Fascinant orang-outang


  • Fascinant orang-outangPhoto : Maxime Aliaga / Naturagency
  • Faune sauvage

    Dans les cimes verdoyantes, sa silhouette orange passe comme une ombre. Inféodé à deux îles d’Indonésie, Bornéo et Sumatra, l’orang-outan ne pourrait être bientôt qu’un lointain souvenir tant son espèce est en déclin. Rencontre…

    En indonésien, « orang-outan » signifie l’homme de la forêt. Si ce n’est sa toison rougeâtre, ce grand primate a en effet des allures d’homme. Par la taille d’abord. Mesurant jusqu’à deux mètres, il se tient debout tout comme nous et il est très agile de ses mains. Par la génétique ensuite. Appartenant tout comme nous à la grande famille des hominidés, l’orang-outan partage avec nous 97 % de son ADN, ce qui en fait l’un de nos plus proches cousins, au même titre que les gorilles, chimpanzés et bonobos. Mais la comparaison s’arrête là car, contrairement à la nôtre, son espèce est l’une des plus menacées de la planète…

    Une vie en hauteur

    Assez massif et imposant, ce grand primate est pourtant un équilibriste qui pose rarement le pied au sol. Il aime même jouer les filles de l’air dans la canopée, qui est son territoire de prédilection. C’est dans les cimes, qu’il parcourt de branche en branche avec une agilité exceptionnelle compte tenu de sa taille, qu’il trouve sa nourriture, composée de fruits, de feuilles et d’insectes, qu’il fait ses besoins et qu’il s’endort. Pour cela, il rassemble chaque jour feuilles et branchages qu’il plie selon une technique transmise par sa mère. Ce nid, érigé entre 12 et 18 mètres de hauteur, est un abri tout aussi douillet qu’éphémère puisqu’il est remplacé chaque jour. Il n’est occupé que par un seul individu, à l’exception des petits lorsqu’ils sont encore dépendants de leur mère.

    Maxime Aliaga / Naturagency
     

    Un solitaire territorial

    « L’homme de la forêt » est un solitaire, il a son propre territoire. Mâles et femelles ne se croisent qu’en de rares occasions, notamment pour y célébrer la vie et engendrer la relève de l’espèce. Seuls certains mâles, matures et dominants, arborent des bourrelets sur les bords du visage, leur donnant une tête en forme de disque. C’est un attribut pour séduire les femelles. Les couples ne font qu’un bébé à la fois et la mère, aimante et bienveillante, a seule la charge de son éducation et de son apprentissage. Etre un orang-outan sauvage requiert beaucoup de connaissances et de pratique. Reconnaître les aliments comestibles, trouver de l’eau au cœur des feuilles et troncs, estimer la résistance des branches auxquelles on s’accroche, faire son nid, déjouer les pièges de la forêt… Il faut entre sept et huit ans à un jeune pour apprendre tout cela. C’est pourquoi chaque mère n’a qu’un petit à la fois, tous les huit ans environ. Cette faible fécondité de l’espèce explique son extrême fragilité face aux menaces qui pèsent sur elle.

    Maxime Aliaga / Naturagency
     

    Une nouvelle espèce tout aussi menacée

    Jusqu’à il y a peu, on pensait qu’il n’y avait que deux espèces d’orang-outan : celui de Bornéo (Pongo pygmaeus) et celui de Sumatra (Pongo abelii). Jusqu’à la découverte, au sud du lac Toba, dans les forêts du massif de Batang Toru, d’une population d’orangs-outans isolés.

    Les scientifiques ont récemment révélé que leur morphologie ainsi que leur ADN étaient bien différents des deux autres espèces déjà connues. En effet, ils ont un crâne plus petit, des canines
    plus longues, et un pelage d'une teinte bien plus vive que celui de leurs cousins. Au début de l’année 2018, l’orang-outan de Tapanuli (Pongo tapanuliensis) a donc été officiellement reconnu par le monde scientifique comme la troisième espèce d’orangs-outans de notre planète. D’après des études génétiques poussées, il semblerait même qu’elle se soit séparée des deux autres espèces il y a environ 3 à 4 millions d’années. Chose plus surprenante encore, l’orang-outan de Tapanuli serait plus proche de l’orang-outan de Bornéo (Pongo pygmaeus) que de celui de Sumatra (Pongo abelii).

    A lire aussi :  Indonésie : non, les populations d’orangs-outans ne sont pas en hausse

    Avec seulement 800 individus répertoriés quine vivent que dans 1100 km², cela fait de cette espèce le grand singe le plus menacé d’extinction au monde. Malgré cette incroyable découverte
    et le classement tout aussi récent de la forêt de Batang Toru en réserve naturelle, la pression humaine est tout aussi forte qu’à Bornéo et Sumatra et un projet de barrage hydro-électrique menace même de détruire 10 % de la zone.

    Maxime Aliaga / Naturagency
    t

    Victime de la déforestation

    Si l’orang-outan était présent autrefois dans les forêts primaires et secondaires d’Indonésie et de Malaisie, il ne vit plus désormais à l’état sauvage que sur deux îles : Bornéo et Sumatra. Or, ces cinquante dernières années, cet habitat est soumis à une déforestation galopante au profit des plantations pour produire de l’huile de palme, des coupes illégales de bois exotique et de l’exploitation minière. Morcelé, leur territoire est aussi soumis à des incendies, souvent pour la mise en culture, poussant les orangs-outans vers les villages. Là, ils sont la cible des chasseurs qui les traquent pour leur viande, mais aussi pour protéger leurs cultures. Les petits dont la mère a été tuée sont alors domestiqués pour être revendus comme animal de compagnie.

    Maxime Aliaga / Naturagency
     

    Un sauvetage périlleux

    Sur le terrain, des associations se battent pour la conservation des orangs-outans. Le Sumatran Orangutan Conservation Programme (SOCP) est l’un des acteurs principaux. Son action s’attache notamment à la réintroduction d’orangs-outans blessés ou confisqués. Ceux-ci sont accueillis dans le centre de quarantaine, qui héberge aujourd’hui plus de cinquante pensionnaires, dont la plupart sont des jeunes de moins de 5 ans. Le défi pour les équipes du centre est de leur apprendre à se débrouiller seuls pour pouvoir &ecir


    Autres articles à lire

  • La Loire, le dernier fleuve sauvage

    Faune sauvageVivant au gré des crues, le plus long fleuve de France et ses multiples îlots offrent un réservoir encore riche d’espèces animales. À chaque saison, la rencontre est magique. Oiseaux, castors, sangliers, chevreuils… s’offrent immanquablement à l’œil attentif et discret.

    08 Juin 2017
  • L'été au zoo : comment font les animaux

    Faune sauvageCet été, le parc zoologique de Paris accueillera en moyenne 3000 visiteurs par jour, avec des pics à 7000 ou 8000 sur certains week-ends. Comment les animaux s’adaptent-ils à l’affluence, mais aussi à la chaleur ?

    08 Août 2016
  • La sexualité de nos animaux 30/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… les hybrides.

    01 Mai 2016
  • Vienne : des singes dans la vallée

    Faune sauvageDans la Vienne, les noms des grandes primatologues se rappellent à notre esprit dès les premiers pas accomplis, à la rencontre des 400 primates du parc de la Vallée des singes. Diane Fossey qui a vécu au Rwanda avec les gorilles des montagnes. Claudine André qui a fondé Lola ya bonobo en République démocratique du Congo, ou encore l’Anglaise Jane Goodall qui agit pour la protection des chimpanzés en Afrique.

    27 Octobre 2015
  • Ringo, Rafa, Rudo… Choisissez le prénom de ce bébé rhinocéros !

    Faune sauvageÀ l’occasion de la naissance d’un bébé rhinocéros blanc, un événement rare, dans la réserve africaine de Sigean (dans l’Aude), il est possible de voter pour son prénom sur Facebook. Le résultat sera annoncé lors de la Journée mondiale du rhinocéros, le 22 septembre.

    20 Septembre 2018
  • Coronavirus chinois : en cause, la consommation de civette ?

    Faune sauvageLe marché chinois considéré comme l'épicentre du nouveau coronavirus était une sorte de ménagerie où cohabitaient d'étranges espèces, comme la célèbre civette à l'origine de l'épidémie de Sras en 2002-2003.

    23 Janvier 2020
  • Une journée pour les océans

    Faune sauvageCe 8 juin, la planète célèbre la Journée mondiale des Océans. Elle vise à nous rappeler l’importance de l’océan comme source de vie. Proclamée il y a dix ans à l’occasion du Sommet de la Terre et des Nations Unies qui s’est tenu à Rio de Janeiro, elle a pour but de nous sensibiliser sur notre rôle dans la préservation de la qualité des milieux marins et de leurs ressources.

    08 Juin 2016
  • Parc animalier d’auvergne : pour la préservation des espèces

    Faune sauvageCe zoo en plein cœur du Puy-de-Dôme a fait peau neuve pour remplir au mieux sa mission de préservation des espèces menacées et de sensibilisation des visiteurs, les deux principaux axes de développement de tous les parcs animaliers modernes.

    19 Mai 2017
  • Le delta du Danube, paradis des oiseaux

    Faune sauvageGrand comme deux fois le Luxembourg, le delta du Danube, avec ses 400 lacs, ses 330 espèces d’oiseaux, ses 135 variétés de poissons et des mammifères comme la loutre ou le chien viverrin, est un haut lieu de la biodiversité mondiale, placé depuis 1991 sous l’égide de l’Unesco. Echappée belle.

    27 Août 2018
  • Le rat de Sein bientôt éradiqué de la petite île bretonne

    Faune sauvageUne île, des centaines de rats et une biodiversité en danger: une vaste campagne de dératisation est en cours sur l'île de Sein, afin d'éradiquer le 'rattus norvegicus', une espèce très présente sur les îles bretonnes.

    19 Septembre 2018
  • Nicolas Hulot ministre de l’Environnement : un « signal positif »

    Faune sauvageL’arrivée de Nicolas Hulot au ministère de la transition écologique et solidaire suscite de nombreuses réactions positives des associations de défense des animaux … mais également beaucoup d’attentes.

    18 Mai 2017
  • La sexualité de nos animaux 37/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… les distinctions.

    08 Mai 2016
  • SeaWorld condamné à 4 millions de dollars d'amende

    Faune sauvageLe groupe SeaWorld Entertainment et son ancien directeur général devront payer 5 millions de dollars d'amende pour avoir minimisé auprès des investisseurs l'impact du documentaire 'Blackfish', qui dénonçait le traitement des orques en captivité, ont annoncé mardi les autorités américaines.

    22 Septembre 2018
  • Des gènes de la domestication découverts chez les renards

    Faune sauvage'Si tu veux un ami, apprivoise-moi' dit le renard. Que faut-il faire ? répond le Petit prince. Débutée il y a 60 ans, une expérience sur des renards visant à mieux comprendre le processus d'apprivoisement a permis de découvrir des gènes impliqués dans l'agressivité et la domestication.

    08 Août 2018
  • La couleur de vos vêtements peut avoir un impact sur les animaux

    Faune sauvageUne balade en forêt avec un T-shirt bleu ? Ce choix vestimentaire pourrait déranger les habitants des lieux…

    27 Janvier 2020
  • Florence Ollivet-Courtois : Daktari en Eure-et-Loir

    Faune sauvageAu chevet des animaux sauvages du zoo-refuge La Tanière, près de Chartres, cette vétérinaire engagée soigne les rescapés sans émettre de jugement. Jusqu’à un certain point…

    20 Janvier 2020
  • La marche des crabes

    Faune sauvageC’est toujours la même chose. Avec l’arrivée de la saison des pluies, en octobre et novembre, des millions de crabes envahissent l’île de Christmas, au large de l’Australie.

    02 Octobre 2018
  • Alouettes, abeilles et orchidées... un Eden près des tarmacs français

    Faune sauvageLes espaces verts près des aéroports, protégés des activités humaines, servent de refuge à une partie de la vie sauvage.

    23 Juillet 2018
  • Une seconde vie pour les chimpanzés de Guinée

    Faune sauvageArrachés tout petits à leur mère par des braconniers, les chimpanzés de cette partie de l’Afrique de l’Ouest sont au bord de l’extinction. Traumatisés, ils sont réhabilités avant de retrouver la vie sauvage.

    30 Décembre 2019
  • Des photos pour défendre la vie sauvage avec humour

    Faune sauvageLe Comedy Wildlife Photography Awards a récompensé les photos les plus drôles d’animaux de l’année 2016. Le but de ce concours ? Sensibiliser le grand public à la préservation de la vie sauvage en jouant la carte de l’humour.

    09 Décembre 2016