Mais où sont passés les hérissons ?


  • Mais où sont passés les hérissons ?Photo : Naturagency
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Qui s’y frotte s’y pique ! Bientôt, en France, il sera de moins en moins possible de s’y frotter tant les menaces qui pèsent sur ce petit insectivore de nos jardins sont  grandes. Pour les plus chanceux, le printemps est la période où ils sortent de l'hibernation…

    Les températures s’adoucissent, la photopériode s’allonge… Pour le hérisson, il est grand temps de sortir de l’hibernation. D’autant plus qu’il a perdu entre 20 et 40 % de son poids. Après cinq à six mois de vie au ralenti, ses réserves de graisse sont épuisées et il a faim. Les mâles sont les premiers à se réveiller, généralement vers la mi-mars s’il fait doux. Les autres montreront le bout de leur nez dans le courant du mois d’avril. C’est aussi la première vague d’animaux écrasés sur le bitume. S’il y a quelques années encore, le printemps et l’automne annonçaient une hécatombe sur nos routes, ce macabre constat indiquait au moins encore la présence de hérissons dans la région. Aujourd’hui, le bilan est amer : même les cadavres de ces pauvres créatures se font rares sur les routes. Le hérisson serait-il en voie de disparition ?

    UNE ARMURE REDOUTABLE

    NaturagencyUn adulte arbore entre 5000 à 7000 piquants.

    Même si les piquants du hérisson ne sont que de simples poils modifiés composés de kératine à l’instar de nos ongles, ils constituent une arme efficace. Chaque « épine » est une petite merveille architecturale. Une coupe longitudinale révèle une structure creuse consolidée par des cloisons et des cannelures. Un sujet adulte arbore de 5 000 à 7 000 piquants : une cuirasse résistante et à géométrie variable. Un mouvement inquiétant, un bruit suspect… en un clin d’oeil, le hérisson contracte les muscles de son dos pour dresser ses aiguilles en tous sens. Lorsque la menace est plus grande, il contracte le puissant muscle annulaire qui borde son manteau épineux et fait disparaître tête et pattes à l’intérieur de l’armure, un peu comme lorsqu’on serre à fond le cordon d’une capuche. Donner naissance à des bébés hérissés de piquants serait une entreprise risquée. La nature fait donc bien les choses : les mini-piquants du nouveau-né ne transpercent la peau que quelques minutes après leur venue au monde.

    LE GARGANTUA DU POTAGER

    NaturagencyUn hérisson aime particulièrement manger des coléoptères, des chenilles ou des vers de terre.

    Le hérisson a un appétit féroce mais il est loin d’être un fin gourmet : il raffole de coléoptères, de chenilles et de vers de terre, mais les petits escargots, les mille-pattes, les perce oreilles et les limaces sont dévorés avec la même frénésie. En une nuit, il tue au moins une centaine de ces invertébrés. C’est au potager que sa table est la mieux dressée mais les jardins diversifiés font également d’excellents terrains de chasse, notamment s’ils sont exempts de traitements chimiques. Lorsque le hérisson capture une proie, il laisse les bonnes manières à d’autres, mastiquant bruyamment. Le phénomène le plus surprenant est celui de l’auto-lubrification : lorsqu’un hérisson tombe sur une proie (ou un objet) ayant une odeur ou un goût particulier, il la mâchouille, salive abondamment et tente d’enduire ses flancs de ce mélange de proie et de salive. Pour y parvenir, il se contorsionne énergiquement et tire la langue le plus loin possible. Aucune explication scientifique n’a pu être avancée à ce jour, mais il semblerait que ce comportement joue un rôle dans la communication sociale.

    UNE LÉTHARGIE PONCTUÉE DE RÉVEILS

    NaturagencyLe hérisson entre en léthargie quand la température extérieure chute en dessous de 10°C.

    A la fin de l’automne, le hérisson s’affaire pour trouver un endroit propice pour hiberner. Il se glissera dans un gros monticule de feuilles mortes, sous une pile de bois, sous un arbuste, dans une cabane de jardin ou une souche creuse… Il y transporte ensuite feuilles mortes, mousse, herbes sèches et aménage un nid douillet, étanche et isolant. Grâce à l’air emprisonné dans les feuilles, la température à l’intérieur de l’igloo reste positive même si dehors il fait - 8 °C. Le hérisson entre en léthargie quand la température extérieure chute en dessous de 10 °C et que la nourriture se fait rare. Sa température corporelle tombe alors de 35,5 °C à 4 °C, son rythme cardiaque baisse à cinq pulsations par minute au lieu de 150 à 280 pulsations en état d’éveil. En moyenne une fois par semaine, il se réveille brièvement pour éliminer l’acidose qui s’installe durant l’hypothermie. Il mange un peu, vide sa vessie et peut même en profiter pour changer de nid.

    L’AMI DE NOS JARDINS

    NaturagencyLe hérisson vous débarrassera des insectes qui viendront dans votre potager. 

    Vous disposez d’un jardin et/ou d’un potager et désirez aider les hérissons ? Installez un ou deux abris (une simple caisse en bois dans laquelle on aménage un sas d’entrée) contre la cabane de jardin, dans les arbustes ou dans un tas de bois, entretenez un compost, bannissez l’usage des pesticides et, surtout, des anti-limaces au métaldéhyde, aménagez deux ou trois issues de 10 cm de large dans la clôture ou le muret pour lui permettre de passer chez le voisin, laissez un tas de feuilles mortes à sa disposition. Si vous avez une piscine, installez des rampes de secours ou un grillage d’escalade. En automne, le hérisson raffole des fruits mûrs tombés au sol. Ce compagnon à piquants vous remerciera en débarrassant vos plates bandes des coléoptères, chenilles et limaces avec un zèle inégalé.

    MESURES D'URGENCE

    Si vous trouvez un hérisson déambulant en plein jour ou par des températures basses, il y a urgence. Recueillez-le dans un carton dont vous aurez tapissé le fond avec du papier absorbant et des chiffons propres, proposez lui de la nourriture et de l’eau (mais jamais du lait de vache ni du pain), offrez-lui une bouillotte d’eau chaude et téléphonez au centre de soins le plus proche ou à un vétérinaire. Vérifiez s’il n’y a pas un autre hérisson là où vous avez trouvé le premier rescapé. Il peut s’agir d’une portée en détresse.

     

    Malade de la modernité

    Outre-Manche, plusieurs études rapportent des chiffres alarmants : estimée à 1,55 million d’individus en 1995 (contre 36,5 millions dans les années 1950 !), la population de hérissons est passée à moins de 1 million en 2015. En moins de vingt ans, l’espèce a perdu 30 % de ses effectifs dans les zones urbaines et jusqu’à 75 % dans les campagnes anglaises. Chez nous, les statistiques manquent cruellement. Mais il est fort à craindre que la situation soit similaire voire pire. Les menaces qui pèsent sur le hérisson en France sont bien connues. En premier, la circulation automobile, responsable de 1,8 million de morts chaque année. Les pesticides viennent ensuite. Le hérisson est principalement insectivore et les pratiques agricoles actuelles entraînent la destruction des insectes, vers et gastéropodes qui composent son alimentation. Ses proies se font non seulement rares mais en plus elles sont contaminées par des substances toxiques de sorte que le petit mammifère s’empoisonne progressivement. Troisième menace : le blaireau. Le prédateur principal du hérisson est en recrudescence. Les deux espèces partagent les mêmes biotopes et recherchent la même nourriture. Suivent tous les accidents « domestiques » : tondeuses à gazon, débrousailleuses, piscines, grillages ou filets de protection. Et, de manière générale, l’aménagement du territoire : suppression des haies, intensification des monocultures, urbanisation, fragmentation  de l’habitat, absence de corridors…

    Autres articles à lire

  • Var : un loup au « comportement agressif » abattu près d'un camping

    Faune sauvageUn loup « au comportement agressif » qui rôdait sur un camping à Bormes-les-Mimosas (dans le Var) a été abattu ce jeudi par la gendarmerie, a annoncé la préfecture du Var dans un communiqué.

    14 Février 2019
  • Diable de Tasmanie : pour la première fois observable en France

    Faune sauvageAfin de protéger ce marsupial australien du cancer qui le décime, un programme s’efforce de capturer les individus sains, de les placer dans une zone protégée de la Tasmanie ainsi que dans des zoos pour multiplier les viviers sains et travailler sur un vaccin.

    18 Avril 2019
  • Patagonie chilienne : Le lion des montagnes

    Faune sauvageLe puma est le plus grand des félidés, autrement dit le plus grand des petits félins. Traqué par les bergers de Patagonie ou les cow-boys du Far West, cet agile prédateur, rapide et puissant, a appris à se faire discret. Le déclin de sa population en a même fait une espèce rare…

    15 Novembre 2018
  • Quand la technologie vient au secours des rhinocéros

    Faune sauvageTués pour leur corne, les rhinocéros sont la cible d’attaques de plus en plus féroces des braconniers. Si rien n’est fait pour leur protection, ils risquent de disparaître d’ici une dizaine d’années. Pour lutter contre ce phénomène, des dispositifs ultra-performants de surveillance sont mis en place dans les réserves.

    28 Septembre 2017
  • Nouveau plan ours : un renforcement de la population est prévu

    Faune sauvageL'Etat a arrêté son plan ours pour 2018-2028, destiné à préserver l'ours brun dans les Pyrénées, y compris par l'introduction d'individus selon un texte signé par Nicolas Hulot et rendu public début mai.

    14 Mai 2018
  • Trump choque en autorisant l'importation de trophées d'éléphants

    Faune sauvageLes États-Unis autorisent à nouveau les chasseurs américains à importer des trophées d'éléphants tués au Zimbabwe et en Zambie, alors que les pachydermes sont toujours classés parmi les espèces les plus menacées au monde.

    17 Novembre 2017
  • Au Mexique, le nombre de jaguars augmente de 20%

    Faune sauvageLueur d’espoir pour le plus grand félin d’Amérique. Un nouveau recensement fait état d’une hausse de la population, liée à la mise en place de programmes de conservation et à une restauration de l’habitat naturel du jaguar.

    15 Juin 2018
  • Au Kenya, le guépard du Masaï-Mara va-t-il disparaître?

    Faune sauvageÀ l’heure où des scientifiques s’inquiètent d’une possible « sixième extinction de masse des animaux », une étude est parue pour évoquer la menace qui pèse sur ce célèbre sprinteur ! Les 7 000 derniers guépards d’Afrique survivront-ils aux prochaines décennies ?

    29 Mars 2018
  • Qui décide du sort des animaux ?

    Faune sauvageÀ l’heure où les scientifiques évoquent la sixième extinction de masse des espèces, la protection de la faune sauvage semble plus que jamais une urgence, dépendante de la responsabilité humaine. Mais entre la souveraineté des États et les réglementations internationales, la protection des espèces se révèle complexe à assurer. Reste le rôle des ONG, des scientifiques et de la société civile, déterminant pour la survie de millions d’animaux.

    27 Octobre 2017
  • La survie de l'ours brun des Pyrénées menacée

    Faune sauvageLes associations saisissent les tribunaux afin que l’État agisse enfin pour la survie de l’ours dans les Pyrénées dont le sort n’est toujours pas scellé.

    01 Juin 2015
  • Dans l'intimité des suricates

    Faune sauvageEn plein cœur du désert du Kalahari, les photographes animaliers Marie-Luce Hubert et Jean-Louis Klein ont suivi un clan de suricates, ces petites mangoustes du désert. Ils nous font découvrir une tranche de vie de ces sentinelles à la vie sociale très riche…

    04 Août 2017
  • Indonésie : non, les populations d’orangs-outans ne sont pas en hausse

    Faune sauvageContrairement aux récentes déclarations du gouvernement indonésien, les populations d'orangs-outans n'ont pas augmenté, loin s'en faut.

    09 Novembre 2018
  • Projet « Dulan » : le nouveau défi de l’association Kalaweit

    Faune sauvageLes équipes de l'association Kalaweit, fondée il y a 20 ans par Chanee, viennent de découvrir un petit bijou de biodiversité sur l'île de Bornéo. Seul problème, ces 1 500 hectares de forêts sont encerclés par des compagnies de charbon et d'huile de palme…

    17 Décembre 2018
  • La girafe rejoint la liste des espèces menacées

    Faune sauvageLe plus grand animal terrestre, longtemps considéré comme peu en danger, est désormais un animal vulnérable qu’il devient urgent de protéger. En 30 ans, 40% des girafes dans le monde ont disparu.

    09 Décembre 2016
  • Le diable de Tasmanie : une résistance inespérée

    Faune sauvageL’horizon de l’emblématique diable de Tasmanie est peut-être en train de s’éclaircir. Menacé d’extinction par une forme contagieuse de cancer, ce marsupial montre des signes d’adaptation qui sont autant d’espoirs pour la survie de cette espèce unique.

    29 Mars 2019
  • Quel sursis pour les bouquetins du Bargy ?

    Faune sauvagePromis à un abattage certain suite à un arrêté du préfet de Haute-Savoie, les bouquetins du massif du Bargy, porteurs de la brucellose, profitent d'un sursis suite à un recours devant le tribunal porté par les associations de protection animale.

    19 Octobre 2015
  • Tchad : quatre des six rhinocéros noirs réintroduits en mai sont morts

    Faune sauvageSur les 6 rhinocéros noirs réintroduits en mai dans le parc de Zakouma, dans le sud-est du Tchad où ils avaient disparu il y a près d'un demi-siècle, 4 sont morts six mois plus tard, a annoncé mardi l'ONG African Parks.

    07 Novembre 2018
  • La sexualité de nos animaux 50/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… la ménopause.

    21 Mai 2016
  • Comment s'alimente la loutre mer ?

    Faune sauvagePour maintenir la température interne de son corps à 35 °C, la loutre de mer doit ingérer en nourriture l’équivalent de 23 à 33 % de son poids par jour. Animaux-online décrypte les moyens mis en oeuvre et les aptitudes physique de l'animal pour s'alimenter dans la nature.

    18 Janvier 2016
  • Hérissons domestiques : une association tire la sonnette d’alarme

    Faune sauvageFace à la mode croissante transformant des hérissons pygmées d’Afrique en animaux de compagnie, la RSPCA (Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals) a publié un communiqué pour rappeler que ces petits mammifères ne sont pas faits pour être domestiqués. En France, les hérissons sont une espèce protégée et il est interdit d’en élever ou d’en posséder.

    11 Septembre 2017