Au terminus des bienheureux


  • Au terminus des bienheureuxPhoto : Arnaud Beinat
  • Vivre ensemble/ Belles Histoires

    Considéré comme l’un des premiers cimetières animaliers au monde, c’est surtout un lieu où règnent l’apaisement et le bonheur d’aimer. Petite promenade dans les allées du cimetière des chiens d’Asnières-sur-Seine…

    Le berger blanc suisse batifole, remue la queue, attend une caresse de son maître avant de s’élancer à nouveau dans l’allée si familière. Il ne s’en doute pas, mais à chaque foulée il «croise» des congénères qui furent au moins aussi heureux que lui… mais qui ne sont plus.
    Reste d’eux l’hommage que des maîtres aimants et aimés ont tenu à laisser après l’ultime séparation. Ici, c’est un monument massif avec une statue aussi grosse que le berger immaculé. Plus loin, une petite tombe est plus discrète, simplement ornée d’une photo: on y voit un petit corgi, la tête tournée vers le photographe. Dans ses yeux, on peut y lire le temps du bonheur partagé au cours d’une balade… Sur le marbre, une épitaphe qui traduit toute la peine, tout l’amour qui a existé entre l’animal et son maître :
    «Le 20 mars au milieu de la nuit, ton cœur s’est arrêté de battre, et le monde est devenu plus terne. Dors mon petit bonhomme, Que de belles escapades, que d’amour...»
    Le petit corgi s’appelait Clément et il a eu le bonheur de vivre auprès du romancier Michel Houellebecq.

    Les précurseurs

    Dans les allées, qu’ils aient eu des maîtres connus ou anonymes, qu’ils aient été eux-mêmes célèbres ou sans nom, de race ou simples corniauds, mais aussi poules, chevaux, chats et même pigeons se côtoient pour l’éternité. Ils seraient plusieurs milliers à sommeiller sur ce carré verdoyant des bords de Seine, accolé au parc Robinson où les familles prennent du repos et les sportifs, leur dose d’adrénaline. L’endroit, unique en région parisienne, est né de la volonté de la journaliste féministe Marguerite Durand et de l’avocat humaniste Georges Harmois (plus tard fondateur de la revue philanthropique L’Ami des pauvres, tout se tient) en 1899. Profitant d’une nouvelle loi permettant enfin l’enfouissement des animaux « sous un mètre de terre », ils créent la Société anonyme du cimetière pour chiens et chats et achètent une parcelle de l’île des Ravageurs, plantée dans un secteur de Seine déjà prisé des promeneurs du dimanche. Couronné d’une magnifique entrée Art nouveau, signée par l’architecte Eugène Petit, le cimetière s’y installe à la fin de l’été de la même année.
    Cent ans plus tard, la belle aventure s’essouffle et le site est menacé de disparition. Consciente de l’intérêt des lieux, la ville d’Asnières arrive à la rescousse : elle rachète le cimetière, le rénove et en assure la gestion depuis 1997. Reconnu monument historique pour «son intérêt à la fois pittoresque, artistique, historique et légendaire», ce Père-Lachaise des animaux est désormais inscrit dans les excursions typiques de la capitale et accueille, en plein été, quelques centaines de visiteurs chaque jour.
    Et pas simplement pour le plaisir des yeux. À chaque pas, c’est une histoire qu’on peut lire, un destin que l’on croise, une époque que l’on visite. Et cela, dès l’entrée où nous accueille le cénotaphe majestueux dédié à Barry, un chien sauveteur suisse. L’inscription sur le socle nous raconte sa destinée en quelques mots: «Il sauva la vie de 40 personnes avant d’être tué par la 41e»… Ce chien sauveteur vécut au début du XIXe siècle. Il appartenait à l’Hospice du Grand-Saint-Bernard et portait secours aux voyageurs égarés dans les Alpes. La légende raconte qu’un jour, un soldat perdu dans la neige, en proie au délire, le confondit avec un loup… et le tua. La réalité, moins dramatique, est tout aussi héroïque puisque Barry bâtit la réputation des saint-bernard, avant de s’éteindre de sa belle mort à Berne, en Suisse. Sa dépouille ne repose d’ailleurs pas au cimetière des chiens d’Asnières-sur-Seine, mais est exposée au musée d’histoire naturelle de Berne.
    Barry n’est pas le seul chien à ne pas reposer dans le cimetière. Quelques mètres plus loin, c’est la mémoire de Moustache qui est honorée. Tombé au champ d’honneur en Espagne, le barbet servit dans l’armée de Napoléon. Plusieurs fois décoré pour son héroïsme et sa vigilance, le brave toutou vit sa sépulture profanée et sa dépouille disparaître… Ce n’est qu’en 2006 que des grenadiers en uniforme, de l’association des Amis du patrimoine napoléonien, ont défilé dans les allées du cimetière et posé une stèle commémorative. Devant le député-maire… rien que ça!
    Une vedette encore, et non des moindres : le fameux Rintintin. Attention, ce n’est pas celui du feuilleton télévisé avec Rusty et le capitaine Rip Master, mais celui qui lui servit de modèle, un berger allemand trouvé en Lorraine, en 1918, par un soldat américain originaire de Californie. Devenu, outre-Atlantique, un brillant animal de concours, Rintintin fut remarqué par un producteur de cinéma qui lancera sa carrière. À sa mort, en 1932, son maître le ramènera en terre française, à Asnières. Et laissera les studios d’Hollywood exploiter le filon en produisant la série télévisée avec les descendants du chien lorrain…

    les célèbres et les humbles

    Mais on y croise aussi Mémère, la chienne des chasseurs alpins, Dick, chien des tranchés, Gribouille, le cheval de Marguerite Durand, Poilu, applaudi au théâtre... Ils sont tous là. Le beau berger blanc navigue avec la même joie entre le simple et l’ostentatoire, mais toujours à l’inverse absolu de toutes les cruautés faites aux animaux. Bon sang, ça fait du bien!
    Mais est-ce à dire qu’il n’y a ici que des stars ou des «chiens de riches»? À l’ouverture de la nécropole, nombre de journaux vilipendèrent l’initiative des créateurs du lieu. «Un cimetière pour les chiens ? Scandale ! Il y a des enfants qui ont faim dans cette ville!» Si la pauvreté était bien réelle à l’époque, le cimetière des chiens a été, dès le début, un lieu plutôt démocratique car de prestigieux chevaux de course y côtoient des lapins... Et là, juste à l’entrée, une plaque rappelle l’humble souvenir d’un autre «poilu» inconnu, venu mourir devant la porte du cimetière, en mai 1958. Exception à la règle, le chien sans nom et sans maître y fut enterré gracieusement. «C’est la 40000e bête qui a trouvé son repos définitif au cimetière des chiens d’Asnières», peut-on lire sur sa pierre tombale.
    Il gambade, notre gros chien blanc, sans se douter qu’ici et là, il y a des maîtres qui doivent beaucoup à leurs animaux. Goss, par exemple, fut le seul réconfort d’un prisonnier. Emma, morte en 1900, était une «fidèle compagne et seule amie de ma vie errante et désolée». On imagine...
    Quand il y a un chien bien vivant dans le secteur, les chats, tout aussi vivants, se font rares. Pourtant, au cimetière pour chiens, ils sont chez eux. Ils possèdent même leur maison, tout au bout : une vraie construction en dur dans laquelle ils entrent et sortent à leur guise. C’est l’association des Amis des chats d’Asnières qui veille sur eux.
    Entre touristes chinois, virevoltants, ou bavarois, tout en discrétion, il y a les maîtres qui viennent, parfois tous les jours, rendre visite à leur «ami» parti avant eux. Janine Cottini est de ceux-là. Elle arrive de Montrouge pour visiter la dernière demeure de sa chienne Lisa, disparue il y a plus d’un an et qui venait de la SPA : «Oui, de la SPA. Pour moi, un animal ne s’achète pas, il ne doit pas avoir de valeur marchande. Je voulais l’enterrer dans ma maison de campagne, mais je n’y vais pas assez souvent. Alors qu’ici je peux venir quand je veux, généralement tous les deux jours.» Le prestige du cimetière? «Non, cela n’a pas joué dans ma décision. C’est simplement le seul endroit que je connaissais et, ici, elle ne sera pas toute seule. Il y a des gens qui passent, des enfants qui jouent ; elle continue à être dans la vie mais aussi avec ses congénères.» Lisa, une «machine à aimer» comme dirait Houellebecq. Une de plus au cimetière des chiens.


    Le cimetière des chiens : ouvert tous les jours sauf le lundi (entrée payante).
    4, pont de Clichy, 92600 Asnières-sur-Seine.
    Tèl. : 01 40 86 21 11.


    Autres articles à lire

  • Un photographe découvre une famille de lynx devant sa maison

    Vivre ensembleUn résident d’Alaska a eu la belle surprise de découvrir une maman lynx et ses petits, un matin, sur le porche de sa maison. Cette visite impromptue a donné lieu à une rare et émouvante séance photos.

    03 Octobre 2017
  • Une fillette prouve à ses parents les bienfaits d’un chat à la maison

    Vivre ensembleRomesa, une Texane de 11 ans, a impressionné les internautes grâce à sa dissertation de six pages relayée sur les réseaux sociaux, destinée à convaincre ses parents d’adopter un chat.

    29 Juin 2017
  • « Gamelles pleines » : soutenir des maîtres SDF et leurs animaux

    Vivre ensembleL’association Gamelles Pleines réunit dans un calendrier 2018, de superbes photographies en noir et blanc : des portraits de personnes vivant dans la précarité au côté de fidèles compagnons. Les ventes serviront à soutenir les actions en faveur d’une intégration de l’animal à part entière dans l’aide sociale.

    12 Décembre 2017
  • Marc Courtois et son chien Gibbs, un duo de choc

    Vivre ensembleMarc Courtois est lieutenant sapeur-pompier dans l’Essonne et organisateur des 25e championnats du monde IRO (International Search and Rescue Dog Organisation) du chien de secours et de sauvetage. Il nous parle ici plus en détail de son quotidien aux côtés de Gibbs, son fidèle compagnon.

    08 Septembre 2019
  • Max le chien héros en Australie

    Vivre ensembleUn chien sourd et en partie aveugle a protégé et secouru une fillette de 3 ans perdue dans le bush australien. Il a reçu les honneurs de la police pour sa belle loyauté.

    10 Mai 2018
  • Parole de chien : s’engager avec son animal

    Vivre ensembleL’association « Parole de chien » est à la recherche de maîtres bénévoles avec leur chien, en région parisienne, pour réaliser des visites et des animations auprès de personnes âgées dans les maisons de retraite.

    14 Mars 2017
  • Robert Redford sauve un cheval

    Vivre ensembleSur le tournage de son dernier film, l’acteur américain âgé de 79 ans s’est porté au secours d’un cheval en détresse. Le héros de « L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux » n’a jamais aussi bien porté son nom.

    12 Août 2016
  • Lola: enfin le bonheur!

    Vivre ensembleArrachée à des trafiquants de chiens de boucherie, en Thaïlande, la petite chienne découvre la joie de vivre et de jouer dans le jardin de Françoise, Jean et James…

    02 Juin 2017
  • Des propriétaires retrouvent leur chienne à 400 km de chez eux

    Vivre ensembleUn berger allemand a été retrouvé en Suisse, à 400 km du domicile de ses maîtres situé à Francfort, en Allemagne. L’animal, disparu depuis six mois, a subi des soins intensifs avant de rejoindre ses propriétaires, heureux et soulagés.

    26 Février 2018
  • Des chevaux pour remettre le pied à l'étrier

    Vivre ensembleAutrefois réservés à l’encadrement, les chevaux militaires ont une nouvelle mission: réapprendre à des jeunes les codes d’une vie sociale à laquelle ils ont souvent tourné le dos…

    01 Septembre 2017
  • Lena et Saï, deux sœurs de bitume

    Vivre ensembleAvec Christophe, leur maître, les deux chiennes ont vécu la vie des chiens de SDF. Mais si elles n’ont jamais connu de toit, elles connaissent l’amour sur le bout de leurs pattes. Celui que leur voue Christophe qui, pour elles et grâce à elles, revient à la vie…

    01 Février 2020
  • Joy, une vie en mer

    Vivre ensembleÀ sept mois, Joy a mis le cap vers l’arc antillais à bord du Namasté aux côtés de Gilles Arnaud, un maître qui a décidé de larguer les amarres de son ancienne vie. Pour cette jeune malinoise, le quotidien, c’est la mer.

    04 Août 2018
  • Kenzo : un chat à la caserne des pompiers

    Vivre ensemblePortant ses galons les grands jours, ce matou au caractère bien trempé règne sans partage dans la caserne des sapeurs-pompiers de Gondrexange, en Moselle.

    09 Novembre 2019
  • Mia, la minette de Marianne

    Vivre ensembleNouvel «agent» recruté par la mairie de Montreuil (Seine-Saint-Denis), Mia est toujours de bon poil et fait la joie du personnel communal.

    30 Mars 2019
  • Une astuce pour occuper son chat

    Vivre ensembleSes chats n'en finissaient plus de détruire ses meubles, il a trouvé une solution pour les en détourner ! Une vidéo pleine d'enseignements et d'astuces !

    21 Septembre 2015
  • Le monde merveilleux de Scarlett

    Vivre ensembleAdoptée par un jeune couple d’amoureux des animaux, la cochette mène la vie d’un animal de compagnie à part entière. Au milieu des chiens, des chats, des boucs et des chevaux, elle a trouvé une place de choix dans la petite ménagerie.

    01 Mars 2019
  • Poèmes pour animaux : nos lecteurs ont du talent

    Vivre ensembleLa rubrique « De vous à nous », du magazine 30 Millions d’amis permet à nos lecteurs de s’exprimer. La rédaction y publie des témoignages, des partages d’articles et surtout des hommages à un animal disparu… Pour cette dernière catégorie, il n’est pas rare que nous recevions de très jolis poèmes.

    15 Avril 2019
  • Gloria, des Kids United, dans 30 Millions d'amis

    Vivre ensembleElle a ouvert les portes de sa ménagerie personnelle à la rédaction de 30 Millions d'amis.

    28 Novembre 2016
  • Corbeille, une corneille bien tombée

    Vivre ensembleSauvé in extremis alors qu’il n’était qu’un oisillon, ce petit corvidé a mené la vie de pacha, jusqu’à ce qu’il soit emporté par la tempête, en décembre 2017… Entre Gil, Laetitia et leurs deux chiens, la belle corneille avait trouvé un équilibre.

    30 Décembre 2018
  • A 11 ans, il saute à l'eau pour sauver deux chiots de la noyade

    Vivre ensembleAlors qu'il se promenait le long de la Charente avec ses grands-parents, Enzo, un jeune garçon âgé de 11 ans assiste à une scène surréaliste. Une femme jette des chiots du haut d'un pont. Sans hésiter, il saute dans l'eau pour sauver deux jeunes beagles.

    10 Mai 2016