Gendarmes, policiers… sont-ils formés pour gérer un chien agressif ?


  • Gendarmes, policiers… sont-ils formés pour gérer un chien agressif ?Photo : Shutterstock
  • Chiens/ Comportement

    Après que deux chiens errants catégorisés ont été abattus par les forces de l’ordre en octobre dernier, les réactions ne se sont pas fait attendre du côté des amis des animaux. Car c’est l’incompréhension qui prévaut et des interrogations surgissent quant à la formation de ces unités pour gérer ce genre de situation.

    Au mois d’octobre dernier, et à deux jours d’intervalle, deux chiens catégorisés (des American Staffordshire) ont été abattus, l’un par la police, l’autre par la gendarmerie alors qu’ils étaient en situation de divagation. Pour le premier, survenu à Loudéac, le 15 octobre, le chien s’était enfui et errait dans les rues avec un autre amstaff. Les riverains se sentant menacés avaient appelé la police. Les chiens auraient alors chargé les policiers, les contraignant à tirer pour se protéger. L’un est abattu d’une balle dans la tête, l’autre prend la fuite. Ils ne portaient pas de muselière et le maître n’avait pas de permis de détention, pourtant obligatoire avec ce type de chien. Une procédure a donc été ouverte contre lui pour détention illégale de chiens. Le maire de Loudéac, Bruno Le Bescaut, a porté plainte pour les insultes qui ont fleuri sur les réseaux sociaux et a défendu le choix du policier : "Malheureusement, l’agent de police n’avait pas d’autre solution que de faire usage de son arme. Aucun autre moyen de défense n’aurait permis de neutraliser simultanément les deux chiens, ni permis de protéger les agents et les témoins de la scène", explique-t-il dans un communiqué.

    Pour la seconde affaire, qui s’est déroulée à L’Isle-d’Abeau, le 17 octobre, une vidéo montre un chien, qui se révèle perdu, se dirigeant vers l’un des gendarmes qui s’étaient rendus sur les lieux. Ce dernier semble prendre peur et tire. Là encore, le chien s’était enfui, et la gendarmerie avait été appelée par les riverains. Les hommes en uniforme auraient alors tenté de le neutraliser avec une perche, mais sans succès. Après les coups de feu, un vétérinaire a été appelé en urgence afin d’euthanasier l’animal, encore en vie.

    Une nouvelle fois, cet acte a entraîné de vives réactions, de l’agressivité et des insultes à l’égard de la gendarmerie. La SPA a d’ailleurs fait savoir qu’elle allait porter plainte pour atteinte volontaire à un animal. D'après le parquet de Vienne (Isère), la ville de L'Isle-d'Abeau a, elle, déjà porté plainte pour outrage contre l'auteur de la vidéo postée sur les réseaux sociaux et dans laquelle il insulte les forces de l'ordre, et pour les menaces de mort reçues par ses agents à la suite de la diffusion de ces images.

    Contacté par la Fondation 30 Millions d’amis, le propriétaire du chien parle d’une méprise des autorités concernant la prétendue "agressivité" de son chien. En effet, il aurait subi une opération de la mâchoire étant petit. "Depuis, Arkham avait les babines retroussées en permanence, ce qui pouvait malheureusement lui donner ce faux air menaçant. Et à cause de cette malformation, il respirait fort… Face aux policiers, il n’a ni grogné ni montré les dents pour mordre, il avait une attitude tout à fait normale !", raconte le propriétaire.

    Si ces événements sont évidemment regrettables, ils posent la question de la formation de ces unités dédiées à la protection des personnes devant un animal sans maître, qu’il est nécessaire de maîtriser et de capturer. Ces cas, réels, sont-ils abordés tant dans la formation de base que dans des stages prévus au cours de la carrière de ces agents de l’ordre ?

    Une grande part d’improvisation

    Il faut croire que non, d’après une source policière parisienne, qui confie qu’aucun entraînement n’est prévu pour gérer ces situations. Si des documents concernant la catégorisation des chiens sont transmis aux aspirants policiers et gendarmes durant leur formation, c’est juste à titre d’information. "Les policiers de base ne sont pas formés. Nous n’avons pas de marche à suivre dans le cas où l’on rencontre un animal. Il faut improviser. Le problème, c’est qu’il y a énormément de choses sur lesquelles nous devons être formés, et que les animaux passent très certainement au second plan. Toutefois, il faut savoir que l’on privilégiera toujours la vie humaine à celle de l’animal", détaille le policier qui a préféré conserver l’anonymat. S’imaginant dans une de ces situations, où l’animal serait agressif et passerait à l’attaque, il conçoit que les forces de l’ordre puissent être amenées à tirer. "Mais si c’est un gros molosse, sa musculature est tellement dense que la balle ne pénètre pas comme dans un corps humain, il y a un risque élevé qu’elle n’arrête pas l’animal dans sa course". Concernant l’appel d’autorités compétentes en renfort, le problème réside dans le temps qu’ils vont mettre à arriver. "En fonction du lieu où est trouvé l’animal, appeler la fourrière ou les pompiers peut prendre bien trop de temps. Il faut agir".

    L’animal considéré comme une arme

    Selon le gendarme Jean*, agent de police judiciaire dans une brigade de proximité, que nous avons contacté, les documents qu’ils possèdent sont assez succincts. Ils mentionnent surtout la marche à suivre face à un animal blessé ou mort. "Ce qu’on apprend en école, c’est qu’un chien est considéré comme une arme. Il faut être constamment vigilant, et si l’animal se montre agressif, alors, oui, on peut être amené à tirer. Toutefois, il est conseillé d’utiliser en priorité le taser, malheureusement nous n’en avons tous pas forcément un sur nous".

    "Lorsque les riverains nous contactent pour un chien errant, on appelle la SACPA qui est un service de fourrière privé. Eux sont formés à la capture d’animaux et peuvent lire les puces (pour en connaître l’identité et donc le propriétaire, ndlr)", explique le gendarme Jean. Si c’est un petit chien, ils tenteront de l’attraper eux-mêmes pour le soustraire au danger de la route. "Quand c’est un gros chien et qu’il n’y a pas de risque dans l’immédiat (espace dégagé, champs, pas de riverains), on va préférer attendre la SACPA et prendre le temps de réfléchir à la manière d’agir. Mais si on se trouve dans une zone urbaine, qu’il y a des enfants, que le chien est agressif… Alors, oui, on peut être amené à tirer. Ça dépend vraiment de la situation".

    Par ailleurs, lorsqu’une brigade se déplace sur le lieu où se trouve un animal, beaucoup de paramètres restent inconnus. "Face à un chien, on ne sait pas comment il a été éduqué ou comment il va réagir. Je sais que beaucoup de collègues ont une appréhension face à ça. Par exemple, lors d’un contrôle routier, si un chien se trouve dans la voiture, on va inconsciemment se décaler, car il peut vouloir protéger son maître", raconte le gendarme.

    Un manque de connaissances ?

    Les pompiers semblent être l’exception à la règle car ils bénéficient d’une formation à la capture des animaux puisqu’ils sont appelés, par définition, à intervenir partout où un danger se présente. "À la base, nous intervenons sur les chiens errants seulement s’il y a danger immédiat, explique Dominique Grandjean, vétérinaire et colonel à la brigade cynotechnique des sapeurs-pompiers de Paris, mais il est vrai qu’un animal en détresse est souvent un animal dangereux. Si le chien a mordu, nous le capturons et il sera placé sous surveillance "animal mordeur" pendant 15 jours".

    Pour capturer les chiens potentiellement dangereux, les pompiers sont équipés de tenues de protection intégrale, de lassos de capture et, si nécessaire, ils peuvent utiliser un fusil hypodermique pour anesthésier de loin l’animal. "Après, la police a ses propres unités de capture de chiens dangereux, mais seulement sur les heures ouvrables, donc c’est vrai que nous, nous devons certainement intervenir un peu plus. Généralement, nous sommes appelés par des particuliers et les services de la municipalité", précise Dominique Grandjean.

    "En 30 ans de carrière, bien sûr, j’ai connu des cas où les forces de l’ordre ont tiré sur le chien, mais je pense que c’est un manque d’équipement et de connaissance de l’animal. On ne peut pas dire "C’est bien" ou "C’est pas bien". Je n’apprécie pas, c’est clair, mais cela peut être un acte de légitime défense. Toutefois, il y a des situations ou cela aurait pu sûrement être évité", conclut le spécialiste…

    * Par souci d’anonymat, son nom ne sera pas révélé.

    Qu'est-ce que la surveillance "animal mordeur" ?
    Durant ce laps de temps, l’animal sera présenté 3 fois à un vétérinaire afin de vérifier qu’il n’est pas porteur de la rage. Le chien est également soumis à une évaluation comportementale qui sera transmise au maire. Enfin, selon le degré de "dangerosité" du chien, estimé par le vétérinaire (sur une échelle de 1 à 4), le maire peut demander au propriétaire de suivre une formation en vue d’obtenir l’attestation d’aptitude à détenir son animal, mentionnée à l’article L. 211-13-1. Dans le cas où l’animal est jugé comme représentant un danger grave et immédiat, le maire peut demander l’euthanasie du chien par un vétérinaire agréé. Dans le cas où le chien n’a pas mordu, il sera remis par les pompiers aux services de police municipale ou nationale, précise Dominique Grandjean. "Eux, ils ont des contrats avec des fourrières privées, comme la SACPA".

     

     


    Autres articles à lire

  • Peut-on mesurer son intelligence ?

    ChiensChaque jour, le chien nous étonne par ses prouesses. Chien sauveteur, guide pour aveugle, auxiliaire de vie… ses capacités d’apprentissage en ont fait un partenaire indispensable pour l’homme. Peut-il encore nous étonner par son intelligence ?

    19 Février 2016
  • Chien : mais pourquoi fugue-t-il ?

    ChiensAlors que la plupart des chiens ne dépassent pas les limites de leur territoire, certains débordent d’imagination pour en sortir, quitte à grimper haut ou à creuser des tunnels…

    13 Mai 2019
  • Le flair : arme redoutable des chiens de police

    ChiensDotés d’un flair infaillible, les chiens sont très souvent utilisés par les forces de police. À l'image de Choc, un berger malinois qui vient d’être décoré, à Marseille, pour ses qualités de renifleur de stupéfiants. Mais comment les chiens peuvent-ils avoir un tel flair ? Explications.

    31 Mars 2016
  • La vie en refuge nuit-elle à l’adoption ?

    ChiensLe passage par un refuge, pour un chien, présage-t-il de l’échec de son adoption? Si peu d’études éthologiques existent sur le sujet, il semblerait toutefois que le passé de l’animal, son âge, sa race ou encore son tempérament sont tout aussi importants…

    17 Juillet 2016
  • Pourquoi mon chien fait-il des trous dans le jardin ?

    ChiensCe comportement locomoteur, tout à fait normal chez le chien, peut-être inquiétant s'il est répété de manière compulsive.

    11 Octobre 2018
  • Pourquoi un chien peut-il être agressif ?

    ChiensL’agressivité canine peut avoir de nombreuses causes, mais l’important est de savoir qu’il y a toujours une explication.

    15 Novembre 2018
  • Les animaux « sentent-ils » la mort de leurs congénères ?

    ChiensUne enquête réalisée auprès de 153 vétérinaires américains révèle que les chiens adoptent des comportements particuliers lors de l'euthanasie d'un de leurs congénères. Agitation, aboiements, silence… auraient-ils conscience que leur compagnon est mort ?

    14 Septembre 2016
  • Mon chien peut-il me mentir ?

    ChiensSi le rire n’est pas le propre de l’homme, le mensonge non plus. Dans la nature, il apparaît comme une stratégie de survie. Et nos chiens ? Sont-ils aussi capables de nous mentir ?

    07 Octobre 2015
  • Pas si gentil, le toutou ?

    ChiensL'égoïsme n'est pas un défaut habituellement attribué au meilleur ami de l'homme, le chien. Mais une expérience menée en Autriche et publiée mercredi dans la revue américaine PLOS ONE semble montrer que la réputation des chiens n'est pas entièrement méritée, du moins pour ceux élevés en meutes, comparés aux loups.

    02 Mai 2019
  • Ont-ils le sens de la famille ?

    ChiensLes animaux ont, comme les humains, conscience des liens familiaux qui les unissent. Seuls varient les mécanismes permettant la reconnaissance des membres d’une même famille entre eux.

    20 Octobre 2018
  • Zoothérapie : le pouvoir des animaux

    ChiensPionnier français de la zoothérapie, José Sarica présente son nouveau livre dans lequel il nous parle de Chico, son fidèle coéquipier à quatre pattes, de sa formation, de son travail avec les animaux et de ses expériences thérapeutiques avec des enfants et des adultes en souffrance.

    21 Juin 2017
  • Votre chien sait-il nager ?

    ChiensEn été, la mer, le soleil, la plage, les jeux… difficile de résister à la tentation d’un bon bain avec son chien. Mais contrairement aux idées reçues, l’eau n’est pas un élément où tous les chiens et toutes les races se sentent parfaitement à l’aise…

    28 Juillet 2016
  • Nos chiens sont-ils jaloux ?

    ChiensUn nouveau chiot à la maison? L’arrivée d’un bébé ? Comment nos chiens réagissent-ils lorsque nous les confrontons à des situations qui génèreraient de la jalousie chez nous, les humains ?

    02 Février 2019
  • Mon chien ronfle, est-ce grave ?

    ChiensAu-delà de la gêne occasionnée, un ronflement peut être le signe de divers problèmes de santé.

    08 Août 2019
  • Les chiens peuvent-ils détecter la venue d'une crise d'épilepsie ?

    ChiensLa crise d'épilepsie ne prévient pas. Ce qui est un handicap dans la vie quotidienne de celui qui est atteint par cette maladie. Mais certains chiens seraient capables de la détecter par des changements de comportement de leurs maître. Une étude récente s'est penchée sur l'importance de leur éducation dans cette capacité à détecter une crise…

    09 Mai 2019
  • Si un chien cause un accident, le maître est responsable

    ChiensLe chien engage la responsabilité de son maître si son comportement, bien que tout à fait normal, crée un accident. Il n'est pas nécessaire, selon la Cour de cassation, pour que le maître soit responsable, que le chien ait été agressif, ou en contact avec la victime, ou ait joué un rôle actif dans un accident.

    01 Février 2019
  • Comportements gênants et solutions 5/10 : mon chien détruit tout

    ChiensNi zinzins, ni toqués, ni psychopathes! Nos animaux quand ils disjonctent ne sont pas plus malades que nous. C’est juste qu’ils pètent les plombs face aux conditions de vie que nous leur proposons, pensant souvent bien faire. Voici le top 10 des comportements gênants et leurs solutions. Aujourd'hui : mon chien détruit tout.

    05 Juillet 2016
  • Comment signaler que mon chien ne doit pas être dérangé ?

    ChiensD’une manière générale, tous les chiens ne peuvent pas être approchés sans précaution, surtout par des enfants. Mais pour certains, une distance est nécessaire avec leurs congénères ou avec les humains, selon les circonstances. Il revient au maître d’indiquer aux autres qu’il ne faut pas s’approcher.

    23 Août 2018
  • Chez les chiens, la taille du cerveau compte !

    ChiensUne nouvelle étude américaine a montré que plus un chien est grand, et a donc un gros cerveau, plus il a une bonne mémoire à court terme, mais aussi une bonne maîtrise de soi. Explications.

    09 Février 2019
  • Les animaux aiment-ils les cadeaux?

    ChiensLes animaux apprécient-ils les présents? Quelle signification ont les offrandes dans le règne animal?

    01 Mai 2017