Intrusion dans un abattoir : 4 militants et un photographe condamnés


  • Intrusion dans un abattoir : 4 militants et un photographe condamnésPhoto : Shutterstock
  • Protection/ Elevage

    Quatre militants de la cause animale et un photographe ont été condamnés lundi à des amendes allant jusqu'à 3.000 euros par le tribunal correctionnel de Versailles pour s'être introduits en avril dans un abattoir porcin à Houdan (Yvelines).

    Avec AFP

    Les activistes devront s'acquitter d'une amende de 3.000 euros, tandis que le photographe indépendant, par ailleurs étudiant, a écopé de la même amende dont 2.000 euros avec sursis. Cinq mille euros d'amende, dont une partie assortie de sursis, avaient été requis à leur encontre. Ils devront par ailleurs solidairement verser 5.000 euros à l'abatteur pour son préjudice d'image. "Je ne comprends pas comment on peut faire application d'une justice à deux vitesses", s'est insurgé auprès de l'AFP l'avocat des prévenus Thomas Hellenbrand.

    L’association va faire appel

    Les enquêteurs de la gendarmerie avaient "clairement indiqué qu'en collaboration avec le ministère public, des individus seraient pris au hasard parmi les manifestants parce qu'il était impossible de tous les sanctionner", rendant ces interpellations "discriminatoires", a poursuivi le conseil. "Cette condamnation démontre qu'on souhaite à tout prix mettre un terme aux actions des associations antispécistes" en infligeant "plusieurs milliers d'euros d'amende à des citoyens au casier judiciaire vierge", a-t-il estimé, précisant qu'il allait faire appel.

    Son contradicteur, Nicolas Cassart, s'est pour sa part dit "satisfait" d'une décision sanctionnant "un acte illégal tout en étant proportionnée". "C'est un avertissement" dans la perspective d'une éventuelle autre manifestation devant l'abattoir "afin qu'il n'y ait pas de débordement", a indiqué l'avocat.

    Une opération qui se voulait pacifiste

    L'opération organisée par l'association antispéciste 269 Libération animale, qui se voulait "pacifiste", s'était déroulée dans la nuit du 25 au 26 avril : 70 activistes, cagoulés pour certains, avaient tenté de bloquer l'activité de l'abattoir. Les manifestants avaient pénétré dans les locaux "en pleine nuit et vêtus de noir", il faut "imaginer la peur ressentie" par les salariés "quand ils les ont vus surgir sur leur lieu de travail", avait dit la procureur à l'audience en juillet. Le jeune photographe et une militante parisienne ainsi que deux autres activistes, absents au procès, étaient poursuivis pour "violation de domicile". "On nous interdit de manifester légalement, on est obligé de choisir la désobéissance civile", avait argué la jeune activiste.

    Militants d'un côté, directeur et employés de l'abattoir de l'autre en étaient venus aux mains la nuit des faits, les premiers accusant notamment le second d'avoir menacé avec un couteau le photographe qui filmait l'opération. Pour éviter que la situation dégénère, une cinquantaine de gendarmes avaient dû intervenir.

    Les abattoirs Guy-Harang, derniers d'Ile-de-France, sont régulièrement la cible des antispécistes. Deux militants d'une autre association, L214, s'y étaient introduits en 2016 pour y placer des caméras filmant l'étourdissement des porcs au CO2 avant  abattage. Ils ont été condamnés à 6.000 euros d'amende, dont 5.000 avec sursis.  

    Ces condamnations sonnent-elles la fin de ces associations ?

    " Aujourd’hui, on est dans un pays où il est légal de tuer, mais illégal de l’empêcher. L’Etat protège les activités économiques de ces lieux fermés dont les images ne doivent pas sortir. C’est pour cela que les condamnations sont de plus en plus fortes ", nous explique Brigitte Gothière, cofondatrice, porte-parole et directrice de l'association L214. Toutefois, à la question "ces condamnations peuvent-elles freiner les actions de ces associations ", la réponse est sans appel : " Non. Clairement pas ".

    Brigitte Gothière explique que les associations sont conscientes des risques qu’elles prennent : " On s’expose, on prend des risques, mais on réfléchit toujours à nos actes, qui sont des actes pacifiques et nécessaires à l’information du public. Il est aujourd’hui primordial de soulever la question de ce rapport brutal avec l’animal ". Elle rappelle que ce sont 3 millions d’animaux qui sont tués tous les jours dans les abattoirs français. " Il y a un tel enjeu qui nous dépasse. On sait que l’on se dresse en face d’une injustice, et ici l’injustice est non reconnue ".

     

    A lire aussi :

     Un an de prison requis pour maltraitance animale dans un abattoir

     Abattoirs : des « Nuits debout » contre l'exploitation animale


    Autres articles à lire

  • Des cochons maltraités pour produire du jambon de Parme

    ProtectionPlusieurs associations dénoncent les dessous de la production du jambon de Parme, ainsi que des jambons de San Daniele et de Toscane, suite à une vidéo choc tournée dans six élevages en Italie.

    29 Mars 2018
  • Loi agricole : les inquiétants reculs pour la condition animale

    ProtectionLe projet de loi doit être voté à l’Assemblée nationale la semaine prochaine, alors que les mesures phares concernant la condition animale – la fin des poules pondeuses en cage et le contrôle vidéo en abattoirs – ont été retirées.

    16 Mai 2018
  • Le bien-être animal et les fast-foods sont-ils incompatibles ?

    ProtectionUn nouveau rapport souligne le manque d’engagement d’enseignes comme McDonald’s, KFC ou Subway en ce qui concerne le bien-être des poulets de chair. Mais est-il possible de faire rimer « bas prix » avec « qualité » ?

    18 Janvier 2019
  • La Californie interdit la vente d’animaux d’élevage en animalerie

    ProtectionLa Californie est le premier État américain à promulguer une loi interdisant la vente de chiens, de chats et de lapins provenant d’élevages intensifs dans les animaleries, dès le 1er janvier 2019.

    24 Octobre 2017
  • Maltraitance animale : un abattoir de l'Indre provisoirement fermé

    ProtectionGrâce aux images tournées par l'association L214 dans l’abattoir communal du Boischaut, dans l’Indre, le ministre de l’Agriculture a ordonné sa fermeture provisoire.

    06 Novembre 2018
  • Un Salon de l’agriculture sous haute surveillance

    ProtectionL’édition 2018 du Salon international de l’agriculture ouvre ses portes ce week-end, alors que les questions autour de l’élevage intensif ou de la réglementation des abattoirs sont soulevées par les ONG de protection animale.

    20 Février 2018
  • La vidéosurveillance dans les abattoirs reste facultative

    ProtectionL’amendement voté à l’Assemblée nationale prévoit une expérimentation de la vidéosurveillance dans les abattoirs pendant deux ans, sur la base du volontariat.

    28 Mai 2018
  • Grande-Bretagne : la vente de chiots interdite dans les animaleries

    ProtectionLa Grande-Bretagne va interdire aux animaleries la vente de chiens et de chats de moins de 6 mois, pour enrayer l'exploitation et les mauvais traitements faits aux animaux de compagnie, a annoncé le département de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales (Defra).

    04 Janvier 2019
  • Le délit de maltraitance animale devrait être étendu aux abattoirs

    ProtectionLe gouvernement doit annoncer, ce jeudi, en clôture des États généraux de l’alimentation, de nouvelles mesures contre la maltraitance animale, concernant notamment les transports d’animaux vivants et les abattoirs.

    21 Décembre 2017
  • Maltraitance dans un abattoir : 8 mois de prison avec sursis

    ProtectionL’abattoir du Vigan et l’un de ses anciens employés ont été condamnés par la justice pour maltraitance animale, une première en France.

    28 Avril 2017
  • Juments : le scandale des « fermes à sang »

    ProtectionL’association Welfarm dénonce l’existence de fermes, en Argentine et en Uruguay, dans lesquelles des juments sont élevées dans l’unique but d’extraire de leur sang une hormone utilisée dans des élevages d’animaux, en Europe et en France.

    10 Octobre 2017
  • Brigitte Bardot adresse une lettre au ministre de l'Agriculture

    ProtectionBrigitte Bardot, présidente de la fondation éponyme, adresse une lettre à Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture qu'elle appelle ''ministre de la Souffrance''. Une supplique suite aux deux nouvelles vidéos tournées par L214 dans deux abattoirs du sud de la France.

    29 Juin 2016
  • Abattage rituel : le consommateur complice sans le savoir

    ProtectionPour qu’une viande soit certifiée halal ou casher, l’animal ne doit pas être (entre autres) étourdi avant la mise à mort. Cette caractéristique n’est pourtant pas le seul point de discorde entre consommateurs, défenseurs des animaux, vétérinaires et religieux.

    13 Février 2019
  • Des pipeaux pour dénoncer les tromperies de l’agroalimentaire

    ProtectionLundi 19 juin, la Nouvelle Seine, une péniche en plein Paris, accueillait la soirée des Trophées des bêtes noires de la pub. Une cérémonie officielle et décalée pour remettre des prix à des spots, affiches ou campagnes publicitaires trompant le consommateur sur le traitement des animaux.

    20 Juin 2017
  • Le bien-être animal au cœur des débats politiques

    ProtectionLe sort des poussins mâles broyés, les abandons de l’été… nos politiques semblent découvrir le triste sort des animaux d’élevage et de compagnie dans notre pays. Il n’est jamais trop tard…

    12 Août 2015
  • Vidéosurveillance dans les abattoirs : elle sera obligatoire en 2018

    ProtectionL’Assemblée nationale a voté jeudi soir l’obligation d’installer des caméras de vidéosurveillance dans les abattoirs à partir du 1er janvier 2018. Une première en Europe.

    13 Janvier 2017
  • L214 sur le banc des accusés

    ProtectionLe procès de deux membres de L214, dont son cofondateur Sébastien Arsac, qui devait se dérouler ce lundi a été reporté à la rentrée. Les deux activistes seront jugés pour avoir tourné clandestinement en 2016 des images dans l'abattoir de Houdan.

    12 Juin 2017
  • 36 parlementaires contre le broyage des poussins

    ProtectionLa campagne de sensibilisation de l’association de protection L214 a finalement touché le cœur de 36 députés et sénateurs qui ont soumis la question du sort des 50 millions poussins mâles au ministre de l’Agriculture.

    12 Août 2015
  • L214 : pour les députés, l’abattage des animaux est immontrable !

    ProtectionAlors que deux de ses adhérents venus poser des caméras pour espionner les postes d’abattage ont été arrêtés dans un abattoir de Houdan*, dans les Yvelines, Brigitte Gothière, cofondatrice de L214, réagit au rejet de la mesure de vidéo-surveillance dans le cadre de proposition de loi « relative au respect de l’animal en abattoir », pilotée par Olivier Falorni .

    16 Décembre 2016
  • Monoprix retire les œufs de poules élevées en batterie de ses rayons

    ProtectionDepuis le 11 avril, les clients des magasins de cette marque de distribution ne trouvent plus dans leurs rayons d'œufs issus de poules élevées en batterie. Bio, plein air, au sol, en volière ou encore en batterie, comment faire la différence ? Un exemple à suivre pour les magasins d'alimentation.

    12 Avril 2016