Quelle décision prendre face à son handicap ?


  • Quelle décision prendre face à son handicap ?Photo : Shutterstock/Kopelev
  • Chiens/ Santé

    Le grand âge, l'accident, la maladie… il en va des animaux comme des hommes: parfois, le handicap vient là où on ne l'attend pas. Pour le praticien, c'est le bien-être de l'animal qui doit guider le propriétaire dans sa décision quant à l'avenir de son compagnon…

    Le handicap chez l’animal nous renvoie toujours à l’image du très vieil animal
    impotent, voire paralysé, sans autonomie, pour lequel on imagine une certaine forme de souffrance, ressentie comme peu acceptable. Mais dans la réalité, ces situations sont moins caricaturales et nous amènent à nous interroger sur le bien-fondé de la poursuite ou non des traitements lorsque nos animaux arrivent en fin de vie et que leur mobilité ou fonctions sont amoindries.

    ÉVALUER SON NIVEAU DE BIEN-ÊTRE OU MAL-ÊTRE

    Si, pour le commun des mortels, le handicap est ce qui empêche l’individu, qu’il soit humain ou animal, de « vivre normalement », comme ses congénères en parfaite santé, comment sait-on si l’animal handicapé est en état de bien-être ou de malêtre ? Pour les vétérinaires comme pour les éthologues, le bien-être animal permet à tout individu d’exprimer les comportements propres de
    son espèce : c’est-à-dire manger, boire, se reposer, mais aussi explorer, chasser, avoir des activités sociales, etc. A priori, effectivement, le handicap placerait l’animal en état de malêtre puisque, paralysé, un chien ne peut pas explorer son environnement et encore moins chasser. 

    Toutefois, les handicaps variant d’un animal à l’autre, tous les besoins naturels qu’ils ne peuvent plus satisfaire n’ont pas la même valeur. Un chien âgé, atteint par exemple de cataracte, qui perd une partie de ses capacités visuelles lorsque la luminosité est faible, voit ses capacités diminuées. On peut donc dire qu’il est handicapé. Mais le champ de ses activités reste plus étendu que celui d’un animal paralysé ou d’un autre qui éprouve des difficultés à s’alimenter ou qui ressent trop de douleurs pour se reposer. Pour ces animaux-là, l’impossibilité de satisfaire des besoins fondamentaux, comme l’exploration, l’alimentation ou le repos, met en péril leur bien-être. 

    Si l’on s’en tient à ces descriptions du handicap, l’arthrose comme l’obésité sont à inclure dans la catégorie des handicaps, puisque ce sont des affections durables qui empêchent un individu d’accomplir les activités nécessaires à son bien-être. Chez les macaques, les individus souffrant de malformations des membres (comme des doigts de la main ou du pied manquants) ont moins d’interactions avec les membres de leur groupe, et le temps qu’ils consacrent à l’épouillage (un comportement social important) est fortement diminué. Chez certaines races de chiens, on pourrait même inclure dans la liste des handicaps une peau exagérément plissée, qui rend quasi inexistantes les expressions faciales pourtant nécessaires à leur intégration au sein d’un groupe de chiens. En effet, ils ne peuvent pas produire les mimiques faciales propres à leur espèce et perdent ainsi une partie de leur capacité de communication avec leurs congénères, ce qui augmente le risque d’apparition de conflits. Pourtant, ces chiens, sélectionnés sur un « hypertype » physique (c’est-à-dire l’exagération d’une particularité physique du standard de la race), émeuvent bien moins, sur le plan du handicap, qu’un chien amputé d’un membre, certainement parce que nous n’envisageons pas que « la supersélection » puisse nuire à la qualité de vie de l’animal ! Pour ces nombreuses races hypertypées, c’est l’humain qui crée, sélectionne et entretient ces handicaps. 

    Dans le cas de handicaps sévères, la question de la souffrance pour nos animaux de compagnie se pose immanquablement au moment de la décision thérapeutique. Par exemple, dans certains cas de fractures graves ou de tumeurs osseuses, on peut être amené à évoquer l’amputation de l’animal. Même si l’image est forte et choquante, plus de 95 % des chiens et 90 % des chats privés d’une patte retrouvent un confort de vie et une capacité locomotrice normale. Néanmoins, le handicap est réel puisqu’on constate des modifications comportementales chez un tiers des chiens
    amputés : agressivité, ou à l’inverse, plus grande docilité, anxiété, perte d’intérêt pour les congénères. 

    Les animaux paralysés des membres postérieurs nécessitent un réel investissement de la part de leurs maîtres. Même si il existe de nombreuses nuances. Par exemple certains chiens qui ne peuvent pas se lever seuls vont quand même arriver à se déplacer suffisamment pour faire leurs besoins « proprement » si on les aide à se relever. D’autres animaux, dont la moelle épinière est endommagée par une hernie discale ou une fracture vertébrale, ne peuvent plus du tout se déplacer et parfois même ne contrôlent plus leurs défécations et leurs mictions. C’est alors au maître d’assurer le maintien de ses fonctions vitales et de le nettoyer plusieurs fois par jour. La gestion d’un animal paralysé nécessite pour le maître entre 2 et 44 heures par semaine de soins ! Pour ces propriétaires, cela a un impact important sur leur emploi du temps, leur vie sociale… Leur ressenti émotionnel est alors à prendre en compte car ils doivent gérer souvent seuls cette situation qui devient une souffrance. 

    Alors jusqu’où est-il raisonnable d’emmener nos compagnons ? Il n’y a pas de réponse. Chaque cas est unique et c’est avant tout un ensemble de facteurs qui doivent amener le propriétaire et le vétérinaire à la meilleure réponse pour chaque individu. La communication entre le maître et le vétérinaire est un élément capital pour espérer la meilleure gestion d’une situation toujours difficile et stressante. Il faut prendre du temps pour évoquer toutes les options thérapeutiques et expliquer leurs modalités, avantages et inconvénients. Faut-il opérer ? Quelles sont les chances de réussite ? Faut-il des examens complémentaires pour améliorer notre vision globale et future du handicap ? Et si l’on ne fait rien ? Souffre-t-il ? Souffrira-t-il demain ?

    DANS LA PEAU DU MAÎTRE-SOIGNEUR

    En plus de ces informations scientifiques et des différentes possibilités qui en découlent, il faut évoquer le ressenti qu’a un maître face à la maladie de son animal. Par exemple, l’amputation (qui constitue un handicap mais de bon pronostic dans la majorité des cas) pourra soit être catégoriquement refusée, soit être considérée d’emblée comme la meilleure des options. Le passé de chaque propriétaire vis-à-vis de la maladie, du handicap et de la souffrance est un facteur qui influence fortement la perception du handicap chez l’animal et la prise des décisionss’y rapportant. Même le vécu du vétérinaire pourra influencer sa manière de présenter la chose : s’il a connu un ou plusieurs cas récents d’animaux qu’il a amputés et qui n’ont pas réussi à s’adapter au handicap, sans doute sera-t-il très nuancé dans sa présentation des bénéfices de cette même intervention.


    La solution idéale serait de pouvoir mesurer le ressenti de l’animal et ses émotions. Certains chiens paralysés qui se déplacent avec des chariots font preuve d’un réel enthousiasme ; il ne serait donc pas logique de cesser leurs soins. D’autant plus que la majorité des propriétaires en charge d’un animal handicapé déclarent que les soins qu’ils lui apportent ont été l’occasion d’améliorer la qualité de leur relation et par là même d’améliorer le bien-être de leur animal. A contrario, d’autres individus, souffrant d’un handicap théoriquement moins prononcé, se trouveront en situation de réelle souffrance et incapables de s’adapter. Pour eux, la poursuite des soins pourrait alors s’apparenter à de l’acharnement thérapeutique où l’on ne tiendrait pas compte de leur souffrance aussi bien physique que morale…


    Autres articles à lire

  • Alimentation et activité : s’adapter au transit du chien

    ChiensUn chien en bonne santé se soulage en moyenne 2 à 3 fois par jour. Et ce, quels que soient son âge, son sexe, son poids, sa race, le nombre de sorties quotidiennes et de repas qu’il fait par jour ! Si votre chien a un transit trop rapide ou trop lent, son alimentation et son programme d’activité physique sont peut-être à revoir...

    14 Juin 2019
  • Comment gérer le diabète de mon chien ou de mon chat ?

    ChiensComme on le fait déjà pour l’homme, il est possible pour un maître d’améliorer l’état de son chien ou de son chat diabétique. À condition de faire preuve de régularité et de rigueur…

    03 Novembre 2018
  • Canicule : certains chiens souffrent plus que d’autres

    ChiensEn période de canicule, des chiens sont plus sensibles que d’autres aux fortes températures. Il faut donc redoubler de vigilance pour éviter des complications médicales.

    08 Août 2018
  • Une journée pour lutter contre la rage

    ChiensCe samedi 28 septembre, c’est la Journée mondiale contre la rage. Si, dans notre pays, les rares cas de rage répertoriés ont toujours concerné des animaux (chiens, pour la plupart) introduits de manière illégale sur notre territoire et contaminés dans leur pays d’origine, il est utile de faire vacciner les siens contre cette maladie mortelle.

    28 Septembre 2019
  • Les bobos du bord mer

    ChiensTrop chaud, trop sec, trop irritant… En été, ce n’est pas parce que la météo va, que tout va ! Et le bord de mer, avec son sable chaud et ses rochers, recèle quelques surprises. Voici 7 situations problématiques et 7 conseils pour préserver votre chien.

    05 Décembre 2015
  • 5 risques pour les chiens en promenade l’été

    ChiensTiques, chenilles et moustiques ne sont pas sans danger pour votre chien à l’arrivée de la période estivale. Voici les principaux risques à identifier et nos conseils vétérinaires pour profiter du grand air avec lui tout en veillant à sa santé.

    16 Juin 2017
  • Le sport à domicile en hiver

    ChiensSi rien ne vaut une balade en plein air, un froid polaire peut dissuader les plus courageux de nos chiens de mettre le nez dehors. L’occasion de tester les sports d’intérieur…

    26 Décembre 2018
  • Vaccins : mieux vaut prévenir que guérir

    ChiensUn vaccin n’a d’intérêt que s’il permet à votre animal d’échapper à une maladie infectieuse à laquelle il est exposé. Les risques évoluant en fonction de divers critères, le vétérinaire reste le meilleur interlocuteur pour décider, avec vous, de la stratégie la plus efficace.

    20 Décembre 2015
  • Promener son chien, c’est bon pour la sécurité – et la santé !

    ChiensD’après une enquête menée en Australie et aux Etats-Unis, sortir avec un chien procure un sentiment de sécurité aux maîtres. Grâce à leur compagnon, ceux-ci pratiquent aussi davantage de sport que leurs voisins sans toutou.

    18 Octobre 2016
  • Mon animal maigrit, est-ce une bonne nouvelle ?

    ChiensOn parle souvent de l’obésité qui menace la santé de nos animaux de compagnie, si bien que l’on peut se réjouir de la perte de poids d’un chat ou d’un chien trop gros, Mais, si celle-ci se produit sans qu’un régime en soit la cause, ce n’est pas forcément bon signe…

    18 Novembre 2018
  • Les vétos de la Lekkarod au service d’athlètes à quatre pattes

    ChiensLa troisième édition de la Lekkarod, course internationale de chiens de traîneau, s’est déroulée du 14 au 22 mars en Savoie. Une équipe de 11 vétérinaires bénévoles a assuré le suivi quotidien des sportifs canins, dont le respect et le bien-être sont au cœur de la philosophie de l’événement.

    23 Mars 2018
  • Covid-19 : quels actes vétérinaires sont assurés en confinement ?

    ChiensRappel de vaccins, accident, diarrhée, fièvre… nos animaux continuent à avoir besoin de soins en période d’épidémie et de confinement. Afin d’aider les vétérinaires, l’Ordre national des vétérinaires a communiqué aux praticiens une liste non-exhaustive des activités et soins vétérinaires qui peuvent être différés et ceux qui ne le peuvent pas.

    18 Mars 2020
  • Comment protéger son animal de la pollution ?

    ChiensSi l’on a beaucoup parlé ces derniers jours des problèmes de santé que la pollution peut engendrer sur les humains, on a tendance à oublier que nos animaux de compagnie sont aussi affectés, parfois sévèrement.

    12 Décembre 2016
  • Mon chien est malade en voiture, que faire ?

    ChiensPlus d’un chien sur six manifeste des symptômes d’inconfort pendant les voyages en voiture. Ces manifestations prennent parfois de telles proportions que les propriétaires hésitent à emmener leur chien avec eux alors qu’ils le désireraient. Que faire pour éviter d’en arriver la ?

    17 Juillet 2019
  • Poils gris ou blancs : un phénomène pas toujours lié à l’âge

    ChiensChez le Chien comme chez l’Homme, les poils grisonnent ou blanchissent avec l’âge mais ce phénomène peut aussi se produire chez des individus jeunes.

    26 Août 2018
  • Combien de fois par an vermifugez-vous votre animal ?

    ChiensLe vermifuger. Quand ? Combien de fois par an ? Animaux-online vous prodigue ses conseils.

    25 Novembre 2015
  • Canicule : attention au coup de chaud chez le chien

    ChiensAlors que la vague de chaleur s’installe en France, voici quelques conseils toujours utiles à rappeler pour protéger votre chien des températures élevées.

    21 Juin 2017
  • Attention, les chenilles processionnaires sont de retour

    ChiensAlors que le printemps s’annonce timidement, les chenilles processionnaires ont déjà entamé la descente des pins pour s’enfouir dans le sol : une période à risque pour les hommes comme pour les animaux, confrontés aux redoutables poils urticants de cet insecte.

    20 Mars 2018
  • Comment contrôler son taux de sucre dans ses urines ?

    ChiensC’est votre vétérinaire qui contrôle le diabète de votre chien, grâce à des prises de sang régulières. Mais pour des raisons pratiques, il peut être amené à vous demander de le faire. Animaux-online vous donne les étapes à suivre.

    22 Janvier 2016
  • Surveiller un chien diabétique

    ChiensUn diabète mal équilibré est une source de problèmes, un peu comme si votre animal subissait un vieillissement accéléré au niveau de ses artères, de ses reins, de ses yeux, sans compter un risque accru de cancer. Il faut donc le surveiller de près !

    15 Décembre 2015