Le diable de Tasmanie : une résistance inespérée


  • Le diable de Tasmanie : une résistance inespéréePhoto : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    L’horizon de l’emblématique diable de Tasmanie est peut-être en train de s’éclaircir. Menacé d’extinction par une forme contagieuse de cancer, ce marsupial montre des signes d’adaptation qui sont autant d’espoirs pour la survie de cette espèce unique.  

    –Avec AFP–

    L’évolution se mesure normalement sur des millénaires. Mais c’est en quelques décennies seulement que des changements cruciaux ont été observés chez les diables des montagnes escarpées de cette île située au large de la côte Sud de l’Australie, face à Melbourne.

    Ce marsupial nocturne carnivore à la fourrure noire, connu pour dégager une forte odeur quand il stresse, est frappé depuis 1996 par une maladie, la tumeur faciale transmissible du Diable de Tasmanie (DFTD), fatale à presque 100% et qui a décimé 85% de sa population.

    ShutterstockLe cancer des diables de Tasmanie se transmet par morsure.

    Cette maladie est considérée comme un cancer contagieux – le cancer n’est normalement pas contagieux, sauf pour certains cas chez des espèces animales – qui se transmet via les morsures que s’infligent entre eux les diables (Sarcophilus harrisii), très agressifs et dotés de mâchoires puissantes, quand ils s’accouplent ou quand ils se battent.

    Les animaux meurent notamment de faim lorsque la tumeur atteint leur bouche, les empêchant de se nourrir. Mais des chercheurs ont constaté que le fougueux carnivore, dont la population actuelle serait de 15 000 à 18 000 individus, est en train de se défendre, puisque de premiers signes de réaction immunitaire ont été constatés. La maladie demeure presque toujours fatale, et les scientifiques étudient l’apparition d’une seconde souche éventuelle, mais la présence d’anticorps a pour la première fois été détectée chez des animaux. Et plus de deux douzaines de diables qui avaient développé ce cancer ont survécu.

    Le risque court toujours

    "Nous avons observé des animaux qui n’attrapent pas la maladie", explique Rodrigo Hamede, de l’Université de Tasmanie. Par ailleurs, "nous avons observé des animaux qui, même s’ils attrapent la maladie, survivent beaucoup plus longtemps".  Et "nous observons même un petit nombre d’animaux chez qui la tumeur régresse et qui, en d’autres termes, arrivent à se soigner eux-mêmes du cancer", ajoute-t-il.  

    Les experts constatent également que la population se stabilise à la faveur de changements de comportement des marsupiaux.  "Le rythme de déclin était grave et le risque d’extinction existait", raconte Chris Coupland, du sanctuaire Devils@Cradl. Ce refuge situé au nord de la Cradle Mountain, dans un parc national, se veut une sorte d’Arche qui aurait pour rôle de protéger une population de diables des risques de contamination. Il permet aussi aux visiteurs d’approcher un animal particulièrement difficile à voir à l’état naturel.  

    "Le risque (d’extinction) existe toujours", se reprend Chris Coupland, en jouant avec deux jeunes diables qu’il a élevés lui-même.  Mais il cite nombre d’évolutions encourageantes, comme par exemple le fait que les diables commencent à procréer plus jeunes et que les femelles sont parfois en chaleur plus d’une fois par an.  "Pour la première fois, nous avons eu de multiples chaleurs, et c’est de plus en plus courant", ajoute-t-il en jugeant ce phénomène probablement dû à la baisse de la densité de la population.  A l’en croire, la maturité sexuelle des diables arrive plus vite qu’avant. Cela est probablement lié au fait qu’en raison de la réduction de la population, la nourriture disponible est plus importante, ce qui permet aux jeunes d’atteindre plus vite le poids d’accouplement.   

    ShutterstockIl ne faut pas pour autant considérer l'espèce comme sauvée…

    Encourager la diversité génétique   

    "Ils semblent actuellement se reproduire à un an, alors que c’est normalement plutôt deux."  Autant de tendances qui aident au processus de stabilisation de la population.  L’homme aide également à la protection de l’espèce, en rassemblant les ADN de diables dans des bases de données qui permettent à certains centres spécialisés de sélectionner des spécimens pour la reproduction et d’encourager ainsi un maximum de diversité génétique.  

    Pour autant, il ne faut pas considérer l’espèce comme sauvée, observe M. Coupland.  Le risque d’extinction deviendrait réel si la population passait sous la barre des 10 000 individus. Les diables sont toujours officiellement classés comme "en danger" par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Le sort funeste qui fut le leur en Australie continentale doit servir à alerter sur la menace qui pèse sur le diable. L’animal y fut chassé par les peuples aborigènes et par les dingos.

    L’extinction du thylacine ou "tigre de Tasmanie" dans les années 1930 illustre également ces risques. Pour Rodrigo Hamede, la vitesse surprenante de l’adaptation des diables n’en constitue pas moins une raison d’être optimiste. Elle pourrait même ouvrir des pistes concernant le traitement des cancers chez l’homme.  L’adaptation se produit "toujours face aux maladies", dit-il. "Mais elle a lieu (normalement) à l’échelle de l’évolution, et non en six ou huit générations (12-16 ans). C’est une évolution incroyablement rapide."

    La rédaction vous conseille aussi :

    L'Australie veut tuer deux millions de chats errants

    Espèces en voie d'illumination


    Autres articles à lire

  • Nouveau record de longévité chez l’éléphant !

    Faune sauvageUne éléphante d'Asie en captivité est morte à l'âge canonique de 88 ans dans l'État indien du Kerala (sud), ont rapporté jeudi les propriétaires du pachyderme.

    07 Février 2019
  • Le loup, à l’encontre des idées reçues

    Faune sauvageJusqu’au dimanche 19 février, le zoo de Paris met le loup à l’honneur afin de faire découvrir aux visiteurs, dès leur plus jeune âge, l’environnement et le mode de vie de cet animal souffrant encore de sa mauvaise réputation.

    16 Février 2017
  • Le castor est de retour en Ile-de-France

    Faune sauvageLe rongeur aquatique, qui avait quasiment disparu en France au début du XXe siècle, poursuit sa reconquête du territoire: d’après les observations de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), une famille de castors d’Europe pourrait être identifiée fin août en Ile-de-France.

    29 Mai 2017
  • Des chercheurs réclament des « congés maternité » pour les éléphantes

    Faune sauvageLe travail des éléphants domestiques, représentant la moitié des 800 pachydermes du pays, s’intensifie au Laos : pour tenter de mieux les protéger et enrayer le déclin de l’espèce, des chercheurs demandent à ce que les femelles ne soient pas obligées de travailler pendant leur période de gestation.

    03 Novembre 2017
  • Le bœuf musqué, un survivant

    Faune sauvageS’il a côtoyé les mammouths et les tigres à dents de sabre, il est aujourd’hui l’un des rares grands mammifères (avec l’ours polaire) à survivre dans les zones glacées de l’Arctique. Mais le réchauffement qui sévit aujourd’hui sur notre planète pourrait avoir raison de sa résistance.

    18 Juillet 2016
  • Quand la technologie vient au secours des rhinocéros

    Faune sauvageTués pour leur corne, les rhinocéros sont la cible d’attaques de plus en plus féroces des braconniers. Si rien n’est fait pour leur protection, ils risquent de disparaître d’ici une dizaine d’années. Pour lutter contre ce phénomène, des dispositifs ultra-performants de surveillance sont mis en place dans les réserves.

    28 Septembre 2017
  • Un lièvre de Patagonie découvert dans l’Oise

    Faune sauvageUn lièvre de Patagonie a été capturé par les services de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage dans une zone industrielle du Val-d’Oise. Probablement échappé de chez un particulier, il a été remis au zoo de Vincennes.

    13 Juin 2016
  • Pourquoi le cerf brame-t-il un peu plus tôt chaque année ?

    Faune sauvageHabituellement, la saison du brame du cerf démarre dans nos forêts à la mi-septembre. Mais depuis quelques années, l’appel du brame commence plus tôt. Eric Dion, gestionnaire du domaine de Saint-Benoît, à Rambouillet, nous explique pourquoi.

    13 Octobre 2018
  • Australie : le rat-kangourou mangeur de truffes risque l'extinction

    Faune sauvageUn marsupial australien amateur de truffes connu sous le sobriquet de 'rat-kangourou' a subi un déclin dramatique de ses populations et risque l'extinction si des mesures urgentes ne sont pas prises, a prévenu jeudi une ONG.

    06 Décembre 2018
  • À la découverte du brame du cerf

    Faune sauvageDe la mi-septembre à la mi-octobre, on peut entendre retentir, en forêt, une multitude de cris rauques et puissants : le brame du cerf, annonçant la période des amours.

    12 Septembre 2017
  • L’« extension rapide » du loup est-elle une bonne nouvelle ?

    Faune sauvageUn nouveau bilan de suivi de loup en France fait état d’une population d’environ 430 individus, soit 70 de plus qu’en 2017. Une nouvelle encourageante pour le loup, qui va cependant devoir faire face à une augmentation des tirs…

    27 Juin 2018
  • Un nouveau cas de mutilation de koala en Australie

    Faune sauvageUn koala a été retrouvé vissé à un poteau dans un parc en Australie. Le fait divers révoltant succède à un précédent cas de mutilation, quelques mois plus tôt, sur un marsupial, dans un contexte alarmant pour la survie du koala en Australie.

    11 Janvier 2018
  • Var : un loup au « comportement agressif » abattu près d'un camping

    Faune sauvageUn loup « au comportement agressif » qui rôdait sur un camping à Bormes-les-Mimosas (dans le Var) a été abattu ce jeudi par la gendarmerie, a annoncé la préfecture du Var dans un communiqué.

    14 Février 2019
  • Réchauffement du climat : les animaux plus touchés qu'on ne le pensait

    Faune sauvageLes conséquences du dérèglement du climat sont encore plus inquiétantes que ce que les scientifiques ont envisagé jusqu’à présent, particulièrement pour les primates et les éléphants.

    15 Février 2017
  • Landes : les associations mobilisées pour les deux macaques survivants

    Faune sauvageEn majorité porteurs du virus de l’herpès B, 163 macaques de Java du parc de la Pinède des singes dans les Landes, aujourd’hui fermé, ont été euthanasiés en mai dernier. Deux singes du même groupe, jusque à présent en semi-liberté, viennent d’être capturés et testés pour savoir s’ils sont porteurs du virus. Les associations demandent à ce qu’ils soient placés dans un refuge adapté.

    09 Août 2017
  • Projet « Dulan » : le nouveau défi de l’association Kalaweit

    Faune sauvageLes équipes de l'association Kalaweit, fondée il y a 20 ans par Chanee, viennent de découvrir un petit bijou de biodiversité sur l'île de Bornéo. Seul problème, ces 1 500 hectares de forêts sont encerclés par des compagnies de charbon et d'huile de palme…

    17 Décembre 2018
  • De plus en plus de mammifères sont menacés de disparition en France

    Faune sauvageLe vison d'Europe, l'ours et le loup font partie des espèces présentes en France mais qui risquent de disparaître si rien n’est fait pour leur préservation, selon une mise à jour de la liste rouge de l’UICN, qui alerte sur une « aggravation de la situation ».

    16 Novembre 2017
  • Braconnage : des pandas roux revendus comme animaux de compagnie

    Faune sauvagePlusieurs ONG tirent la sonnette d’alarme face à une recrudescence de captures illégales de pandas roux en Asie pour en faire des animaux de compagnie, à cause de « leur image craquante ».

    09 Février 2018
  • Il était une fois, l'ours brun...

    Faune sauvageÀ la fois le géant des cavernes et la peluche préférée des enfants, l’ours brun inspire autant la crainte que l’amour. En France, il est même l’objet de toutes les passions et divise une population à propos de sa réintroduction sur une terre qui était la sienne autrefois…

    23 Janvier 2016
  • La justice refuse de suspendre l'abattage des bouquetins

    Faune sauvageLa demande de sursis des associations de protection animale n'a pas été entendue par le tribunal administratif de Grenoble.

    21 Octobre 2015