L214 : pour les députés, l’abattage des animaux est immontrable !


  • L214 : pour les députés, l’abattage des animaux est immontrable !Photo : DR
  • Protection/ Elevage

    Alors que deux de ses adhérents venus poser des caméras pour espionner les postes d’abattage ont été arrêtés dans un abattoir de Houdan*, dans les Yvelines, Brigitte Gothière, cofondatrice de L214, réagit au rejet de la mesure de vidéo-surveillance dans le cadre de proposition de loi « relative au respect de l’animal en abattoir », pilotée par Olivier Falorni .

    Suite au rejet par la commission des affaires économiques le 14 décembre dernier de la surveillance par caméra vidéo aux postes d’abattage dans le cadre de proposition de loi « relative au respect de l’animal en abattoir », pilotée par Olivier Falorni, Brigitte Gothière, cofondatrice de L214, avoue que son association s’y attendait. « Quelques jours avant le vote qui a rejeté la mesure, nous avions reçu une lettre de la Fédération nationale des industriels et des commerçants en gros de la viande où ils expliquaient que la mise en place d’un contrôle vidéo ne pouvait pas être une loi. Tout comme ils étaient farouchement opposés aux visites de contrôle inopinées dans les abattoirs. » Tout simplement parce que la mise à mort des animaux que nous consommons n’est pas montrable au grand public.  « La terreur de l’animal qu’on conduit à la mort et qui finira dans les assiettes des consommateurs n’est pas quelque chose que les professionnels de la filière veulent montrer, explique celle qui avait révélé les vidéos choc des maltraitances dans plusieurs abattoirs. Ils l’assument complètement puisqu’ils nous ont clairement dit que la mise en évidence du lien entre l’animal vivant et le bout de viande dans l’assiette risquait de « leur couper l’appétit » ! »

    Pour Brigitte Gothière, les arguments évoqués pour rejeter la proposition ne tiennent pas, à savoir le coût de la mise en place d’une vidéosurveillance et la pression exercée par les caméras sur le personnel aux postes d’abattage. « Certes, on peut entendre que des caméras mettent une certaine pression sur les personnes, concède-t-elle, mais il y a beaucoup d’autres secteurs d’activité, où les enjeux sont nettement moins importants, où les employés sont filmés. C’est le cas des caissières dans les supermarchés ou des ouvriers sur les quais de déchargement. En fait, cela ne pose pas de problème à partir du moment où ça arrange les entreprises de surveiller leur personnel. Et concernant le coût, l’argument ne tient pas. Une caméra ne coûte plus grand-chose de nos jours. »

    Atterré par la décision de la commission, le député Olivier Falorni, qui a porté le projet de loi à l’issue de l’enquête parlementaire décidée suite aux scandales des vidéos tournées dans des abattoirs, n’entend pas renoncer à faire voter une mesure qui a l’adhésion de 85% des Français (sondage Ifop, octobre 2016). Il estime dans un communiqué que « la commission a profondément modifié la proposition de loi initiale (en rejetant) un dispositif qui avait pourtant été élaboré afin d’assurer un meilleur contrôle des abattoirs tout en sécurisant les salariés et en empêchant le détournement d’images ». C’est pourquoi il soumettra à nouveau son projet de loi en séance publique, le 12 janvier prochain, avec ce même volet de contrôle vidéo, en espérant que les députés se montreront moins conservateurs.

    « Monsieur Falorni a raison de s’obstiner, a commenté Brigitte Gothière, même si nous avions un désaccord sur la destination des images tournées. Dans son texte, il propose que les vidéos ne soient accessibles qu’aux vétérinaires, aux directeur des abattoirs et aux délégués du personnel alors que nous souhaitons une ouverture vers les ONG et vers le grand public. A L214, nous estimons que le consommateur doit avoir une totale connaissance du mode de fabrication du produit qu’il achète pour être en mesure de choisir ou non de le consommer. »

    * Ils ont été relâchés après une garde à vue de 17 heures.


    Autres articles à lire

  • La fin de l'élevage amateur

    ProtectionEn janvier 2016, les particuliers qui vendent une portée devront se déclarer éleveurs. Jérôme Languille, chef du bureau de la Protection animale au ministère de l’Agriculture, nous explique pourquoi.

    01 Décembre 2015
  • De nouveau l'horreur dans un abattoir

    ProtectionCette fois-ci, c'est une vidéo tournée dans l'abattoir de Limoges qui est présentée par l'association de protection animale L214. Un pas de plus semble être franchi dans l'horreur puisque ce sont des vaches gestantes qui sont abattues. Leurs fœtus meurent par asphyxie tandis que leurs mères se débattent.

    04 Novembre 2016
  • Abattage rituel : le consommateur complice sans le savoir

    ProtectionPour qu’une viande soit certifiée halal ou casher, l’animal ne doit pas être (entre autres) étourdi avant la mise à mort. Cette caractéristique n’est pourtant pas le seul point de discorde entre consommateurs, défenseurs des animaux, vétérinaires et religieux.

    13 Février 2019
  • Transport des animaux vivants : une situation à faire changer

    ProtectionUne proposition de loi vise à mieux protéger les animaux d’élevage pendant leur transport, en diminuant la durée autorisée des trajets en France et en renforçant les règles pour les voyages hors de l’Union européenne.

    09 Février 2017
  • BOSTON : la vente d’animaux interdite en animalerie

    ProtectionÀ Boston, aux États-Unis, les chiens et chats issus d’élevages ne pourront plus être vendus en animalerie, en raison d’un arrêté municipal adopté le 2 mars dernier. Une décision qui participe à la lutte contre le trafic d’animaux et incite les futurs maîtres à adopter.

    11 Mars 2016
  • Grande-Bretagne : la vente de chiots interdite dans les animaleries

    ProtectionLa Grande-Bretagne va interdire aux animaleries la vente de chiens et de chats de moins de 6 mois, pour enrayer l'exploitation et les mauvais traitements faits aux animaux de compagnie, a annoncé le département de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales (Defra).

    04 Janvier 2019
  • L214 dénonce (encore) des maltraitances dans un élevage de poulets

    ProtectionL'association de défense des animaux L214 vient de dénoncer, vidéo à l'appui, les conditions d'élevage 'effroyables' de poulets entassés à plus de 22 par mètre carré dans une exploitation intensive à Solignat, dans le Puy-de-Dôme.

    09 Mai 2019
  • Juments : le scandale des « fermes à sang »

    ProtectionL’association Welfarm dénonce l’existence de fermes, en Argentine et en Uruguay, dans lesquelles des juments sont élevées dans l’unique but d’extraire de leur sang une hormone utilisée dans des élevages d’animaux, en Europe et en France.

    10 Octobre 2017
  • La vidéosurveillance dans les abattoirs reste facultative

    ProtectionL’amendement voté à l’Assemblée nationale prévoit une expérimentation de la vidéosurveillance dans les abattoirs pendant deux ans, sur la base du volontariat.

    28 Mai 2018
  • 36 parlementaires contre le broyage des poussins

    ProtectionLa campagne de sensibilisation de l’association de protection L214 a finalement touché le cœur de 36 députés et sénateurs qui ont soumis la question du sort des 50 millions poussins mâles au ministre de l’Agriculture.

    12 Août 2015
  • Les députés ne veulent pas de caméras dans les abattoirs

    ProtectionTrop coûteuse, mettant une pression sur les salariés, la mesure qui proposait de placer des caméras de surveillance dans les abattoirs vient d’être rejetée par les députés réunis en commission.

    14 Décembre 2016
  • Une nouvelle vidéo révèle des actes de maltraitance dans un abattoir

    ProtectionL214 dénonce des actes de maltraitance sur des cochons dans l’abattoir de Houdan, dans les Yvelines, et pointe du doigt les limites de la vidéosurveillance et des inspections des services vétérinaires de l’État.

    17 Février 2017
  • Transport d'animaux : le calvaire des animaux envoyés vers la Turquie

    ProtectionVidéo à l'appui, Compassion in World Farming France, Animal Welfare Foundation, Tiershutzbund Zurich et Eyes on Animals dénoncent les mauvais traitements infligés aux animaux d'élevage exportés vers la Turquie durant leur transport. Cette enquête pointe du doigt l'indifférence des pays européens.

    23 Février 2016
  • Deux nouveaux abattoirs dénoncés par L214 pour maltraitance

    ProtectionC’est encore par une vidéo que l’association de protection animale L214 vient de dénoncer les maltraitances sur les animaux dans deux abattoirs du sud de la France.

    29 Juin 2016
  • L214 : 100 % des cailles pondeuses vivent en enfer

    ProtectionL’association L214 vient de dévoiler les images d’une enquête tournée en décembre 2018 dans un élevage de cailles. Entassement, maladies, blessures, crasse… ces animaux vivent un véritable enfer et aucune loi n’existe pour les protéger.

    21 Mars 2019
  • Le bien-être animal au cœur des débats politiques

    ProtectionLe sort des poussins mâles broyés, les abandons de l’été… nos politiques semblent découvrir le triste sort des animaux d’élevage et de compagnie dans notre pays. Il n’est jamais trop tard…

    12 Août 2015
  • Le délit de maltraitance animale devrait être étendu aux abattoirs

    ProtectionLe gouvernement doit annoncer, ce jeudi, en clôture des États généraux de l’alimentation, de nouvelles mesures contre la maltraitance animale, concernant notamment les transports d’animaux vivants et les abattoirs.

    21 Décembre 2017
  • 1 million de signatures pour mettre fin à l’élevage en cage

    ProtectionPlus de 130 organisations européennes, dont une vingtaine de françaises, se sont réunies pour mener une vaste opération : recueillir 1 million de signatures en 1 an pour mettre fin à l’élevage des animaux en cage. Cette initiative citoyenne européenne (ICE) a pour but d’ouvrir le débat à la Commission européenne.

    15 Octobre 2018
  • Des pipeaux pour dénoncer les tromperies de l’agroalimentaire

    ProtectionLundi 19 juin, la Nouvelle Seine, une péniche en plein Paris, accueillait la soirée des Trophées des bêtes noires de la pub. Une cérémonie officielle et décalée pour remettre des prix à des spots, affiches ou campagnes publicitaires trompant le consommateur sur le traitement des animaux.

    20 Juin 2017
  • Le CIWF fixe 4 priorités de l’abattage en France

    ProtectionA la veille des conclusions de la commission d’enquête parlementaire sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie, le CIWF qui a été auditionné en mai dernier, fixe 4 priorités sur les modifications à apporter dans la filière dont les pratiques avaient été dénoncées via des vidéos tournées en caméra cachée par L214.

    19 Septembre 2016