Au terminus des bienheureux


  • Au terminus des bienheureuxPhoto : Arnaud Beinat
  • Vivre ensemble/ Belles Histoires

    Considéré comme l’un des premiers cimetières animaliers au monde, c’est surtout un lieu où règnent l’apaisement et le bonheur d’aimer. Petite promenade dans les allées du cimetière des chiens d’Asnières-sur-Seine…

    Le berger blanc suisse batifole, remue la queue, attend une caresse de son maître avant de s’élancer à nouveau dans l’allée si familière. Il ne s’en doute pas, mais à chaque foulée il «croise» des congénères qui furent au moins aussi heureux que lui… mais qui ne sont plus.
    Reste d’eux l’hommage que des maîtres aimants et aimés ont tenu à laisser après l’ultime séparation. Ici, c’est un monument massif avec une statue aussi grosse que le berger immaculé. Plus loin, une petite tombe est plus discrète, simplement ornée d’une photo: on y voit un petit corgi, la tête tournée vers le photographe. Dans ses yeux, on peut y lire le temps du bonheur partagé au cours d’une balade… Sur le marbre, une épitaphe qui traduit toute la peine, tout l’amour qui a existé entre l’animal et son maître :
    «Le 20 mars au milieu de la nuit, ton cœur s’est arrêté de battre, et le monde est devenu plus terne. Dors mon petit bonhomme, Que de belles escapades, que d’amour...»
    Le petit corgi s’appelait Clément et il a eu le bonheur de vivre auprès du romancier Michel Houellebecq.

    Les précurseurs

    Dans les allées, qu’ils aient eu des maîtres connus ou anonymes, qu’ils aient été eux-mêmes célèbres ou sans nom, de race ou simples corniauds, mais aussi poules, chevaux, chats et même pigeons se côtoient pour l’éternité. Ils seraient plusieurs milliers à sommeiller sur ce carré verdoyant des bords de Seine, accolé au parc Robinson où les familles prennent du repos et les sportifs, leur dose d’adrénaline. L’endroit, unique en région parisienne, est né de la volonté de la journaliste féministe Marguerite Durand et de l’avocat humaniste Georges Harmois (plus tard fondateur de la revue philanthropique L’Ami des pauvres, tout se tient) en 1899. Profitant d’une nouvelle loi permettant enfin l’enfouissement des animaux « sous un mètre de terre », ils créent la Société anonyme du cimetière pour chiens et chats et achètent une parcelle de l’île des Ravageurs, plantée dans un secteur de Seine déjà prisé des promeneurs du dimanche. Couronné d’une magnifique entrée Art nouveau, signée par l’architecte Eugène Petit, le cimetière s’y installe à la fin de l’été de la même année.
    Cent ans plus tard, la belle aventure s’essouffle et le site est menacé de disparition. Consciente de l’intérêt des lieux, la ville d’Asnières arrive à la rescousse : elle rachète le cimetière, le rénove et en assure la gestion depuis 1997. Reconnu monument historique pour «son intérêt à la fois pittoresque, artistique, historique et légendaire», ce Père-Lachaise des animaux est désormais inscrit dans les excursions typiques de la capitale et accueille, en plein été, quelques centaines de visiteurs chaque jour.
    Et pas simplement pour le plaisir des yeux. À chaque pas, c’est une histoire qu’on peut lire, un destin que l’on croise, une époque que l’on visite. Et cela, dès l’entrée où nous accueille le cénotaphe majestueux dédié à Barry, un chien sauveteur suisse. L’inscription sur le socle nous raconte sa destinée en quelques mots: «Il sauva la vie de 40 personnes avant d’être tué par la 41e»… Ce chien sauveteur vécut au début du XIXe siècle. Il appartenait à l’Hospice du Grand-Saint-Bernard et portait secours aux voyageurs égarés dans les Alpes. La légende raconte qu’un jour, un soldat perdu dans la neige, en proie au délire, le confondit avec un loup… et le tua. La réalité, moins dramatique, est tout aussi héroïque puisque Barry bâtit la réputation des saint-bernard, avant de s’éteindre de sa belle mort à Berne, en Suisse. Sa dépouille ne repose d’ailleurs pas au cimetière des chiens d’Asnières-sur-Seine, mais est exposée au musée d’histoire naturelle de Berne.
    Barry n’est pas le seul chien à ne pas reposer dans le cimetière. Quelques mètres plus loin, c’est la mémoire de Moustache qui est honorée. Tombé au champ d’honneur en Espagne, le barbet servit dans l’armée de Napoléon. Plusieurs fois décoré pour son héroïsme et sa vigilance, le brave toutou vit sa sépulture profanée et sa dépouille disparaître… Ce n’est qu’en 2006 que des grenadiers en uniforme, de l’association des Amis du patrimoine napoléonien, ont défilé dans les allées du cimetière et posé une stèle commémorative. Devant le député-maire… rien que ça!
    Une vedette encore, et non des moindres : le fameux Rintintin. Attention, ce n’est pas celui du feuilleton télévisé avec Rusty et le capitaine Rip Master, mais celui qui lui servit de modèle, un berger allemand trouvé en Lorraine, en 1918, par un soldat américain originaire de Californie. Devenu, outre-Atlantique, un brillant animal de concours, Rintintin fut remarqué par un producteur de cinéma qui lancera sa carrière. À sa mort, en 1932, son maître le ramènera en terre française, à Asnières. Et laissera les studios d’Hollywood exploiter le filon en produisant la série télévisée avec les descendants du chien lorrain…

    les célèbres et les humbles

    Mais on y croise aussi Mémère, la chienne des chasseurs alpins, Dick, chien des tranchés, Gribouille, le cheval de Marguerite Durand, Poilu, applaudi au théâtre... Ils sont tous là. Le beau berger blanc navigue avec la même joie entre le simple et l’ostentatoire, mais toujours à l’inverse absolu de toutes les cruautés faites aux animaux. Bon sang, ça fait du bien!
    Mais est-ce à dire qu’il n’y a ici que des stars ou des «chiens de riches»? À l’ouverture de la nécropole, nombre de journaux vilipendèrent l’initiative des créateurs du lieu. «Un cimetière pour les chiens ? Scandale ! Il y a des enfants qui ont faim dans cette ville!» Si la pauvreté était bien réelle à l’époque, le cimetière des chiens a été, dès le début, un lieu plutôt démocratique car de prestigieux chevaux de course y côtoient des lapins... Et là, juste à l’entrée, une plaque rappelle l’humble souvenir d’un autre «poilu» inconnu, venu mourir devant la porte du cimetière, en mai 1958. Exception à la règle, le chien sans nom et sans maître y fut enterré gracieusement. «C’est la 40000e bête qui a trouvé son repos définitif au cimetière des chiens d’Asnières», peut-on lire sur sa pierre tombale.
    Il gambade, notre gros chien blanc, sans se douter qu’ici et là, il y a des maîtres qui doivent beaucoup à leurs animaux. Goss, par exemple, fut le seul réconfort d’un prisonnier. Emma, morte en 1900, était une «fidèle compagne et seule amie de ma vie errante et désolée». On imagine...
    Quand il y a un chien bien vivant dans le secteur, les chats, tout aussi vivants, se font rares. Pourtant, au cimetière pour chiens, ils sont chez eux. Ils possèdent même leur maison, tout au bout : une vraie construction en dur dans laquelle ils entrent et sortent à leur guise. C’est l’association des Amis des chats d’Asnières qui veille sur eux.
    Entre touristes chinois, virevoltants, ou bavarois, tout en discrétion, il y a les maîtres qui viennent, parfois tous les jours, rendre visite à leur «ami» parti avant eux. Janine Cottini est de ceux-là. Elle arrive de Montrouge pour visiter la dernière demeure de sa chienne Lisa, disparue il y a plus d’un an et qui venait de la SPA : «Oui, de la SPA. Pour moi, un animal ne s’achète pas, il ne doit pas avoir de valeur marchande. Je voulais l’enterrer dans ma maison de campagne, mais je n’y vais pas assez souvent. Alors qu’ici je peux venir quand je veux, généralement tous les deux jours.» Le prestige du cimetière? «Non, cela n’a pas joué dans ma décision. C’est simplement le seul endroit que je connaissais et, ici, elle ne sera pas toute seule. Il y a des gens qui passent, des enfants qui jouent ; elle continue à être dans la vie mais aussi avec ses congénères.» Lisa, une «machine à aimer» comme dirait Houellebecq. Une de plus au cimetière des chiens.


    Le cimetière des chiens : ouvert tous les jours sauf le lundi (entrée payante).
    4, pont de Clichy, 92600 Asnières-sur-Seine.
    Tèl. : 01 40 86 21 11.


    Autres articles à lire

  • Vaillant, le pigeon héros de Fort de Vaux

    Vivre ensembleCe dimanche 21 février marquera le coup d’envoi des cérémonies qui vont célébrer le centenaire de la bataille de Verdun. Cette bataille fut notamment marquée par le siège et la résistance du fort de Vaux, au cours duquel un pigeon fit figure de héros. Animaux-online vous raconte son histoire.

    21 Février 2016
  • Beau succès sur internet d’une chanson hommage à l’ourse Cannelle

    Vivre ensembleLe chanteur Damien Kalune a réalisé une chanson dénonçant la disparition de l’ourse Cannelle tuée par un chasseur en 2004. Le clip a été visionné près de 300 000 fois sur les réseaux sociaux. L’artiste se confie pour Animaux-Online sur son engagement pour la préservation de la biodiversité et le respect du vivant.

    16 Janvier 2018
  • Des traqueurs de Pokemon sauvent des rongeurs

    Vivre ensembleAlors qu'ils étaient à la chasse aux Pokemon, absorbés par le tout nouveau jeu Pokemon Go, deux jeunes Américains ont sauvé 27 rongeurs d'une mort certaine.

    20 Juillet 2016
  • Un photographe découvre une famille de lynx devant sa maison

    Vivre ensembleUn résident d’Alaska a eu la belle surprise de découvrir une maman lynx et ses petits, un matin, sur le porche de sa maison. Cette visite impromptue a donné lieu à une rare et émouvante séance photos.

    03 Octobre 2017
  • JO : une patineuse sauve un teckel d’un élevage de viande de chien

    Vivre ensembleLa championne canadienne Meagan Duhamel profite de sa présence aux Jeux olympiques en Corée du Sud pour dénoncer l’industrie de la viande de chien : elle incite un maximum de sportifs à suivre son exemple en sauvant et adoptant un chien destiné à être mangé.

    15 Février 2018
  • Une jeune femme retrouve sa chienne à l’aéroport

    Vivre ensembleGrâce à une chaîne de solidarité, Amelia, une jeune femme britannique, a retrouvé sa chienne Marlin, perdue à l’aéroport de Roissy. L’animal et sa maîtresse revenaient du Viêt-Nam, où Marlin risquait d’être abattue pour sa viande.

    05 Avril 2018
  • Corbeille, une corneille bien tombée

    Vivre ensembleSauvé in extremis alors qu’il n’était qu’un oisillon, ce petit corvidé a mené la vie de pacha, jusqu’à ce qu’il soit emporté par la tempête, en décembre 2017… Entre Gil, Laetitia et leurs deux chiens, la belle corneille avait trouvé un équilibre.

    30 Décembre 2018
  • Angleterre : un chat survit huit jours dans une boîte

    Vivre ensembleEn Grande-Bretagne, un chat a été expédié à plus de 400 kilomètres de chez lui par voie postale. L’animal a passé huit jours enfermé dans une boite en carton. Retrouvé en état de déshydratation à la mi-mars, il se remet aujourd'hui de sa mésaventure…

    29 Mars 2016
  • Des équidés pour faire lire

    Vivre ensembleQue ce soit en Indonésie ou en Éthiopie, ce sont des ânes et des chevaux qui apportent la lecture aux enfants qui n’y ont pas facilement accès. Des initiatives humanitaires dont l’animal est la pierre angulaire.

    02 Mars 2016
  • Plume, la poule aux œufs d'or

    Vivre ensembleCette belle faverolles vivant dans la Sarthe a obtenu, en juillet dernier, le titre convoité de Miss Poule 2016. Rencontre avec ce gallinacé distingué et ses heureux propriétaires, la famille Dubois.

    08 Juillet 2017
  • La biographie d’Arthur, ex-chien errant

    Vivre ensembleDe la jungle d’Équateur à la Suède, Arthur est un de ces chiens qui ont une histoire hors du commun. Mikaël Lindnord, son maître, relate son parcours atypique dans un livre intitulé 'Le Chien qui a traversé la jungle pour trouver une famille'. Ce récit a aussi pour objectif de sensibiliser à la cause des animaux errants.

    23 Mai 2016
  • A 11 ans, il saute à l'eau pour sauver deux chiots de la noyade

    Vivre ensembleAlors qu'il se promenait le long de la Charente avec ses grands-parents, Enzo, un jeune garçon âgé de 11 ans assiste à une scène surréaliste. Une femme jette des chiots du haut d'un pont. Sans hésiter, il saute dans l'eau pour sauver deux jeunes beagles.

    10 Mai 2016
  • Des animaux évacués suite aux incendies des Bouches-du-Rhône

    Vivre ensembleToute la nuit, une immense chaîne de solidarité s'est mise en place dans les Bouches-du-Rhône afin d'évacuer et de mettre en sécurité les animaux des refuges menacés les incendies. Le point sur la situation…

    11 Août 2016
  • Uggie, le chien de The Artist, est mort

    Vivre ensemblePartenaire canin de Jean Dujardin dans le film The Artist, le petit parson russel terrier est mort des suites d’un cancer.

    12 Août 2015
  • Penguin, la pie qui sauva toute une famille

    Vivre ensembleAprès le grave accident qui la laisse entièrement paralysée, Sam Bloom, une mère de famille australienne, s’enfonce dans une profonde dépression. Jusqu’au jour où, tel un ange gardien, une pie tombée du ciel lui redonne le goût de vivre…

    21 Septembre 2018
  • Le retour en liberté d’une tigresse de Sibérie

    Vivre ensembleFilippa, une jeune tigresse a été relâchée dans la nature en Russie le 29 avril dernier, après avoir suivi un programme de réhabilitation de près de deux ans.

    12 Février 2017
  • Le paradis des rescapés

    Vivre ensembleÉchappé du camion qui le transportait, le cochon Rosette a été trouvé sur un parking et coule désormais des jours heureux dans une ferme de la Meuse : un refuge pour les animaux d’élevage maltraités.

    03 Avril 2016
  • Monique, la poule aventurière

    Vivre ensembleCe gallinacé intrépide parcourt les océans de la planète en compagnie de Guirec, un jeune Breton bien décidé à vivre ses rêves. Un chien, Bosco, a rejoint l’équipage atypique et attachant qui a un nouvel objectif en tête: l’Antarctique.

    10 Octobre 2017
  • Kenzo : un chat à la caserne des pompiers

    Vivre ensemblePortant ses galons les grands jours, ce matou au caractère bien trempé règne sans partage dans la caserne des sapeurs-pompiers de Gondrexange, en Moselle.

    09 Novembre 2019
  • Un Moscovite sauve un chien d’un étang gelé

    Vivre ensembleLe 7 novembre dernier, un chien imprudent s’est retrouvé piégé par la glace sur l’étang Shagovsky, à Kostroma, une ville russe située à 300 km au Nord de Moscou.

    18 Novembre 2016