Palmarès des villes où il fait bon vivre avec son chien en France

Toulon est la ville la plus accueillante pour les chiens


  • Toulon est la ville la plus accueillante pour les chiensPhoto : Arnaud Beinat
  • Vivre ensemble/ Villes

    Pour la deuxième année consécutive, le magazine 30 Millions d’amis dresse le palmarès des villes françaises où il fait bon vivre avec son chien. Toulon arrive en tête, devant Perpignan et Montpellier.

    Cette année encore, les villes du Sud de la France se démarquent dans les aménagements mis en place pour faciliter la vie des propriétaires et de leur chien. Toulon, suivie de Perpignan et de Montpellier occupent les trois premières places du classement, qui a connu quelques évolutions de taille depuis sa première édition en 2016, établi par le magazine 30 Millions d’amis.

    Ainsi, Toulon, seulement 17e l’année dernière, est parvenue à concentrer ses efforts en faveur d’une politique d’accueil du chien, fondée sur une amélioration de l’accessibilité aux espaces publics. La ville a également développé une écoute et une aide importante aux animaux laissés pour compte, ce qui a fait la différence. Pour encourager ces efforts, le sénateur-maire de Toulon, Hubert Falco, s’est vu remettre le Ruban d’honneur de la Fondation 30 Millions d’Amis par sa présidente, Reha Hutin.

    Au vu de ses actions mises en œuvre depuis 2015 pour assurer la propreté des espaces publics (motocrottes, laveuses de trottoirs et de chaussées, distribution gratuite de sacs à crottes…), Perpignan se hisse à la deuxième place de ce classement. Montpellier est, cette année, troisième, alors qu’elle était en tête en 2016. Le chef-lieu de l'Hérault reste un exemple à suivre en matière d’accueil pour les chiens, mais en omettant de communiquer son budget alloué pour les sacs à crottes, la ville a perdu quelques points en 2017.

    Transports en commun, budget propreté : encore plus de critères en 2017

    Pour établir ce classement, le magazine 30 Millions d’amis s’est basé sur différents critères comme l’accessibilité, la propreté ou les infrastructures, et la grille d’évaluation a été renforcée par rapport à l’année dernière.

    Ainsi, l’accessibilité des chiens aux espaces publics a été évaluée par l’ouverture des espaces verts, la présence de caniparcs, mais aussi par la possibilité d’utiliser les transports en commun avec son chien. Cette année, il a également été demandé aux villes quelle part de leur budget était consacrée aux dépenses destinées à assurer la propreté des espaces publics (mise à disposition de sacs à crottes ou de pelles à déjections, opérations de sensibilisation…). On apprend ainsi qu’en moyenne, les villes dépensent entre 10 000 et 20 000 euros par an à ce sujet.

    En ce qui concerne la mise en place d’une véritable politique ciblée pour l’accueil des chiens en ville, peu de municipalités ont franchi le pas. Seules 6 villes sur les 41 du classement ont affecté un élu délégué à l’animal au sein de leur conseil municipal : Nice, Montpellier, Saint-Étienne, Toulouse, Toulon et Mulhouse. Il s’agit pourtant d’une étape intournable pour que maîtres citoyens et chiens citadins s’intègrent dans les villes.

    Retrouvez l’ensemble de ce classement, son analyse détaillée, la méthode de l’enquête et une interview du sénateur-maire de Toulon Hubert Falco  dans le numéro de mai du magazine 30 Millions d’Amis.