Nos animaux ont-ils le sens de la compétition?


  • Nos animaux ont-ils le sens de la compétition?Photo : Shutterstock
  • Chiens/ Comportement

    Que le meilleur gagne ! Pour obtenir ce qu’ils veulent, nos chiens et nos chats n’hésitent pas à s’opposer, parfois violemment. Mais si c’est plus rentable, ils peuvent aussi choisir d’unir leurs forces.

    " Allez, allez, allez ! » Sur les pistes enneigées des Alpes, les alaskan huskies s’élancent à toute vitesse encouragés par le conducteur de traîneau. Pour le musher qui participe à la course de vitesse de la Lekkarod, le désir de gagner est manifeste. Peut-on en dire autant de ses chiens ? Le sens de la compétition existe-t-il aussi chez nos animaux de compagnie ?
    À cette question, Dominique Grandjean, créateur de cette épreuve sportive et vétérinaire en chef à la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, répond : « Un chien a toujours envie de courir plus vite parce qu’il aime ça. La sensation de tracter quelque chose amplifie son bonheur tout comme les endorphines que son cerveau produit pendant l’effort. Chez les chiens nordiques, c’est l’instinct de chasseur à vue qui s’exprime. S’ils voient un traîneau devant, ils n’ont qu’une idée : le rattraper. C’est inné. Quant au fait de le dépasser et de maintenir le rythme ensuite, cela s’acquiert à l’entraînement ».
    Finalement, ce désir de performance est très similaire à celui ressenti par un marathonien. « À la différence près que, chez le chien, le but n’est pas de franchir en premier la ligne d’arrivée. C’est le plaisir qu’il en tire qui le motive », nuance l’expert.
    L’objectif à atteindre, justement, est une notion clé quand on aborde le sujet de la compétition dans le règne animal. « Dans le monde ­sauvage, la finalité ultime de la compétition est de transmettre ses gènes. Les animaux entrent en concurrence pour accéder aux ressources vitales que sont la nourriture, l’espace et les partenaires sexuels. Celui qui gagne mangera mieux, aura plus d’énergie pour conserver son territoire et sera plus attirant sexuellement », résume Serge Aron, direc­teur de recherche en écologie comportementale au FNRS en Belgique (l’équivalent du Centre national de recherche scientifique en France). Peut-on en dire autant de nos animaux de compagnie ? Ou la domestication a-t-elle endormi ces besoins primaires ?

    compétition à domicile

    Une étude américaine menée au sein de l’école vétérinaire de Grafton, dans l’État du Massachusetts, nous apporte des réponses sur la compétition entre chiens vivant dans un même foyer. Trente-huit familles ont été interrogées, chacune d’elle possédait au moins deux chiens qui s’étaient déjà battus entre eux. Les constatations de Kathryn Wrubel, Alice Moon-Fanelli, Louise Maranda et Nicholas Dodman ont permis d’identifier les facteurs qui déclenchent les bagarres, ou au moins des signaux menaçants (grognements, babines retroussées, poils hérissés). En première position : la recherche d’attention du maître, à l’origine de près de la moitié des conflits répertoriés (46 %). Alors qu’en l’absence de leur propriétaire, les chiens cohabitent harmonieusement, ils entrent en concurrence dès le retour du principal intéressé pour obtenir un regard, des caresses ou des paroles amicales. « Ces combats peuvent être très intenses parce que le maître est associé à une ressource de grande valeur. Les chiens qui souffrent d’anxiété de séparation sont plus susceptibles de développer ces ­comportements », indiquent les chercheurs. La nour­riture est aussi un enjeu majeur, citée dans 46 % des altercations, parfois conjointement à la recherche d’attention, ce qui explique que le total des pourcentages soit supérieur à 100 %. Enfin, 26 % des duels concernent l’appropriation d’un jouet.
    Lorsqu’elle s’exprime par l’agressivité, la compétition n’est pas souhaitable. C’est pourquoi il est nécessaire d’apprendre à son animal à partager dès son plus jeune âge. En adoptant un système d’éducation qui encourage et récompense le partage des ressources, on peut lui apprendre que « partager, c’est gagner ». Et il n’est jamais trop tard pour bien faire. Dans le cas de l’étude, où la situation a déjà dégénéré, des mesures éducatives basées sur la récompense des bons comportements ont permis de réduire considérablement les conflits.

    Miaou, moi d’abord !

    Et entre chats, comment ça se passe ? Anne-Claire Gagnon, vétérinaire et auteur de Un Chat sur le divan (Éditions Larousse), nous explique : « Ils peuvent aussi se disputer l’affection de leur maître. Par exemple, nous sommes en train de caresser un chat et un autre vient ­s’interposer pour être dorloté. Autre enjeu de rivalité : les lieux de repos. Le rebord de la fenêtre ensoleillé, la couverture douillette ou le poste d’observation en hauteur sont généralement les plus prisés. Dans ce cas, c’est souvent la règle du premier arrivé, premier servi qui s’applique. »
    Rapporté à des concepts éthologiques, ce comportement correspond à un type de compétition qualifiée d’indirecte. « Des individus qui ne se rencontrent pas mais qui ne laissent rien aux autres », précise Serge Aron. N’allons pas en conclure que la confrontation di­recte n’existe pas chez les petits félins. « Quand une ­femelle est en chaleur, les mâles non castrés, sous l’effet de la testostérone, entrent en concurrence pour obtenir ses faveurs. C’est très sonore mais il y a une grande part de bluff. Souvent, celui qui abdique se contente de reculer sans qu’aucun coup de griffes n’ait été échangé », précise Anne-Claire Gagnon.
    Engager un combat représente, en effet, des risques de blessures qui peuvent entraver la capacité à chasser et donc à survivre. Les chiens correctement socialisés ont aussi développé des signaux d’intimidation qui permettent de vaincre sans péril. S’ils se battent, ils privilégient un type de combat dit « ritualisé », sans effusion de sang. Un peu comme sur un tatami, les adversaires mettent à l’épreuve leur puissance. Le vainqueur est généralement celui qui aura réussi à faire basculer son adversaire sur le dos.
    Pour autant, l’autre n’est pas toujours considéré comme un obstacle. Parfois, les animaux décident d’unir leurs forces. « Si c’est plus rentable, ils choisiront de coopérer. De nombreux exemples existent dans la vie sauvage à l’image des oiseaux migrateurs, explique Michel Kreutzer, professeur émérite au sein du laboratoire d’éthologie de l’université Paris Ouest Nanterre. Ils se volent dans les plumes pour un ter­ritoire ou une femelle mais, au moment d’entamer la migration, ils sont solidaires. »

    L’union fait la force

    En 2015, les chercheurs du département de zoologie de l’université d’Oxford (Angleterre) ont ainsi démontré que si les ibis changeaient de place régulièrement lorsqu’ils volaient sur de longues distances, c’était pour alterner les positions les plus fatigantes. Comme dans les courses cyclistes, celui qui est en tête doit fournir plus d’efforts tandis que ceux qui sont derrière sont protégés du vent. En se relayant, ils limitent le risque de mort par épuisement, très fréquente (35 % des jeunes ne survivent pas à leur premier voyage). Les chiens et les chats ont aussi la capacité de s’entraider. Les groupes d’animaux errants ont permis aux scientifiques d’analyser ces systèmes de coopération à grande échelle.
    Citons les chats des rues de Rome, étudiés par Eugenia Natoli, qui se partagent les tâches d’élevage et de chasse. Certaines femelles gardent l’ensemble des chatons, comme dans une crèche, tandis que d’autres partent chercher à manger. En Inde, les meutes de chiens errants fonctionnent de la même manière. Manabi Paul et Anindita Bhadra les ont suivis pendant cinq ans et ont démontré que les mâles et les femelles prenaient soin de tous les chiots du groupe sans traitement de faveur.
    Du « chacun pour soi » au « tous pour un », l’essentiel est d’arriver à ses fins. Privilégier l’option gagnante, c’est faire preuve d’une certaine capacité de réflexion même si l’on refuse encore de prêter des intentions aux animaux. Et pourtant, plus la recherche avance, plus elle nous éclaire sur l’étendue de leurs capacités cognitives, autrement dit de leur intelligence.


    Autres articles à lire

  • Comment le chien perçoit-il son environnement ?

    ChiensLa vue, l’ouïe, le flair… si notre chien et nous disposons des mêmes organes pour percevoir le monde qui nous entoure, les réalités peuvent être très différentes.

    21 Novembre 2015
  • Des jack russell et leur maîtresse attaqués par une meute de chiens

    ChiensLes 13 chiens qui avaient sauvagement attaqué, le 15 avril dernier en Haute-Garonne, deux jack russell et leur maîtresse ont été saisis vendredi. L’un des deux petits chiens n’a pas survécu, l’autre est grièvement blessé. En tentant de les défendre, leur maîtresse s’en est sortie avec une vingtaine de points de suture…

    27 Avril 2016
  • Le chien partage-t-il nos émotions ?

    ChiensPeur, joie, tristesse… nos compagnons perçoivent-ils ce que nous ressentons ? Mieux, peuvent-ils anticiper nos humeurs et adapter leurs comportements en conséquence ?

    26 Mars 2018
  • Les chiens comprennent-ils les mots ?

    ChiensDes chercheurs américains ont voulu savoir si les chiens comprenaient réellement la signification des mots qu’ils apprenaient. Dans une certaine mesure, les résultats démontrent que oui.

    19 Octobre 2018
  • Votre chien a mordu, que dit la loi ?

    ChiensQu’il soit ou non catégorisé, quand votre chien a agressé une personne, il est considéré comme un animal potentiellement dangereux et doit se soumettre à des obligations avant de pouvoir retourner, éventuellement, à une vie normale.

    12 Février 2016
  • Mon chien mord sans gravité pour la première fois, que faire ?

    ChiensUne morsure, même sans gravité, n’est jamais anodine. Votre chien n’a jamais montré de signes d’agressivité auparavant, pourtant il a mordu pour la première fois. Pour vous, son maître que va t-il se passer ? Comment éviter la récidive ?

    09 Août 2018
  • Les animaux « sentent-ils » la mort de leurs congénères ?

    ChiensUne enquête réalisée auprès de 153 vétérinaires américains révèle que les chiens adoptent des comportements particuliers lors de l'euthanasie d'un de leurs congénères. Agitation, aboiements, silence… auraient-ils conscience que leur compagnon est mort ?

    14 Septembre 2016
  • Nos animaux aiment-ils les enfants ?

    ChiensSi les enfants aiment les animaux, la réciproque est-elle vraie ? Nos chats et chiens savent-ils adapter leur comportement face à un petit d’homme?

    13 Octobre 2019
  • Votre chien sait-il nager ?

    ChiensEn été, la mer, le soleil, la plage, les jeux… difficile de résister à la tentation d’un bon bain avec son chien. Mais contrairement aux idées reçues, l’eau n’est pas un élément où tous les chiens et toutes les races se sentent parfaitement à l’aise…

    28 Juillet 2016
  • La sexualité de nos animaux 23/50

    ChiensC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… la jalousie.

    24 Avril 2016
  • Le chien est-il sensible à nos émotions ?

    ChiensS'il l'on sait que le chien est capable d'apprécier deux émotions parfaitement distinctes chez l'homme, enfin… surtout chez son maître, peut-on être certain qu'il perçoit et comprend bien toutes les nuances de ce que nous ressentons ?

    24 Novembre 2015
  • Les animaux font-ils leur deuil ?

    ChiensCertains gardent leur bébé mort, d'autres se rendent sur la tombe de leur maître ou refusent de s'alimenter... les animaux sauvages et domestiques connaissent aussi une forme de 'deuil' s'accordent à dire les professionnels.

    28 Octobre 2019
  • Pourquoi mon chien me lèche-t-il ?

    ChiensPlusieurs raisons poussent un chien à vous lécher : pour vous découvrir, vous montrer qu'il vous aime, où même vous apaiser lorsque vous allez mal.

    29 Septembre 2018
  • J’ai trouvé un chien errant, que dois-je faire ?

    ChiensPerdu, abandonné, le chien que vous venez de trouver n’a visiblement pas de maître. Vous n’envisagez pas de le laisser derrière vous sans rien faire. Comment devez-vous faire et qui devez-vous contacter pour tenter de retrouver son maître ?

    05 Août 2016
  • Un chien interrompt un journal télévisé en Russie

    ChiensEn plein direct, un labrador noir a surpris la présentatrice d’un journal d’information en s’invitant sur le plateau!

    29 Mai 2017
  • Si un chien cause un accident, le maître est responsable

    ChiensLe chien engage la responsabilité de son maître si son comportement, bien que tout à fait normal, crée un accident. Il n'est pas nécessaire, selon la Cour de cassation, pour que le maître soit responsable, que le chien ait été agressif, ou en contact avec la victime, ou ait joué un rôle actif dans un accident.

    01 Février 2019
  • Lui présenter le nouveau-né de la famille

    ChiensIl n’y a que vous pour imaginer que revenir de la maternité avec un bébé va être une surprise pour votre petit compagnon...

    03 Juin 2016
  • Un robot pour chien : l’idée innovante de quatre jeunes entrepreneurs

    ChiensLa toute jeune société CamToy propose un jouet connecté, spécialement pensé pour nos toutous afin de les accompagner dans la journée, lorsque les maîtres doivent s’absenter. Thomas Samtmann, l’un des fondateurs, nous présente ce drôle de robot, baptisé Laïka.

    07 Août 2017
  • Le flair des chiens policiers est fiable

    ChiensAvec leur flair infaillible, les chiens de la police technique et scientifique pourraient bientôt être appelés à la barre des témoins pour l’identification des suspects dans des affaires criminelles.

    11 Février 2016
  • Comportements gênants et solutions 8/10 : mon chien est hyperactif

    ChiensNi zinzins, ni toqués, ni psychopathes! Nos animaux quand ils disjonctent ne sont pas plus malades que nous. C’est juste qu’ils pètent les plombs face aux conditions de vie que nous leur proposons, pensant souvent bien faire. Voici le top 10 des comportements gênants et leurs solutions. Aujourd'hui : mon chien est hyperactif.

    08 Juillet 2016