Le caracal, un chat fantôme


  • Le caracal, un chat fantômePhoto : Naturagency
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Félin méconnu, le caracal, ou lynx du désert, est un grand chat aux moeurs discrètes. Sa situation est atypique : alors qu’il est en danger de disparition en Asie, en Afrique australe, sa patrie de prédilection, il est classé comme nuisible.

    Naturagency

    Ce mystérieux petit félin semble être le fruit des amours improbables entre un lynx et un puma. Du lynx, il aurait hérité les plumeaux aux oreilles et la queue courte. Le puma, lui, lui aurait légué un pelage cuivré uni, sans mouchetures ni rayures, et des yeux ombrés de khôl. Mais bien sûr, il n’en est rien. C’est sans doute pour cette raison que les scientifiques ont longtemps hésité sur sa place dans la classification des félidés, le rangeant tour à tour dans le genre felis ou dans le genre lynx. Les analyses génétiques ont permis de lever le voile. A présent, ce chat atypique peut s’enorgueillir d’être l’unique représentant de son propre genre, caracal. Ces lauriers ne lui sont pourtant d’aucune aide face à une pression humaine toujours croissante. Le caracal jouit d’une vaste distribution ; on le trouve sur plusieurs continents, de l’Afrique jusqu’en Inde en passant par l’Asie centrale et l’Asie du Sud-Ouest. Malheureusement, il n’y a plus qu’en Afrique australe que sa situation semble encore à peu près stable. Mais pour combien de temps ?

    Médaille d’or du saut en hauteur

    NaturagencyLes pattes arrière du caracal, longues et puissantes, lui permettent de réaliser des bonds prodigieux.

    Pesant 10 à 20 kilos pour 60 cm à 1 m de long (sans la queue qui mesure de 20 à 30 cm), le caracal est le plus gros des petits félins et un athlète hors pair. Sa morphologie donne de précieuses indications sur ses aptitudes : une arrière-main très puissante plus haute que l’avant-main et dotée de pattes musclées ainsi qu’une colonne vertébrale très flexible. Le caracal excelle dans les sprints et les sauts en hauteur. Un adulte peut bondir verticalement jusqu’à trois mètres. Cette faculté lui permet de capturer des oiseaux au moment de l’envol.

    Tourterelles et passereaux s’abreuvant au point d’eau, pintades et francolins piétant à travers les hautes herbes doivent se méfier de son approche silencieuse. Sa robe fauve lui assure un camouflage parfait. Ce prédateur chasse de préférence pendant la nuit ou à l’aube, avant les fortes chaleurs. Mais, durant l’hiver austral, il n’hésite pas à patrouiller aussi de jour. Ce sprinteur s’avère très habile à attraper des rongeurs, des lièvres, des damans et même de petites antilopes comme des springboks, des duikers ou des steenboks. Et s’il n’a rien d’autre à se mettre sous la dent, lézards et coléoptères calmeront son appétit.

    L’énigme des plumeaux

    NaturagencyLes pinceaux des caracals sont les plus longs et les plus fournis, ils peuvent atteindre 8cm.

    A quoi servent les pinceaux que portent toutes les espèces de lynx ainsi que le caracal à l’extrémité des oreilles ? Ceux du caracal sont d’ailleurs les plus longs et les plus fournis, pouvant atteindre jusqu’à 8 cm. Pour l’instant, les chercheurs suggèrent diverses hypothèses sans pouvoir démontrer une quelconque fonction. On a longtemps supposé que ces bouquets de poils noirs amélioraient l’audition, amplifiant la réception des sons, notamment des hautes fréquences. Mais aujourd’hui, les spécialistes présument que ces plumeaux servent davantage à la communication entre congénères.

    Entre coexistence et concurrence

    NaturagencyIl y a jusqu'à sept espèces de félins dans ceraines réserves africaines.

    Dans certaines réserves africaines, on rencontre jusqu’à sept espèces de félins : lion, léopard, guépard, serval, caracal, chat sauvage, chat à pieds noirs. Evidemment, tout félin s’appliquera à ne pas rencontrer un cousin plus grand ou plus puissant. Pour éviter ce type de mésaventure au dénouement souvent fatal, les félins, notamment les petits, ont trois options : chasser à des horaires différents, dans des endroits séparés, ou tuer des proies d’une autre taille. Le caracal et son proche cousin, le serval (photo), au pelage tacheté, sont à peu près du même gabarit et semblent s’intéresser au même type de proies : oiseaux, rongeurs, petites antilopes… Le serval affectionne les zones humides, marécages et prairies bordant les cours d’eau, même à sec. En revanche, le caracal préfère des zones plus ouvertes et plus arides, savanes herbeuses parsemées de rochers, lisières de forêts sèches, prairies au pied de collines… En choisissant des habitats distincts, ces deux félins évitent de se rencontrer et n’entrent pas en concurrence pour les ressources alimentaires.

    Un avenir incertain

    Naturagency

    Ces jeunes caracals grandissent dans un sanctuaire privé. Au fil des mois, les félins vont gagner en muscles et en dextérité. Après cette période d’adaptation, ils seront relâchés dans une réserve privée qui leur offrira un refuge, du moins tant qu’ils resteront dans les limites du parc. Les associations de protection de la nature prônent des méthodes plus respectueuses pour réduire les attaques sur le bétail. L’utilisation de lamas et de chiens de troupeaux comme les bergers d’Anatolie s’avère très efficace. Mais rares sont les fermiers qui veulent investir dans l’entretien de plusieurs grands chiens.

    Permis de tuer le caracal

    En dehors des espaces protégés, les menaces qui pèsent sur le caracal en Afrique australe sont identiques à celles qui accablent le guépard : perte d’habitat face à l’extension des terres agricoles et conflit avec l’élevage extensif. Un caracal peut s’attaquer à des moutons, des chèvres et des veaux, proies faciles, d’autant plus que le bétail est laissé sans protection. En une année, un caracal prélève en moyenne cinq moutons sur une surface de 100 km2. Une perte que les éleveurs estiment à près de 1 milliard d’euros. Exaspérés, ils ont déclaré la guerre à ces prédateurs.

    Chasse de nuit avec silencieux, tir à partir d’hélicoptère et piégeage, toutes ces pratiques autrefois illégales sont à présent autorisées. Les pièges à mâchoire sont les plus utilisés. Des chasseurs proposent même leurs services aux fermiers et s’appliquent à « nettoyer » les terres d’élevage de tout « nuisible ». Par « nuisible », un fermier sud-africain entend tous les carnivores, y compris le petit renard du Cap, le protèle et le chat sauvage, mais aussi tous les creuseurs de galeries comme le potamochère, le phacochère et le porc-épic. Dans la seule province du Cap occidental, quelque 400 permis ont été délivrés en 2011 aux fermiers, les autorisant à tuer cinq caracals et cinq chacals par jour pendant six mois. Dans les autres provinces, les permis sont annuels et illimités, voire non obligatoires. Les protecteurs de la nature supposent que plus d’un million d’animaux sont ainsi « éliminés » chaque année. Et les dommages collatéraux sont nombreux : le poison contenu dans un cadavre entraîne dans sa spirale mortelle les charognards comme les vautours. Jusque-là, le caracal devait sa survie à sa discrétion et à son aptitude à coloniser  rapidement des territoires vidés des plus grands prédateurs. Mais, face à cette campagne d’éradication sans précédent, on peut craindre que la population de caracals ne s’effondre rapidement.

     


    Autres articles à lire

  • Le loup s'installe de plus en plus en France

    Faune sauvageRéapparu il y a moins de 30 ans en France, le loup continue à étendre son territoire et devrait dépasser les 500 individus cet hiver, soit le « seuil de viabilité » de cette espèce protégée tant redoutée d'une partie des éleveurs.

    07 Décembre 2018
  • Un nouveau cas de mutilation de koala en Australie

    Faune sauvageUn koala a été retrouvé vissé à un poteau dans un parc en Australie. Le fait divers révoltant succède à un précédent cas de mutilation, quelques mois plus tôt, sur un marsupial, dans un contexte alarmant pour la survie du koala en Australie.

    11 Janvier 2018
  • La musaraigne-éléphant : un animal original et méconnu

    Faune sauvageLe parc Biotropica, en Normandie, s’est vu confier par le zoo de Rotterdam un couple de musaraignes-éléphants de Peters. Au total, seule une quinzaine d’individus peuvent être observés en Europe. Zoom sur cette espèce aussi intrigante qu’intéressante.

    22 Mai 2019
  • Des chiens « ratons laveurs » qui terrorisent l’Angleterre ?

    Faune sauvageDeux chiens viverrins, « raccoon dogs » en anglais, ont récemment secoué les habitants de Clarborough (Angleterre) par leur agressivité après s’être enfuis de leur enclos. Zoom sur cette espèce peu connue et pourtant bien présente en Europe.

    04 Juin 2019
  • Qui décide du sort des animaux ?

    Faune sauvageÀ l’heure où les scientifiques évoquent la sixième extinction de masse des espèces, la protection de la faune sauvage semble plus que jamais une urgence, dépendante de la responsabilité humaine. Mais entre la souveraineté des États et les réglementations internationales, la protection des espèces se révèle complexe à assurer. Reste le rôle des ONG, des scientifiques et de la société civile, déterminant pour la survie de millions d’animaux.

    27 Octobre 2017
  • Un emprunt pour sauver le rhinocéros ?

    Faune sauvageUn consortium d’associations travaille actuellement à la mise en place d’un tout nouvel instrument financier afin d’aider à la protection du rhinocéros noir d’Afrique. Si cela fonctionne, ce modèle pourra être appliqué à d’autres espèces en voie de disparition.

    22 Septembre 2019
  • Le retour en liberté d’une tigresse de Sibérie

    Faune sauvageFilippa, une jeune tigresse a été relâchée dans la nature en Russie, le 29 avril dernier, après avoir suivi un programme de réhabilitation de près de deux ans.

    11 Mai 2017
  • Un lièvre de Patagonie découvert dans l’Oise

    Faune sauvageUn lièvre de Patagonie a été capturé par les services de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage dans une zone industrielle du Val-d’Oise. Probablement échappé de chez un particulier, il a été remis au zoo de Vincennes.

    13 Juin 2016
  • Bornéo : libération d’un orang-outan albinos rare

    Faune sauvageAprès un sauvetage en 2017, Alba, la seule orang-outan albinos connue, a pu être relâchée fin décembre 2018. Elle est placée sous haute surveillance.

    10 Janvier 2019
  • Landes : les associations mobilisées pour les deux macaques survivants

    Faune sauvageEn majorité porteurs du virus de l’herpès B, 163 macaques de Java du parc de la Pinède des singes dans les Landes, aujourd’hui fermé, ont été euthanasiés en mai dernier. Deux singes du même groupe, jusque à présent en semi-liberté, viennent d’être capturés et testés pour savoir s’ils sont porteurs du virus. Les associations demandent à ce qu’ils soient placés dans un refuge adapté.

    09 Août 2017
  • Un louveteau affaibli et errant : la faute aux tirs de loups

    Faune sauvageUn louveteau affaibli, apparemment blessé, a été aperçu à plusieurs reprises depuis quelques jours par des habitants de la station de ski de Valberg (Alpes-Maritimes). Selon l’association Ferus, les causes de cette errance sont les tirs de loups autorisés par l’État, qui ont décimé sa famille…

    28 Octobre 2019
  • Los Angeles : un selfie avec un jaguar tourne mal

    Faune sauvageUn jaguar ayant attaqué une femme qui avait franchi une barrière pour prendre un selfie avec l'animal ne sera pas euthanasié, a assuré le zoo dans lequel l'incident s'est produit ce week-end.

    12 Mars 2019
  • Fritz, l’ourson de Berlin, n’a pas survécu

    Faune sauvageLe jeune ours polaire né il y a quatre mois dans le Tierpark de Berlin a succombé à une hépatite, a annoncé le zoo avec tristesse.

    08 Mars 2017
  • Quel sursis pour les bouquetins du Bargy ?

    Faune sauvagePromis à un abattage certain suite à un arrêté du préfet de Haute-Savoie, les bouquetins du massif du Bargy, porteurs de la brucellose, profitent d'un sursis suite à un recours devant le tribunal porté par les associations de protection animale.

    19 Octobre 2015
  • Le chat sauvage d’Écosse, une espèce aux portes de la disparition

    Faune sauvageDepuis une dizaine d’années, de nombreux acteurs se sont élevés pour essayer de préserver une espèce emblématique des Highlands : le chat sauvage d’Écosse. Anne Étourneau, fondatrice de la société FranceAgora – l’intermédiaire français des projets écossais – nous parle plus en détails de cet animal et des mesures mises en place pour le protéger.

    14 Septembre 2018
  • Pourquoi le cerf brame-t-il un peu plus tôt chaque année ?

    Faune sauvageHabituellement, la saison du brame du cerf démarre dans nos forêts à la mi-septembre. Mais depuis quelques années, l’appel du brame commence plus tôt. Eric Dion, gestionnaire du domaine de Saint-Benoît, à Rambouillet, nous explique pourquoi.

    13 Octobre 2018
  • Sri Lanka : 7 éléphants découverts morts, sans doute empoisonnés

    Faune sauvageLes responsables de la faune sauvage ont découvert depuis vendredi 27 septembre sept éléphants morts au Sri Lanka, sans doute empoisonnés par des villageois exaspérés par ces animaux qui causent des accidents mortels et détruisent les cultures.

    30 Septembre 2019
  • Les selfies dangereux pour les animaux sauvages

    Faune sauvageUne ONG lance une alerte concernant la pratique de plus en plus en vogue qui consiste à se prendre en photo avec des animaux sauvages. Car derrière les clichés de vacances se trouve bien souvent la triste réalité de l’exploitation animale.

    05 Octobre 2017
  • Deux bébés pandas au lieu d'un seul attendus au zoo de Beauval

    Faune sauvageHuan Huan, la panda femelle prêtée par la Chine au zoo de Beauval à Saint-Aignan-sur Cher, attend des bébés jumeaux et non pas un seul bébé, a révélé mardi une ultime échographie effectuée avant la mise bas, prévue vendredi ou samedi.

    02 Août 2017
  • Présentation des derniers-nés au parc des félins

    Faune sauvageBagany, le lionceau, et Sayan, Lyuha et Neva, les trois bébés tigres, sont nés au parc des félins, à Nesles (77). Animaux-online a eu le privilège de les approcher et de les toucher rien qu’avec les yeux.

    18 Février 2016