Médiation animale : une pratique complexe en pleine expansion


  • Médiation animale : une pratique complexe en pleine expansionPhoto : Shutterstock
  • Vivre ensemble/ Zoothérapie

    Vous avez certainement dû voir ces images de chevaux en maison de retraite, ou de chiens aux chevets de personnes malades ? Il s’agit de médiation animale dans un cadre de santé. Pourquoi utiliser un animal ? Qu’est-ce qu’il apporte ? Qui pratique ces médiations ? Voici un tour d’horizon de cette pratique aux multiples vertus.

    " C’est vrai que le grand public est en train de découvrir les activités qui associent des animaux, notamment à travers les maisons de retraite. En fait, c’est assez ancien, ça s’est formalisé dans les années 50-60 ", raconte Boris Albrecht directeur de la Fondation Adrienne et Pierre Sommer qui a déjà soutenu plus de 700 projets de médiation depuis plus de 15 ans sur l’ensemble du territoire. Concernant le terme de "médiation animale", il existe depuis 2008. "Il a été choisi car, contrairement à "zoothérapie" ou "équithérapie", il est neutre et inclusif ce qui fait que n’importe qui peut s’inclure dans cette définition", explique-t-il. Pour Boris Albrecht la différence avec les années soixantes, c’est qu’aujourd’hui ces pratiques sont prises au sérieux.  Pour preuve, la profession "d’équicien" a été inscrite au répertoire des métiers en 2014. "Au niveau du chien, il n’y a pas encore de formation reconnue, cela devrait venir d’ici quelques années ou quelques mois", précise le directeur de la Fondation Sommer. Selon lui, il est désormais nécessaire de délimiter les champs de compétences, éclaircir les rôles et les fonctions d’acteurs capables d’intervenir auprès des populations confrontées à des handicaps sociaux, physiques, sensoriels ou psychiques.

    Faire tomber les dernières barrières

    Même si la médiation animale commence à s’installer dans le paysage des soins, du chemin reste à parcourir. En effet, quelles que soient les pratiques, un responsable d’établissement est le seul habilité à accepter ou refuser la médiation animale. Isabelle de Tournemire, fondatrice de l’association de chiens visiteurs Parole de chien, rencontre les principaux blocages à son activité plus particulièrement dans les hôpitaux et les établissements pour enfants, qui ont des normes très strictes et des craintes récurrentes sur l’hygiène et la sécurité. "En revanche, au niveau des EHPAD, c’est très facile d’aller vers les personnes âgées car tout le monde s’en moque. La société a peu de considération à leur égard et c’est bien dommage, car nous avons beaucoup de choses à apprendre d’elles", déplore-t-elle.

    Shutterstock

    " Sans être devenue banale, la présence animale dans les établissements des secteurs sociaux et médico-sociaux se généralise rapidement. Les maisons de retraite spectaculairement, les hôpitaux de plus en plus souvent, voient cohabiter leurs pensionnaires avec des chiens ou des chevaux parfaitement intégrés aux pratiques quotidiennes des professionnels des secteurs concernés. Des mini-fermes se créent au cœur des structures et des centres équestres s’ouvrent à des publics nouveaux ", évoque avec entrain Boris Albrecht.

    Qui pratique la médiation animale ?

    Si l’animal est le médiateur, sans une compétence humaine derrière, quelle qu’elle soit, il ne peut rien faire. Un orthophoniste, un moniteur éducateur, un psychologue, un éthologue, une psychomotricienne… Autant que le choix de l’animal, la profession initiale de l’intervenant est déterminante dans le soin apporté au bénéficiaire. En fonction de ça, les objectifs de la médiation animale seront complètement différents :

    • Développer ou restaurer les fonctions cognitives et psychomotrices
    • Améliorer ou restaurer l’estime de soi
    • Stimuler la sensorialité
    • Prendre du plaisir à être et agir avec l’animal
    • Mettre en place une dynamique relationnelle importante
    • Réduire l’anxiété, l’agressivité, les troubles du comportement…
    • Améliorer les capacités de vigilance
    • Diminuer la fatigabilité (Les cahiers de la Fondation Adrienne et Pierre Sommer)

    Dans une certaine mesure, la médiation animale peut également permettre de diminuer les soins médicamenteux, notamment pour l’anxiété. C’est le cas par exemple du projet de Flora Mannigel (voir notre article sur la Fondation Affinity), psychomotricienne dans deux EHPAD du Périgord, qui travaille avec son chien sur des personnes âgées atteintes d’Alzheimer ou de démences apparentées. Enfin, un but commun réunit tous les acteurs de la médiation animale : le bien-être des patients comme des animaux.

    La médiation animale est-elle une thérapie ?

    Concernant ce point-ci, les avis semblent légèrement diverger. " Le terme de thérapie est de moins en moins utilisé. Les médecins, infirmières ou psychomotriciennes proposent une activité avec l’animal, à vocation thérapeutique, mais ils ne parlent jamais de thérapie pur jus. Le soignant va se dire " je vais essayer le théâtre, l’acupuncture, les médicaments, la médiation animale…" Et parmi une de ces propositions, il y en a peut-être une qui va fonctionner mieux qu’une autre ", explique Boris Albretch.

    Pour Isabelle de Tournemire, l’activité de chien visiteur n’a rien à voir avec la thérapie. Les bénévoles se rendent tous les 15 jours dans un EHPAD, ou un hôpital gériatrique proche de chez eux. Ils visitent 5 à 6 résidents, toujours les mêmes afin qu’un lien se crée entre les personnes et leur chien. Dans les animations collectives, un petit groupe de résidents se réunit autour d’un bénévole et son chien afin de participer à des activités qui stimulent la mobilité, les sens, la mémoire et l’expression. «"Mais en aucun cas ce qu’on fait ne se rapporte à de la thérapie ", insiste la fondatrice de Parole de Chien. " Aujourd’hui il y a de plus en plus de structures professionnelles, avec des éthologues, des psychomotriciens, des spécialistes de la médiation animales, etc., qui ont un objectif thérapeutique. Il y a de la place pour tout le monde. Nos chiens sont là pour apporter de la chaleur, des câlins, de l’affection, mais c’est aussi très bien que la médiation animale cohabite avec des activités à visée thérapeutique ".

    A lire aussi :  Les Français convaincus que les animaux les aident à guérir

    Entre ces deux points de vue, la psychomotricienne Flora Mannigel estime que la médiation animale fait partie de la thérapie non-médicamenteuse. " Le chien vient vraiment en support de certains traitements. C’est mon métier de psychomotricienne qui me permet de faire de la thérapie, ça n’a rien à voir avec les chiens visiteurs. On ne fait pas le même travail, mais ce sont des pratiques complémentaires ".

    Qui sont ces animaux ? Il y a deux grandes familles d’animaux utilisés dans la médiation animale : les chiens et les chevaux (respectivement 60 et 40%). Ensuite, il y a les ânes et les animaux de ferme. Les lapins, cochons d’Inde ou hamsters accompagnent souvent une activité avec un chien et sont rarement utilisés seuls. Le cavalier King Charles, ou le cocker, sont des races répandues en maison de retraite, car on peut les poser sur une table pour qu’ils soient à hauteur de patients qui ne peuvent plus se baisser. Les golden retriever et les labradors sont également des races plus communes.

    Pourquoi utiliser l’animal comme médiateur ?

    Tous les acteurs de la médiation animale se rejoignent sur ce point : les animaux ne jugent pas. " La principale difficulté d’un autiste est la communication, ce qui peut biaiser l’attitude des soignants. Or, un animal n’a aucun a priori et son comportement sera le même quel que soit le sujet en face de lui. Cette communication non-verbale permet d’atténuer le réflexe de protection manifesté envers un étranger ", explique la Fondation Sommer. Cela s’observe également chez les personnes âgées. " Ils ont souvent une mauvaise estime d’eux-mêmes. Or, nos chiens iront voir aussi bien un top-modèle, qu’une personne âgée ", explique Isabelle de Tournemire.

    Floral Mannigel ajoute que les animaux utilisés dans la médiation sont des êtres familiers et vivants. " C’est avant tout un excellent support de communication qui permet de libérer la parole du patient et crée du relationnel. Ils ne jugent pas et désamorcent même certaines situations ". La psychomotricienne relate le cas d’un résident très agressif avec l’une de ses collègues. « Je suis allée le voir avec Niobé, mon cocker, et en cinq minutes, c’était réglé. Niobé l’a tout de suite apaisé ".

    Autre exemple, au CHU de Nîmes, les personnes âgées hospitalisées pour dépression se rendent tous les mardis au domaine équestre de Maruejols pour des séances de médiation équine. Cela permet de nouer des liens, favoriser les conversations, créer des amitiés, etc.

    Le bien-être des animaux est-il respecté ?

    Boris Albrecht reconnaît que la question du bien-être animal n’a pas encore été réellement traitée. " Les lapins sont cardiaques, les rongeurs qui vivent la nuit, travaillent le jour… Tout ça pose la question du bien-être animal. Si on est maltraitant avec un animal, on va être maltraitant avec l’humain. Parfois, la maltraitance est totalement involontaire par manque de connaissances ". D’où l’importance, selon lui, de créer un cadre légal à la médiation animale. " Il faut que des spécialistes de l’animal - vétérinaire, éthologue, éducateur canin- puissent aider et accompagner ".

    Du côté de Parole de Chien, des précautions sont toutefois prises lors du recrutement du binôme. Ce dernier est reçu par un comportementaliste pour savoir si l’animal est apte à devenir un chien visiteur. Ensuite, la formation dispensée au maître l’informe des modalités d’hygiène et de sécurité, mais elle lui permet aussi de cerner les aptitudes de son animal afin de les développer. " Par exemple, il faut que le maître apprenne à reconnaître les signaux que lui envoie son chien (situation d’inconfort ou de stress), afin d’y répondre et de s’adapter ". Isabelle de Tournemire précise qu’un suivi et des évaluations sont mis en place afin de vérifier que tout se passe bien. " Chaque visite est très calibrée chez nous, avec des temps bien précis et des pauses à mi-parcours pour le chien. J’insiste énormément sur le cadre de ces visites, sinon on peut vite griller un chien ".

    Pour plus d’informations, lire notre article « les chiens aiment-ils le travail ? »


    Autres articles à lire

  • Les Français convaincus que les animaux les aident à guérir

    Vivre ensembleIls nous guérissent. Qui ? Nos animaux de compagnie, bien sûr. L'institut de sondage Opinionway révèle que la majorité des Français sont convaincus que la présence d'un animal dans l'accompagnement d'une thérapie apporte des bienfaits.

    11 Février 2016
  • Cécile Gilbert-Kawano : la pédagogie par le cheval

    Vivre ensembleParce qu’il ne parle pas, le cheval utilise le langage du corps. Par ses gestes, il transmet ses émotions. Pour Cécile Gilbert-Kawano, cette intelligence émotionnelle fait de l’équidé un thérapeute hors pair pour nous apprendre à gérer nos émotions. Elle animera un atelier à l'Université d'été qui se tient au château de la Bourbansais du 24 au 26 août.

    20 Août 2018
  • Coup de pouce pour les projets de médiation animale

    Vivre ensembleLa Fondation Adrienne et Pierre Sommer renouvelle cette année son soutien à des professionnels qui veulent développer des projets de médiation animale. Si vous êtes concernés, vous pouvez déposer vos dossiers de candidatures sur fondation-apsommer.org avant le 1er mars.

    14 Janvier 2016
  • Aux États-Unis, les vols avec animaux seront mieux encadrés

    Vivre ensemblePlusieurs compagnies aériennes, aux États-Unis, où il est autorisé de prendre l’avion avec son animal s’il est considéré comme un « soutien émotionnel », ont décidé de mieux encadrer cette pratique pour éviter les dérives.

    02 Février 2018
  • Pic du Lion : Des chiens guides d’aveugles au sommet

    Vivre ensembleSix chiens guides d’aveugles accompagnés de leurs maîtres ont gravi le pic du Lion, dans les Pyrénées, samedi 19 mars. Une opération incroyable menée par l’Association chiens guides d’aveugles grand sud.

    22 Mars 2016
  • A la recherche des animaux soigneurs

    Vivre ensemble#AnimauxSoigneurs, c’est par ce hastag que la Fondation Affinity a lancé officiellement son appel à projets en France, le 15 janvier dernier. Le but ? Recenser toutes les propositions de programmes où les chats et les chiens viennent au secours de personnes vulnérables ou malades et aider trois d’entre eux à l’issue d’une sélection.

    18 Janvier 2018
  • Immersion dans un atelier de médiation animale pour enfants

    Vivre ensemble[VIDEO] Animaux-Online est parti à la rencontre des équipes de l’association Les Animaliens, à Calais, qui organise des ateliers de médiation animale pour enfants. Le chien est ici un allié de choix pour ces enfants scolarisés en milieu ordinaire, mais souffrant d’un handicap léger à modéré.

    12 Janvier 2019
  • Des chiens anges gardiens des diabétiques

    Vivre ensembleLe 27 juin, trois chiens d’assistance ont été remis à de jeunes diabétiques. Formés par Acadia, la première école française de chiens d’assistance pour diabétiques, ils peuvent détecter une hypoglycémie et donner l’alerte avant que le coma survienne. Une prise en charge non invasive complémentaire au traitement thérapeutique traditionnel.

    02 Juillet 2018
  • Une fondation pour valoriser la relation homme-animal

    Vivre ensembleSpécialiste de la nutrition animale, l’entreprise Affinity Petcare décline sa Fondation « Affinity » en France. Son objectif ? Soutenir la recherche sur le lien qui existe entre l’homme et l’animal et valoriser des projets de médiation animale.

    14 Juin 2017
  • La belle vie d’Oscar, chien d’Ehpad

    Vivre ensembleOscar a été adopté en mars 2018 par la résidence mutualiste de Pézilla-la-Rivière, près de Perpignan. Auprès des résidents, comme du personnel, il a trouvé « des » maîtres aux petits soins pour lui. En retour, il prouve que l’animal est une source inépuisable de bienfaits pour les personnes âgées ou isolées…

    25 Mars 2019
  • Des futurs chiens visiteurs en classe

    Vivre ensembleLes futurs visiteurs canins de l'association Parole de chien ont passé un week-end studieux avec leurs maîtres, du côté de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). A la maison de retraite Les Abondances, ils ont participé à des simulations de visites auprès de personnes âgées, isolées, fragiles, et aimants les chiens, en prévision de leur mission prochaine.

    21 Mars 2016
  • Témoignage : j’ai fait de mon chien un chien visiteur

    Vivre ensemblePhilippe et son cocker, Litchi, ont décidé d’offrir un peu de leur temps aux personnes âgées avec l’association Parole de Chien. Il nous raconte son expérience.

    22 Novembre 2018
  • Les animaux donnent un sens à la vie des séniors

    Vivre ensembleUn récent sondage réalisé par Ipsos sur une population de séniors américains possesseurs d'animaux de compagnie a révélé que si ces derniers donnaient un sens à leur vie, ils pouvaient représenter des contraintes dans certaines situations. Explications…

    18 Mai 2019
  • Où voir des dinosaures en France ?

    Vivre ensembleLes vacances, c'est le temps des découvertes. Aller voir les animaux en fait partie. Mais savez-vous que vous pouvez aller à la rencontre d'animaux disparus ? Et depuis bien longtemps comme c'est le cas pour les dinosaures. Animaux-online a répertorié quelques sites incontournables pour vivre Jurassic Parc en famille…

    06 Août 2018
  • Les Britanniques inquiets de l’importation de maladies canines

    Vivre ensembleDepuis la fin de la quarantaine prononcée en février 2000, les chats et les chiens de compagnie peuvent entrer librement sur le territoire britannique. La communauté vétérinaire s'inquiète du risque de contamination que ces échanges représentent pour les animaux insulaires.

    22 Avril 2016
  • Gloria, des Kids United, dans 30 Millions d'amis

    Vivre ensembleElle a ouvert les portes de sa ménagerie personnelle à la rédaction de 30 Millions d'amis.

    28 Novembre 2016
  • Le tour de Corse à la rame pour payer un chien d’as

    Vivre ensembleLe tour de Corse en kayak de mer de Clément et Mathieu Schaff leur a permis de récolter plus de 5000 € pour Handi chiens (handichiens.org). Soit près de la moitié du budget nécessaire au financement de la formation d’un guide canin qui s’élève à 13 500 €. Les chiens d’assistance de l’association sont remis à des handicapés pour leur prêter main-forte au quotidien.

    10 Septembre 2015
  • Les intervenants de Pet Revolution : AVA et la fin de vie des animaux

    Vivre ensembleCes moments difficiles de la vieillesse et de la fin de vie de nos animaux est l’un des sujets abordés par le séminaire « Pet Revolution, L’Animal en Marche » les 30 septembre et 1er octobre prochains. Maud Lefèvre, responsable des soigneurs au refuge AVA, présente en avant-première pour Animaux-Online son travail et les principales interrogations autour du « bien mourir ».

    20 Juillet 2017
  • Université d'été de l'animal 2017 : Christine Rollard

    Vivre ensembleChristine Rollard est enseignante-chercheuse et arachnologue au Muséum national d’histoire naturelle. Elle animera une conférence à l’Université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août prochains, intitulée « Approche soyeuse sur les capacités des 'aragnes' ». Rencontre.

    06 Juillet 2017
  • Beau succès sur internet d’une chanson hommage à l’ourse Cannelle

    Vivre ensembleLe chanteur Damien Kalune a réalisé une chanson dénonçant la disparition de l’ourse Cannelle tuée par un chasseur en 2004. Le clip a été visionné près de 300 000 fois sur les réseaux sociaux. L’artiste se confie pour Animaux-Online sur son engagement pour la préservation de la biodiversité et le respect du vivant.

    16 Janvier 2018