Lycaon, entre chien et loup


  • Lycaon, entre chien et loup
  • Faune sauvage

    Le lycaon est souvent surnommé le loup peint tant sa robe, fauve, noire, crème et blanche, est caractéristique. Tout comme son comportement de prédateur qui lui vaut d’être autant haï que les hyènes. Pourtant, ce chien sauvage est un mammifère des plus sociables et dévoués à son clan. Rencontre…

    La chaleur est accablante en ce mois d’octobre dans le delta de l’Okavango au nord du Botswana. C’est pourtant le mois que je préfère car les animaux se concentrent désormais autour des rares points d’eau qui ne se sont pas encore évaporés et, surtout, des rivières quasi permanentes : Khwai, Savuti ou Chobe.
    Si, en cette période de l’année, on est à peu près assuré de rencontrer sur ces lieux lions et léopards, il est plus aléatoire d’apercevoir les lycaons qu’on appelle aussi chiens sauvages. Pour les surprendre, il n’y a pas de méthode, ni d’attitude patiente à adopter. Il faut juste de la chance, celle de passer au bon moment, au bon endroit…

    Des meutes aux abois

    Les chiens sauvages, les « dogs » comme les appellent tout simplement les Africains, vivent en meute organisée. En apercevoir un, c’est l’assurance d’en voir plusieurs à coup sûr. La première rencontre est toujours remplie d’émotion car on sait l’animal sérieusement menacé de disparition. Ils ne seraient plus que 5 000 survivants, répartis principalement dans l’hémisphère Sud. Le Botswana et ses voisins, la Zambie et le Zimbabwe, sont leurs principaux refuges. Plus au nord, il y a plus guère que dans les parcs nationaux du sud de la Tanzanie et dans le Serengeti que l’on retrouve quelques meutes.
    Pourtant, le lycaon a tout pour s’épanouir ! Redoutable prédateur, ses chasses se soldent majoritairement par la capture d’une proie. Et les portées de la femelle alpha dominante sont parmi les plus prolifiques parmi la gente canine ! Jusqu’à 18 chiots ont pu être recensés même si la moyenne s’approche davantage de 10 petits. La reproduction a lieu toute l’année avec un pic de naissances pendant ou après la saison des pluies. La gestation ne dure que 70 jours… autant dire que tous les facteurs sont réunis pour favoriser l’expansion des chiens sauvages. Pourtant, force est de constater qu’ils s’éteignent ici et là. Les causes ? La chasse en périphérie des parcs que leur font les indigènes soucieux de défendre leur bétail auquel les meutes ont l’imprudence de s’attaquer quand l’antilope vient à manquer. Car les lycaons sont des carnivores exclusifs qui ne se nourrissent que de gibier fraîchement tué à l’inversen des hyènes (avec qui on les confond souvent) qui se satisfont de carcasses vieilles de plusieurs jours.
    Mais il semblerait que la première cause de mortalité des chiens sauvages soit leur extrême sensibilité aux maladies canines, notamment la rage. Des meutes entières peuvent ainsi disparaître lorsque des jeunes individus porteurs de maladie quittent le clan pour en fonder de nouveaux qu’ils contaminent.
    À l’aube, le véhicule emprunte les pistes sableuses du bush à la recherche des prédateurs de la savane. Chaque matin est porteur d’espoir. Parfois, on est comblé, parfois on ne voit rien. Je m’estime chanceux car j’ai pu faire au cours de ces expéditions une vingtaine d’observations de meutes plus ou moins denses, la plus grosse atteignant 18 individus le long de la rivière Chobe. Chobe, c’est un lieu culte de la nature africaine, un éden dominé par les troupeaux d’éléphants. Aussi loinque portent les yeux au nord vers la Namibie, ce ne sont que des millliers de silhouettes d’animaux représentant un écosystème exceptionnel. On imagine sans peine que la vie ressemblait à ça, il y a… 10 000 ans ! La rivière, source de vie, ne se tarit jamais et rejoint les chutes Victoria.
    Ici, les impalas, ou des antilopes plus grandes comme les koudous, les gnous ou les cobes de Lechwe abondent. Les lycaons chassent en général tôt le matin et tard le soir. En quête de gibier, ils arpentent au petit trot un immense territoire. Dès qu’ils ont repéré un troupeau d’antilopes, ils se mettent à le courser afin d’évaluer les forces et les faiblesses de leurs membres. C’est au leader de la meute qu’il revient de choisir l’individu qui paraît le plus faible et donc le plus facile à attraper. Le reste du clan montre beaucoup de discipline en se concentrant sur la proie désignée et en laissant filer les autres antilopes (même s’il arrive parfois que plusieurs antilopes soient tuées lors d’une même chasse par des meutes d’une quarantaine de chiens).

    Technique de chasse

    Une fois que le chien sauvage a entamé sa course poursuite, d’autres courent parallèlement et tentent de couper la route de l’antilope afin que celle-ci incline sa ligne de fuite. Un autre chien prend le relais de la poursuite et ainsi de suite jusqu’à ce que la proie soit épuisée et rattrapée par un chien, puis par la meute. Les lycaons sont capables de courir à la vitesse de 60 km/heure. C’est bien sûr moins rapide qu’une antilope aux abois mais le lycaon peut soutenir cette allure pendant près de 3 kilomètres… et jusqu’à 48 km/heure pendant 5 kilomètres. La plupart des antilopes sont épuisées après une course de 3 à 4 km. Si le lycaon réussit à garder le visuel sur sa proie, l’affaire est entendue en quelques minutes…
    C’est l’un des prédateurs les plus accomplis de la planète avec une réussite à 85 % en moyenne. Pour autant, il lui arrive d’échouer. J’ai assisté à plusieurs chasses qui n’ont pas abouti. Par trois fois, l’antilope a eu la vie sauve en se jetant dans l’eau. Une fois même, ce fut un miracle que l’impala échappe aux dents du crocodile alerté par la débandade. Quant à la quatrième, ce fut un matin où un troupeau de zèbres décida d’unir les forces de ses membres contre une demi-douzaine de chiens qui finirent par battre en retraite.
    Pour autant, ces échecs ne parviennent pas toujours à donner une image sympathique de ces chiens de la savane. Comme les hyènes, ils ne sont guère aimés, notamment parce qu’ils consomment leurs proies encore vivantes. Un impala est ainsi démembré et éventré en quelques minutes par l’ensemble de la meute. En 30 minutes, il ne reste plus rien, ni peau, ni os. Si les lycaons procèdent ainsi, c’est qu’il y a une raison qui tient à leur morphologie : d’un poids maximum de 30 kilos, en définitif assez chétifs, les chiens sauvages ne font pas le poids en cas de rencontre inopinée avec un lion, ou une hyène qui convoiterait leur chasse. Manger le plus rapidement la bête, c’est encore la meilleure façon de ne pas se la faire voler par un autre prédateur de passage. C’est la loi dans la savane : la proie n’appartient pas forcément à son chasseur. Les hyènes volent ainsi les léopards, les lions chapardent aux guépards… Pour les lycaons, cette règle leur vaut de perdre souvent le fruit de leurs efforts. 

    Pour observer ou étudier le lycaon, c’est dans le delta de l’Okavongo, au nord du Botswana, que l’on aura le plus de chance. Cela fait longtemps que le Botswana est très engagé dans la protection animale. En témoigne la création de grands parcs nationaux comme Chobé, Morémi ou celui du Kalahari. Ces véritables sanctuaires de la vie sauvage sont accessibles toute l’année mais la meilleure période pour s’y rendre reste de septembre à la mi-novembre. Ce sont des mois chauds durant lesquels l’eau s’évapore, les animaux se concentrent autour des rares points d’eau et l’herbe y est beaucoup plus courte...

    Les petits sont prioritaires

    Quand il y a des jeunes dans la meute, ceux-ci ne participent pas à la chasse. Ils attendent à la tanière le retour des adultes. S’ensuit alors une sorte de rituel de mendicité au cours duquel les jeunes forcent les adultes à régurgiter les portions de viande qu’ils ont avalées goulument à l’issue de leur traque. Ces comportements renforcent les liens au sein du clan. On ne manque jamais d’être étonné par la richesse des sons qu’ils peuvent émettre, à commencer par ceux quasiment ultrasoniques émis par les jeunes. Et puis, il y a ces gazouillis très aigus émis lors des grands moments d’excitation après une chasse par exemple. Il y a aussi les appels de longue distance portant à près den 2 km quand les membres du groupe sont séparés, les pleurnicheries assez comparables à celles de chiens se faisant molester par des plus forts qu’eux ou enfin les aboiements assez graves émis comme signaux d’alerte, rappelant par la même occasion que ce sont des chiens… sauvages !
    Au hasard des recherches, on est parfois amené à rencontrer une meute en train de se prélasser à l’ombre des arbres. Éparpillés, ils sont difficiles à repérer tant certains sont dissimulés dans les fourrés tandis que d’autres se prélassent carrément sur la route sablonneuse. Sable, fauve et noire, leur robe les rend aussi quasi invisibles pour l’oeil inexpérimenté. Comme pour les humains, ce sont les plus jeunes qui « trahissent » la présence du groupe. Ne tenant pas en place, ils jouent entre eux et alternent étonnamment en quelques secondes des comportements très attachants et d’autres beaucoup plus agressifs.
    Certains individus vont de l’un à l’autre, se flairant, se léchant parfois comme pour souder l’union entre les membres du clan. Leurs grandes oreilles rondes agissent, telles des antennes radars bougeant imperceptiblement vers tous les bruits du bush. Et puis soudain, alors que les lycaons sont écrasés par la chaleur qui dépasse parfois 40 degrés, ils se redressent tous à l’unisson, quasiment sans se concerter, et partent dans la même direction… Nouvelle chasse ? Changement de lieu ? Difficile de le savoir… En quelques secondes, la place où la meute se reposait est déserte et silencieuse. Les apercevoir était-il un mirage ?


    Autres articles à lire

  • Tous en tenue de camouflage !

    Faune sauvageDes pelages zébrés, des écailles multicolores ou des corps complètement transparents, les animaux ont mille costumes pour se faire remarquer ou, au contraire, se camoufler.

    31 Mai 2019
  • La Loire, le dernier fleuve sauvage

    Faune sauvageVivant au gré des crues, le plus long fleuve de France et ses multiples îlots offrent un réservoir encore riche d’espèces animales. À chaque saison, la rencontre est magique. Oiseaux, castors, sangliers, chevreuils… s’offrent immanquablement à l’œil attentif et discret.

    08 Juin 2017
  • A la recherche de l'ADN du monstre du Loch Ness

    Faune sauvageEt s'il y avait un fond de vérité aux histoires de créatures géantes surgissant des eaux sombres du Loch Ness? C'est ce que va tenter de découvrir un scientifique néo-zélandais en analysant l'ADN des eaux de ce lac écossais célèbre dans le monde entier.

    18 Juin 2018
  • Zambie : les hippopotames du fleuve Luangwa

    Faune sauvageCorps en tonneau posé sur des pattes courtaudes, mufle démesuré fendu d’un large sourire, l’hippopotame est une créature bien étrange qui semble hésiter entre un retour sur la terre ferme et une vie aquatique.

    11 Novembre 2019
  • ArAnimA : de l’art engagé au service de la cause animale

    Faune sauvageGrâce à l’organisation d’une vente caritative réunissant une centaine d’œuvres et 48 artistes, l’association ArAnimA a remis un chèque de 3 546 euros à One Voice afin de soutenir l’ONG dans son action contre la captivité des cétacés.

    25 Décembre 2017
  • SeaWorld condamné à 4 millions de dollars d'amende

    Faune sauvageLe groupe SeaWorld Entertainment et son ancien directeur général devront payer 5 millions de dollars d'amende pour avoir minimisé auprès des investisseurs l'impact du documentaire 'Blackfish', qui dénonçait le traitement des orques en captivité, ont annoncé mardi les autorités américaines.

    22 Septembre 2018
  • Les populations de baleines et de gorilles sont en hausse !

    Faune sauvageBonne nouvelle ! La situation des baleines et des gorilles des montagnes, autrefois en grave danger, s'est améliorée grâce à la lutte contre la chasse et le braconnage, indique une étude de l'Union mondiale pour la nature (UICN) publiée mercredi.

    16 Novembre 2018
  • Des grenouilles et des couleurs

    Faune sauvageLes tropiques donnent de la couleur aux grenouilles ! Rouge, bleu, vert, jaune… c’est un arc-en-ciel de petites bêtes dont les espèces sont aussi méconnues que menacées…

    17 Octobre 2018
  • Les lémuriens pourraient être menacés d’extinction

    Faune sauvage95% des lémuriens sont menacés d'extinction selon des défenseurs de l'environnement.

    02 Août 2018
  • L'huître, sentinelle des pollutions marines

    Faune sauvageUn simple mouvement de valve et l'huître devient vigie des pollutions marines dans l'Arctique ou le Golfe, grâce aux travaux d'un petit laboratoire à Arcachon, sur la côte girondine.

    14 Septembre 2018
  • Vienne : des singes dans la vallée

    Faune sauvageDans la Vienne, les noms des grandes primatologues se rappellent à notre esprit dès les premiers pas accomplis, à la rencontre des 400 primates du parc de la Vallée des singes. Diane Fossey qui a vécu au Rwanda avec les gorilles des montagnes. Claudine André qui a fondé Lola ya bonobo en République démocratique du Congo, ou encore l’Anglaise Jane Goodall qui agit pour la protection des chimpanzés en Afrique.

    27 Octobre 2015
  • La sexualité de nos animaux 36/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… un peu d'anatomie.

    07 Mai 2016
  • La sexualité de nos animaux 28/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… l'avortement.

    29 Avril 2016
  • Les plus belles photos « nature » du concours National Geographic

    Faune sauvageVoici les gagnants de la catégorie nature du grand concours annuel de photographies de voyage organisé par le prestigieux magazine National Geographic.

    23 Août 2017
  • Une journée pour les océans

    Faune sauvageCe 8 juin, la planète célèbre la Journée mondiale des Océans. Elle vise à nous rappeler l’importance de l’océan comme source de vie. Proclamée il y a dix ans à l’occasion du Sommet de la Terre et des Nations Unies qui s’est tenu à Rio de Janeiro, elle a pour but de nous sensibiliser sur notre rôle dans la préservation de la qualité des milieux marins et de leurs ressources.

    08 Juin 2016
  • Une campagne dans les transports en Île-de-France crée une polémique

    Faune sauvageLa RATP et la SNCF ont lancé une campagne contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun. Plusieurs associations de défense animale déplorent que des images d’animaux sauvages aient été choisies pour symboliser les agresseurs.

    06 Mars 2018
  • Parc animalier d’auvergne : pour la préservation des espèces

    Faune sauvageCe zoo en plein cœur du Puy-de-Dôme a fait peau neuve pour remplir au mieux sa mission de préservation des espèces menacées et de sensibilisation des visiteurs, les deux principaux axes de développement de tous les parcs animaliers modernes.

    19 Mai 2017
  • La plus grande réserve d’Afrique confiée à une ONG française

    Faune sauvageL’ONG française Noé vient de se voir confier par le Niger, et pour une durée de 20 ans, la plus grande réserve terrestre d’Afrique : Termit et Tin Toumma. Il s’agit d’une 'délégation de gestion', c'est-à-dire d'un accord juridique entre l’État et Noé.

    30 Novembre 2018
  • Un juge américain bloque une chasse au grizzli près de Yellowstone

    Faune sauvageUn juge américain a bloqué jeudi l'ouverture de la chasse au grizzli qui devait avoir lieu ce week-end autour du parc national de Yellowstone pour la première fois en 40 ans.

    03 Septembre 2018
  • Datalab 2018 : 2 milliards d’euros consacrés à la biodiversité

    Faune sauvageChaque année, l’Observatoire national de la biodiversité (ONB) recueille et analyse les derniers chiffres sur la biodiversité en France. Voici les points, positifs et négatifs, que présente le rapport Datalab 2018.

    08 Janvier 2019