Singes en péril : « chacun peut prendre ses responsabilités »


  • Singes en péril : « chacun peut prendre ses responsabilités »Photo : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Une étude américaine a montré que 75% des populations de singes dans le monde sont en déclin, en grande partie à cause des activités humaines. Pour la primatologue Shelly Masi, il est encore temps d’enrayer le phénomène, si chacun prend conscience de la menace et change ses habitudes.

    Shelly Masi- © Luca Morino

    Une étude du journal scientifique Science Advances, publiée en janvier, a pointé du doigt une situation alarmante pour les primates de la planète : selon les chercheurs, 60% des espèces de singes sont en danger en raison des activités humaines, et 75% des populations sont en déclin. La primatologue Shelly Masi*, spécialiste des gorilles, revient sur les différentes menaces qui pèsent sur les singes tout en proposant des solutions à mettre en place pour sauver les primates … et les hommes

    Animaux-Online : Les conclusions de cette étude vous surprennent-elles ?

    Shelly Masi : Non, ce sont des choses que l’on sait depuis longtemps. La situation est critique. Elle est notamment liée à la destruction de l’habitat naturel des singes. Un morceau de forêt, équivalent à une fois et demi la surface de Paris, disparaît chaque jour sur terre ! Si on ne fait rien, selon les estimations de l’ONU, il ne restera plus en 2030 que 10% de forêt tropicale dans le monde. Ce qui signifierait qu’en 2050 il ne resterait plus de grands singes …

    A-O : Quelles sont les principales causes de cette déforestation entrainant la disparition des singes ?

    S.M : L’exploitation forestière, l’extraction minière et l’agriculture intensive industrialisée augmentant de plus en plus en Asie, en Amérique et en Afrique. Et cela est directement lié à notre consommation. L’orang-outan par exemple, a déjà perdu dans les derniers 40 ans plus de 60% de son habitat à cause de la culture de l’huile de palme utilisée dans certains produits alimentaires et cosmétiques  que nous utilisons quotidiennement sans le savoir.

    Le coltan, extrait dans la forêt tropicale du Congo et de l’Amazonie, est aussi une des premières causes de la déforestation illégale en République Démocratique du Congo. Ce matériau est utilisé pour la confection d’appareils électroniques comme les téléphones et ordinateurs portables. En voulant changer régulièrement d’appareils nous alimentons la demande et sommes aussi responsables de cette déforestation.

    A-O : Quelles autres menaces pèsent sur les primates ?

    S.M : Le braconnage est une autre cause de la disparition des singes. Ils sont tués pour leur viande, exportée notamment dans des grandes capitales d’Afrique, ou sont utilisés pour certains rituels magiques ou médicinaux. Mais il y a aussi un important trafic illégal d’animaux vivants de la part des zoos privés ou de riches particuliers qui les détiennent comme animaux de compagnie.  

    A-O : Les singes sont également victimes de grandes épidémies. A quel point le virus Ebola les a-t-il impactés ?

    S.M : Au début des années 2000, Ebola, combiné à un fort braconnage, a eu de graves conséquences sur les gorilles de l’ouest. Depuis 2007, ils sont classés par l’UICN  dans la catégorie des espèces en danger critique d’extinction. Le virus a tué dans certaines zones de la République du Congo 90% de la population de gorilles de l’ouest.

    Outre Ebola, les singes sont de plus en plus impactés par les maladies des hommes. Cela est aussi du à la déforestation, qui augmente la proximité des humains, mais aussi des animaux d’élevage, avec les animaux sauvages. Ces derniers n’ont pas les défenses immunitaires nécessaires pour se défendre contre ces nouvelles pathologies.

    A-O : Quelles sont les espèces de singe les plus menacées aujourd’hui ?

    S.M : Les espèces endémiques, qui n’existent que sur un territoire spécifique, sont les plus menacées. C’est notamment le cas des différentes espèces de lémuriens, ne vivant qu’à Madagascar où il y a eu un taux  brutal de déforestation ces dix dernières années. Les grands singes sont également les plus sensibles, car ils ont un taux de développement et de reproduction très lent. Un orang-outan a en moyenne un petit tous les huit ans. Ils ont des capacités cognitives très élevées et vivent dans des habitats saisonniers où il est difficile de prévoir la disponibilité de nourriture. Ils ont donc beaucoup de choses à apprendre et leur sevrage peut durer trois ou quatre ans pour un gorille (selon l’espèce), et jusqu’à sept ans pour un orang-outan.

    A-O : En quoi la disparition des singes nous impacte-t-elle directement ?

    S.M : Tout est lié. On appelle les singes les « jardiniers de la forêt » : lorsqu’ils mangent un fruit, les graines passant par leur intestin sont activées et semées sur de grandes distances car les singes sont de très grands marcheurs.  Ils maintiennent ainsi l’écosystème des forêts tropicales, qui elles-mêmes, maintiennent l’oxygène sur notre planète. Si les singes disparaissent, la forêt disparaît et on ne peut plus survivre.

    Les singes sont des espèces « parapluie », en les protégeant, nous préservons aussi les autres animaux de la forêt, ceux qui sont moins charismatiques mais qui sont aussi essentiels pour le maintien de l’écosystème et la régénération de la forêt.

    Et les singes sont aussi bien sûr une grande richesse pour l’humanité. Ils appartiennent à la même famille que nous, celle des hominidés. Ce sont nos cousins vivants les plus proches. Ils nous permettent d’en apprendre énormément sur nos propres origines et notre évolution.

    A-O : Quelles solutions faut-il selon vous mettre en place pour enrayer la disparition des singes ?

    S.M : Il faut agir au niveau régional et international.

    Sur place, il est essentiel que des projets d’économie locale, respectueux de la nature, se développent. Ce peut être, par exemple, la mise en place de projets d’écotourisme. Les populations et les gouvernements des pays où vivent les singes, doivent se rendre compte qu’un singe vivant leur est plus profitable qu’un singe mort : au Rwanda, les touristes sont prêts à débourser près de 700 $ pour rester une heure avec les gorilles ! Mais l’écotourisme ne peut s’appliquer de la même manière à tous les pays. Ils faut donc adapter différentes stratégies selon les caractéristique des Etats.

    Il est primordial de comprendre que les populations locales ne sont pas les seules concernées. Nous sommes, chacun,  responsables de cette situation, à cause de notre consommation excessive. Il faut que nous changions nos habitudes et que nous recyclions le plus possible, y compris nos téléphones portables !

    Enfin, il faudrait également renforcer la surveillance locale et internationale pour lutter contre le braconnage et le trafic illégal des animaux.   

     

    *Shelly Masi est primatologue, spécialiste des gorilles, maître de conférence du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) au Musée de l’homme, vice présidente de la Société francophone de primatologie (SFDP).

     

     

     

     

     

     

     

     


    Autres articles à lire

  • Les voyages en avion détruisent l'habitat des ours polaires

    Faune sauvageLes avions transportent chaque année 4,6 milliards de passagers. Des chercheurs norvégiens ont calculé combien cela représentait en termes de kilomètres carrés de banquise fondue…

    31 Janvier 2020
  • Demain, les tigres et les lions ne seront-ils plus que des peluches ?

    Faune sauvageTigres, lions et pandas sont partout sur nos écrans, dans les livres pour enfants et les magasins de jouets. Mais en faisant croire qu'ils sont répandus dans la nature, leur omniprésence cache une triste vérité : ces animaux sont en danger.

    13 Avril 2018
  • Au Mexique, le nombre de jaguars augmente de 20%

    Faune sauvageLueur d’espoir pour le plus grand félin d’Amérique. Un nouveau recensement fait état d’une hausse de la population, liée à la mise en place de programmes de conservation et à une restauration de l’habitat naturel du jaguar.

    15 Juin 2018
  • Le caracal, un chat fantôme

    Faune sauvageFélin méconnu, le caracal, ou lynx du désert, est un grand chat aux moeurs discrètes. Sa situation est atypique : alors qu’il est en danger de disparition en Asie, en Afrique australe, sa patrie de prédilection, il est classé comme nuisible.

    30 Août 2018
  • Sri Lanka : 7 éléphants découverts morts, sans doute empoisonnés

    Faune sauvageLes responsables de la faune sauvage ont découvert depuis vendredi 27 septembre sept éléphants morts au Sri Lanka, sans doute empoisonnés par des villageois exaspérés par ces animaux qui causent des accidents mortels et détruisent les cultures.

    30 Septembre 2019
  • Luc Besson pourra garder ses cerfs

    Faune sauvageLa justice a débouté, ce jeudi 26 décembre 2019, des chasseurs qui avaient porté plainte contre le cinéaste Luc Besson en l'accusant de laisser proliférer sur sa propriété de l'Orne des cerfs au détriment des champs voisins, selon les avocats des deux parties.

    26 Décembre 2019
  • Braconnage : des pandas roux revendus comme animaux de compagnie

    Faune sauvagePlusieurs ONG tirent la sonnette d’alarme face à une recrudescence de captures illégales de pandas roux en Asie pour en faire des animaux de compagnie, à cause de « leur image craquante ».

    09 Février 2018
  • Un lièvre de Patagonie découvert dans l’Oise

    Faune sauvageUn lièvre de Patagonie a été capturé par les services de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage dans une zone industrielle du Val-d’Oise. Probablement échappé de chez un particulier, il a été remis au zoo de Vincennes.

    13 Juin 2016
  • La sexualité de nos animaux 50/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… la ménopause.

    21 Mai 2016
  • Inde : des drones et des éléphants pour retrouver un léopard en fuite

    Faune sauvageDes drones, des éléphants et une centaine de gardes forestiers sont mobilisés dans l'est de l'Inde pour retrouver un léopard qui s'est échappé d'un parc animalier, ont annoncé vendredi les autorités.

    05 Janvier 2019
  • La technique de chasse du renard

    Faune sauvageLe renard mulotte. Il étonnant de le voir en action. Il serait le seul mammifère à utiliser cette technique pour chasser. En quoi consiste-t'elle ? Animaux-Online vous la décrypte.

    06 Janvier 2016
  • Faites un geste pour la Journée mondiale des animaux

    Faune sauvageCréée en 1929, à Vienne en Autriche, à l'occasion du Congrès international pour la protection des animaux, la Journée mondiale des animaux a lieu ce 4 octobre, jour de la Saint-François d'Assises. L'occasion saisie par l'ONU de mettre en lumière les espèces menacées sur notre planète. Le guépard fait partie des plus fragiles. Et si vous faisiez un geste pour aider à sa préservation dans le Masaï-Mara ?

    04 Octobre 2017
  • Un louveteau affaibli et errant : la faute aux tirs de loups

    Faune sauvageUn louveteau affaibli, apparemment blessé, a été aperçu à plusieurs reprises depuis quelques jours par des habitants de la station de ski de Valberg (Alpes-Maritimes). Selon l’association Ferus, les causes de cette errance sont les tirs de loups autorisés par l’État, qui ont décimé sa famille…

    28 Octobre 2019
  • Montreurs d’ours et de loups : une pratique à combattre

    Faune sauvageLors du colloque qui s’est tenu le 12 novembre à l’Assemblée nationale, intitulé « vers la fin des animaux sauvages dans les spectacles : pourquoi nous devons légiférer », une pratique rare mais malheureusement toujours présente en France a été abordée : les montreurs d’ours et de loups.

    15 Novembre 2018
  • [VIDEO] Les ourses Claverina et Sorita s’apprêtent à hiverner

    Faune sauvageDepuis leur lâcher dans les Pyrénées en octobre, les deux ourses slovènes ont parcouru près de 530 kilomètres chacune. Elles sont en pleine forme et même plus jeunes qu’on ne le pensait. La preuve en images.

    19 Décembre 2018
  • Naissance exceptionnelle d'un orang-outan de Bornéo à Paris

    Faune sauvageLa famille d'orangs-outans de la ménagerie du Jardin des Plantes à Paris vient de s'agrandir avec la naissance de Java, une femelle née il y a huit jours. La dernière naissance d'un orang-outan à la ménagerie remontait à 2005.

    24 Octobre 2018
  • Etats-Unis : des 'bombes de cyanure' pour tuer les animaux

    Faune sauvageL'administration du président américain Donald Trump a levé l'interdiction, malgré l'opposition de groupes de défense de l'environnement, de pièges empoisonnés au cyanure de sodium destinés à tuer renards, coyotes et chiens sauvages.

    09 Août 2019
  • Braconnage : un chasseur de lémuriens interpellé à Madagascar

    Faune sauvageDouze lémuriens, petits primates emblématiques de Madagascar, ont été récemment braconnés dans la Grande-Ile et un chasseur présumé interpellé, a annoncé mercredi la ministre de l'Environnement malgache.

    07 Mars 2018
  • Deux bébés pandas au lieu d'un seul attendus au zoo de Beauval

    Faune sauvageHuan Huan, la panda femelle prêtée par la Chine au zoo de Beauval à Saint-Aignan-sur Cher, attend des bébés jumeaux et non pas un seul bébé, a révélé mardi une ultime échographie effectuée avant la mise bas, prévue vendredi ou samedi.

    02 Août 2017
  • Le castor est de retour en Ile-de-France

    Faune sauvageLe rongeur aquatique, qui avait quasiment disparu en France au début du XXe siècle, poursuit sa reconquête du territoire: d’après les observations de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), une famille de castors d’Europe pourrait être identifiée fin août en Ile-de-France.

    29 Mai 2017