Le diable de Tasmanie : une résistance inespérée


  • Le diable de Tasmanie : une résistance inespéréePhoto : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    L’horizon de l’emblématique diable de Tasmanie est peut-être en train de s’éclaircir. Menacé d’extinction par une forme contagieuse de cancer, ce marsupial montre des signes d’adaptation qui sont autant d’espoirs pour la survie de cette espèce unique.  

    –Avec AFP–

    L’évolution se mesure normalement sur des millénaires. Mais c’est en quelques décennies seulement que des changements cruciaux ont été observés chez les diables des montagnes escarpées de cette île située au large de la côte Sud de l’Australie, face à Melbourne.

    Ce marsupial nocturne carnivore à la fourrure noire, connu pour dégager une forte odeur quand il stresse, est frappé depuis 1996 par une maladie, la tumeur faciale transmissible du Diable de Tasmanie (DFTD), fatale à presque 100% et qui a décimé 85% de sa population.

    ShutterstockLe cancer des diables de Tasmanie se transmet par morsure.

    Cette maladie est considérée comme un cancer contagieux – le cancer n’est normalement pas contagieux, sauf pour certains cas chez des espèces animales – qui se transmet via les morsures que s’infligent entre eux les diables (Sarcophilus harrisii), très agressifs et dotés de mâchoires puissantes, quand ils s’accouplent ou quand ils se battent.

    Les animaux meurent notamment de faim lorsque la tumeur atteint leur bouche, les empêchant de se nourrir. Mais des chercheurs ont constaté que le fougueux carnivore, dont la population actuelle serait de 15 000 à 18 000 individus, est en train de se défendre, puisque de premiers signes de réaction immunitaire ont été constatés. La maladie demeure presque toujours fatale, et les scientifiques étudient l’apparition d’une seconde souche éventuelle, mais la présence d’anticorps a pour la première fois été détectée chez des animaux. Et plus de deux douzaines de diables qui avaient développé ce cancer ont survécu.

    Le risque court toujours

    "Nous avons observé des animaux qui n’attrapent pas la maladie", explique Rodrigo Hamede, de l’Université de Tasmanie. Par ailleurs, "nous avons observé des animaux qui, même s’ils attrapent la maladie, survivent beaucoup plus longtemps".  Et "nous observons même un petit nombre d’animaux chez qui la tumeur régresse et qui, en d’autres termes, arrivent à se soigner eux-mêmes du cancer", ajoute-t-il.  

    Les experts constatent également que la population se stabilise à la faveur de changements de comportement des marsupiaux.  "Le rythme de déclin était grave et le risque d’extinction existait", raconte Chris Coupland, du sanctuaire Devils@Cradl. Ce refuge situé au nord de la Cradle Mountain, dans un parc national, se veut une sorte d’Arche qui aurait pour rôle de protéger une population de diables des risques de contamination. Il permet aussi aux visiteurs d’approcher un animal particulièrement difficile à voir à l’état naturel.  

    "Le risque (d’extinction) existe toujours", se reprend Chris Coupland, en jouant avec deux jeunes diables qu’il a élevés lui-même.  Mais il cite nombre d’évolutions encourageantes, comme par exemple le fait que les diables commencent à procréer plus jeunes et que les femelles sont parfois en chaleur plus d’une fois par an.  "Pour la première fois, nous avons eu de multiples chaleurs, et c’est de plus en plus courant", ajoute-t-il en jugeant ce phénomène probablement dû à la baisse de la densité de la population.  A l’en croire, la maturité sexuelle des diables arrive plus vite qu’avant. Cela est probablement lié au fait qu’en raison de la réduction de la population, la nourriture disponible est plus importante, ce qui permet aux jeunes d’atteindre plus vite le poids d’accouplement.   

    ShutterstockIl ne faut pas pour autant considérer l'espèce comme sauvée…

    Encourager la diversité génétique   

    "Ils semblent actuellement se reproduire à un an, alors que c’est normalement plutôt deux."  Autant de tendances qui aident au processus de stabilisation de la population.  L’homme aide également à la protection de l’espèce, en rassemblant les ADN de diables dans des bases de données qui permettent à certains centres spécialisés de sélectionner des spécimens pour la reproduction et d’encourager ainsi un maximum de diversité génétique.  

    Pour autant, il ne faut pas considérer l’espèce comme sauvée, observe M. Coupland.  Le risque d’extinction deviendrait réel si la population passait sous la barre des 10 000 individus. Les diables sont toujours officiellement classés comme "en danger" par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Le sort funeste qui fut le leur en Australie continentale doit servir à alerter sur la menace qui pèse sur le diable. L’animal y fut chassé par les peuples aborigènes et par les dingos.

    L’extinction du thylacine ou "tigre de Tasmanie" dans les années 1930 illustre également ces risques. Pour Rodrigo Hamede, la vitesse surprenante de l’adaptation des diables n’en constitue pas moins une raison d’être optimiste. Elle pourrait même ouvrir des pistes concernant le traitement des cancers chez l’homme.  L’adaptation se produit "toujours face aux maladies", dit-il. "Mais elle a lieu (normalement) à l’échelle de l’évolution, et non en six ou huit générations (12-16 ans). C’est une évolution incroyablement rapide."

    La rédaction vous conseille aussi :

    L'Australie veut tuer deux millions de chats errants

    Espèces en voie d'illumination


    Autres articles à lire

  • Loup : le quota d'autorisation d'abattage relevé à 51 bêtes

    Faune sauvageLes autorités françaises ont relevé le quota d'autorisations d'abattage de loups de 43 à 51 bêtes pour 2018, après la découverte d'un de ces animaux empoisonnés dans la Drôme, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

    23 Octobre 2018
  • La sexualité de nos animaux 43/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… le kamasutra.

    14 Mai 2016
  • Los Angeles : un selfie avec un jaguar tourne mal

    Faune sauvageUn jaguar ayant attaqué une femme qui avait franchi une barrière pour prendre un selfie avec l'animal ne sera pas euthanasié, a assuré le zoo dans lequel l'incident s'est produit ce week-end.

    12 Mars 2019
  • Dans l'intimité des suricates

    Faune sauvageEn plein cœur du désert du Kalahari, les photographes animaliers Marie-Luce Hubert et Jean-Louis Klein ont suivi un clan de suricates, ces petites mangoustes du désert. Ils nous font découvrir une tranche de vie de ces sentinelles à la vie sociale très riche…

    04 Août 2017
  • S’engager pour protéger les guépards de l’extinction

    Faune sauvageSelon une récente étude britannique, le guépard est devenu une espèce en danger. Consciente de cette menace, l’association Cheetah For Ever a mis en place dès 2015 un programme de surveillance pour limiter la mortalité des guépardeaux et protéger le félin.

    03 Janvier 2017
  • Une soigneuse a été tuée par un tigre dans un zoo en Espagne

    Faune sauvageUne soigneuse a été retrouvée morte samedi 2 juillet dans la cage d'un tigre du parc animalier où elle était employée. Aucune explication sur cette mort pour le moment.

    03 Juillet 2016
  • Un lièvre de Patagonie découvert dans l’Oise

    Faune sauvageUn lièvre de Patagonie a été capturé par les services de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage dans une zone industrielle du Val-d’Oise. Probablement échappé de chez un particulier, il a été remis au zoo de Vincennes.

    13 Juin 2016
  • Chanee, 'Monsieur gibbon'

    Faune sauvageL’ONG qu’il a créée est devenue le plus grand projet au monde de sauvegarde des gibbons. Aurélien Brulé, dit Chanee, fondateur de Kalaweit (« gibbon » en indonésien), se passionne depuis l’adolescence pour ces primates menacés. En 18 ans, cet Indonésien d’adoption a réussi à sauver de nombreux animaux mais aussi à faire avancer les mentalités. A l’occasion de son passage en France, nous l’avons rencontré.

    22 Septembre 2016
  • Présentation des derniers-nés au parc des félins

    Faune sauvageBagany, le lionceau, et Sayan, Lyuha et Neva, les trois bébés tigres, sont nés au parc des félins, à Nesles (77). Animaux-online a eu le privilège de les approcher et de les toucher rien qu’avec les yeux.

    18 Février 2016
  • Biodiversité : le Kilimandjaro dévoile ses secrets

    Faune sauvageServals, antilopes, léopards, singes… Des chercheurs allemands ont placé des caméras un peu partout sur le Kilimandjaro pendant deux semaines afin d’étudier les animaux qui s’y trouvent.

    22 Août 2019
  • Y aura-t-il de nouveaux ours dans les Pyrénées en 2018 ?

    Faune sauvageLe gouvernement étudierait un programme de renforcement de la population d’ours dans le Béarn, où la situation du plantigrade est critique. Face à l’urgence, les associations espèrent un lâcher d’au moins deux ourses dès cette année.

    14 Février 2018
  • De rares et superbes photos des léopards des neiges

    Faune sauvageEspèce menacée et difficile à observer, le léopard des neiges se dévoile devant les caméras de l’association Snow Leopard Trust qui œuvre à la préservation du félin.

    12 Janvier 2017
  • Pyrénées : les oursons de Sorita ont disparu...

    Faune sauvageL’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a perdu la trace des deux oursons de Sorita, l’une des deux ourses réintroduites en Béarn en octobre 2018. L’hypothèse avancée est la prédation des petits par un ours mâle.

    05 Juin 2019
  • La musaraigne-éléphant : un animal original et méconnu

    Faune sauvageLe parc Biotropica, en Normandie, s’est vu confier par le zoo de Rotterdam un couple de musaraignes-éléphants de Peters. Au total, seule une quinzaine d’individus peuvent être observés en Europe. Zoom sur cette espèce aussi intrigante qu’intéressante.

    22 Mai 2019
  • Face au tollé, Donald Trump suspend sa décision

    Faune sauvageLa décision du président américain de ré autoriser l’importation de trophées de chasse d’éléphants en provenance d’Afrique a mobilisé les associations de protection animales aux Etats-Unis et partout dans le monde, incitant Donald Trump à faire volte-face.

    20 Novembre 2017
  • Australie : réintroduction réussie pour le chat marsupial moucheté !

    Faune sauvageCette petite bouille ne ressemble à aucun animal de votre répertoire ? C’est normal, il vient d’Australie ! Alors qu'il a disparu depuis 60 ans, des personnes se sont battues pour le réintroduire, avec succès !

    04 Juin 2019
  • La sexualité de nos animaux 50/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… la ménopause.

    21 Mai 2016
  • Un « cerf miniature » disparu depuis 25 ans a été photographié

    Faune sauvageUn mystérieux petit ruminant d'Asie, que les scientifiques avaient perdu de vue depuis plus de 25 ans, a été photographié au Vietnam, rapporte une nouvelle étude publiée dans Nature Ecology & Evolution.

    13 Novembre 2019
  • Où écouter le brame du cerf ?

    Faune sauvageLa saison du brame va bientôt commencer. En choisissant un massif forestier réputé pour sa diversité en cervidés, vous avez toutes les chances d’assister à ce moment magique. Une paire de jumelles et beaucoup de discrétion sont primordiaux pour ne pas en rater une miette. Suivez le guide…

    24 Août 2016
  • Eléphants : le Botswana prend ses responsabilités

    Faune sauvageLe Botswana a reconnu publiquement la crise actuelle des éléphants. Sa position, courageuse et inédite, a été saluée par le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW). Une bonne nouvelle en cette journée mondiale des animaux.

    04 Octobre 2016