La spectaculaire migration des crabes rouges


  • La spectaculaire migration des crabes rougesPhoto : Naturagency
  • Faune sauvage/ Océans

    Située au large des côtes australiennes, en plein océan Indien, la petite île de Christmas est chaque année, dès les premières pluies, le théâtre de la migration de dizaines de millions de crabes rouges vers la mer.

    Chaque année, c’est le même rituel : très discrets durant la saison sèche, les crabes rouges de l’île Christmas surgissent de nulle part dès l’arrivée des premières pluies. Par dizaines de millions (40 millions), les Gecarcoidea natalis n’ont qu’un but : rejoindre l’océan pour que les femelles puissent y déposer leurs œufs. Cet appel du large les fait quitter leurs terriers creusés dans le sol des forêts de cette petite île d’à peine 21 kilomètres de long. Périlleuse, la migration ressemble à une marche harassante et risquée vers la mer et les côtes où les crabes ont vu le jour. Durant deux mois, à partir d’octobre, la « vague rouge » se déverse sur tout le territoire : forêts, routes, pistes, maisons… rien ne vient interrompre leur progression. La pluie leur offre même l’hydratation nécessaire à ce déplacement sur plusieurs kilomètres, durant lequel beaucoup périssent écrasés par les voitures. Afin de permettre à un maximum de crabes d’atteindre les rivages, les habitants de l’île modifient drastiquement leurs habitudes.

    La longue marche

    La longue marche vers l’océan de millions de crabes rouges constitue une aventure que le naturaliste Sir David Attenborough a décrite comme l’un des spectacles les plus étonnants de la nature. C’est l’arrivée des pluies qui déclenche chez les crabes rouges l’irrépressible besoin de se mettre en route. Pour autant, la chronologie de cette longue marche n’est pas linéaire. Seul le créneau consacré à la ponte est précisément déterminé : ce sera lors du dernier quartier de lune de la période ayant reçu un apport en eau adéquat. Pour les crabes, la méthode est simple : bonne humidité, on marche ; sècheresse, on s’enterre en attendant le retour de la pluie. C’est cette incertitude qui explique l’impossibilité de prédéfinir avec exactitude une date pour la ponte.

    La progression dure environ deux semaines mais peut être plus longue si la saison des pluies est chaotique. Par chance, la configuration géographique de l’île fait que tout lieu de ponte est situé à moins de 3 km de la côte. Des études ont montré que l’incroyable effort que doivent accomplir ces animaux n’était rendu possible que grâce à d’importantes modifications hormonales.

    Naturagency

    Un écrin pour la faune et la flore

    L’île Christmas est petite. C’est un triangle de 136 km2, aux bords concaves, de 2000 âmes. Située dans l’océan Indien, à environ 350 km au sud de l’Indonésie et à plus de 1500 km de la côte australienne la plus proche, elle est d’origine volcanique. Son isolement a engendré l’apparition de nombreuses espèces endémiques animales et végétales. La richesse de la biodiversité locale en fait un écrin dont les deux tiers sont classés comme parc national.

    A lire aussi :  Six conseils pour aider les amphibiens dans leur migration nuptiale

    L’île, à la côte déchirée et difficile d’accès, est couverte d’une forêt tropicale et abrite une importante population d’oiseaux marins résidents ou migrateurs et des dizaines de millions de crabes terrestres et côtiers répartis en une vingtaine d’espèces. Les trois plus spectaculaires sont les crabes rouges, les crabes bleus et les crabes de cocotier. Les crabes rouges sont les jardiniers de la forêt dont ils entretiennent la bonne santé en régulant le nombre des pousses et des débris végétaux, et en aérant et fertilisant le sol. Les crabes bleus se cantonnent aux milieux humides.

    Quant à la population d’énormes crabes de cocotier nocturnes aux couleurs éclatantes, elle a permis à l’île de détenir le record de la plus grande densité mondiale de cette espèce. Rencontrer ces géants en se promenant de nuit sur les sentiers tracés est une expérience envoûtante, et la présence de champignons phosphorescents donne l’impression de traverser une forêt enchantée.

    Naturagency

    40 millions d’amis

    Les crabes rouges, endémiques de l’île Christmas et des îles Cocos situées environ 1000 km plus à l’ouest, ont une chance épatante : ils vivent sous la protection amicale des habitants de l’île. Ici, pas de risque de terminer dans une casserole : les crabes ne sont pas mangés. Leur migration est même vécue comme une grande fête et suscite chaque année le même émerveillement. Les responsables des parcs nationaux et de l’île préparent minutieusement les mesures qui permettront de protéger ces millions d’individus des dangers routiers qui les attendent. Certains dispositifs sont permanents : passages souterrains placés à intervalles réguliers, passerelle métallique de 5 m de hauteur. D’autres sont temporaires, comme des petites barrières textiles de 40 cm de hauteur (notre photo), conçues pour canaliser la progression des crabes sur les bas-côtés des routes afin de les conduire vers une zone sûre où ils pourront traverser sans risque. Ajoutons à cela des dizaines de panneaux humoristiques placés sur le bord des routes, et rappelant à chacun de prendre garde à ne pas écraser l’un de ses « 40 millions d’amis ». Chaque jour, les informations sur les restrictions de circulation sont diffusées sur de grands panneaux. L’état de la migration évolue sans cesse et les responsables ont un regard permanent sur l’ensemble des lieux de l’île pour adapter au mieux le dispositif de protection, tâche extrêmement délicate et particulièrement bien conduite.

    Naturagency

     


    Autres articles à lire

  • Biodiversité : la Nouvelle-Calédonie passée au crible

    Faune sauvageMenée conjointement par le Muséum national d’histoire naturelle et Pro-Natura International, le programme d’exploration baptisé « La planète revisitée » s’attaque à la Nouvelle-Calédonie. Le but ? Réaliser un inventaire de la biodiversité marine et terrestre.

    19 Octobre 2016
  • Des répulsifs acoustiques sur les filets, bonne ou mauvaise idée ?

    Faune sauvageNouveauLe gouvernement vient d’adopter un plan de protection des cétacés, prévoyant notamment l'installation de répulsifs acoustiques sur les filets de pêche pour éviter que les dauphins se prennent dedans. Mais, selon l’association Sea Shepherd, ce dispositif fait plus de mal que de bien…

    11 Décembre 2019
  • 19 février : Journée mondiale de la baleine

    Faune sauvageLe 19 février est la Journée mondiale de la baleine. Par extension, cette journée est également consacrée à la défense et la protection de l'ensemble des mammifères marins et autres habitants aquatiques, comme les requins-baleines. Daniel Jouannet, membre actif de l’association Megaptera, explique en quoi consiste le programme de suivi du plus grand poisson cartilagineux au large de Djibouti, en Afrique de l’Ouest.

    19 Février 2016
  • La sexualité de nos animaux 29/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… l'amour à plusieurs.

    30 Avril 2016
  • Indonésie: un cachalot retrouvé avec 6 kg de plastique dans le ventre

    Faune sauvageUn cachalot a été retrouvé mort en Indonésie avec 115 verres en plastique et 25 sacs du même matériau dans l'estomac, une nouvelle illustration des problèmes de déchets de l'archipel qui inquiètent les écologistes.

    21 Novembre 2018
  • Qui veut la peau du concombre de mer ?

    Faune sauvageTrois espèces de concombre de mer viennent d’être inscrites sur la liste des espèces menacées d’extinction de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). De quoi s’agit-il et pourquoi cette espèce concerne particulièrement la France et ses pêcheurs outre-Atlantique ?

    17 Novembre 2019
  • Perturbateurs endocriniens : des dauphins de Floride contaminés

    Faune sauvageDes chercheurs américains ont découvert des phtalates dans l’urine de plusieurs dauphins. La source de cette contamination et les effets sur leur santé restent pour l’instant inconnus.

    06 Septembre 2018
  • Une 'marée rouge' décime la faune aquatique en Floride

    Faune sauvageLes autorités ont décrété l'état d'urgence en Floride, où une 'marée rouge' dévastatrice noircit l'eau de mer et tue dauphins, tortues marines et poissons à un rythme effréné.

    16 Août 2018
  • Qui sont les tortues marines, fascinantes sentinelles des océans ?

    Faune sauvageApparues il y a 110 millions d’années, les tortues marines sont aujourd’hui menacées par les dangers que nous faisons peser sur nos océans. Pour mieux connaître et protéger ces incroyables voyageuses, Robert Calcagno, directeur de l’Institut océanographique de Monaco, publie un ouvrage de référence sur le sujet.

    15 Décembre 2017
  • La raie Mobula : protégez-la !

    Faune sauvageVous avez dit raie mobula ? C'est elle, sa voilure et son gigantisme sont connus des plongeurs qui ont eu la chance de nager avec ces splendeurs des mers tropicales. L'association Longitude 181 Nature lance une bouteille à la mer sur le net pour que cette population sous-marine continue d'émerveiller les yeux qui les observent derrière leur masque de plongée parmi les coraux.

    18 Mars 2016
  • Marsouin du Pacifique : le Mexique et Leonardo DiCaprio s’engagent

    Faune sauvageLe Président mexicain Enrique Peña Nieto et l’acteur Leonardo DiCaprio ont signé ce mercredi 7 juin un accord visant à protéger plus efficacement le marsouin du Pacifique.

    08 Juin 2017
  • Abysses : découverte de 3 nouvelles espèces de poissons-limaces

    Faune sauvageDes chercheurs britanniques ont découvert trois nouvelles espèces de poissons situées à 7500 m sous la surface de l’océan Pacifique. Ils ne possèdent ni écailles, ni arêtes !

    18 Septembre 2018
  • Biodiversité : les aires marines protégées sont-elles efficaces ?

    Faune sauvageUne équipe de recherche franco-portugaise s'est intéressée à l'efficacité des aires marines selon leurs réglementations. Résultat, si la zone n'est que faiblement protégée, aucun bénéfice écologique n'est observé.

    05 Septembre 2018
  • Près de 150 'dauphins pilotes' échoués sur une plage néo-zélandaise

    Faune sauvagePrès de 150 globicéphales, également connus sous le nom de 'dauphins pilotes', ont péri après s'être échoués sur une plage éloignée de l'île Stewart, dans le sud de la Nouvelle-Zélande, ont annoncé lundi les autorités.

    26 Novembre 2018
  • Amazonie : découverte de 6 nouvelles espèces de poissons-chats

    Faune sauvageLa forêt amazonienne n’a pas fini de révéler ses secrets puisque 6 nouvelles espèces de poissons-chats (un peu particulières) viennent d’être découvertes. Leur spécificité ? Une tête recouverte de tentacules !

    11 Février 2019
  • Le blanchissement des coraux touche aussi les récifs profonds

    Faune sauvageUne nouvelle étude australienne indique que le blanchiment de la Grande Barrière de corail ne se limite pas, comme on le pensait, aux faibles profondeurs.

    13 Septembre 2018
  • Océans : baissons le son !

    Faune sauvageLa pollution sonore des océans causée par les activités humaines ne cesse d’augmenter ces dernières années, engendrant une menace supplémentaire sur la faune marine, et particulièrement les cétacés, qui ne parviennent plus à communiquer.

    22 Mars 2019
  • Braconnage des anguilles : 'premier trafic d'espèce au monde'

    Faune sauvageAutrefois abondantes dans les rivières européennes, les anguilles sont aujourd'hui menacées d'extinction, objet notamment d'un trafic à plusieurs milliards d'euros entre l'Europe et les marchés asiatiques.

    22 Novembre 2018
  • En Islande, un sanctuaire unique au monde accueillera les bélugas

    Faune sauvageCe projet de refuge marin, initié par deux ONG, pourrait accueillir près de 3000 cétacés actuellement en captivité, et ouvrir la voie à la fin de la captivité des dauphins et des baleines.

    03 Juillet 2018
  • Découverte du premier 'piranha' amateur de chair

    Faune sauvageUn fossile de poisson ayant vécu il y a plus de 150 millions d’années a été découvert en Allemagne. Ses dents et sa mâchoire suggèrent qu’il serait le premier poisson osseux à avoir mangé d’autres… poissons !

    25 Octobre 2018