Une seconde vie pour les chimpanzés de Guinée


  • Une seconde vie pour les chimpanzés de GuinéePhoto : Centre de conservation pour chimpanzés
  • Faune sauvage

    Arrachés tout petits à leur mère par des braconniers, les chimpanzés de cette partie de l’Afrique de l’Ouest sont au bord de l’extinction. Traumatisés, ils sont réhabilités avant de retrouver la vie sauvage.

    La plupart des 63 chimpanzés qui vivent au Centre de conservation pour chimpanzés, situé en Guinée-Conakry, ont subi de lourds traumatismes. Issus de saisies chez des particuliers ou des revendeurs, ils ont été arrachés à leur famille encore bébés par des braconniers pour être vendus comme animaux de compagnie. Le centre qui les recueille estime que, pour un bébé récupéré, dix chimpanzés adultes sont morts. À leur arrivée, les chimpanzés souffrent de maladies de peau, d’infections respiratoires, de désordres psychologiques dus aux mauvais traitements, à la captivité et à la malnutrition. Le sanctuaire possède un protocole de quarantaine qui fixe une série de soins à prodiguer aux nouveaux arrivants, supervisés par un vétérinaire volontaire. Les femelles en état de procréer sont mises sous contraceptif oral. Car l’objectif du sanctuaire n’est pas de les faire se reproduire, mais de les soigner, de leur réapprendre les codes sociaux de leur espèce, afin de les réintroduire dans leur milieu naturel.

    Centre de conservation pour chimpanzés/Arnaud Poisac

    Un trafic rentable

    La Guinée abrite la plus grande population de chimpanzés d’Afrique de l’Ouest avec un nombre d’individus estimé à environ 18 000. Depuis de nombreuses années, elle est aussi au cœur d’un trafic international, contrôlé par une mafia organisée qui vend illégalement ces jeunes orphelins à des zoos chinois ou comme animaux de compagnie dans les pays du Golfe, en Russie… Un orphelin peut se vendre jusqu’à 20 000 dollars (18 000 euros) sur le marché noir international. Seuls les bébés chimpanzés sont capturés, le reste du groupe sert au commerce illégal de viande de brousse. Certains bébés sont vendus par les braconniers près de 2 000 euros ; une somme considérable dans ce pays extrêmement pauvre en dépit des ressources minières importantes. Reconnue pour être une plaque tournante d’un commerce illégal de primates très lucratif, la Guinée a été suspendue de la Cites (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction). Le Centre de conservation pour chimpanzés est un acteur majeur dans la lutte contre ce trafic. Il travaille conjointement avec les autorités et les ONG, en accueillant notamment les animaux confisqués lors des opérations contre le braconnage.

    À lire aussi : Face à l’urgence, la CITES renforce la protection des animaux sauvages 

     

    Sorties en brousse

    Pour certains chimpanzés, le traumatisme a été si violent qu’ils doivent tout réapprendre, jusqu’au langage et aux codes de leur propre espèce. Il faut aussi leur enseigner des gestes quotidiens nécessaires à un éventuel retour à la vie sauvage comme trouver de la nourriture ou faire leur nid pour dormir. Pour les aider, les soigneurs du centre organisent chaque jour des sorties en brousse. Comme les petits chimpanzés n’ont pas profité des enseignements de leur mère, à laquelle ils ont été arrachés, c’est l’homme qui la remplace. Répartis par groupe d’âge, les chimpanzés ont besoin d’un cadre, avec des interdits et des moments de jeu, d’affection et de réassurance. Les soigneurs leur apportent cet équilibre. Le centre a fait le choix de ne recruter que des soigneurs guinéens, auxquels ils ont donné une formation complète sur le comportement des chimpanzés. Car, si la plupart connaissent la brousse comme leur poche, ils n’ont jamais côtoyé de chimpanzés. Ils doivent connaître parfaitement chacun des pensionnaires et surtout assimiler le fonctionnement de la hiérarchie du groupe, fondamentale à sa cohésion. Le programme de réhabilitation dure une douzaine d’années ; le temps nécessaire pour amener ces orphelins à dépasser le traumatisme de leur capture.

    Centre de conservation pour chimpanzés/Arnaud Poisac

    Des hommes et des singes

    Ni électricité ni eau courante. Le Centre de conservation pour chimpanzés est sommaire. La richesse du lieu, c’est son équipe, l’abnégation dont elle fait preuve et sa philosophie. À sa tête, une quadragénaire montée sur pile, des soigneurs… Au total, une vingtaine de personnes, mobilisées sept jours sur sept. Sans oublier la dévotion des bénévoles, engagés pour six mois. Le centre a également lancé un programme d’éducation et de sensibilisation auprès des populations locales, les informant des conséquences de la coupe illégale de bois, du braconnage, mais aussi leur rappelant les lois en vigueur. Il leur apporte aussi un soutien social par le biais d’aides médicales, d’un accès à l’éducation et à l’emploi. L’objectif est de sensibiliser le grand public aux risques de disparition de cette espèce. En Europe, le centre organise régulièrement des expositions dans des parcs zoologiques. 

    Le premier chimpanzé

    Estelle Raballand est la fondatrice du sanctuaire. « Un jour, quelqu’un a déposé devant ma porte un chimpanzé mâle. Il pleurait et souffrait, car un Français l’avait attaché par le cou et lui avait fait boire de la soude caustique, puis l’avait abandonné ! J’ai réussi à le sauver après des mois de traitement. » C’est pour venir en aide à ces chimpanzés martyrs que le Centre de conservation pour chimpanzés, situé en plein cœur du Parc national du Haut-Niger, est né. Estelle est consciente que les retours à la vie sauvage restent très incertains et que la première génération est souvent sacrifiée. Même si elle a passé la main depuis 2015, elle reste très active dans la recherche de fonds. 

    Vous pouvez aider le centre en adhérant à l’association, en parrainant un chimpanzé ou en devenant écovolontaire (plus d’informations : projetprimates.com).

    Centre de conservation pour chimpanzés/Arnaud PoisacEstelle Raballand est la fondatrice du Centre de conservation pour chimpanzés.
     
    Retour à la vie sauvage

    Retrouver un habitat naturel assez vaste pour la réintroduction des chimpanzés est l’une des missions du Centre de conservation pour chimpanzés. Comme le chimpanzé reste un animal dangereux, le centre tient à éviter toute présence humaine à proximité des sujets réintroduits. Une difficulté supplémentaire car les espaces en Guinée sont restreints, même au sein des parcs nationaux, en raison de la déforestation massive. Relâcher un chimpanzé est une opération qui doit respecter les critères stricts de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Aucune réintroduction n’est possible avant l’âge de 15 ans, moment où un chimpanzé peut prendre sa place dans un groupe déjà constitué. Le centre a réalisé sa première réintroduction en milieu sauvage en 2008, sur le site de Bakaria, à une trentaine de kilomètres du sanctuaire. Douze jeunes adultes ont été remis en liberté, équipés de colliers GPS, afin de les suivre à distance. L’adaptation est toujours plus difficile pour les mâles car, à l’état sauvage, ils restent toute leur vie dans le groupe de leur mère. Seules les femelles partent, pour éviter la consanguinité. Les premiers résultats sont encourageants puisque certaines femelles ont intégré des groupes de chimpanzés sauvages et donné naissance à des petits. Ce processus ne peut malheureusement pas être proposé à tous les chimpanzés recueillis, qui souffrent de traumatismes irréversibles. Ils restent alors au centre.

    À lire aussi :

    Frans de Waal : la vérité sur les émotions animales

    Que peut faire la France pour sauver les grands singes?

     


    Autres articles à lire

  • Allemagne: cinq félins dont deux lions s'échappent d'un zoo

    Faune sauvageLes cinq félins qui s'étaient échappés d'un zoo dans l'ouest de l'Allemagne ont été retrouvés et capturés vendredi, ont annoncé à l'AFP les autorités locales.

    01 Juin 2018
  • La couleur de vos vêtements peut avoir un impact sur les animaux

    Faune sauvageUne balade en forêt avec un T-shirt bleu ? Ce choix vestimentaire pourrait déranger les habitants des lieux…

    27 Janvier 2020
  • La plus grande réserve d’Afrique confiée à une ONG française

    Faune sauvageL’ONG française Noé vient de se voir confier par le Niger, et pour une durée de 20 ans, la plus grande réserve terrestre d’Afrique : Termit et Tin Toumma. Il s’agit d’une 'délégation de gestion', c'est-à-dire d'un accord juridique entre l’État et Noé.

    30 Novembre 2018
  • Datalab 2018 : 2 milliards d’euros consacrés à la biodiversité

    Faune sauvageChaque année, l’Observatoire national de la biodiversité (ONB) recueille et analyse les derniers chiffres sur la biodiversité en France. Voici les points, positifs et négatifs, que présente le rapport Datalab 2018.

    08 Janvier 2019
  • Deux ourses vont être réintroduites dans les Pyrénées, colère en Béarn

    Faune sauvageLe ministre de la Transition écologique François de Rugy a annoncé jeudi à Pau que deux ourses slovènes seraient lâchées 'd'ici début octobre' dans les Pyrénées occidentales, une annonce saluée par des ONG mais dénoncée par les éleveurs locaux jurant déjà de les 'enlever'.

    21 Septembre 2018
  • Fascinant orang-outang

    Faune sauvageDans les cimes verdoyantes, sa silhouette orange passe comme une ombre. Inféodé à deux îles d’Indonésie, Bornéo et Sumatra, l’orang-outan ne pourrait être bientôt qu’un lointain souvenir tant son espèce est en déclin. Rencontre…

    29 Avril 2019
  • Les espèces menacées en 3 chiffres clés

    Faune sauvageLe 11 mai est une journée de sensibilisation consacrée aux espèces menacées dans le monde. Quelques chiffres montrent l’accélération inquiétante de ce phénomène.

    11 Mai 2018
  • Australie : les incendies déciment des millions d’animaux

    Faune sauvageLa vie sauvage australienne, réputée notamment pour ses koalas et ses kangourous, mettra des décennies à se remettre des feux de forêt qui dévastent actuellement l'immense île-continent.

    03 Janvier 2020
  • L'huître, sentinelle des pollutions marines

    Faune sauvageUn simple mouvement de valve et l'huître devient vigie des pollutions marines dans l'Arctique ou le Golfe, grâce aux travaux d'un petit laboratoire à Arcachon, sur la côte girondine.

    14 Septembre 2018
  • La sexualité de nos animaux 37/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… les distinctions.

    08 Mai 2016
  • Un centre de soins pour animaux sauvages appelle à l’aide

    Faune sauvageL’Hirondelle, un centre de soins pour animaux sauvages à Saint-Forgeux (69) se trouve en extrême difficulté. Il se voit contraint, aujourd’hui, de fermer ses portes car il ne peut plus accueillir le moindre animal.

    11 Octobre 2019
  • Bêtes politiques : quand les chefs d’État s’offrent des animaux

    Faune sauvageChiens, pandas, éléphants… De tout temps, les pays se sont offert des animaux afin de sceller et d’entretenir leurs bonnes relations. Petit bestiaire des relations diplomatico-animalières du monde entier…

    01 Mars 2018
  • Florence Ollivet-Courtois : Daktari en Eure-et-Loir

    Faune sauvageAu chevet des animaux sauvages du zoo-refuge La Tanière, près de Chartres, cette vétérinaire engagée soigne les rescapés sans émettre de jugement. Jusqu’à un certain point…

    20 Janvier 2020
  • La sexualité de nos animaux 25/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… ne pensent-ils qu'à ça ?

    26 Avril 2016
  • Les plus belles photos « nature » du concours National Geographic

    Faune sauvageVoici les gagnants de la catégorie nature du grand concours annuel de photographies de voyage organisé par le prestigieux magazine National Geographic.

    23 Août 2017
  • SeaWorld condamné à 4 millions de dollars d'amende

    Faune sauvageLe groupe SeaWorld Entertainment et son ancien directeur général devront payer 5 millions de dollars d'amende pour avoir minimisé auprès des investisseurs l'impact du documentaire 'Blackfish', qui dénonçait le traitement des orques en captivité, ont annoncé mardi les autorités américaines.

    22 Septembre 2018
  • La sexualité de nos animaux 28/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… l'avortement.

    29 Avril 2016
  • La sexualité de nos animaux 30/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… les hybrides.

    01 Mai 2016
  • Une journée pour les océans

    Faune sauvageCe 8 juin, la planète célèbre la Journée mondiale des Océans. Elle vise à nous rappeler l’importance de l’océan comme source de vie. Proclamée il y a dix ans à l’occasion du Sommet de la Terre et des Nations Unies qui s’est tenu à Rio de Janeiro, elle a pour but de nous sensibiliser sur notre rôle dans la préservation de la qualité des milieux marins et de leurs ressources.

    08 Juin 2016
  • Laurence Paoli : conserver est le devoir des zoos

    Faune sauvageDans son essai « Zoos, un nouveau pacte avec la nature », cette ancienne attachée de presse pour les parcs animaliers s’est interrogée sur le sens de la captivité des animaux sauvages. Après avoir mené l’enquête, elle conclut que c’est un mal nécessaire…

    11 Décembre 2019