Vidéo choc de L214 : Des vaches à hublot traitées comme des machines


  • Vidéo choc de L214 : Des vaches à hublot traitées comme des machinesPhoto : DR
  • Protection/ Elevage

    Une nouvelle vidéo de l’association L214 dénonce aujourd’hui les dérives de l’élevage intensif des animaux. Des images commentées par Nagui montrent des vaches percées pour des expériences sur l’alimentation afin qu’elles produisent plus de lait. Abominable !

    C’est encore le groupe Avril (une vidéo a déjà dénoncé les conditions de vie d’une élevage de poulets) qui est au cœur de l’enquête de l’association L214, désormais connue du grand public pour dénoncer les dérives et maltraitances infligées aux animaux par l’élevage industriel.

    L214Le hublot (fermé) installé sur le flanc de la vache qui permet d'accéder aux estomacs.

    Cette fois, les images tournées, entre février et mai de cette année, concernent une ferme expérimentale située dans la Sarthe. Cette entreprise, La "Ferme d’innovations et de recherches de Sourches" est le plus grand centre d’expérimentation zootechnique privé en Europe dont les travaux visent à améliorer les capacités de production des bêtes et des végétaux.

    Des vaches percées par un hublot !

    Les bêtes sont soumises à des expériences afin d’augmenter leur rentabilité et leur productivité. Pour les vaches, cela veut dire produire plus de lait. C’est pourquoi, on leur place un « hublot » sur le flanc. Cela consiste à percer la peau des ruminantes pour accéder directement à leurs estomacs afin d’introduire ou de prélever des aliments. Cette expérimentation sur des animaux vivants est légale et fait l’objet d’une autorisation du ministère en charge de la Recherche.

    Les images, commentées par l’animateur Nagui, sont insoutenables. Elles montrent des vaches immobiles dans une minuscule stalle avec un homme sur le côté qui introduit toute la longueur de son bras pour atteindre l’estomac ! Le but ? Trouver l’alimentation qui augmente la production de lait. Aujourd’hui, les vaches vouées à l’industrie laitière produisent 27 litres de lait par jour, plusieurs fois la quantité nécessaire pour nourrir un veau ! Un veau qu’elles mettent au monde mais qui, dans l’industrie laitière, ne tétera jamais le pis de sa mère puisqu’il est retiré dès sa naissance pour que la totalité du lait aille à la consommation humaine...

    Des poulets obèses

    Dans cette ferme d’expérimentation, d’autres animaux d’élevage sont soumis à des traitements indignes. Des poulets sont nourris pour devenir obèses, au point de ne plus pouvoir se lever et encore moins se déplacer. Les poulets grossissent 4 fois plus vite : ils atteignent 1,5 kg en moins de 30 jours, alors qu’il en fallait 120 dans les années 1950, rappelle L214. Les poules pondent près de 300 œufs par an contre une vingtaine lorsqu’elles vivaient à l’état sauvage.

    L214Un lapin dans une cage exiguë. Image tirée de la vidéo.

    Des lapins sont enfermés dans des cages minuscules, à plusieurs, dont ils ne sortiront que pour mourir. Entretemps, ils n’auront jamais vu la lumière du jour.

    Des truies sont aussi filmées dans des stalles exiguës. "Aujourd’hui, elles donnent naissance à 29 petits par an, contre 16 en 1970. Les porcelets mettent aujourd’hui 165 jours pour atteindre le poids de 100 kg, alors qu'il en fallait encore 180 en 1990… ". Les chiffres donnent le tournis. Et les images tournées par l’association envie de vomir !

    Une pétition pour faire cesser ces pratiques

    Parallèlement à la publication de cette vidéo, L214 interpelle le gouvernement sur ces pratiques en adressant une pétition aux ministres de la Recherche et de l’Agriculture pour demander la fin de ce type de recherches, qu’elles soient privées ou publiques. L’association porte également plainte contre le centre de Sourches pour expérimentations en dehors des objectifs définis par la loi et pour sévices graves sur les animaux auprès du procureur de la République du Mans.

    La secrétaire d'Etat à la transition écologie, Brune Poirson s'est exprimé : La pose de hublots sur la panse de vaches à des fins de recherche est "choquante" mais "utile" pour la science, en attendant de trouver des méthodes alternatives, a-t-elle estimé vendredi. "C'est choquant", mais "ce sont des pratiques scientifiques et qui ne font pas souffrir l'animal. On en est sûr car on sait mesurer le stress chez les animaux", a assuré Mme Poirson, invitée sur la chaîne Public Sénat. Elle estime tout de même qu'il faudrait "mieux encadrer ces pratiques là" et développer des alternatives." L'Inra (l'Institut national de la recherche agronomique, NDLR) y travaille déjà (...) et j'espère qu'il pourra rendre des conclusions avant 2025", a-t-elle ajouté. "Mais c'est toujours un équilibre qui est compliqué, difficile, parce que nous avons besoin de la science sur beaucoup d'aspects, y compris parfois paradoxalement pour développer des médicaments qui peuvent être bénéfiques pour les animaux", selon Mme Poirson. Interrogé jeudi soir sur BFMTV, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume avait adopté la même ligne, rappelant également que cette pratique de fistule gastrique sur les vaches est courante dans le monde entier et"contrôlée" par les autorités. Le ministre avait aussi dit "regretter" les intrusions de L214, "ces images qui peuvent être aussi détournées et amener un peu de tension.

    La rédaction vous recommande aussi : 

    Les expérimentations animales n'ont plus lieu d'être

    Mettre fin au calvaire des animaux lors des transports longs

    Un million de signatures pour mettre fin à l'élevage en cages

     

     


    Autres articles à lire

  • Monoprix retire les œufs de poules élevées en batterie de ses rayons

    ProtectionDepuis le 11 avril, les clients des magasins de cette marque de distribution ne trouvent plus dans leurs rayons d'œufs issus de poules élevées en batterie. Bio, plein air, au sol, en volière ou encore en batterie, comment faire la différence ? Un exemple à suivre pour les magasins d'alimentation.

    12 Avril 2016
  • L214 sur le banc des accusés

    ProtectionLe procès de deux membres de L214, dont son cofondateur Sébastien Arsac, qui devait se dérouler ce lundi a été reporté à la rentrée. Les deux activistes seront jugés pour avoir tourné clandestinement en 2016 des images dans l'abattoir de Houdan.

    12 Juin 2017
  • Un an de prison requis pour maltraitance animale dans un abattoir

    ProtectionAu tribunal correctionnel d'Alès, le procureur a requis un an de prison avec sursis contre le principal prévenu du premier procès pour maltraitance animale dans un abattoir français.

    23 Mars 2017
  • Vidéosurveillance dans les abattoirs : elle sera obligatoire en 2018

    ProtectionL’Assemblée nationale a voté jeudi soir l’obligation d’installer des caméras de vidéosurveillance dans les abattoirs à partir du 1er janvier 2018. Une première en Europe.

    13 Janvier 2017
  • L214 : pour les députés, l’abattage des animaux est immontrable !

    ProtectionAlors que deux de ses adhérents venus poser des caméras pour espionner les postes d’abattage ont été arrêtés dans un abattoir de Houdan*, dans les Yvelines, Brigitte Gothière, cofondatrice de L214, réagit au rejet de la mesure de vidéo-surveillance dans le cadre de proposition de loi « relative au respect de l’animal en abattoir », pilotée par Olivier Falorni .

    16 Décembre 2016
  • Carrefour veut poser des caméras dans ses abattoirs

    ProtectionLe distributeur Carrefour a annoncé qu'il allait faire passer un audit à tous les abattoirs qui le fournissent en viande pour sa marque de distributeur (MDD), et ensuite leur demander d'installer des caméras, au nom de ses engagements en faveur du bien-être animal. Mais est-ce que ce sera vraiment efficace ?

    19 Janvier 2019
  • Le bien-être animal au cœur des débats politiques

    ProtectionLe sort des poussins mâles broyés, les abandons de l’été… nos politiques semblent découvrir le triste sort des animaux d’élevage et de compagnie dans notre pays. Il n’est jamais trop tard…

    12 Août 2015
  • Abattoirs : une enquête sur les dérives d’un système

    ProtectionEnvoyé spécial diffuse ce soir sur France 2 un reportage tourné dans trois abattoirs français, montrant la réalité de la souffrance animale, mais aussi des personnes qui y travaillent.

    16 Février 2017
  • Des cochons maltraités pour produire du jambon de Parme

    ProtectionPlusieurs associations dénoncent les dessous de la production du jambon de Parme, ainsi que des jambons de San Daniele et de Toscane, suite à une vidéo choc tournée dans six élevages en Italie.

    29 Mars 2018
  • Une étiquette « bien-être animal » sur des emballages de poulet

    ProtectionTrois organisations se sont associées au groupe Casino afin de créer un étiquetage particulier indiquant au consommateur le niveau de bien-être dont a bénéficié l’animal au cours de sa vie. Une première en France !

    04 Janvier 2019
  • Chevaux de course : une retraite bien méritée ?

    ProtectionLa Fondation 30 millions d'amis interpelle le monde des courses après la diffusion d'une vidéo de l'association L214 sur les réseaux sociaux tournée dans un abattoir de chevaux en France, dont la moitié sont des galopeurs et des trotteurs.

    21 Décembre 2018
  • Loi agricole : les inquiétants reculs pour la condition animale

    ProtectionLe projet de loi doit être voté à l’Assemblée nationale la semaine prochaine, alors que les mesures phares concernant la condition animale – la fin des poules pondeuses en cage et le contrôle vidéo en abattoirs – ont été retirées.

    16 Mai 2018
  • Le plan d'action du gouvernement pour le bien-être animal

    ProtectionBroyage des poussins mâles, castration à vif des porcs, poules pondeuses… Le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert a présenté mercredi dans l’Allier la feuille de route du gouvernement pour améliorer le bien-être animal. Celle-ci comprend des dispositions existantes, des éléments de la future loi Alimentation et des mesures à l’étude.

    29 Août 2018
  • Abattage rituel : le consommateur complice sans le savoir

    ProtectionPour qu’une viande soit certifiée halal ou casher, l’animal ne doit pas être (entre autres) étourdi avant la mise à mort. Cette caractéristique n’est pourtant pas le seul point de discorde entre consommateurs, défenseurs des animaux, vétérinaires et religieux.

    13 Février 2019
  • La France mettra-t-elle fin au broyage des poussins en 2021 ?

    ProtectionNouveauLes ministres de l'Agriculture français, Didier Guillaume, et allemande, Julia Klöckner, ont affiché lundi 13 janvier à Berlin leur volonté de mettre fin 'd'ici fin 2021' au broyage des poussins mâles, une pratique d'élevage dénoncée par les défenseurs des animaux mais jugée pour l'instant incontournable par les filières avicoles.

    15 Janvier 2020
  • Les députés ne veulent pas de caméras dans les abattoirs

    ProtectionTrop coûteuse, mettant une pression sur les salariés, la mesure qui proposait de placer des caméras de surveillance dans les abattoirs vient d’être rejetée par les députés réunis en commission.

    14 Décembre 2016
  • La fin de l'élevage amateur

    ProtectionEn janvier 2016, les particuliers qui vendent une portée devront se déclarer éleveurs. Jérôme Languille, chef du bureau de la Protection animale au ministère de l’Agriculture, nous explique pourquoi.

    01 Décembre 2015
  • Transport des animaux vivants : une situation à faire changer

    ProtectionUne proposition de loi vise à mieux protéger les animaux d’élevage pendant leur transport, en diminuant la durée autorisée des trajets en France et en renforçant les règles pour les voyages hors de l’Union européenne.

    09 Février 2017
  • De nouveau l'horreur dans un abattoir

    ProtectionCette fois-ci, c'est une vidéo tournée dans l'abattoir de Limoges qui est présentée par l'association de protection animale L214. Un pas de plus semble être franchi dans l'horreur puisque ce sont des vaches gestantes qui sont abattues. Leurs fœtus meurent par asphyxie tandis que leurs mères se débattent.

    04 Novembre 2016
  • Haute-Loire : sauvetage de l’extrême pour des milliers de rongeurs

    ProtectionDes associations se sont engagées dans une course contre la montre pour tenter de sauver plusieurs milliers de rongeurs à l'abandon dans un élevage industriel de Lapte (Haute-Loire), à la suite d’une fermeture brutale.

    07 Janvier 2019