Florence Ollivet-Courtois : Daktari en Eure-et-Loir


  • Florence Ollivet-Courtois : Daktari en Eure-et-LoirPhoto : La Tanière
  • Faune sauvage

    Au chevet des animaux sauvages du zoo-refuge La Tanière, près de Chartres, cette vétérinaire engagée soigne les rescapés sans émettre de jugement. Jusqu’à un certain point…

    30MA : Soigner des animaux sauvages, est-ce une ambition de longue date pour vous ?

    Florence Ollivet-Courtois : Je suis un peu tombée dans la potion magique quand j’étais petite… Il y a quatre générations de vétérinaires dans ma famille. Forcément, je n’ai jamais envisagé de faire autre chose. Ensuite, comme tous les étudiants à qui les professeurs ont demandé : « Qui veut faire Daktari ? » à leur entrée à l'école vétérinaire, j’ai levé la main ! Seulement, au fil des années, le choix de la spécialité (chirurgie, échographie, cardiologie) en détourne beaucoup de ce rêve… Pour ma part, je n’ai jamais arrêté de rêver. J’ai également conservé une idée insouciante du métier qui m’a fait « oublier » qu’il est très difficile d’en vivre et qu’il y a très peu de places en parc zoologique. Par ailleurs, l’école française n’y forme pas vraiment. J’ai donc commencé à faire des cursus « faune sauvage », l’été, en Floride. En 3e année, j’ai davantage orienté mes stages en faisant, par exemple, des anesthésies sur des primates. Et en 4e année (qui était la dernière à l’époque), j’ai réalisé mon optionnel au zoo de Vincennes. Toutefois, on ne peut pas vraiment dire que je suis spécialisée dans la faune sauvage, mais plutôt que j’en fais un exercice exclusif. Pour être spécialiste, il faudrait que j’aie un diplôme du collège européen et seulement une poignée de vétérinaires français l’ont !

    À lire aussi : [VIDEO] Immersion dans le métier de vétérinaire avec Clovis Cornillac

    30 MA : Aujourd’hui, travaillez-vous uniquement pour le zoo-refuge La Tanière, situé à Nogent-le-Phaye ?

    F. O-C. : À terme, c’est ce qui arrivera. Pour le moment, j’exerce en libéral (elle a été la première en France, et toujours la seule femme aujourd’hui, ndlr). Je consacre encore une journée par semaine à d’autres parcs zoologiques, et je travaille ponctuellement avec les autorités sanitaires, que j’aide à la capture d’animaux sauvages. J’interviens aussi dans quelques cirques car j’ai prêté serment de soigner, comme les médecins, et j’estime que tous les animaux doivent avoir accès à des soins de qualité.

    À lire aussi :  Le métier de vétérinaire se féminise

    Mais il est vrai que La Tanière est l’endroit dont tous les vétérinaires de la faune sauvage rêvent. J’ai à ma disposition du matériel dernier cri, je soigne un panel d’animaux extrêmement large qui me permet d’être en relation avec les meilleurs vétérinaires partout sur la planète. Et surtout, j’aime la philosophie du refuge. Ici, on met autant de soin à s’occuper d’une poule que d’un tapir. On ne fait aucune différence, aucun spécisme. Et notre politique est de ne pas juger les propriétaires des animaux que l’on recueille.

    30 MA : Rencontrez-vous des freins dans vos actions de sauvetage ?

    F. O-C. : Oui, bien sûr. Des freins techniques quand, par exemple, l’animal ne veut pas être capturé, qu’on ne peut pas le flécher à 100 m et qu’il faut accepter de revenir une autre fois. Des blocages administratifs ensuite, dus à un manque de connaissances. Cela a été le cas en juillet 2019, quand 19 bisons échappés de leur enclos ont été abattus car, selon les autorités, il était impossible de les capturer. Or, j’en ai moi-même capturé 35 en Haute-Marne. Il faut juste beaucoup de monde, des camions, et énormément d’anesthésique… Personnellement, on me reproche souvent de me battre contre les injustices envers les animaux alors qu’on en fait subir tellement aux humains. Selon moi, il n’y a pas de séparation à faire : on est tous dans le même bateau.

    30 MA : Si vous deviez retenir un de vos sauvetages, lequel ce serait ?

    F. O-C. : L’ours Mischa, évidemment. Il est arrivé chez nous en septembre dernier, dans un état catastrophique, alors qu’il était utilisé dans des spectacles itinérants par ses propriétaires. Nous sommes fiers d’avoir pu lui rendre sa dignité et que, grâce à de simples bons soins et de la bienveillance, il ait pu redevenir un bel ours apaisé, de nouveau capable de marcher. Son décès, le 12 novembre, suite à une détérioration de son état et parce que nous n’avons pas reçu à temps l’autorisation de l’anesthésier, a été extrêmement traumatisant pour toute l’équipe de La Tanière et nous sommes très en colère contre les autorités qui ont tardé à nous laisser lui apporter les soins dont il avait besoin. C’est l’illustration parfaite des blocages administratifs qui freinent notre mission.

    À lire aussi : Autopsie : l’ours Mischa a été maltraité pendant des années

    30 MA : Y a-t-il des animaux plus difficiles à soigner que d’autres ?

    F. O-C. : Bien sûr ! La difficulté réside dans la taille de l’animal et sa dangerosité. Dans le premier cas, c'est avec les animaux les plus petits qu'il faut faire le plus attention. S’ils perdent 3 grammes de sang lors de l’opération, ils sont déjà au bord du collapsus… Les animaux dangereux, eux, impliquent d'avoir souvent recours à l'anesthésie, ce qui n’est pas anodin. L’état de santé ne peut parfois pas le permettre, ou par exemple un mammifère marin anesthésié peut oublier de respirer. C’est pourquoi nous développons de plus en plus le « medical training ». C’est un entraînement très important qui permet de rendre l’animal coopératif lors d’examens de routine.

    30 MA : Y a-t-il des aspects que vous aimeriez voir changer dans votre profession ?

    F. O-C. : J’aimerais que la formation initiale et continue soit élargie à l’ensemble des espèces qu’un vétérinaire peut rencontrer dans son travail afin d’avoir immédiatement les bons réflexes et de savoir bien orienter ses patients. Aujourd’hui, seuls les stages et les formations parallèles existent pour acquérir un large savoir généraliste. Il faut qu’un module faune sauvage soit créé et que l’on prenne exemple sur d’autres pays d’Europe, et surtout sur les États-Unis. Plus les personnes seront formées, mieux les animaux se porteront. C’est d’ailleurs pour cela que le partage de son expérience et de ses connaissances est très important pour moi.

    À lire aussi : Le quotidien étonnant d'un vétérinaire NAC


    Autres articles à lire

  • Laurence Paoli : conserver est le devoir des zoos

    Faune sauvageDans son essai « Zoos, un nouveau pacte avec la nature », cette ancienne attachée de presse pour les parcs animaliers s’est interrogée sur le sens de la captivité des animaux sauvages. Après avoir mené l’enquête, elle conclut que c’est un mal nécessaire…

    11 Décembre 2019
  • Des grenouilles et des couleurs

    Faune sauvageLes tropiques donnent de la couleur aux grenouilles ! Rouge, bleu, vert, jaune… c’est un arc-en-ciel de petites bêtes dont les espèces sont aussi méconnues que menacées…

    17 Octobre 2018
  • Nicolas Hulot ministre de l’Environnement : un « signal positif »

    Faune sauvageL’arrivée de Nicolas Hulot au ministère de la transition écologique et solidaire suscite de nombreuses réactions positives des associations de défense des animaux … mais également beaucoup d’attentes.

    18 Mai 2017
  • Coronavirus : le pangolin, chaînon manquant potentiel dans l'épidémie

    Faune sauvageQuel est l'animal qui a transmis le nouveau coronavirus à l'homme ? Pour identifier le suspect, les chercheurs se sont lancés dans une traque méthodique, digne d'une enquête de police scientifique. Le pangolin -espèce la plus braconnée au monde et commercialisée illégalement en Chine- serait le principal suspect.

    07 Février 2020
  • La couleur de vos vêtements peut avoir un impact sur les animaux

    Faune sauvageUne balade en forêt avec un T-shirt bleu ? Ce choix vestimentaire pourrait déranger les habitants des lieux…

    27 Janvier 2020
  • A la recherche de l'ADN du monstre du Loch Ness

    Faune sauvageEt s'il y avait un fond de vérité aux histoires de créatures géantes surgissant des eaux sombres du Loch Ness? C'est ce que va tenter de découvrir un scientifique néo-zélandais en analysant l'ADN des eaux de ce lac écossais célèbre dans le monde entier.

    18 Juin 2018
  • ArAnimA : de l’art engagé au service de la cause animale

    Faune sauvageGrâce à l’organisation d’une vente caritative réunissant une centaine d’œuvres et 48 artistes, l’association ArAnimA a remis un chèque de 3 546 euros à One Voice afin de soutenir l’ONG dans son action contre la captivité des cétacés.

    25 Décembre 2017
  • Allemagne: cinq félins dont deux lions s'échappent d'un zoo

    Faune sauvageLes cinq félins qui s'étaient échappés d'un zoo dans l'ouest de l'Allemagne ont été retrouvés et capturés vendredi, ont annoncé à l'AFP les autorités locales.

    01 Juin 2018
  • Ces images ne sont pas celles que vous croyez

    Faune sauvageRegardez bien, il ne s’agit pas de trophées de chasse mais de photos célébrant la vie des animaux sauvages : ces visuels chocs et optimistes sont le fruit de la collaboration entre l’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS) et l’agence de communication Y&R Paris.

    19 Avril 2017
  • Qu’est-ce que la sixième extinction massive des espèces ?

    Faune sauvageUne étude montre que la sixième extinction massive de la biodiversité s’accélère : un plus grand nombre d’animaux et de plus en plus d’endroits de la planète sont touchés. Phénomène rapide, globalisé et lié à l’activité humaine, voici ce que l’on sait aujourd’hui de cette crise alarmante.

    11 Juillet 2017
  • L'huître, sentinelle des pollutions marines

    Faune sauvageUn simple mouvement de valve et l'huître devient vigie des pollutions marines dans l'Arctique ou le Golfe, grâce aux travaux d'un petit laboratoire à Arcachon, sur la côte girondine.

    14 Septembre 2018
  • Deux ourses vont être réintroduites dans les Pyrénées, colère en Béarn

    Faune sauvageLe ministre de la Transition écologique François de Rugy a annoncé jeudi à Pau que deux ourses slovènes seraient lâchées 'd'ici début octobre' dans les Pyrénées occidentales, une annonce saluée par des ONG mais dénoncée par les éleveurs locaux jurant déjà de les 'enlever'.

    21 Septembre 2018
  • La sexualité de nos animaux 34/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… la sodomie.

    05 Mai 2016
  • La plus grande réserve d’Afrique confiée à une ONG française

    Faune sauvageL’ONG française Noé vient de se voir confier par le Niger, et pour une durée de 20 ans, la plus grande réserve terrestre d’Afrique : Termit et Tin Toumma. Il s’agit d’une 'délégation de gestion', c'est-à-dire d'un accord juridique entre l’État et Noé.

    30 Novembre 2018
  • Bêtes politiques : quand les chefs d’État s’offrent des animaux

    Faune sauvageChiens, pandas, éléphants… De tout temps, les pays se sont offert des animaux afin de sceller et d’entretenir leurs bonnes relations. Petit bestiaire des relations diplomatico-animalières du monde entier…

    01 Mars 2018
  • Les espèces menacées en 3 chiffres clés

    Faune sauvageLe 11 mai est une journée de sensibilisation consacrée aux espèces menacées dans le monde. Quelques chiffres montrent l’accélération inquiétante de ce phénomène.

    11 Mai 2018
  • La sexualité de nos animaux 30/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… les hybrides.

    01 Mai 2016
  • Les bébés phoques du Saint-Laurent

    Faune sauvageChassés pendant longtemps pour leur fourrure immaculée, les bébés phoques connaissent aujourd’hui une nouvelle menace : la fragilité de la banquise qui les expose à la noyade avant même qu’ils ne sachent nager…

    24 Décembre 2019
  • Une journée pour les océans

    Faune sauvageCe 8 juin, la planète célèbre la Journée mondiale des Océans. Elle vise à nous rappeler l’importance de l’océan comme source de vie. Proclamée il y a dix ans à l’occasion du Sommet de la Terre et des Nations Unies qui s’est tenu à Rio de Janeiro, elle a pour but de nous sensibiliser sur notre rôle dans la préservation de la qualité des milieux marins et de leurs ressources.

    08 Juin 2016
  • Comment les températures extrêmes impactent les animaux :

    Faune sauvageDepuis fin décembre, le nord du continent américain est touché par une vague de froid exceptionnelle qui n’est pas sans conséquence sur les animaux de la région. Le dérèglement climatique, à l’autre extrême, touche également l’Australie en proie à une chaleur hors norme, également désastreuse pour la nature.

    10 Janvier 2018