Que ressentent les animaux médiateurs ?


  • Que ressentent les animaux médiateurs ?Photo : Shutterstock/Elizaveta Galitckaia
  • Vivre ensemble/ Zoothérapie

    Chiens, chats, lapins, mais aussi poules et chevaux ont des effets positifs sur nous. Mais si cela nous fait du bien, qu’en est-il des effets sur les animaux eux-mêmes ?

    Un chien visiteur dans un établissement pour personnes âgées, un chat dans un Ehpad, le cheval Peyo dans un hôpital… Les expériences se multiplient où l’animal est un auxiliaire dans l’accompagnement de personnes en difficulté. Son rôle ? Être un « médiateur » entre un professionnel (social, médical…) et une personne en situation sociale, médicale, physique ou intellectuelle difficile. Par son comportement, ses postures, ses mimiques faciales ou encore son regard, l’animal va favoriser le lien entre des personnes dans un objectif éducatif, social ou thérapeutique. Sa force, c’est qu’il ne juge pas celui qui n’arrive pas à parler, à marcher ou à aller vers les autres. Il est simplement là, réconfortant et apaisant. Partout en France, de multiples associations ont été créées, parfois avec des objectifs différents, requérant les services de l’animal dans le cadre d’une médiation. Pour chacune, le travail commence par la sélection des animaux accompagnant les intervenants en fonction du public concerné et des objectifs fixés. Personnes âgées ou handicapées, issues du milieu carcéral, enfants autistes, jeunes en difficulté sociale ou scolaire… Maisons de retraite, écoles, hôpitaux, centres spécialisés… Pour les animaux, cette diversité de lieux et de publics exige des capacités d’adaptation importantes. 

    A lire aussi : La belle vie d’Oscar, chien d’Ehpad

    Aujourd’hui, l’immense majorité des expériences de médiation par l’animal font intervenir un chien. Le choix de ce partenaire canin se fait selon ses compétences et ce qu’on va lui demander : une proximité avec les humains, l’acceptation et la tolérance du contact soutenu, des activités de jeu… Dans tous les cas, il devra avoir confiance en lui, être attiré vers les humains et montrer un intérêt à coopérer de lui-même. Il peut exister des variantes requérant des compétences spécifiques comme lors d’interactions avec plusieurs personnes en même temps ou d’interventions prolongées avec une seule personne. Aussi doué soit-il, un même animal peut être apte à une activité particulière, mais pas forcément à une autre. Il revient à son maître, qui est souvent l’accompagnant, d’identifier le potentiel de son partenaire canin.


    La ronronthérapie à l’école

    Dans toutes les expériences de médiation animale, les chats sont moins souvent sollicités que les chiens. Pourtant, leur simple présence a un effet bénéfique incontestable auprès des personnes âgées ou des personnes à motricité réduite. Mais, contrairement aux chiens, les chats vivant à nos côtés supportent mal le changement d’environnement. Très attachés à leur milieu de vie, ils sont peu aptes aux déplacements inhérents au travail d’un thérapeute qui se déplace d’une structure médicale, sociale, carcérale ou scolaire à une autre. Sortir un chat de son milieu de vie lui fait immanquablement perdre ses repères et le perturbe. Cette spécificité féline est la raison pour laquelle les établissements qui souhaitent avoir recours à un chat dans le cadre d’une médiation en adoptent un (ou plusieurs) qui vivra à demeure auprès des pensionnaires âgés ou malades. Après une période d’adaptation, le petit félin pourra être intégré à des séances de médiation animées par un soignant de l’établissement ou prodiguera simplement les bienfaits de sa présence par des visites, caresses et ronrons aux uns et aux autres. Leurs bienfaits ont séduit un établissement scolaire privé dans le sud de la France où une dizaine de matous se mêlent à la vie et à la scolarité des enfants. Pour la directrice à l’initiative du projet, la ronronthérapie que les chats apportent permet une meilleure concentration des élèves et diminue le stress lié aux apprentissages.

    Lorsque le chat est un animal « visiteur » au même titre que le chien visiteur, un travail préalable de mise en confiance est nécessaire, bien plus que pour le chien. Cela consiste à l’habituer dès son plus jeune âge à être manipulé par des étrangers et à changer d’environnement. Comme pour le chien, l’idéal est de commencer dès la période sensible (entre 2 et 8 semaines), car à ce moment-là, le chaton est au maximum de ses capacités d’apprentissage. Bien sûr, la durée et la fréquence des manipulations varieront en fonction de l’âge du chaton, en respectant son rythme biologique. Un chaton de moins de 4 semaines devra être manipulé quelques minutes par jour dans un contexte favorable, en présence de la mère. Il est important de lui faire rencontrer toutes sortes de personnes, des adultes et des enfants, afin d’aider la généralisation à l’humain et la reconnaissance de notre espèce comme « amie ». Néanmoins, si aujourd’hui peu de personnes contestent les bienfaits des animaux sur les adultes et les enfants avec lesquels ils interagissent, certaines s’inquiètent que ne soit pas respecté le bien-être de l’animal dans les activités auxquelles il est associé. 

    À lire aussi : Les animaux donnent un sens à la vie des séniors

    Les signaux d’inconfort

    Le bien-être animal s’évalue selon des facteurs de santé, physiologiques et comportementaux. Ceux que l’on mesure le plus facilement sont les postures et les mimiques faciales. Un animal qui détourne la tête, qui recule, qui adopte une posture basse, avec la queue sous le ventre ou agitée est dans l’évitement. Certains signes varient selon l’espèce ; il est donc très important de connaître les différences. En observant minutieusement l’animal, on peut déceler des signaux montrant qu’il cherche à stopper l’interaction. Les oreilles sur le côté ou en arrière, les pupilles dilatées, le poil hérissé, le fait de se lécher sont autant de messages envoyés qui ne sont pas toujours bien interprétés. 

    A lire aussi : Les chiens aiment-ils le travail ?

    Élodie Dubois, éthologue et intervenante en médiation par l’animal, a créé l’association EMA (Éthologie et médiation par l’animal) afin de sensibiliser et d’éduquer à la relation homme-animal et au respect du vivant dans son ensemble. Pour elle, apprendre à reconnaître les signes d’inconfort d’un animal lors d’une séance est primordial pour respecter ses limites. Elle forme des intervenants en éthologie aux méthodes d’observation du comportement. Comme elle, de plus en plus de scientifiques s’intéressent à la question du bien-être de l’animal dans ces activités au contact de populations fragilisées. Dans une étude récente, des chercheurs américains ont ainsi mesuré les taux de cortisol salivaire de chiens médiateurs, avant, pendant et après l’activité, ainsi que lorsqu’ils n’étaient plus dans l’environnement. Le cortisol est une hormone sécrétée en cas de stress. Parallèlement, les chercheurs ont réalisé des enregistrements vidéo pour observer les comportements des chiens. Les résultats de ces mesures et observations ont démontré que le taux de cortisol salivaire était plus important lorsque les chiens étaient placés dans un nouvel environnement et que certains comportements, comme le halètement et les déambulations, étaient plus fréquents lors de l’activité associant l’animal. Il semblerait que le changement d’environnement augmente le stress du chien. C’est pourquoi il est conseillé de les habituer aux nouveaux lieux avant de démarrer toute activité de médiation et de rester vigilant aux comportements qu’ils expriment pour stopper toute activité en cas de signaux d’inconfort. Les spécialistes supposent que l’entraînement permet de diminuer le stress des animaux et qu’avec l’habitude ils présentent moins de signes d’inconfort, voire plus du tout. Il existe évidemment des variantes en fonction des situations et des capacités d’adaptation de chaque animal.

    Shutterstock/corners74L’accompagnant doit rester vigilant aux comportements d’inconfort que peut exprimer l’animal.

     

    Le plaisir de coopérer

    La question qui occupe aujourd’hui les professionnels de ce secteur est de savoir si l’animal ne ressent pas trop d’inconfort et de mesurer le bénéfice qu’il tire de ces activités de médiation auxquelles on l’associe. Ils supposent que, si la relation qu’il a avec la personne avec qui il travaille est harmonieuse, qu’on ne lui en demande pas trop, l’animal prend du plaisir à coopérer. D’autant plus si l’entraînement a été effectué dans de bonnes conditions, avec des récompenses et en tenant compte de ses limites. Tout est une question d’équilibre : si l’animal se sent bien, l’humain se sentira bien et inversement…

    À lire aussi : À la recherche des animaux soigneurs 

     


    Autres articles à lire

  • Aux États-Unis, les vols avec animaux seront mieux encadrés

    Vivre ensemblePlusieurs compagnies aériennes, aux États-Unis, où il est autorisé de prendre l’avion avec son animal s’il est considéré comme un « soutien émotionnel », ont décidé de mieux encadrer cette pratique pour éviter les dérives.

    02 Février 2018
  • Cécile Gilbert-Kawano : la pédagogie par le cheval

    Vivre ensembleParce qu’il ne parle pas, le cheval utilise le langage du corps. Par ses gestes, il transmet ses émotions. Pour Cécile Gilbert-Kawano, cette intelligence émotionnelle fait de l’équidé un thérapeute hors pair pour nous apprendre à gérer nos émotions. Elle animera un atelier à l'Université d'été qui se tient au château de la Bourbansais du 24 au 26 août.

    20 Août 2018
  • Médiation animale : une pratique complexe en pleine expansion

    Vivre ensembleVous avez certainement dû voir ces images de chevaux en maison de retraite, ou de chiens aux chevets de personnes malades ? Il s’agit de médiation animale dans un cadre de santé. Pourquoi utiliser un animal ? Qu’est-ce qu’il apporte ? Qui pratique ces médiations ? Voici un tour d’horizon de cette pratique aux multiples vertus.

    06 Décembre 2018
  • Une fondation pour valoriser la relation homme-animal

    Vivre ensembleSpécialiste de la nutrition animale, l’entreprise Affinity Petcare décline sa Fondation « Affinity » en France. Son objectif ? Soutenir la recherche sur le lien qui existe entre l’homme et l’animal et valoriser des projets de médiation animale.

    14 Juin 2017
  • Témoignage : j’ai fait de mon chien un chien visiteur

    Vivre ensemblePhilippe et son cocker, Litchi, ont décidé d’offrir un peu de leur temps aux personnes âgées avec l’association Parole de Chien. Il nous raconte son expérience.

    22 Novembre 2018
  • Coronavirus : nos animaux sont un réconfort émotionnel

    Vivre ensembleConfinés à la maison, les Français qui ont la chance d’avoir un animal de compagnie prennent plus que jamais la mesure du réconfort apporté par leur chien, chat, NAC … Boucliers efficaces contre l’isolement, le stress ou l’angoisse liés à la crise du coronavirus, nos compagnons à quatre pattes nous aident à tenir bon !

    27 Mars 2020
  • Des futurs chiens visiteurs en classe

    Vivre ensembleLes futurs visiteurs canins de l'association Parole de chien ont passé un week-end studieux avec leurs maîtres, du côté de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). A la maison de retraite Les Abondances, ils ont participé à des simulations de visites auprès de personnes âgées, isolées, fragiles, et aimants les chiens, en prévision de leur mission prochaine.

    21 Mars 2016
  • Immersion dans un atelier de médiation animale pour enfants

    Vivre ensemble[VIDEO] Animaux-Online est parti à la rencontre des équipes de l’association Les Animaliens, à Calais, qui organise des ateliers de médiation animale pour enfants. Le chien est ici un allié de choix pour ces enfants scolarisés en milieu ordinaire, mais souffrant d’un handicap léger à modéré.

    12 Janvier 2019
  • La belle vie d’Oscar, chien d’Ehpad

    Vivre ensembleOscar a été adopté en mars 2018 par la résidence mutualiste de Pézilla-la-Rivière, près de Perpignan. Auprès des résidents, comme du personnel, il a trouvé « des » maîtres aux petits soins pour lui. En retour, il prouve que l’animal est une source inépuisable de bienfaits pour les personnes âgées ou isolées…

    25 Mars 2019
  • Les animaux donnent un sens à la vie des séniors

    Vivre ensembleUn récent sondage réalisé par Ipsos sur une population de séniors américains possesseurs d'animaux de compagnie a révélé que si ces derniers donnaient un sens à leur vie, ils pouvaient représenter des contraintes dans certaines situations. Explications…

    18 Mai 2019
  • A la recherche des animaux soigneurs

    Vivre ensemble#AnimauxSoigneurs, c’est par ce hastag que la Fondation Affinity a lancé officiellement son appel à projets en France, le 15 janvier dernier. Le but ? Recenser toutes les propositions de programmes où les chats et les chiens viennent au secours de personnes vulnérables ou malades et aider trois d’entre eux à l’issue d’une sélection.

    18 Janvier 2018
  • Les Français convaincus que les animaux les aident à guérir

    Vivre ensembleIls nous guérissent. Qui ? Nos animaux de compagnie, bien sûr. L'institut de sondage Opinionway révèle que la majorité des Français sont convaincus que la présence d'un animal dans l'accompagnement d'une thérapie apporte des bienfaits.

    11 Février 2016
  • Des chiens anges gardiens des diabétiques

    Vivre ensembleLe 27 juin, trois chiens d’assistance ont été remis à de jeunes diabétiques. Formés par Acadia, la première école française de chiens d’assistance pour diabétiques, ils peuvent détecter une hypoglycémie et donner l’alerte avant que le coma survienne. Une prise en charge non invasive complémentaire au traitement thérapeutique traditionnel.

    02 Juillet 2018
  • Coup de pouce pour les projets de médiation animale

    Vivre ensembleLa Fondation Adrienne et Pierre Sommer renouvelle cette année son soutien à des professionnels qui veulent développer des projets de médiation animale. Si vous êtes concernés, vous pouvez déposer vos dossiers de candidatures sur fondation-apsommer.org avant le 1er mars.

    14 Janvier 2016
  • Pic du Lion : Des chiens guides d’aveugles au sommet

    Vivre ensembleSix chiens guides d’aveugles accompagnés de leurs maîtres ont gravi le pic du Lion, dans les Pyrénées, samedi 19 mars. Une opération incroyable menée par l’Association chiens guides d’aveugles grand sud.

    22 Mars 2016
  • Les intervenants de Dog Revolution : Jocelyne Porcher

    Vivre ensembleJocelyne Porcher est directrice de recherches à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA). Le week-end des 1er et 2 octobre, elle interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    26 Septembre 2016
  • Le chat aime-t-il la musique ?

    Vivre ensembleOn dit que la musique adoucit les mœurs. Parfois, elle provoque le contraire… chez les chats ! Follement drôle !

    22 Octobre 2015
  • Changer d'air sans l'angoisser

    Vivre ensembleFélix sort les griffes et Milou est complètement apathique dès qu’ils sont en terre inconnue? Voici quelques précautions à prendre pour que votre mascotte poilue s’adapte au mieux et savoure les douceurs de l’été.

    27 Mai 2016
  • Aux États-Unis, les vols avec animaux seront mieux encadrés

    Vivre ensemblePlusieurs compagnies aériennes, aux États-Unis, où il est autorisé de prendre l’avion avec son animal s’il est considéré comme un « soutien émotionnel », ont décidé de mieux encadrer cette pratique pour éviter les dérives.

    02 Février 2018
  • Frozen Kitten : des nouvelles rassurantes du chaton retrouvé gelé

    Vivre ensembleEn novembre dernier, la vidéo d’un chaton retrouvé en état d’hypothermie dans la neige avait ému les internautes. Désormais, Lazarus, le « chaton gelé », va mieux, dorloté par ses sauveurs qui l’ont adopté.

    14 Mars 2016