Comment protéger les mineurs des violences faites aux animaux ?


  • Comment protéger les mineurs des violences faites aux animaux ?Photo : Shutterstock
  • Protection/ Corrida

    Exposer les plus jeunes d’entre nous à la violence, notamment celle faite aux animaux, a-t-il des conséquences sur leur comportement futur ? Des réponses ont été apportées lors du colloque international sur ‘La protection de l’enfance contre toutes les formes de violences’ organisé, le 17 octobre dernier,  par la députée Samantha Cazebonne qui a déposé un projet de loi visant à interdire l’accès aux corridas aux moins de 16 ans.

    Pas moins de 40 personnalités ont signé une tribune contre l’interdiction de la corrida aux mineurs. La raison ? Ce spectacle que la majorité des Français trouve sanguinaire est un art. Et à ce titre, il doit être accessible aux plus jeunes. Pourtant, de nombreuses études prouvent que l’exposition des plus jeunes à des scènes de violence, notamment exercée sur des animaux, est une cause de violence chez ces mêmes enfants devenus adultes.

    C’est d’ailleurs pour les protéger de cette violence future que la députée LREM Samantha Cazebonne a déposé une proposition de loi visant à interdire aux moins de 16 ans l’accès à des corridas et des combats de coqs, lors du colloque international qu’elle avait organisé à l’Assemblée nationale sur ‘La protection de l’enfance contre toutes les formes de violences » .

    En installant le débat sur la protection de l’enfance et non pas sur le bien-être animal, la députée des Français à l’étranger entend sortir des polémiques qui apparaissent systématiquement dès qu’est posée la question des tortures faites aux animaux lors de « spectacles » autorisés par la loi.

    Pourtant, une partie importante de cette journée de présentations et débats a concerné la violence faite aux animaux qui est un danger pour les plus jeunes qui y sont exposés, notamment à travers des spectacles.

    Une violence d'abord virtuelle

    C’est le moine bouddhiste tibétain et généticien Matthieu Ricard qui a ouvert cette session en précisant que la violence humaine n’avait pas de stimulation interne qui la justifierait : « Le mal pour le mal n’existe pas, a-t-il commencé, cela n’existe que dans les films d’horreur. Les agressions, meurtres et actes de violence ont toujours une justification selon les psychologues même si elle est blâmable. » Pour cet apôtre de la non violence, c’est une distorsion de la réalité qui affecte les enfants, notamment par rapport à la violence. « Un adulte de 20 ans aura assisté dans sa courte vie à au moins 4000 morts violentes en regardant la télé ou jouant à des jeux vidéos. C’est bien plus que dans la réalité ! » a-t-il déclaré, en précisant qu’il n’existait aucune protection des mineurs contre ces violences virtuelles. Ces expositions agissent sur de jeunes cerveaux non matures comme autant de séances de désensibilisation qui banalisent l’acte de violence. Et si, pour le moine, on ne peut pas interdire la télévision, on peut au moins y prévoir des programmes qui « exposent » à la non-violence. « La non-violence est très présente dans la culture bouddhiste tibétaine dès le plus jeune âge où les enfants sont très empathiques avec les animaux. »

    ShutterstockLa télé et les jeux vidéos banalisent la violence auprès des jeunes enfants.

    Pour Martin Esteban, membre du Conseil indépendant de la protection de l’enfance, les jeunes enfants aiment spontanément les animaux. « La preuve, c’est que si vous leur donnez une pomme et un rat ou un lapin, ils vont manger la pomme et jouer avec le lapin ou le rat. Mais si vous faites la même chose avec un jeune tigre, celui-ci va manger le lapin et jouer avec le fruit ! » a-t-il ajouté en guise de démonstration. Pour cet expert, la transmission de la violence s’opère généralement au sein de la cellule familiale, soit parce qu’elle s’exerce sur ses membres (le mari violent avec la femme, avec l’enfant, avec les animaux, et/ou la femme avec l’enfant…) ou qu’elle est liée à un endoctrinement. Ce dernier trouve souvent sa place dans un groupe (familial ou social) qui la pratique et la transmet comme une valeur et un signe d’appartenance. C’est le cas notamment de la tauromachie ou des combats de coqs qui se pratiquent dans un cercle fermé. Inviter les plus jeunes à assister à ces spectacles de cruauté envers les animaux est associé à une initiation nécessaire pour appartenir au « clan ». Une sorte de rituel auquel on est d’abord témoin, pour être plus tard pour certains des acteurs via les écoles de tauromachie par exemple.

    Jean-Paul Richier, psychiatre et membre du Protec (Protégeons les enfants des corridas), a rappelé que la France autorise la corrida dans une dizaine de départements du sud qui bénéficient d’une exception dans le code pénal au titre de la tradition séculaire ! Pour ce spécialiste de l’enfance, les conséquences de la corrida sur les plus jeunes vont des cris, aux pleurs, et aux chocs traumatiques pour les plus fragiles. La distanciation qui est imposée devant la souffrance de la bête « rend difficile l’élaboration des émotions plus tard pour le jeune qui a été soumis à cette violence », explique-t-il. Avant de poursuivre que « l’accoutumance ou pire l’incitation à la violence peut se muer en fascination, voire en addiction ». C’est peut-être à ce sentiment de fascination qu’a fait allusion Pierre Arditi, dans l’émission C à Vous, quand il a déclaré à Elisabeth Lemoine pour défendre la corrida : « "J’ai vu de la corrida pour la première fois à 14 ans. Je suis désolé, j’ai trouvé ça extraordinaire. Ça a remué chez moi des choses étranges… » pour justifier plus loin dans l’interview que « la corrida est un art et nul ne doit en être exclu ».

    Une opinion que ne partagent évidemment pas les opposants à la corrida qui réclament, si ce n’est son abolition (qui semble de toute façon inéluctable) au moins l’interdiction de l’accès aux arènes aux mineurs, pour les protéger des dangers auxquels ils sont exposés. Et surtout de mettre un terme à une forme de complicité des régions où se pratique cette discipline qui subventionnent des écoles tauromachiques pour former des jeunes mineurs. Certaines autorités locales autorisent même ces centres de formation (il existe 6 écoles tauromachiques en France) à venir dans des écoles faire du prosélytisme et l’entrée aux arènes est souvent gratuite pour les plus jeunes afin d’assurer un recrutement pour l’avenir.

    ShutterstockSpontanément, l'enfant éprouve de l'empathie pour les animaux. C'est plus tard que cela se gâte, notamment si il a été exposé à des violences faites aux animaux.

    Pour David Joly, trésorier de la Flac (Fédération des luttes pour l’abolition des corridas), notre pays est en totale contradiction avec ses engagements puisque « la France est signataire de la Convention des Droits de l’enfant depuis sa création il y a 30 ans. Le comité des droits de l’enfant des Nations Unis s’est prononcé, en 2016, contre l’accès des mineurs aux corridas en France en tant que spectateurs et acteurs », a-t-il exposé au terme de son intervention.

    De son côté, la Fondation 30 Millions d’Amis, consciente que la compassion pour les animaux naît au plus jeune âge et doit être préservée, a contribué à l’élaboration d’un livret pédagogique afin de sensibiliser les enfants des écoles primaires à la protection des animaux. Une éducation qui permettrait d’entretenir cette empathie spontanée pour le règne animal mais aussi d’apprendre les bons comportements pour ne pas nuire au bien-être et à la santé des animaux.

    A lire aussi : Nos animaux aiment-ils les enfants ?

    Sensibilisation des enfants aux animaux : le rôle de l'école

     


    Autres articles à lire

  • À Bordeaux, « une autre réalité de la corrida » s’expose

    ProtectionDu 10 au 16 juillet, l’association FLAC anticorrida organise une exposition événement destinée à montrer une image non édulcorée de la tauromachie, à l’heure où de plus en plus de Français se prononcent contre cette pratique.

    04 Juillet 2018
  • La corrida de nouveau autorisée en Catalogne

    ProtectionL’article d’une loi régionale interdisant la tauromachie en Catalogne vient d'être annulé par la Cour constitutionnelle espagnole.

    20 Octobre 2016
  • Les Baléares interdisent la mise à mort des taureaux lors des corridas

    ProtectionLe parlement régional de l’archipel des Baléares a voté lundi 24 juillet une loi de protection animale qui devrait conduire à la fin de la corrida dans cette communauté autonome d’Espagne.

    26 Juillet 2017
  • L’ONU demande à l’Espagne d’interdire les corridas aux enfants

    ProtectionDans un rapport rendu le 8 février, le Comité des droits de l’enfant de l’ONU reconnaît le caractère violent des corridas et demande à l’Espagne, comme cela avait été le cas pour plusieurs autres pays, d’en interdire l’accès aux mineurs.

    13 Février 2018
  • Baléares : l'interdiction des corridas avec mise à mort annulée…

    ProtectionL'interdiction de la mise à mort des taureaux lors des corridas dans l'archipel espagnol des Baléares a été jugée inconstitutionnelle, a annoncé la Cour constitutionnelle espagnole.

    26 Décembre 2018
  • Justice pour Cookie : le cas de ce chat violenté va-t-il être jugé ?

    ProtectionUne association se bat pour que le cas de Cookie, un chat victime d’une double défenestration, soit porté devant le tribunal alors qu’un premier dépôt de plainte a été classé sans suite.

    14 Mars 2018
  • Vers la fin du massacre des phoques sur la banquise ?

    ProtectionLa prochaine saison de chasse commerciale aux phoques débutera le 10 avril sur la côte atlantique du Canada. Des milliers de jeunes phoques se feront massacrer pour leur peau alors même que les débouchés commerciaux s'amenuisent.

    08 Avril 2016
  • Intrusion dans un abattoir : 4 militants et un photographe condamnés

    ProtectionQuatre militants de la cause animale et un photographe ont été condamnés lundi à des amendes allant jusqu'à 3.000 euros par le tribunal correctionnel de Versailles pour s'être introduits en avril dans un abattoir porcin à Houdan (Yvelines).

    11 Septembre 2018
  • Bruxelles : une cinquantaine de lapins en colère

    ProtectionDes militants de l'association Compassion in World Farming (CIWF) déguisés en lapins ont manifesté leur mécontentement au Conseil de l'Union européenne, à Bruxelles, concernant les conditions de vie dans les élevages de lagomorphes destinés à finir dans nos assiettes. Présente le 17 mai dernier, Aurélia Greff, porte-parole du CIWF, donne son éclairage sur ce combat.

    19 Mai 2016
  • Natacha Harry réélue à la présidence de la SPA

    ProtectionNatacha Harry a été réélue samedi soir à la présidence de la Société protectrice des animaux (SPA) pour un nouveau mandat de 3 ans, a annoncé dimanche le service communication de l’association.

    27 Juin 2016
  • Cosmétiques : l'Europe pour l’arrêt mondial des tests sur animaux

    ProtectionLes députés européens se sont prononcés, à une écrasante majorité, pour une interdiction, partout dans le monde, de l’expérimentation animale dans le secteur des cosmétiques.

    04 Mai 2018
  • Grand débat national : la condition animale au programme

    ProtectionC’est dans une salle de la mairie du XIIIè arrondissement de Paris que les Franciliens ont été conviés, mercredi 20 février, à faire part de leurs propositions sur la condition animale dans le cadre du Grand débat national. Un thème inspirant puisque les idées ont abordé aussi bien les animaux domestiques, de rente que les animaux sauvages…

    21 Février 2019
  • Des cirques avec ou sans animaux ?

    ProtectionLes tensions se sont exacerbées entre deux camps que tout oppose, à Nantes. Un collectif de défense des animaux de la région a manifesté au parc de la Beaujoire, devant le cirque Médrano, pour sensibiliser les spectateurs aux conditions de détention des animaux sauvages dans les cirques.

    23 Février 2016
  • La SPA annule le Noël des animaux 'pour des raisons de sécurité'

    ProtectionLe traditionnel Noël des animaux, qui devait se tenir à Paris les 8 et 9 décembre place de la République, est annulé 'pour des raisons de sécurité' à la suite des violences de samedi, a annoncé la SPA.

    04 Décembre 2018
  • « Le cirque traditionnel peut exister sans animaux »

    ProtectionEn annonçant qu’il renonçait aux numéros avec des animaux, André-Joseph Bouglione, le petit-fils du fondateur de la dynastie, a ouvert une brèche dans le monde des circassiens. Mal acceptée par les siens, sa décision est vécue comme une trahison. Entretien.

    02 Novembre 2018
  • Braconnage : enquête sur la chasse au pangolin en Inde

    ProtectionDes chercheurs de World Animal Protection et de l’université d’Oxford (Angleterre) ont enquêté sur la chasse au pangolin dans le Nord-Est de l’Inde. Leur étude révèle des pratiques d’une extrême cruauté sur une espèce menacée d’extinction.

    14 Décembre 2018
  • La mannequin Gisele Bündchen défend une mode sans fourrure

    ProtectionLa top brésilienne, connue pour ses engagements envers les animaux, a posé pour le premier numéro du Vogue Paris consacré à une mode sans cruauté envers les animaux. Une parution faisant écho à la décision récente de la République tchèque d’interdire les élevages d’animaux à fourrure à partir de janvier 2019.

    25 Juillet 2017
  • Le Royaume-Uni rejette une loi de l’UE sur le droit animal

    ProtectionLe Parlement britannique prépare son Brexit et revoit l’ensemble des lois européennes : parmi elles, il a rejeté un texte du traité de Lisbonne qui reconnaît la souffrance et les émotions des animaux.

    23 Novembre 2017
  • Autopsie : l’ours Mischa a été maltraité pendant des années

    ProtectionL’autopsie de l’ours Mischa, décédé le 12 novembre au zoo-refuge La Tanière – qui l’avait recueilli pour tenter de le sauver –, a révélé plus que des simples négligences... La préfecture du Loir-et-Cher vient de décider du placement provisoire de Bony et Glasha, les deux ours toujours détenus par les dresseurs Poliakov.

    26 Novembre 2019
  • Abattoirs : une enquête sur les dérives d’un système

    ProtectionEnvoyé spécial diffuse ce soir sur France 2 un reportage tourné dans trois abattoirs français, montrant la réalité de la souffrance animale, mais aussi des personnes qui y travaillent.

    16 Février 2017