Loups : augmenter le nombre de tirs n’est pas la solution


  • Loups : augmenter le nombre de tirs n’est pas la solutionPhoto : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Face à l'expansion du loup en France, plus rapide que prévu, l'État prévoit de nouvelles mesures qui ne satisfont ni les éleveurs, ni les défenseurs de cet animal protégé.

    Bien que nous ne connaissions pas encore le nombre exact de loups se trouvant sur le territoire français, le seuil de "viabilité démographique" de 500 adultes prévu par le Plan loup en 2023 semble déjà avoir été atteint. De ce fait, de nouvelles mesures ont été annoncées par le préfet d'Auvergne-Rhône-Alpes, en charge du dossier loup. Il prévoit de faciliter les tirs d’effarouchement et de les autoriser à partir du 1er juillet (contre septembre auparavant). Par ailleurs, le pourcentage de loups pouvant être tués sera passé à 17-19 % (contre 10-12 % auparavant). Enfin, l’État désire aussi renforcer la protection des troupeaux dans les zones de prédation et revaloriser les indemnisations en cas de perte.

    Un seuil d’alerte à ne pas dépasser

    D’un côté, les fédérations nationales ovines et bovines réclament la suppression du plafond de prélèvement, la possibilité pour les éleveurs de tirer "sans conditions" ainsi que "le prélèvement de meutes entières", pour aboutir à "zéro attaque", et de l’autre, les associations environnementalistes s’efforcent d’expliquer que multiplier les tirs n'est pas la bonne solution. "Selon l’expertise du Museum national d’histoire naturelle publiée en 2017, la population de loups est en danger à partir de 34 % de mortalité. Or, en plus des 19 % de prélèvement, il y a environ 20 % de mortalité naturelle chez les loups, ce qui nous ferait largement dépasser le seuil d’alerte", explique Bertrand Sicard, vice-président de l’association Ferus. Concernant les tirs d’effarouchement, ils seraient la cause de l’augmentation du nombre de meutes observée depuis plusieurs années. "Il faut savoir que le loup est une espèce qui s’autorégule. Ils vivent en famille, en moyenne 4 individus, et ils ne font rentrer aucun nouveau membre. Or, la forte croissance du nombre de meutes est provoquée par ces tirs qui les dispersent et favorisent la reproduction, c’est donc contre-productif", détaille Bertrand Sicard.

    La solution ? Protéger réellement les troupeaux

    "Contrairement à ce qu’on nous raconte, les troupeaux ne sont pas bien protégés dans les zones à risques, affirme le vice-président de Ferus. Les bergers prennent les subventions de l’État pour le faire, mais aucune vérification n’est faite derrière !". Concernant les 12 mesures de protection figurant sur le Plan loup, aucune n’aurait été mise en place. "À la place, l’État instaure un plan de régulation sur une espèce protégée ! C’est scandaleux", s’insurge-t-il.

    Intox : non, le loup n’est pas (encore) de retour en Bretagne

    Ce que demande l’association Ferus, c’est que le remboursement des bergers soit soumis à des conditions : lorsqu’ils subissent des pertes, ils toucheront leur dédommagement à condition que des mesures de protection aient été mises en place. "Par ailleurs, si un berger s’installe dans une zone à risques, il a un ou deux ans pour s’équiper et, s’il ne le fait pas, il ne sera pas remboursé en cas de pertes", conclut Bertrand Sicard.

    À lire aussi : 

    Bibliothèque de l’automne : 4 livres pour les passionnés de loups

    Var : un loup au « comportement agressif » abattu près d'un camping

     


    Autres articles à lire

  • Un lièvre de Patagonie découvert dans l’Oise

    Faune sauvageUn lièvre de Patagonie a été capturé par les services de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage dans une zone industrielle du Val-d’Oise. Probablement échappé de chez un particulier, il a été remis au zoo de Vincennes.

    13 Juin 2016
  • Comment s'alimente la loutre mer ?

    Faune sauvagePour maintenir la température interne de son corps à 35 °C, la loutre de mer doit ingérer en nourriture l’équivalent de 23 à 33 % de son poids par jour. Animaux-online décrypte les moyens mis en oeuvre et les aptitudes physique de l'animal pour s'alimenter dans la nature.

    18 Janvier 2016
  • Pourquoi le cerf brame-t-il un peu plus tôt chaque année ?

    Faune sauvageHabituellement, la saison du brame du cerf démarre dans nos forêts à la mi-septembre. Mais depuis quelques années, l’appel du brame commence plus tôt. Eric Dion, gestionnaire du domaine de Saint-Benoît, à Rambouillet, nous explique pourquoi.

    13 Octobre 2018
  • Biodiversité : le Kilimandjaro dévoile ses secrets

    Faune sauvageServals, antilopes, léopards, singes… Des chercheurs allemands ont placé des caméras un peu partout sur le Kilimandjaro pendant deux semaines afin d’étudier les animaux qui s’y trouvent.

    22 Août 2019
  • Un bison sauvage abattu en Allemagne

    Faune sauvageAucun bison sauvage en liberté n’avait été aperçu en Allemagne depuis environ 250 ans. L’un d'eux a pourtant récemment réapparu dans le pays, près de la frontière avec la Pologne, avant d’être abattu sur ordre de la police, craignant pour la population. L’association WWF a porté plainte pour cette atteinte à une espèce protégée.

    22 Septembre 2017
  • Le loup, à l’encontre des idées reçues

    Faune sauvageJusqu’au dimanche 19 février, le zoo de Paris met le loup à l’honneur afin de faire découvrir aux visiteurs, dès leur plus jeune âge, l’environnement et le mode de vie de cet animal souffrant encore de sa mauvaise réputation.

    16 Février 2017
  • Hérissons domestiques : une association tire la sonnette d’alarme

    Faune sauvageFace à la mode croissante transformant des hérissons pygmées d’Afrique en animaux de compagnie, la RSPCA (Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals) a publié un communiqué pour rappeler que ces petits mammifères ne sont pas faits pour être domestiqués. En France, les hérissons sont une espèce protégée et il est interdit d’en élever ou d’en posséder.

    11 Septembre 2017
  • Deux nouveaux ours dans les Pyrénées : le feu vert de Nicolas Hulot

    Faune sauvageFace à la situation critique de l’ours dans les Pyrénées-Atlantiques, où il ne reste plus que deux mâles, le ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé sa volonté de procéder au lâcher de deux femelles dès cette année.

    27 Mars 2018
  • Il était une fois, l'ours brun...

    Faune sauvageÀ la fois le géant des cavernes et la peluche préférée des enfants, l’ours brun inspire autant la crainte que l’amour. En France, il est même l’objet de toutes les passions et divise une population à propos de sa réintroduction sur une terre qui était la sienne autrefois…

    23 Janvier 2016
  • Loup : le quota d'autorisation d'abattage relevé à 51 bêtes

    Faune sauvageLes autorités françaises ont relevé le quota d'autorisations d'abattage de loups de 43 à 51 bêtes pour 2018, après la découverte d'un de ces animaux empoisonnés dans la Drôme, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

    23 Octobre 2018
  • Trump veut réautoriser d’anciennes pratiques de chasse à l’ours

    Faune sauvageIl sera bientôt possible pour les chasseurs en Alaska d'appâter les ours avec du bacon ou des donuts dans les zones protégées, l'administration Trump souhaitant revenir sur des réglementations adoptées sous Barack Obama.

    23 Mai 2018
  • De plus en plus de mammifères sont menacés de disparition en France

    Faune sauvageLe vison d'Europe, l'ours et le loup font partie des espèces présentes en France mais qui risquent de disparaître si rien n’est fait pour leur préservation, selon une mise à jour de la liste rouge de l’UICN, qui alerte sur une « aggravation de la situation ».

    16 Novembre 2017
  • Eléphants : le Botswana prend ses responsabilités

    Faune sauvageLe Botswana a reconnu publiquement la crise actuelle des éléphants. Sa position, courageuse et inédite, a été saluée par le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW). Une bonne nouvelle en cette journée mondiale des animaux.

    04 Octobre 2016
  • Quel sursis pour les bouquetins du Bargy ?

    Faune sauvagePromis à un abattage certain suite à un arrêté du préfet de Haute-Savoie, les bouquetins du massif du Bargy, porteurs de la brucellose, profitent d'un sursis suite à un recours devant le tribunal porté par les associations de protection animale.

    19 Octobre 2015
  • Australie : le rat-kangourou mangeur de truffes risque l'extinction

    Faune sauvageUn marsupial australien amateur de truffes connu sous le sobriquet de 'rat-kangourou' a subi un déclin dramatique de ses populations et risque l'extinction si des mesures urgentes ne sont pas prises, a prévenu jeudi une ONG.

    06 Décembre 2018
  • Yuan Meng : le bébé panda de Beauval sera visible en janvier

    Faune sauvageBrigitte Macron, la marraine du panda né au zoo de Beauval en août dernier, a dévoilé le nom de cet animal star qui devrait rester en France trois ans, et fera sa première apparition publique le 13 janvier 2018.

    05 Décembre 2017
  • Les selfies dangereux pour les animaux sauvages

    Faune sauvageUne ONG lance une alerte concernant la pratique de plus en plus en vogue qui consiste à se prendre en photo avec des animaux sauvages. Car derrière les clichés de vacances se trouve bien souvent la triste réalité de l’exploitation animale.

    05 Octobre 2017
  • Une exposition généreuse et engagée pour sauver les éléphants

    Faune sauvageLa ville de Chambéry, très attachée au pachyderme, accueille du 27 juin au 3 septembre une exposition « éléphantesque », en partenariat avec le WWF : découverte, art, sensibilisation et récolte de fonds sont au cœur de cette manifestation.

    28 Juin 2017
  • Sri Lanka : 7 éléphants découverts morts, sans doute empoisonnés

    Faune sauvageLes responsables de la faune sauvage ont découvert depuis vendredi 27 septembre sept éléphants morts au Sri Lanka, sans doute empoisonnés par des villageois exaspérés par ces animaux qui causent des accidents mortels et détruisent les cultures.

    30 Septembre 2019
  • Un singe magot en ville mis à l'abri !

    Faune sauvageBob divaguait seul dans les rues de Sevran (93). Les autorités ont contacté la Fondation 30 Millions d’Amis pour prendre en charge ce singe magot de moins d’un an. Cette espèce protégée est très largement victime du trafic illégal. Le petit primate a été transféré aux Pays-Bas dans un centre pour faune sauvage.

    01 Juin 2015