7 règles d’or pour le soigner soi-même


  • 7 règles d’or pour  le soigner soi-mêmePhoto : Shutterstock
  • Chiens/ Santé

    Comme nous, nos animaux ont parfois de petits problèmes de santé que leurs maîtres peuvent prendre en charge seuls, sans passer par la case vétérinaire. À eux de savoir les identifier et les soigner sans passer à côté de quelque chose de plus sérieux.

    L’automédication appliquée à nos animaux de compagnie n’est pas à proscrire. Mais, bien souvent, par crainte d’un coût élevé de la consultation vétérinaire, les maîtres y ont recours sans trop savoir jusqu’où va leur compétence et exposent leurs animaux à des problèmes plus graves que le petit bobo de départ. Pour éviter de tomber dans ces pièges, il suffit pourtant de s’en tenir à sept règles d’or…


    1 - Ne soigner que les adultes non fragiles
    Par définition, un animal fragile a plus de risques qu’un autre de présenter rapidement des complications si le traitement qu’on lui administre n’est pas le bon. C’est pourquoi la médication sans passer par le vétérinaire ne s’adresse pas aux jeunes (chiots ou chatons), aux femelles gestantes ou allaitantes, aux animaux âgés ou ayant une maladie chronique comme un diabète, une insuffisance rénale, cardiaque, hépatique, etc. Chez ceux-là, en cas de symptôme inhabituel, il vaut mieux avoir d’office le «réflexe vétérinaire».


    2 - Ne soigner que les troubles mineurs
    Quand on n’est pas vétérinaire, il n’est pas toujours facile de faire la distinction entre un symptôme mineur et quelque chose qui paraît bénin mais qui ne l’est pas. C’est pourquoi, avant d’entreprendre quoi que ce soit, il faut s’en tenir à l’état général de son animal : si, hormis le symptôme (petite plaie, vomis­sement isolé, diarrhée de faible intensité et non hémorragique, etc.), son comportement reste inchangé, qu’il est toujours aussi joueur, qu’il mange bien et ne semble pas abattu, la situation est rassurante. À l’inverse, si en plus de présenter ce symptôme, il est prostré ou au contraire très agité et ne veut pas qu’on le manipule, l’avis du vétérinaire est incontournable. Son recours l’est aussi, et cette fois en urgence, devant certains symptômes inquiétants comme une fièvre supérieure à 39° C (pensez à prendre sa température au moindre doute), des efforts répétés mais vains pour vomir avec une forte salivation, des vomissements interminables, des diarrhées hémorragiques, la présence de sang dans ses urines, des difficultés pour respirer, des troubles de l’équilibre, une perte de connaissance, etc.


    3 - Soigner des troubles ponctuels
    Un trouble mineur va vite disparaître alors qu’une pathologie plus sérieuse va continuer d’évoluer, même si cela ne se produit pas de manière visible. C’est pourquoi soigner soi-même son animal n’a pas vocation à durer. Si vous ne constatez aucune amélioration dans les 24 heures, vous devez passer la main au vétérinaire. Il faut même le faire plus tôt si d’autres symptômes apparaissent entre-temps. Enfin, si le traitement que vous lui avez donné semblait lui réussir mais que, lorsque vous l’arrêtez (dans les 48 heures au maximum), le symptôme réapparaît, une consultation s’impose.


    4 - Un seul et unique traitement
    Donner un seul principe actif est une règle de sécurité très importante pour éviter toute interaction entre différents médicaments (surtout s’il prend déjà des médicaments prescrits par le vétérinaire). De plus, si le traitement donné est mal supporté, cela permet de l’identifier tout de suite.


    5 - Un traitement adapté à son espèce
    Humains, chiens, chats : si nous partageons le même toit, nos espèces sont bien différentes et un traitement qui convient à la nôtre ne convient pas forcément à notre chien ou notre chat. Ce n’est pas une question de poids (un petit chien pèse autant qu’un chat) mais de métabolisme. C’est pourquoi la plupart des antidouleurs destinés aux chiens sont toxiques pour les chats. C’est aussi pourquoi les antidouleurs destinés aux humains sont très souvent toxiques pour nos animaux. Quelques comprimés d’ibuprofène (l’un des anti-inflammatoires non stéroïdiens les plus utilisés chez l’humain) peuvent tuer un chien en quelques jours. Et un seul comprimé de paracétamol peut provoquer une insuffisance hépatique grave, voire mortelle, chez le chat. Il n’y a pas que les comprimés qui peuvent s’avérer dangereux : une pommade à base de lidocaïne (un anesthésiant local) peut aussi rendre un chat bien malade, en détruisant ses globules rouges. Seules quelques rares molécules sont communes à l’homme et à l’animal: il s’agit surtout d’antibiotiques de la classe des pénicillines – mais leur posologie diffère – et de traitements à visée neurologique.


    6 -  Un traitement réputé très bien toléré
    Soigner, c’est toujours un compromis entre l’efficacité, qui doit être la meilleure possible, et la tolérance, qui doit être optimale. Pour des troubles mineurs, il est donc hors de question de prendre des risques sous peine de faire plus de mal que de bien. Lorsque l’on veut soigner soi-même son animal, seul le traitement en vente libre le mieux toléré a donc sa place! C’est généralement le cas de l’homéopathie (en 9CH, à raison de trois granules deux fois par jour, jusqu’à amélioration). Ce n’est certainement pas le cas des huiles essentielles (qui peuvent s’avérer très toxiques, surtout chez le chat) : ce n’est pas parce que c’est naturel que c’est bien toléré.


    7 - Avec l’aide du vétérinaire pour gérer une poussée
    Si votre animal a une pathologie chronique susceptible d’évoluer par poussées, le vétérinaire peut vous indiquer un produit à administrer en attendant la consultation, pour le soulager. Plus que de la médication personnelle, c’est de l’anticipation! En revanche, il n’est pas question d’utiliser sans son accord préalable un médicament qu’il a prescrit à votre animal précédemment, au seul motif que les symptômes ressemblent à ceux qui l’avaient généré : vous pourriez faire plus de mal que de bien.

    Son armoire à pharmacie idéale
    En homéopathie : Ignatia, pour tout problème en rapport avec une hyperémotivité, et Passiflora, en cas d’hyperanxiété (légèrement sédatif). Aconit, face à une fièvre qui grimpe très vite. Arnica, en cas de choc. Arnica et Phosphorus, après une opération pour l’aider à se remettre. Apis, pour les piqûres d’insectes. Cantharis, pour soulager une inflammation de l’appareil urinaire. Drosera, en cas de toux quinteuse. Nux vomica, en cas de vomissements. Rhus tox, pour les chiens qui ont des petites douleurs articulaires. Staphysagria, pour favoriser la cicatrisation d’une plaie. Thuya occidentalis, en cas de verrues. Et aussi : des comprimés de Lactéol ou d’ultralevure en cas de diarrhée passagère, de l’huile de paraffine pour aider un chat à faire passer une boule de poils, de l’eau oxygénée à 10 % pour les petits saignements, de la Bétadine cutanée pour désinfecter une plaie, une pommade type Homéoplasmine pour favoriser la cicatrisation, de la Biafine (en cas de brûlure), de l’Hexomédine sur les piqûres de tiques, etc.

    Autres articles à lire

  • Le faire mincir avant une opération, c’est utile ?

    ChiensVotre chien est en surpoids et il doit passer sur la table d'opération pour améliorer son état de santé. C'est une raison pour le mettre au régime quelques jours avant l'intervention. Animaux-online vous donne les détails de cette précaution post-opératoire..

    17 Novembre 2015
  • Les bienfaits de l'acupuncture pour nos animaux de compagnie

    ChiensChiens ou chats hyperactifs, apathiques, arthrosiques, épileptiques… Leurs maîtres peuvent avoir recours à l'acupuncture pour éviter une surmédication de leur animal de compagnie. Une méthode douce et efficace.

    04 Mars 2016
  • Ses grands rendez-vous vétérinaires

    ChiensDès son plus jeune âge, votre animal de compagnie, chat ou chien, verra sa vie ponctuée de rendez-vous chez le vétérinaire. Identification, vaccinations, vermifuges… suivez nos conseils pas à pas.

    03 Novembre 2015
  • Mon chien a une hernie discale, que faire ?

    ChiensLes humains n’ont pas le monopole de la hernie discale. Même s’ils marchent à quatre pattes, nos chiens peuvent aussi être touchés, un peu, beaucoup, parfois jusqu’à la paralysie…

    31 Janvier 2018
  • Attention, les chenilles processionnaires sont de retour

    ChiensAlors que le printemps s’annonce timidement, les chenilles processionnaires ont déjà entamé la descente des pins pour s’enfouir dans le sol : une période à risque pour les hommes comme pour les animaux, confrontés aux redoutables poils urticants de cet insecte.

    20 Mars 2018
  • Mon animal maigrit, est-ce une bonne nouvelle ?

    ChiensOn parle souvent de l’obésité qui menace la santé de nos animaux de compagnie, si bien que l’on peut se réjouir de la perte de poids d’un chat ou d’un chien trop gros, Mais, si celle-ci se produit sans qu’un régime en soit la cause, ce n’est pas forcément bon signe…

    18 Novembre 2018
  • Quelle décision prendre face à son handicap ?

    ChiensLe grand âge, l'accident, la maladie… il en va des animaux comme des hommes: parfois, le handicap vient là où on ne l'attend pas. Pour le praticien, c'est le bien-être de l'animal qui doit guider le propriétaire dans sa décision quant à l'avenir de son compagnon…

    27 Novembre 2015
  • Décès d’un chien de traîneau sur la course de l’Iditarod

    ChiensC’est en participant à cette course de chiens de traîneau que Nash est mort, percuté par la motoneige d’un homme qui la conduisait en état d’ébriété. Les organisateurs de l’Iditarod, en Alaska, ont dépêché des secours, mais il était déjà trop tard pour l’athlète canin.

    14 Mars 2016
  • Gare à la chenille processionnaire du pin

    ChiensC’est au printemps, parfois plus tôt dans l’année, que les chenilles processionnaires du pin descendent de leurs arbres en file indienne. Leur poil urticant est un danger pour nos animaux, en particulier nos chiens.

    18 Février 2016
  • Vaccins : mieux vaut prévenir que guérir

    ChiensUn vaccin n’a d’intérêt que s’il permet à votre animal d’échapper à une maladie infectieuse à laquelle il est exposé. Les risques évoluant en fonction de divers critères, le vétérinaire reste le meilleur interlocuteur pour décider, avec vous, de la stratégie la plus efficace.

    20 Décembre 2015
  • Pourquoi tremble-t-il ?

    ChiensDe froid, de peur, de maladie, par faiblesse musculaire… Nos animaux sont comme nous : ils peuvent trembler. Pour les aider, mieux vaut faire preuve d’observation.

    19 Juillet 2016
  • Comment réagir s’il vient d’avaler mes médicaments

    ChiensQuelques bons réflexes à connaître.

    01 Mars 2016
  • REPAS DE fêtes : comment bien partager

    ChiensEnfants et adultes ne sont pas les seuls à aimer les copieux repas familiaux de fin d’année : nos petits compagnons savent aussi les apprécier. Mais prudence, les excès de bonne chère, volontaires ou non, peuvent se révéler nocifs pour eux!

    22 Décembre 2016
  • Chien : pourquoi sa truffe est-elle toujours humide ?

    ChiensHormis un gage de bonne santé, la truffe humide serait également l'une des caractéristiques du chien expliquant son odorat hors du commun.

    27 Septembre 2018
  • Wamiz run : une course pour vous et votre chien

    ChiensLa première édition de la Wamiz run se déroulera dimanche 26 mars au bois de Vincennes : une course solidaire pour les maîtres et leur chien et un village dog friendly ouvert à tous sont au programme de cette journée 100 % toutous.

    16 Mars 2017
  • Que valent les médecine douce pour les animaux ?

    ChiensSi la médecine classique s’intéresse aux symptômes ou à la maladie, les médecines naturelles ont une approche plus globale de la santé. Elles s'appliquent aussi sur les animaux.

    08 Janvier 2016
  • Comment lever un chien peu mobile ?

    ChiensAnimaux-online prodigue les bons gestes que le maître doit suivre pour lever un chien immobiliser de l'arrière-train tout en préservant son dos.

    11 Février 2016
  • Il bave, à quoi est-ce dû ?

    ChiensPlusieurs raisons peuvent faire saliver un chien de manière excessive...

    27 Octobre 2018
  • À quel âge dois-je faire le check-up de mon animal ?

    ChiensOn considère qu’un animal est senior dès l’âge de 6 ans pour les molosses, 7-8 ans pour les chiens de taille moyenne, 9 ans pour les chiens de petite taille et même 10-11 ans pour les chats. C’est donc le bon moment pour débuter la surveillance des premières pathologies liées à la vieillesse. Même en l’absence de symptômes, un petit check-up s’impose, recommande Animaux-online.

    03 Mars 2016
  • Le vétérinaire en un clic

    ChiensA l’instar de ce qui se passe en médecine humaine, les vétérinaires proposent de plus en plus aux propriétaires de leurs patients la possibilité de prendre un rendez-vous sans passer par le téléphone. Sur Smartphones, tablettes ou ordinateurs, la consultation est au bout du clic.

    27 Juin 2018