D’Joe et Sarah : l’aventure australienne


  • D’Joe et Sarah : l’aventure australiennePhoto : Joël Marquis
  • Vivre ensemble/ Belles Histoires

    C’est en 2002, alors qu’elle arpentait l’Australie à pied et en solitaire, que Sarah Marquis fait la rencontre de D’Joe. Ensemble, ils parcourront 10 000 kilomètres, supportant la faim, la soif et la chaleur. Elle vivra avec lui une aventure hors du commun, prouvant, une fois de plus, que le chien est le meilleur ami de l’homme.

    Sarah Marquis a franchi la distance de 14 000 kilomètres à pied à travers l’Australie. C’était en 2002, soit la toute première expédition de la célèbre baroudeuse. Seule ? Pas tant que ça. Alors qu’elle avait déjà cheminé durant 4 000 kilomètres, Sarah a fait une rencontre plutôt inattendue… « J’étais sur une chaîne de montagnes qui s’étend du nord au sud de l’Australie et j’ai très vite constaté qu’il n’y avait pas de point d’eau. Un soir, je suis donc descendue pour en chercher, et je suis arrivée derrière une vieille ferme », raconte-t-elle. Après avoir ouvert un portail rouillé, un homme plutôt étrange se dirige vers elle. « Qu’est-ce tu fais là ? », lui demande-t-il avec agressivité. « Je lui bredouille que je cherche de l’eau. Il me dit d’aller à l’arrière, de puiser mon eau et de ficher le camp. » Préférant ne pas s’éterniser en ces lieux hostiles, l’aventurière se dépêche d’aller puiser son précieux or bleu. Alors qu’elle remballe ses affaires, elle aperçoit un chien attaché très court à un arbre. « Il avait l’air terrorisé », se souvient-elle. Puis, elle remarque le fusil en bandoulière de l’homme qui lui a adressé la parole. Sarah comprend alors qu’il s’apprêtait à abattre l’animal juste avant qu’elle n’arrive. Apparemment, ce chien, censé rassembler le bétail, ne donnait pas satisfaction dans son travail. « Et là, sans trop réfléchir, j’ai volé le chien et je suis partie en courant. J’ai entendu l’homme crier : “Tu n’auras que des problèmes avec D’Joe !” C’est comme ça que j’ai su son nom. »

    À lire aussi : 3 chiens qui sont au centre d’une histoire

    Une grosse logistique

    « Au début, cela a été difficile d’avoir un chien parce que c’est une grosse logistique. J’étais responsable d’une vie. Je n’avais pas réfléchi : il était juste hors de question que quelqu’un le fusille sous mes yeux », admet Sarah Marquis. Mais, très vite, les deux compagnons de route s’apprivoisent. Pour commencer, la baroudeuse lui fabrique son propre sac à dos afin qu’il porte son eau et sa nourriture. « C’était le deal », explique-t-elle. Plus tard, elle lui confectionne des chaussures pour protéger ses pattes du sable brûlant. Dès qu’elle a pu, Sarah a emmené D’Joe chez le vétérinaire pour vérifier qu’il était en bonne santé, connaître son âge, le faire vermifuger, etc. Le praticien lui a alors expliqué qu’elle avait un chien exceptionnel : un croisement entre un dingo et un bouvier australien. « Ils viennent spécifiquement de la région du Queensland. C’est ce croisement qui fait que ce chien a 2 % de folie. Il a ce côté à la fois sauvage et rigolo. » 

     

    Joël MarquisD’Joe porte son propre sac à dos et ses pattes sont protégées du sable brûlant par des chaussons.

     

    Le don de la faire rire

    Ces deux personnalités, Sarah en a été témoin pendant les longs mois de marche où ils ont vécu côte à côte. Très intelligent, D’Joe avait le don de la faire rire. « Il aimait faire des bêtises pour que je rigole. Il m’a toujours boostée un maximum », se remémore-t-elle avec émotion. Elle se rappelle également son rituel : à chaque lever et coucher du soleil, il s’éloignait du campement, à 300 ou 400 mètres, et restait un quart d’heure à contempler l’horizon… L’expérience qu’ils ont partagée pendant 10 000 kilomètres a permis à ces deux aventuriers de se connaître sur le bout des doigts (ou des griffes). « Ensemble, on a eu faim, on a eu soif. Pourtant, jamais il ne m’a demandé à manger quand il voyait que je revenais bredouille de la chasse. Après, il faut s’imaginer aussi qu’il y a l’ambiance du camp, il y a les oiseaux, il y a les kookaburras (ou martin-chasseur géant, ndlr) qui chantent le soir… On vivait en communion avec la nature. » 

    A lire aussi :  Australie : réintroduction réussie pour le chat marsupial moucheté !

    D’Joe a en quelque sorte remboursé sa dette, en Australie, en sauvant la vie de Sarah à deux reprises. « La première fois, on était pris dans un feu de forêt qui arrivait des deux côtés et par l’arrière. La seule échappatoire était une barre rocheuse », explique-t-elle. La jeune femme décide de glisser le long de cette paroi, presque à la verticale, avec son chien attaché à elle par une longue laisse. La pente étant trop abrupte, la descente se transforme rapidement en chute. « On a commencé à faire une sorte de roulé-boulé avec des coups qui venaient de tous les côtés. Heureusement, un petit arbre avait décidé de pousser au milieu de ce mur rocailleux et nous a stoppés net. » D’Joe s’est retrouvé suspendu d’un côté de l’arbre et Sarah de l’autre. Après quoi, ils ont réussi à descendre et à s’en sortir avec seulement des contusions et quelques égratignures. « Sans D’Joe, je ne sais pas comment je serais arrivée en bas. »

    La seconde fois, c’était lors d’une confrontation avec des chasseurs australiens à la « gâchette facile ». La seule présence de D’Joe a suffi à les calmer. « L’Australie, c’est un peu le Far West », décrit-elle. Au fur et à mesure de ses rencontres, Sarah a d’ailleurs remarqué un comportement récurrent chez son fidèle compagnon : « Chaque fois que l’on rencontrait des gens un peu louches, D’Joe venait s’asseoir sur mes pieds et les regardait droit dans les yeux. Quand il faisait ça, je savais que c’était tendu et qu’il ne fallait pas que je m’attarde. »

     

    Joël MarquisÀ chaque étape, Joël, le frère de Sarah lui apportait vivres et soutien.

     

    La ligne d’arrivée

    Au bout de dix-sept mois de marche, Sarah franchit la ligne d’arrivée avec D’Joe. « Une fois l’aventure terminée, il a fallu le ramener en Suisse, mais c’était très compliqué et je n’avais plus d’argent », raconte-t-elle. En effet, entre son billet d’avion, la quarantaine et le vétérinaire, les frais pour rapatrier D’Joe s’élevaient à 5 000 francs suisses (4 500 euros environ). Elle décide alors d’écrire un article dans un média local. « Toutes les personnes qui avaient suivi l’histoire de D’Joe se sont mobilisées. Même des enfants ont cassé leur tirelire pour me donner 5 euros. » La somme a été récoltée en un temps record et Sarah a pu retrouver son chien à l’aéroport, un mois plus tard. « Nous n’avions jamais été séparés. Il avait cru que je l’avais abandonné. Dès qu’il est sorti de sa cage, il est venu mordiller mon bras avec un regard qui disait : “Ne refais plus jamais ça !” »

    A lire aussi :  Max le chien héros en Australie

    Une nouvelle vie

    D’Joe débute alors une nouvelle vie avec celle qui l’a sauvé de la mort, dans les Alpes du Sud, où vit Sarah. Durant sept années encore, D’Joe accompagnera Sarah (selon le vétérinaire australien, il avait 7 ans lors de leur rencontre). « Je ne regrette rien, j’ai été une meilleure humaine avec D’Joe que sans lui. C’est le plus beau compagnon que j’aurais pu espérer trouver dans une aventure pareille. C’était un caractère bien trempé, une personne unique. » Longtemps surnommée « la dame au chien », Sarah ne pensait pas retrouver la même relation avec un autre animal. Pourtant, en 2015, l’aventurière au grand cœur croise la route de chiots en Thaïlande, qui allaient servir de nourriture aux moines. Elle les sauve de ce destin funeste, comme elle l’avait fait pour D’Joe. « Sur cette portée de sept chiens, il en reste un que je vais rapatrier en Suisse. Qui sait, c’est peut-être le début d’une nouvelle aventure… » 

    Sarah Marquis a raconté son aventure en Australie dans son livre, L’Aventurière des sables (Michel Lafon).


     

    Découvrez d’autres belles histoires en suivant ce lien


    Autres articles à lire

  • Des animaux évacués suite aux incendies des Bouches-du-Rhône

    Vivre ensembleToute la nuit, une immense chaîne de solidarité s'est mise en place dans les Bouches-du-Rhône afin d'évacuer et de mettre en sécurité les animaux des refuges menacés les incendies. Le point sur la situation…

    11 Août 2016
  • Robert Redford sauve un cheval

    Vivre ensembleSur le tournage de son dernier film, l’acteur américain âgé de 79 ans s’est porté au secours d’un cheval en détresse. Le héros de « L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux » n’a jamais aussi bien porté son nom.

    12 Août 2016
  • Royaume-Uni : un chat accusé d'espionnage

    Vivre ensembleLe chat Palmerston, adopté le mois dernier pour chasser les rongeurs au ministère des Affaires étrangères, s'est retrouvé au cœur d'une petite plaisanterie entre les membres du Parlement britannique. Soupçonné d'espionnage, il doit dorénavant montrer patte blanche…

    27 Mai 2016
  • Mia, la minette de Marianne

    Vivre ensembleNouvel «agent» recruté par la mairie de Montreuil (Seine-Saint-Denis), Mia est toujours de bon poil et fait la joie du personnel communal.

    30 Mars 2019
  • Après neuf ans d'absence, le chat Moubli est de retour

    Vivre ensembleIl s’appelle Moubli. Et ses propriétaires avaient oublié son existence après sa disparition il y a neuf ans. Jusqu’à ce jour où l’appel téléphonique d’un refuge le fait réapparaître…

    05 Septembre 2016
  • Yurka ou la vraie vie

    Vivre ensembleChaque année, des milliers d’animaux sont victimes de la cruauté humaine. Certains s’en sortent, d’autres non. Yurka aurait pu faire partie de la seconde catégorie, mais le destin l’a placée sur le chemin d’Elsa Meier, ingénieur géologue de 24 ans reconvertie dans la photographie animalière, et son père Antoine.

    12 Août 2018
  • Une fillette prouve à ses parents les bienfaits d’un chat à la maison

    Vivre ensembleRomesa, une Texane de 11 ans, a impressionné les internautes grâce à sa dissertation de six pages relayée sur les réseaux sociaux, destinée à convaincre ses parents d’adopter un chat.

    29 Juin 2017
  • Siri : la muse féline de Nawak

    Vivre ensembleParachuté à l’âge de deux mois au refuge de l’école du Chat de Drancy (93), Siri a été aussitôt adoptée par Nawak. Depuis trois ans, elle est la muse de ce jeune illustrateur, qui grâce au financement de ses fans, va sortir son premier album : le journal de Siri.

    04 Septembre 2015
  • Pilots N Paws : des pilotes au grand cœur

    Vivre ensembleAu Canada, l’organisation Pilots N Paws offre une seconde chance à des animaux de refuge en les transportant par avion d’une ville à l’autre. Une manière de désengorger les structures d’accueil et d’éviter l’euthanasie à nombre d’entre eux.

    21 Mars 2016
  • Chat, chien, cheval… : les animaux « soigneurs »

    Vivre ensembleLes animaux introduits à la fondation Sonnenhof pour tenir compagnie aux résidents souffrant de problèmes psychiatriques sont devenus des auxiliaires soignants.

    29 Novembre 2019
  • Fort McMurray : des milliers de chiens et chats abandonnés

    Vivre ensemblePlusieurs centaines de milliers d’habitants ont dû quitter leur demeure en laissant parfois derrière eux leurs animaux de compagnie. Livrés à eux-mêmes ou enfermés dans les maisons, certains attendent le retour de leur propriétaire depuis plusieurs jours. Pour les sauver d’une mort certaine, des groupes de bénévoles s'organisent…

    09 Mai 2016
  • « Gamelles pleines » : soutenir des maîtres SDF et leurs animaux

    Vivre ensembleL’association Gamelles Pleines réunit dans un calendrier 2018, de superbes photographies en noir et blanc : des portraits de personnes vivant dans la précarité au côté de fidèles compagnons. Les ventes serviront à soutenir les actions en faveur d’une intégration de l’animal à part entière dans l’aide sociale.

    12 Décembre 2017
  • Vinaigrette, entre chien et loup

    Vivre ensembleAprès avoir été suivie pour des troubles du comportement, elle est arrivée au refuge breton de Coat Fur en 2011. Sur cette terre d’accueil pour les loups, l’hybride partage son quotidien avec une vingtaine d’autres animaux.

    02 Novembre 2017
  • Fort McMurray : un chien sauvé des flammes retrouve sa famille

    Vivre ensembleAbby est une petite chienne sourde et âgée de 14 ans, vivant à Fort McMurray. Ses propriétaires se trouvaient sur leur lieu de travail lorsque l’ordre d’évacuation a été donné. Sans pouvoir retourner chez eux, ils ont passé trois jours à attendre que les secours ramènent Abby. C’est finalement grâce à deux bons samaritains qu’ils ont pu récupérer leur chienne…

    12 Mai 2016
  • Un nouveau cimetière pour les animaux dans le Vaucluse

    Vivre ensembleA Sainte-Cécile, dans le Vaucluse, un cimetière communal pour les animaux compagnie va ouvrir ses portes au printemps 2016. En France, il existe plus d’une vingtaine de cimetières dédiés aux animaux, mais c’est le premier dans ce département.

    26 Août 2015
  • Duke, le chien devenu maire d’une petite ville des Etats-Unis

    Vivre ensembleIl s’appelle Duke et c’est avec un grand honneur qu’il entame son troisième mandat de maire de la petite ville américaine de Cormorant, dans le Minnesota.

    30 Août 2016
  • Quand la complicité entre un maître et son animal est récompensée

    Vivre ensemblePour la première fois, Riga, fabricant et distributeur de produits pour animaux de compagnie, a organisé un concours vidéo sur le thème de la complicité entre le maître et l’animal. Le magazine 30 Millions d’Amis faisait partie du jury.

    20 Septembre 2019
  • Happy Feet : la gygis sauvée des eaux à Tahiti

    Vivre ensembleLa Société d’Ornithologie de Polynésie « Manu » s’est mobilisée pour sauver une gygis, baptisée Happy Feet, et plusieurs autres oiseaux et oisillons menacés par les pluies diluviennes qui se sont abattues sur les îles de Tahiti et Moorea en janvier.

    27 Janvier 2017
  • Des traqueurs de Pokemon sauvent des rongeurs

    Vivre ensembleAlors qu'ils étaient à la chasse aux Pokemon, absorbés par le tout nouveau jeu Pokemon Go, deux jeunes Américains ont sauvé 27 rongeurs d'une mort certaine.

    20 Juillet 2016
  • Des toutous à la plage pour la bonne cause

    Vivre ensembleCunta et Baïné, deux chiennes du Refuge de la côte basque, ont profité d’une sortie à la plage organisée par une clinique vétérinaire de Bidart pour embellir leur quotidien, et encourager les adoptions.

    23 Mai 2017