Coronavirus : toutes les informations relatives aux animaux

Coronavirus : La SPA redoute une vague d’abandons


  • Coronavirus : La SPA redoute une vague d’abandonsPhoto : Shutterstock
  • Chats/ Santé

    Maisons SPA et dispensaires, à l'instar de toutes les associations de protection animale, en conformité au plan d'action Covid-19 du gouvernement, et redoute une vague d'abandons.

    – Avec AFP –

    "Toutes les sources scientifiques, l'Organisation mondiale de la santé en tête, concordent : le Covid-19 n'atteint pas les animaux de compagnie comme les chiens et les chats, et ils ne sont pas impliqués dans la propagation de cette épidémie", rappelle la SPA dans un communiqué.

    L’association qui est à la tête de 63 refuges alerte les Français "sur une situation catastrophique concernant nos animaux de compagnie" et "en appelle à la responsabilité des propriétaires d'animaux de compagnie à ne pas croire les rumeurs à ce sujet qui pourraient avoir des conséquences catastrophiques en termes d'abandons".

    Les fourrières publiques, ainsi que les refuges des associations de protection animale qui récupèrent les animaux auprès de ces fourrières pour les faire ré-adopter, sont déjà pratiquement tous saturés en terme de capacité d'accueil. "La fermeture au public des refuges va freiner drastiquement les adoptions. Si une vague massive d'abandons d'animaux de compagnie intervient, cela entraînera une vague d'euthanasie massive dans les fourrières, comme le prévoit la loi française", s'inquiète-t-elle. 

    "Nous appelons tous les propriétaires d'animaux de compagnie, tous les Français sensibles à la cause animale à relayer massivement qu'il serait dénué de bon sens et d'humanité d'abandonner son animal pour des fausses rumeurs (...) Soyons juste, tous ensemble, humains !", implore Jacques-Charles Fombonne, le président de la SPA.

    Joint au téléphone, l’homme élu en juin 2019, à la suite de la démission de Natacha Harry, a précisé à la rédaction du magazine 30 Millions d'amis qu’il avait eu les responsables des fourrières privées qui lui avaient assuré qu’ils feraient leur possible pour garder le plus longtemps possible les animaux abandonnés avant de les euthanasier. « L’idée est que nos structures ne soient pas débordées par le flux des arrivées alors que nous ne sortirons plus d’animaux pour adoption », précise le président. La Sacpa notamment, la plus grande « fourrière » de France, s’est engagée « à pousser les murs de ses établissements et à nous donner les animaux au fur et à mesure que nous pourrons les accueillir », a conclu le président qui s’apprête à « encaisser » un mouvement de panique d’ici 3-4 jours lorsque les chiffres de la propagation du virus seront encore plus alarmants.