Enquête choc sur la viande de cheval


  • Enquête choc sur la viande de chevalPhoto : TSB/AWF
  • Protection/ Elevage

    En 2018, la France a importé près de 4 300 tonnes de viande chevaline depuis le continent américain. Une enquête de grande ampleur, diffusée par l’association Welfarm, rend compte de l’état désastreux de ces animaux et de leurs conditions de vie.

    Des cadavres laissés dans la neige, des chevaux squelettiques et blessés, les subterfuges mis en place lors des contrôles… Les images filmées par les associations Tierschutzbund Zürich (TSB) et Animal Welfare Foundation (AWF) -et diffusées en France par l’association Welfarm- révèlent les conditions de production de la viande chevaline en Argentine, en Uruguay et au Canada. La France est un acteur majeur du cauchemar enduré par ces animaux puisque 77% de la viande de cheval vendue en hypermarchés en est issue…

    Au Canada, un froid mortel

    Sur les images filmées entre janvier et février 2019 à Bouvry-Export -le plus gros abattoir de chevaux du Canada- on peut y voir des animaux obèses car gavés aux grains, ou encore gravement malades, condamnés à mourir sans soin ni euthanasie. Le plus choquant est le froid qu’ils subissent : arrière-train recouvert d’excréments gelés, poulain mort de froid à la naissance et laissé par terre… Il fait jusqu’à -30°C, et aucun abri n’a été installé pour les protéger. Les survivants sont ensuite transportés par camions depuis les États-Unis, où ils passent 6 mois en quarantaine dans des enclos surpeuplés avant d’être abattus. Welfarm, dans son communiqué, rappel que 17% de cette production se retrouve sur les étals de nos bouchers et supermarchés.


    Un cheval obèse à Bouvry-Export

    Cadavre d'un poulain gelé

    Argentine et Uruguay, exportateurs massifs

    Alors que les Argentins et les Uruguayens ne mangeant pas de cheval, le commerce de la viande chevaline y est pourtant fleurissant. Par exemple, en 2018, l’abattoir de Clay -le plus important d’Uruguay- a abattu 18 000 chevaux. Il s’agit de chevaux de course, de rodéo, de travail et même de loisir. Pourtant, l’enquête révèle qu’en raison de tous les produits dopants dont ils sont gavés, les chevaux de course seraient impropres à la consommation… Cette fois-ci encore, les images filmées entre avril 2018 et janvier 2019 dans ces pays peignent un tableau macabre où extrême maigreur et plaies béantes sont monnaie courante. La France, avec 1 970 tonnes de viande chevaline importées d’Uruguay, en est le 2e plus gros client.


    Cheval mourrant en Uruguay

    Des abattoirs « maquillés » lors des contrôles

    Les ONG filment dans ces élevages et abattoirs depuis 2012-2013, et ont déjà alerté plusieurs fois les importateurs européens de viande chevaline. En 2015, ces derniers ont donc créé le label « Respectful life » (respectueux de vie en français ndlr) où deux chercheurs de l’Université belge de Louvain ont été mandatés pour visiter des abattoirs comme celui de Clay. D’après leurs observations, le bien-être animal y est respecté, ce qui se traduit par le logo bleu de Respectful life visible sur les emballages.

    « Cette appellation trompe le consommateur car ces visites sont annoncées à l’avance, ce qui laisse tout le temps aux abattoirs de se préparer, dénonce dans un communiqué Adeline Colonat, responsable de la campagne viande chevaline chez WELFARM. Sur les vidéos, on peut voir que les chevaux blessés et maigres disparaissent, que des abris de fortune poussent comme des petits pains (pour s’écrouler aussitôt), ou alors que toute activité est bizarrement cessée « en raison de travaux d’infrastructure majeurs ».

    Ce même cinéma se répète lors des contrôles de la Commission Européenne qui n’est pas restée dupe. « Contrairement à ce qui avait été spécifiquement demandé, les trois centres de rassemblement étaient vides pendant les quatre jours d’audits. Toutefois, les registres indiquaient qu'avant l’audit, des chevaux étaient présents chaque jour, parfois plusieurs centaines », écrit-elle dans un rapport de 2018, après un audit en Uruguay. « Compte tenu de l’état des centres et des registres, la Commission européenne conclut que le respect du bien-être animal est "clairement compromis" », relate Welfarm.

    Viande impropre et intraçable ?

    Plus inquiétant encore, la Commission européenne émet de sérieux doutes sur le respect des délais d’attente après l’administration de certains médicaments vétérinaires : « Les autorités ne sont pas en mesure de certifier de manière fiable que la viande dérivée de ces espèces respecte les exigences de santé publique applicables sur le marché de l’Union européenne ». En effet, en Argentine et en Uruguay, il suffit que le dernier propriétaire de l’animal déclare sur l’honneur que son cheval n’a reçu aucune substance interdite durant les 6 derniers mois... C’est totalement invérifiable », ajoute Adeline Colonat. Par ailleurs, en Uruguay, l’enquête montre des chevaux sans aucune marque d’identification, marqués au fer rouge le jour même où ils sont conduits à l’abattoir. « C’est illégal, et cela en dit long sur la traçabilité de la viande dans le pays », conclut la responsable de la campagne. 

    Un appel au boycott

    Suite à toutes ces preuves accablantes, une coalition de 13 associations (dont TSB, AWF et Welfarm) demande à la Commission européenne la suspension des importations de viande chevaline depuis ces trois pays. Plus particulière pour la France, Welfarm demande :

    • aux artisans bouchers et distributeurs français de bannir de leurs rayons la viande chevaline originaire d’Argentine, d’Uruguay ou du Canada
    • aux consommateurs de contacter leurs distributeurs et artisans bouchers via le site alerteviandechevaline.fr pour les pousser à agir
    • au Gouvernement français d’instaurer l’étiquetage obligatoire sur l’origine de la viande chevaline.

    A lire aussi :  Fermes à sang de juments : les ONG interpellent les laboratoires 


    Autres articles à lire

  • Etats généraux de l’alimentation : 5 questions pour les animaux

    ProtectionLes enjeux des Etats généraux de l’alimentation, lancés ce jeudi 20 juillet sont de taille. Mais au-delà des problèmes de crise économique du secteur agricole et de santé publique autour de la qualité de notre alimentation se pose la question de la condition animale : fin de l’élevage intensif, préservation de la biodiversité, changement de modèles de consommation, cohabitation des activités humaines avec la faune sauvage … autant de sujets qui ne doivent pas être oubliés dans les réflexions de ces prochains mois.

    20 Juillet 2017
  • Des cochons maltraités pour produire du jambon de Parme

    ProtectionPlusieurs associations dénoncent les dessous de la production du jambon de Parme, ainsi que des jambons de San Daniele et de Toscane, suite à une vidéo choc tournée dans six élevages en Italie.

    29 Mars 2018
  • Bruxelles : une cinquantaine de lapins en colère

    ProtectionDes militants de l'association Compassion in World Farming (CIWF) déguisés en lapins ont manifesté leur mécontentement au Conseil de l'Union européenne, à Bruxelles, concernant les conditions de vie dans les élevages de lagomorphes destinés à finir dans nos assiettes. Présente le 17 mai dernier, Aurélia Greff, porte-parole du CIWF, donne son éclairage sur ce combat.

    19 Mai 2016
  • L214 : 100 % des cailles pondeuses vivent en enfer

    ProtectionL’association L214 vient de dévoiler les images d’une enquête tournée en décembre 2018 dans un élevage de cailles. Entassement, maladies, blessures, crasse… ces animaux vivent un véritable enfer et aucune loi n’existe pour les protéger.

    21 Mars 2019
  • BOSTON : la vente d’animaux interdite en animalerie

    ProtectionÀ Boston, aux États-Unis, les chiens et chats issus d’élevages ne pourront plus être vendus en animalerie, en raison d’un arrêté municipal adopté le 2 mars dernier. Une décision qui participe à la lutte contre le trafic d’animaux et incite les futurs maîtres à adopter.

    11 Mars 2016
  • Une étiquette « bien-être animal » sur des emballages de poulet

    ProtectionTrois organisations se sont associées au groupe Casino afin de créer un étiquetage particulier indiquant au consommateur le niveau de bien-être dont a bénéficié l’animal au cours de sa vie. Une première en France !

    04 Janvier 2019
  • La vidéosurveillance dans les abattoirs reste facultative

    ProtectionL’amendement voté à l’Assemblée nationale prévoit une expérimentation de la vidéosurveillance dans les abattoirs pendant deux ans, sur la base du volontariat.

    28 Mai 2018
  • Juments : le scandale des « fermes à sang »

    ProtectionL’association Welfarm dénonce l’existence de fermes, en Argentine et en Uruguay, dans lesquelles des juments sont élevées dans l’unique but d’extraire de leur sang une hormone utilisée dans des élevages d’animaux, en Europe et en France.

    10 Octobre 2017
  • Deux nouveaux abattoirs dénoncés par L214 pour maltraitance

    ProtectionC’est encore par une vidéo que l’association de protection animale L214 vient de dénoncer les maltraitances sur les animaux dans deux abattoirs du sud de la France.

    29 Juin 2016
  • Le délit de maltraitance animale devrait être étendu aux abattoirs

    ProtectionLe gouvernement doit annoncer, ce jeudi, en clôture des États généraux de l’alimentation, de nouvelles mesures contre la maltraitance animale, concernant notamment les transports d’animaux vivants et les abattoirs.

    21 Décembre 2017
  • Les députés ne veulent pas de caméras dans les abattoirs

    ProtectionTrop coûteuse, mettant une pression sur les salariés, la mesure qui proposait de placer des caméras de surveillance dans les abattoirs vient d’être rejetée par les députés réunis en commission.

    14 Décembre 2016
  • Carrefour veut poser des caméras dans ses abattoirs

    ProtectionLe distributeur Carrefour a annoncé qu'il allait faire passer un audit à tous les abattoirs qui le fournissent en viande pour sa marque de distributeur (MDD), et ensuite leur demander d'installer des caméras, au nom de ses engagements en faveur du bien-être animal. Mais est-ce que ce sera vraiment efficace ?

    19 Janvier 2019
  • L214 : pour les députés, l’abattage des animaux est immontrable !

    ProtectionAlors que deux de ses adhérents venus poser des caméras pour espionner les postes d’abattage ont été arrêtés dans un abattoir de Houdan*, dans les Yvelines, Brigitte Gothière, cofondatrice de L214, réagit au rejet de la mesure de vidéo-surveillance dans le cadre de proposition de loi « relative au respect de l’animal en abattoir », pilotée par Olivier Falorni .

    16 Décembre 2016
  • Maltraitance : la souffrance des chèvres dans l’industrie du mohair

    ProtectionUne enquête réalisée par Peta Asia révèle de graves cas de souffrance animale dans l’industrie du mohair, en Afrique du Sud, incitant plusieurs marques d’habillement, dont H&M, Gap et Zara, à cesser leur approvisionnement en laine de mohair.

    03 Mai 2018
  • Lapin : des acteurs de la filière vont lancer des élevages sans cage

    ProtectionLes principaux acteurs de la filière de la viande de lapin vont lancer des élevages responsables, sans cage, dont les produits seront en vente dans la grande distribution début 2020, ont-ils annoncé mercredi lors d'une conférence de presse.

    06 Juin 2019
  • De nouveau l'horreur dans un abattoir

    ProtectionCette fois-ci, c'est une vidéo tournée dans l'abattoir de Limoges qui est présentée par l'association de protection animale L214. Un pas de plus semble être franchi dans l'horreur puisque ce sont des vaches gestantes qui sont abattues. Leurs fœtus meurent par asphyxie tandis que leurs mères se débattent.

    04 Novembre 2016
  • Stop aux cages : une pétition pour interdire les poules en batterie

    ProtectionL’animateur de télévision Stéphane Bern présente une nouvelle vidéo choc de L214, tournée dans un élevage de poules en cage, en Bretagne. Une pétition en ligne a été créée pour demander au gouvernement une loi interdisant ce type de pratique, provoquant « d’intolérables souffrances » chez les animaux.

    11 Décembre 2017
  • Une nouvelle vidéo révèle des actes de maltraitance dans un abattoir

    ProtectionL214 dénonce des actes de maltraitance sur des cochons dans l’abattoir de Houdan, dans les Yvelines, et pointe du doigt les limites de la vidéosurveillance et des inspections des services vétérinaires de l’État.

    17 Février 2017
  • Vidéosurveillance dans les abattoirs : elle sera obligatoire en 2018

    ProtectionL’Assemblée nationale a voté jeudi soir l’obligation d’installer des caméras de vidéosurveillance dans les abattoirs à partir du 1er janvier 2018. Une première en Europe.

    13 Janvier 2017
  • L214 condamnée à 6 000 euros d'amende

    ProtectionDeux militants de l'association ont été condamnés à 6 000 euros d'amende pour s'être introduits dans l'abattoir de Houdan en décembre 2016. Les images tournées avaient pour but de montrer et de dénoncer l'étourdissement des cochons au CO2.

    09 Octobre 2017