Le magazine

Article

Vidéo

Adoption

Service

races

Que faire de son corps après sa mort?

  • 2570 vues

  • Que faire de son corps après sa mort?Photo : Arnaud Beinat
  • Vivre ensemble

    Avec une espérance de vie bien plus courte que la nôtre, nos petits compagnons finissent tôt ou tard par disparaître. Se pose alors la question de savoir quoi faire de leur corps…

    Lorsque son animal disparaît, la gestion de son corps est plus aisée lorsqu’on habite une maison avec un jardin plutôt qu’un appartement dans une grande ville. Pour autant, tout n’est pas permis…
    L’enterrement chez soi
    Enterrer le corps de son ami chien, chat ou même hamster dans son jardin est la première idée qui vient à l’esprit quand on possède un bout de terrain. C’est théoriquement possible, mais uniquement pour un animal de moins de 40 kilos et à condition d’enfouir le corps à un mètre de profondeur au minimum, en veillant à placer le corps entre deux couches de chaux vive et à distance d’au moins 35 mètres de toute habitation et de tout point d’eau.
    Beaucoup de propriétaires qui optent pour un enterrement chez eux marquent l’endroit en plantant un arbre, un arbuste ou des fleurs, comme pour la sépulture d’un proche humain…


    L’incinération
    L’incinération est une alternative de plus en plus souvent retenue. Elle est soit collective – plusieurs animaux étant incinérés simultanément – soit individuelle, éventuellement à l’occasion d’une cérémonie si tel est le souhait des propriétaires. Quand elle est individuelle, les propriétaires peuvent récupérer les cendres de leur animal et les rapporter dans une urne pour les conserver ou les répandre où ils le souhaitent (un jardin, une plante, un lieu de promenade, ou même un carré dédié à cet effet dans les cimetières animaliers). En cas d’incinération collective, les cendres peuvent être jetées en mer.
    Si votre petit compagnon est décédé chez le vétérinaire, c’est ce dernier qui se charge de faire enlever sa dépouille par un service spécialisé. Si la mort s’est produite chez vous, c’est à vous de faire la démarche. Mais quelle que soit l’option choisie, il y a un coût, entre 60 et 150 euros selon le poids de l’animal et la formule retenue.


    Le cimetière
    Plus répandu depuis quelques années, l’enterrement dans un cimetière permet de déposer soit le cercueil, soit l’urne contenant les cendres. Cela ne peut se pratiquer que dans un cimetière animalier (comme celui d’Asnières-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine). Les services de pompes funèbres s’occupent de tout (coût de 100 à 600 euros pour l’inhumation et le cercueil, auxquels il faut ajouter des frais de concession annuels).


    Le cimetière virtuel
    Pour ceux qui n’ont pas une telle somme, des cimetières animaliers virtuels et gratuits proposent de rendre hommage à son animal en y mettant sa photo et un message. (amonami.30millionsdamis.fr ou encore ­lecimetiere-animalier.net)


    La taxidermie
    Dernière solution enfin, de loin la plus coûteuse, c’est la naturalisation par un taxidermiste qui se charge de redonner l’apparence du vivant à la dépouille de votre animal grâce à un rembourrage par des matériaux spéciaux. Le coût peut aller jusqu’à plusieurs centaines voire milliers d’euros. Et il faut pouvoir regarder l’animal disparu qui, lui, vous contemple comme s’il était en vie…


    Autres articles à lire

  • 50 métiers pour s'engager auprès des animaux, à retrouver en ligne

    01/03/2017

    Le numéro de mars du magazine 30 Millions d’Amis dresse la liste des 50 métiers pour s'engager auprès des animaux. Orientations, formations, salaires : toutes ces informations sont à retrouver dans la version numérique du magazine.

    Vivre ensemble
  • Nos animaux sont-ils rancuniers?

    03/07/2017

    S’ils nous aiment, parfois notre retour au foyer n’est pas salué d’aboiements de joie ou de câlins. Comme s’ils nous tenaient rigueur d’une absence prolongée, ou pire, voulaient se venger!

    Vivre ensemble
  • Au programme de Pet Revolution : comportements répétitifs des animaux

    14/08/2017

    Vétérinaire, résidente en médecine du comportement au centre hospitalier universitaire vétérinaire d'Alfort (Chuva) de l’école nationale vétérinaire d’Alfort, Emmanuelle Titeux présentera lors du séminaire Pet Revolution, L’Animal en marche, les 30 octobre et 1er septembre prochains, son travail sur les liens entre les comportements répétitifs des animaux et leur mal-être.

    Vivre ensemble
  • 10 questions sur le bénévolat?

    02/03/2017

    Vous avez envie de vous engager dans la cause animale, mais vous hésitez car l’univers du bénévolat vous est étranger? Notre FAQ* est là pour y voir un peu plus clair, savoir quels sont vos devoirs et les droits des associations.

    Vivre ensemble
  • Chiens et chats : leur place dans nos foyers évolue

    08/02/2017

    Nos animaux de compagnie deviennent de véritables partenaires : de plus en plus préoccupés par leur bien-être et leur santé, nous apprécions, en retour, les bienfaits de leur présence comme la diminution du stress ou de la solitude.

    Vivre ensemble
  • Euro 2016 : les supporters sous la protection d'une équipe canine

    23/05/2016

    Une équipe cynophile de onze chiens s'entraîne depuis trois mois à détecter des explosifs sur des personnes en mouvement. Cette élite canine est bientôt prête à identifier d'éventuels kamikazes et à sécuriser l'événement sportif. Une première en France.

    Vivre ensemble
  • Le chien est le meilleur ami de l’enfant dans la famille

    26/01/2017

    Une étude britannique révèle que les enfants s’entendent mieux avec leur animal de compagnie qu’avec leur propre frère et sœur au sein d’une famille : parmi nos amis à quatre pattes, les chiens se montrent particulièrement bons compagnons pour leur jeune maitre.

    Vivre ensemble
  • Les intervenants de Dog Revolution : Séverine Belkhir

    14/09/2016

    Séverine Belkhir est éthologue et formatrice. Le week-end des 1er et 2 octobre, elle interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    Vivre ensemble