Au-delà des engagements sur les œufs issus de poules élevées en cage, nous souhaitons qu’il y ait de vraies politiques générales du bien-être animal de la part des entreprises de l’agroalimentaire » souligne Aurélia Greff. Selon elle, le prochain gros sujet sur lequel les entreprises sont en train, ou doivent évoluer, est celui des poulets. « Deux géants de la restauration collective, Compass Group et Aramark, se sont déjà engagés sur cette question. Au CIWF, nous militons pour que les poulets d’élevages aient une croissance plus lente, qu’ils aient plus d’espace et qu’ils bénéficient d’un environnement enrichi (bottes de paille, perchoirs, lumière naturelle etc.). »

    L’association demande à ce que, comme pour les œufs, un système d’étiquetage simple et clair soit mis en place « selon le mode d'élevage sur tous les produits et ingrédients d'origine animale vendus dans l'UE. » Il s’agit d’une étape incontournable pour Aurélia Greff, car une fois informés, « les consommateurs ont toutes les clés en main pour choisir et répondre à leurs questions sur le mode d’élevage des animaux ». 


    Autres articles à lire

  • Monoprix retire les œufs de poules élevées en batterie de ses rayons

    ProtectionDepuis le 11 avril, les clients des magasins de cette marque de distribution ne trouvent plus dans leurs rayons d'œufs issus de poules élevées en batterie. Bio, plein air, au sol, en volière ou encore en batterie, comment faire la différence ? Un exemple à suivre pour les magasins d'alimentation.

    12 Avril 2016
  • 36 parlementaires contre le broyage des poussins

    ProtectionLa campagne de sensibilisation de l’association de protection L214 a finalement touché le cœur de 36 députés et sénateurs qui ont soumis la question du sort des 50 millions poussins mâles au ministre de l’Agriculture.

    12 Août 2015
  • Transport des animaux vivants : une situation à faire changer

    ProtectionUne proposition de loi vise à mieux protéger les animaux d’élevage pendant leur transport, en diminuant la durée autorisée des trajets en France et en renforçant les règles pour les voyages hors de l’Union européenne.

    09 Février 2017
  • L’Europe veut bannir l’élevage des lapins en cages

    ProtectionMardi 14 mars, les eurodéputés ont adopté une résolution invitant les éleveurs de lapins à revoir les normes de leur élevage afin d’améliorer le bien-être des quelque 340 millions de lapins qui vivent reclus dans des cages minuscules en Europe.

    15 Mars 2017
  • Le plan d'action du gouvernement pour le bien-être animal

    ProtectionBroyage des poussins mâles, castration à vif des porcs, poules pondeuses… Le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert a présenté mercredi dans l’Allier la feuille de route du gouvernement pour améliorer le bien-être animal. Celle-ci comprend des dispositions existantes, des éléments de la future loi Alimentation et des mesures à l’étude.

    29 Août 2018
  • La fin de l'élevage amateur

    ProtectionEn janvier 2016, les particuliers qui vendent une portée devront se déclarer éleveurs. Jérôme Languille, chef du bureau de la Protection animale au ministère de l’Agriculture, nous explique pourquoi.

    01 Décembre 2015
  • Juments : le scandale des « fermes à sang »

    ProtectionL’association Welfarm dénonce l’existence de fermes, en Argentine et en Uruguay, dans lesquelles des juments sont élevées dans l’unique but d’extraire de leur sang une hormone utilisée dans des élevages d’animaux, en Europe et en France.

    10 Octobre 2017
  • La Californie interdit la vente d’animaux d’élevage en animalerie

    ProtectionLa Californie est le premier État américain à promulguer une loi interdisant la vente de chiens, de chats et de lapins provenant d’élevages intensifs dans les animaleries, dès le 1er janvier 2019.

    24 Octobre 2017
  • Un an de prison requis pour maltraitance animale dans un abattoir

    ProtectionAu tribunal correctionnel d'Alès, le procureur a requis un an de prison avec sursis contre le principal prévenu du premier procès pour maltraitance animale dans un abattoir français.

    23 Mars 2017
  • BOSTON : la vente d’animaux interdite en animalerie

    ProtectionÀ Boston, aux États-Unis, les chiens et chats issus d’élevages ne pourront plus être vendus en animalerie, en raison d’un arrêté municipal adopté le 2 mars dernier. Une décision qui participe à la lutte contre le trafic d’animaux et incite les futurs maîtres à adopter.

    11 Mars 2016
  • L214 jugé pour avoir placé des caméras dans un abattoir

    ProtectionLe procès de deux militants de L214, dont le cofondateur, Sébastien Arsac, s’ouvre aujourd’hui. Ils sont jugés pour avoir caché des caméras de surveillance dans l’abattoir de Houdan, en décembre dernier.

    04 Septembre 2017
  • Vidéosurveillance : Olivier Falorni remonte au créneau

    ProtectionA l’initiative de la commission d’enquête parlementaire qu’il a présidée, le député de la Charente-Maritime, Olivier Falorni, présente, jeudi 12 janvier, sa proposition de loi relative au respect de l’animal en abattoir. Il répond aux questions d’Animaux-online et du magazine 30 Millions d’amis et entend bien défendre ses propositions jusqu’au bout pour mettre un terme aux souffrances des bêtes dans les abattoirs dénoncées, l’an dernier, dans des vidéos choc rendues publiques par l’association L214…

    11 Janvier 2017
  • Bruxelles : une cinquantaine de lapins en colère

    ProtectionDes militants de l'association Compassion in World Farming (CIWF) déguisés en lapins ont manifesté leur mécontentement au Conseil de l'Union européenne, à Bruxelles, concernant les conditions de vie dans les élevages de lagomorphes destinés à finir dans nos assiettes. Présente le 17 mai dernier, Aurélia Greff, porte-parole du CIWF, donne son éclairage sur ce combat.

    19 Mai 2016
  • L214 : une nouvelle vidéo choc sur les poules pondeuses

    ProtectionL’association publie des images tournées dans un élevage industriel de 460 000 poules dans la Somme et demande à ce que le gouvernement vote pour l’interdiction des élevages en cage alors que 90 % des Français y sont favorables.

    15 Mai 2018
  • Brigitte Bardot adresse une lettre au ministre de l'Agriculture

    ProtectionBrigitte Bardot, présidente de la fondation éponyme, adresse une lettre à Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture qu'elle appelle ''ministre de la Souffrance''. Une supplique suite aux deux nouvelles vidéos tournées par L214 dans deux abattoirs du sud de la France.

    29 Juin 2016
  • Un Salon de l’agriculture sous haute surveillance

    ProtectionL’édition 2018 du Salon international de l’agriculture ouvre ses portes ce week-end, alors que les questions autour de l’élevage intensif ou de la réglementation des abattoirs sont soulevées par les ONG de protection animale.

    20 Février 2018
  • Deux nouveaux abattoirs dénoncés par L214 pour maltraitance

    ProtectionC’est encore par une vidéo que l’association de protection animale L214 vient de dénoncer les maltraitances sur les animaux dans deux abattoirs du sud de la France.

    29 Juin 2016
  • Stop aux cages : une pétition pour interdire les poules en batterie

    ProtectionL’animateur de télévision Stéphane Bern présente une nouvelle vidéo choc de L214, tournée dans un élevage de poules en cage, en Bretagne. Une pétition en ligne a été créée pour demander au gouvernement une loi interdisant ce type de pratique, provoquant « d’intolérables souffrances » chez les animaux.

    11 Décembre 2017
  • Etats généraux de l’alimentation : 5 questions pour les animaux

    ProtectionLes enjeux des Etats généraux de l’alimentation, lancés ce jeudi 20 juillet sont de taille. Mais au-delà des problèmes de crise économique du secteur agricole et de santé publique autour de la qualité de notre alimentation se pose la question de la condition animale : fin de l’élevage intensif, préservation de la biodiversité, changement de modèles de consommation, cohabitation des activités humaines avec la faune sauvage … autant de sujets qui ne doivent pas être oubliés dans les réflexions de ces prochains mois.

    20 Juillet 2017
  • Loi agricole : les inquiétants reculs pour la condition animale

    ProtectionLe projet de loi doit être voté à l’Assemblée nationale la semaine prochaine, alors que les mesures phares concernant la condition animale – la fin des poules pondeuses en cage et le contrôle vidéo en abattoirs – ont été retirées.

    16 Mai 2018