Maltraitance animale : un abattoir de l'Indre provisoirement fermé


  • Maltraitance animale : un abattoir de l'Indre provisoirement ferméPhoto : Shutterstock
  • Protection/ Elevage

    Grâce aux images tournées par l'association L214 dans l’abattoir communal du Boischaut, dans l’Indre, le ministre de l’Agriculture a ordonné sa fermeture provisoire.

    Avec AFP

    Le préfet de l'Indre a ordonné, samedi, la suspension provisoire et immédiate de l'activité d'un abattoir du département, à la demande du ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, qui a dénoncé dans un communiqué les "pratiques inacceptables" de l'établissement. Cette décision suit la diffusion par l'association L214 de vidéos montrant des actes de maltraitance d'animaux au sein de l'abattoir communal du Boischaut. Des "actes intolérables" selon le ministre, qui a également mandaté la Brigade nationale d'enquêtes vétérinaires et phytosanitaires pour diligenter une enquête administrative.

    L’abattoir du Boischaut est un abattoir public de 17 salariés géré par la communauté de communes de La Châtre et Sainte-Sévère dans l’Indre. On y abat chaque année 17 000 animaux de différentes espèces : bovins, caprins, ovins et cochons. L’établissement est habilité à abattre des animaux issus de la filière bio.

    Ces images ont été tournées fin août et début septembre 2018. Elles dévoilent de nombreuses violations de la loi concernant la mise à mort des animaux et les règles d’hygiène. Pourtant, cet abattoir avait déjà écopé, en 2016, d’un rapport accablant des services vétérinaires, identifiant des non-conformités majeures toujours présentes deux ans plus tard… "Même avec des contrôles, il n’y a aucune action qui est faite derrière car tant qu’il n’y a pas d’images qui sortent, ils continuent. Et l’abattoir du Boischaut n’est pas un cas isolé ! Le problème est qu’il n’existe pas de système de contrôle, de suivi et de sanction, efficace", explique Brigitte Gothière, cofondatrice et porte-parole de l'association L214.

    Sur les vidéos, il est possible de voir des animaux suspendus par une patte puis saignés alors qu’ils sont pleinement conscients. Il n’y a aucun contrôle de la sensibilité après l’utilisation du matador (pistolet à tige perforante) censé étourdir les animaux. On voit un chevreau tenter de s’enfuir à plusieurs reprises, malmené puis saigné sans avoir bénéficié d’un "étourdissement" efficace, le tout suivi d’autres scènes d’actes inqualifiables. Par ailleurs, l’employé ne porte aucun équipement professionnel : il est vêtu d'un simple tee-shirt, il pose son couteau par terre entre deux saignées et laisse les corps dans le sang et les excréments, etc.

    L21
    Capture d'écran de la vidéo de l'association L214 dans l'abattoir certifié bio du Boischaut

    Vers des sanctions plus dissuasives

    Ces révélations arrivent juste après une petite victoire remportée par l’Association L214 concernant l’abattoir de Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques). Les juges ont mis l'accent sur la responsabilité majeure de l'abattoir et de son ancien directeur, Gérard Clemente, condamnés respectivement à une amende de 10 000 € et à 6 mois de prison avec sursis pour le délit de "tromperie sur la qualité des produits". Les 4 autres employés ont quant à eux été condamnés à des amendes allant de 80 € à 520 € pour maltraitance "sans nécessité". Le montant maximal de ces contraventions de catégorie 4 (750 €) n’a donc même pas été atteint. Malheureusement, ces sanctions restent peu dissuasives pour les abattoirs.

    "Malgré tout, on peut se réjouir qu'il y ait eu un procès car, aujourd'hui, nous avons des infractions concernant 3 abattoirs qui ont été classées sans suite, ce qui montre qu'il y a encore une frilosité à les condamner", explique Brigitte Gothière. Selon l’association, il n’y a pas de recette miracle : il faut "renforcer  les contrôles dans les abattoirs (contrôle vidéo obligatoire, surveillance continue des postes d’abattage, publication des rapports…) et supprimer les pratiques les plus cruelles (abattage sans étourdissement, suspension des animaux encore conscients, étourdissement au CO2…)".  Par ailleurs, il n’existe aucune formation pour les employés. "Il n’y a pas d’"école des abattoirs" car personne ne veut faire ce métier. C’est pré-révélateur de notre relation à la viande : nous sommes d’accord pour en manger, mais nous ne voulons pas tuer les animaux", constate Brigitte Gothière. Espérons que, dans ce cas-ci, il y ait également un procès et que des mesures plus importantes soient mises en place.

    À lire aussi :

    Intrusion dans un abattoir : 4 militants et un photographe condamnés

    1 million de signatures pour mettre fin à l’élevage en cage


    Autres articles à lire

  • Lapin : des acteurs de la filière vont lancer des élevages sans cage

    ProtectionLes principaux acteurs de la filière de la viande de lapin vont lancer des élevages responsables, sans cage, dont les produits seront en vente dans la grande distribution début 2020, ont-ils annoncé mercredi lors d'une conférence de presse.

    06 Juin 2019
  • Haute-Loire : sauvetage de l’extrême pour des milliers de rongeurs

    ProtectionDes associations se sont engagées dans une course contre la montre pour tenter de sauver plusieurs milliers de rongeurs à l'abandon dans un élevage industriel de Lapte (Haute-Loire), à la suite d’une fermeture brutale.

    07 Janvier 2019
  • L’Europe veut bannir l’élevage des lapins en cages

    ProtectionMardi 14 mars, les eurodéputés ont adopté une résolution invitant les éleveurs de lapins à revoir les normes de leur élevage afin d’améliorer le bien-être des quelque 340 millions de lapins qui vivent reclus dans des cages minuscules en Europe.

    15 Mars 2017
  • Vidéosurveillance : Olivier Falorni remonte au créneau

    ProtectionA l’initiative de la commission d’enquête parlementaire qu’il a présidée, le député de la Charente-Maritime, Olivier Falorni, présente, jeudi 12 janvier, sa proposition de loi relative au respect de l’animal en abattoir. Il répond aux questions d’Animaux-online et du magazine 30 Millions d’amis et entend bien défendre ses propositions jusqu’au bout pour mettre un terme aux souffrances des bêtes dans les abattoirs dénoncées, l’an dernier, dans des vidéos choc rendues publiques par l’association L214…

    11 Janvier 2017
  • Stop aux cages : une pétition pour interdire les poules en batterie

    ProtectionL’animateur de télévision Stéphane Bern présente une nouvelle vidéo choc de L214, tournée dans un élevage de poules en cage, en Bretagne. Une pétition en ligne a été créée pour demander au gouvernement une loi interdisant ce type de pratique, provoquant « d’intolérables souffrances » chez les animaux.

    11 Décembre 2017
  • Abattoir : vers un délit de maltraitance à animaux

    ProtectionCe mardi 5 avril, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a révélé les 20 mesures du plan du gouvernement pour le bien-être animal. Ce plan fait suite aux images choquantes tournées dans un troisième abattoir français montrant des maltraitances envers les animaux de boucherie.

    05 Avril 2016
  • L214 sur le banc des accusés

    ProtectionLe procès de deux membres de L214, dont son cofondateur Sébastien Arsac, qui devait se dérouler ce lundi a été reporté à la rentrée. Les deux activistes seront jugés pour avoir tourné clandestinement en 2016 des images dans l'abattoir de Houdan.

    12 Juin 2017
  • L214 dénonce de graves dérives dans un élevage de poules

    ProtectionLes lanceurs d’alerte de L214 pointent du doigt, à travers une nouvelle vidéo choc, un élevage de poules en batterie en Vendée, fournissant, selon l’association, le groupe Panzani.

    30 Mai 2017
  • Brigitte Bardot adresse une lettre au ministre de l'Agriculture

    ProtectionBrigitte Bardot, présidente de la fondation éponyme, adresse une lettre à Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture qu'elle appelle ''ministre de la Souffrance''. Une supplique suite aux deux nouvelles vidéos tournées par L214 dans deux abattoirs du sud de la France.

    29 Juin 2016
  • Maltraitance : la souffrance des chèvres dans l’industrie du mohair

    ProtectionUne enquête réalisée par Peta Asia révèle de graves cas de souffrance animale dans l’industrie du mohair, en Afrique du Sud, incitant plusieurs marques d’habillement, dont H&M, Gap et Zara, à cesser leur approvisionnement en laine de mohair.

    03 Mai 2018
  • Bruxelles : une cinquantaine de lapins en colère

    ProtectionDes militants de l'association Compassion in World Farming (CIWF) déguisés en lapins ont manifesté leur mécontentement au Conseil de l'Union européenne, à Bruxelles, concernant les conditions de vie dans les élevages de lagomorphes destinés à finir dans nos assiettes. Présente le 17 mai dernier, Aurélia Greff, porte-parole du CIWF, donne son éclairage sur ce combat.

    19 Mai 2016
  • Sophie Marceau interpelle les députés contre la souffrance animale

    ProtectionL’actrice s’engage aux côtés de L214 pour dénoncer les conditions d’un élevage industriel de poules pondeuses en Bretagne, et appelle les députés à mettre fin au « supplice vécu chaque année par 33 millions de poules pondeuses ».

    22 Mai 2018
  • Vidéosurveillance dans les abattoirs : elle sera obligatoire en 2018

    ProtectionL’Assemblée nationale a voté jeudi soir l’obligation d’installer des caméras de vidéosurveillance dans les abattoirs à partir du 1er janvier 2018. Une première en Europe.

    13 Janvier 2017
  • L214 dénonce (encore) des maltraitances dans un élevage de poulets

    ProtectionL'association de défense des animaux L214 vient de dénoncer, vidéo à l'appui, les conditions d'élevage 'effroyables' de poulets entassés à plus de 22 par mètre carré dans une exploitation intensive à Solignat, dans le Puy-de-Dôme.

    09 Mai 2019
  • Les députés ne veulent pas de caméras dans les abattoirs

    ProtectionTrop coûteuse, mettant une pression sur les salariés, la mesure qui proposait de placer des caméras de surveillance dans les abattoirs vient d’être rejetée par les députés réunis en commission.

    14 Décembre 2016
  • Des pipeaux pour dénoncer les tromperies de l’agroalimentaire

    ProtectionLundi 19 juin, la Nouvelle Seine, une péniche en plein Paris, accueillait la soirée des Trophées des bêtes noires de la pub. Une cérémonie officielle et décalée pour remettre des prix à des spots, affiches ou campagnes publicitaires trompant le consommateur sur le traitement des animaux.

    20 Juin 2017
  • Enquête choc sur la viande de cheval

    ProtectionEn 2018, la France a importé près de 4 300 tonnes de viande chevaline depuis le continent américain. Une enquête de grande ampleur, diffusée par l’association Welfarm, rend compte de l’état désastreux de ces animaux et de leurs conditions de vie.

    12 Juin 2019
  • Juments : le scandale des « fermes à sang »

    ProtectionL’association Welfarm dénonce l’existence de fermes, en Argentine et en Uruguay, dans lesquelles des juments sont élevées dans l’unique but d’extraire de leur sang une hormone utilisée dans des élevages d’animaux, en Europe et en France.

    10 Octobre 2017
  • Une étiquette « bien-être animal » sur des emballages de poulet

    ProtectionTrois organisations se sont associées au groupe Casino afin de créer un étiquetage particulier indiquant au consommateur le niveau de bien-être dont a bénéficié l’animal au cours de sa vie. Une première en France !

    04 Janvier 2019
  • 1 million de signatures pour mettre fin à l’élevage en cage

    ProtectionPlus de 130 organisations européennes, dont une vingtaine de françaises, se sont réunies pour mener une vaste opération : recueillir 1 million de signatures en 1 an pour mettre fin à l’élevage des animaux en cage. Cette initiative citoyenne européenne (ICE) a pour but d’ouvrir le débat à la Commission européenne.

    15 Octobre 2018