Borias, le petit chat bonheur


  • Borias, le petit chat bonheurPhoto : Sophie Coutouly
  • Vivre ensemble/ Belles Histoires

    Voici l’histoire d’un sauvetage inattendu qui a changé la vie d’un bébé chat –nommé Borias- comme celle de sa maîtresse.

    Par Sophie Coutouly

    J’ai 29 ans, et depuis que je suis née, je passe tous mes étés chez ma grand-mère, au fin fond de l’Aveyron, dans un petit hameau de trois habitants nommé Pargues. Mon grand-père d’adoption, 82 ans et agriculteur retraité, a une ferme au petit village d’en bas, dans la vallée. Il n’y vit plus mais y passe ses journées pour s’occuper. J’y retrouve à chaque fois les vaches, les poules, les poussins… Et toute une tribu de chats sauvages. J’ai mes habitudes immuables pour ces vacances-là. Mes valises posées, je descends au village acheter mon stock de pâtée pour chats et me rends à la ferme pour voir combien de félins sont encore là, et si les chatons de l’année précédente ont survécu. Je retrouve ceux que je connais déjà, que j’ai affublés de petits noms... La Noiraude, Lalouche, Baya, etc. L’ été dernier, j’ai retrouvé les chats du coin qui rappliquent dès qu’on appelle « mimi, mimi » et qu’on cogne le fond d’une casserole.

    Je ne les vois qu’une ou deux fois par an, mais c’est à croire qu’ils se souviennent que je les nourris et les engraisse un maximum durant mes vacances... J’ai eu le plaisir de voir que les chats adultes et sédentaires étaient quasiment tous là. Au nombre de trois ou quatre, je les retrouve tous les ans. Les portées  elles, disparaissent. Il m’est arrivé souvent de retrouver des chatons écrasés sur le bord de la route, ou tués par des fouines ou belettes. Certains survivent et vont voir ailleurs... J’en ai fait adopter quelques-uns aussi...

    UNE RENCONTRE ÉMOUVANTE

    Mais cet été là, une belle portée de trois chatons roux en pleine forme s’est précipitée sur la pitance que je leur offrais. Je n’avais pas vu le tout petit chaton sale, aux couleurs de siamois, tapi dans un coin. C’est mon amie qui l’a trouvé, et attrapé alors qu’il feulait de toutes ses petites forces. Tout petit, la peau sur les os, il semblait seul au monde. Aucune des deux chattes aux mamelles pendantes ne s’occupait de lui. Il était donc orphelin. Intéressé par l’odeur de la pâtée, il ne parvenait pas à la manger. Pas sevré donc...

    Sophie CoutoulyRejeté par sa mère, le chaton a dû être sevré rapidement. 

    Une fois passé le choc d’un contact direct avec un être humain, on l’a observé. Il était tellement faible qu’il parvenait à peine à marcher. Ses yeux ne réagissaient pas. Je l’ai cru aveugle, un handicap impossible à surmonter pour un chat sauvage. Il me paraissait condamné, et j’avais en tout sept jours pour le remettre sur pattes et lui donner une chance de survivre à la ferme. Nous sommes redescendues au village acheter du lait pour chaton. Mais il ne parvenait pas à le laper. Nous l’avons donc nourri à la seringue. Il peinait même à faire ses besoins. Mon amie lui nettoyait deux fois par jour l’arrière-train pour le stimuler.

    Devant le peu de temps que l’on avait devant nous pour le sauver, on a décidé de le sevrer au plus vite. Dès le deuxième jour, nous avons donc mélangé le lait à de la pâtée pour chat mixée, toujours en le gavant deux fois par jour. On ne pouvait pas faire plus. Mais il reprenait des forces tout doucement. On le voyait tous les jours. Il était plus vif, plus sûr sur ses pattes. Le quatrième jour, on a eu la surprise de le voir manger dans la gamelle des chats adultes. Il a lapé sans difficulté le lait qu’on lui a offert. Et là, pour nous, s’est posée la question. Que faire ?

    VERS UNE NOUVELLE VIE

    Sophie CoutoulyBorias, en route pour une nouvelle vie.

    Nos vacances s’achevaient, le petit chat allait mieux mais était encore très faible. Il avait des tonnes de parasites qui lui couraient dessus, jusque dans ses yeux. Qu’allait- il devenir quand nous serions parties ? Mon amie a commencé à émettre une hypothèse... Et si on le prenait avec nous ? C’était une question légitime, mais elle engendrait de nombreuses complications. Serions-nous capables d’offrir une belle vie à un chat sauvage, alors que l’on vivait en appartement, avec un golden retriever adorable, mais qui court après les chats de notre résidence, sans agressivité certes, mais juste pour jouer avec eux ? Arriverions-nous à les faire cohabiter ? En outre, nous ne connaissions rien de la santé de ce petit chaton. Était-il seulement viable ? Au vu de son jeune âge, de son côté amorphe, de sa maigreur, je n’étais même pas sûre qu’il soit « sauvable ».

    Sophie Coutouly Sans soins quotidiens, Borias n'aurait eu aucune chance de s'en sortir. 

    Nous avons donc décidé, deux jours avant de repartir en Bourgogne, d’emmener le petit chat chez un vétérinaire, pour avoir une idée de ce que serait sa vie. Sa vie si on le laissait à la ferme, sa vie si on tentait de l’adopter dans un environnement qui ne serait pas celui de sa naissance. Nous avions déjà un petit nom pour lui en tête, mais je m’interdisais de le prononcer, de peur de trop m’attacher. Il restait, pour nous, « le petit chat ». En attendant le verdict... Le docteur vétérinaire l’a examiné de fond en comble et nous a annoncé que « non, il n’est pas aveugle, juste tellement mal nourri et déshydraté qu’il en devient apathique », mais qu’à part ça, et le fait qu’il était infesté de parasites, il allait « bien ». Et devant la description que nous avons faite de sa future vie à la ferme si on l’y laissait, il a été sans ambiguïté : « seul, sans maman, sans maître, il ne survivra pas. Il est trop faible. » Et donc, si on le prend avec nous ? Il nous annonce que notre rôle sera du nursing, à savoir le nourrir, le veiller, le traiter contre les parasites, le faire grandir pour en faire un chat adopté et bien dans sa peau. Bref, ce que nous faisions déjà…

    Sophie CoutoulyCalé sur un tissu, le chaton est embarqué chez le vétérinaire.

    Durant le trajet du retour, il convenait maintenant d’appeler le chaton par son nouveau petit nom, à savoir Borias. Arrivé chez nous, Borias est devenu un chaton magique. Il n’a fallu qu’une nuit pour qu’il apprivoise sa litière. Affectueux au-delà du possible, il dormait contre nous, ronronnait à tout va. Des démonstrations d’affection à n’en plus finir. Et si nous l’avons, au début, séparé de notre chienne en notre absence, par mesure de sécurité pour lui comme pour notre golden, leur cohabitation a été d’une facilité déconcertante.

    Sophie CoutoulyLa cohabitation entre la chienne golden et Borias a été d'une facilité déconcertante.

    BORIAS POUR LE MEILLEUR

    Mais le pire aussi. À six mois, juste après les fêtes de fin d’année, nous avons décidé de le faire castrer, pour son confort et le nôtre aussi. Rendez-vous est pris à notre clinique vétérinaire attitrée. Borias a un léger souffle au coeur diagnostiqué depuis son arrivée chez nous, on le rappelle au vétérinaire, et heureusement. Après l’avoir ré-ausculté, le véto décide de lui administrer un quart de l’anesthésie seulement pour voir sa réaction. Et elle a été sans appel. Nous avons reçu un coup de fil deux heures plus tard. Borias n’avait pas supporté la mini anesthésie. Il a fait un arrêt cardiaque, suivi d’un oedème pulmonaire. Le vétérinaire a pu le sauver de justesse. Mais plus question de le castrer. Son état cardiaque était trop préoccupant. Depuis, petit chat Borias est un vrai mâle qui réclame à corps et à cris une femelle, surtout quand les minettes de la résidence se prélassent devant notre porte-fenêtre !

    Mais il reste un vrai bonheur, car malgré le fait qu’il ne soit pas castré, il se contente de marquer son territoire en se frottant partout, pas un pipi en dehors de sa litière ! Et s’il miaule et parle beaucoup, c’est certainement dû à son croisement avec un siamois, entre autres, et il se tait quand on lui dit « chut » ! Nous lui avons fait passer des analyses sanguines et une échographie cardiaque pour pouvoir appréhender son handicap, et maintenant il nous faut attendre la fin de sa croissance et son premier anniversaire pour le re-tester et avoir une meilleure idée de sa maladie. Soit son souffle au coeur reste bénin, soit son espérance de vie se trouvera largement écourtée par sa malformation du coeur. Deux ans, trois ans maximum à pouvoir profiter de sa présence dans nos vies.

    Sophie CoutoulyBorias profite aujourd'hui pleinement de sa vie de félin malgré un problème cardiaque.

    Mais même si petit chat Borias ne devait vivre que deux ou trois ans à nos côtés, si ses prochains examens devaient nous annoncer que sa présence serait éphémère, je sais qu’on lui aura offert une vraie vie de félin qui en vaudra certainement neuf... On ne regrettera rien. On fera avec. On l’aime. Il est et restera notre chat bonheur, notre chat magique.

     

     

     


    Autres articles à lire

  • Minous à la ferme : des chats sauvés grâce aux rongeurs

    Vivre ensembleDans l’Etat de Washington, aux Etats-Unis, des chats de refuges jugés inadoptables sont placés dans des fermes où ils font carrière comme chasseurs de rongeurs. Une reconversion organisée par le refuge SpokAnimals afin de leur éviter l’euthanasie.

    23 Mars 2016
  • Le prince George fête ses trois ans avec le chien Lupo

    Vivre ensembleC’est avec Lupo, le chien de la famille, que le prince George, fils aîné du duc et de la duchesse de Cambridge, pose pour la photo officielle de ses trois ans.

    22 Juillet 2016
  • Audrey et Louna, coéquipières de choc

    Vivre ensemblePour la première fois, un chien a pris le départ, avec sa maîtresse, de l’Ultra Tour des 4 Massifs, une course à pied intense (169 km, 11 000 m de dénivelé) qui fait le tour des sommets du bassin grenoblois.

    18 Août 2016
  • Des toutous à la plage pour la bonne cause

    Vivre ensembleCunta et Baïné, deux chiennes du Refuge de la côte basque, ont profité d’une sortie à la plage organisée par une clinique vétérinaire de Bidart pour embellir leur quotidien, et encourager les adoptions.

    23 Mai 2017
  • La ferme de tous les espoirs

    Vivre ensembleÀ la ferme de Suzi Handicap Animal, les animaux blessés oublient leur calvaire passé auprès de Stéphanie Lisicki. Cassés par la vie, les accidents ou les hommes, ces éclopés se remettent de leurs blessures à l’âme et au corps.

    02 Mars 2018
  • Vinaigrette, entre chien et loup

    Vivre ensembleAprès avoir été suivie pour des troubles du comportement, elle est arrivée au refuge breton de Coat Fur en 2011. Sur cette terre d’accueil pour les loups, l’hybride partage son quotidien avec une vingtaine d’autres animaux.

    02 Novembre 2017
  • Découvrez l’histoire de Nemo, le nouveau chien de l’Élysée

    Vivre ensembleDepuis Georges Pompidou, tous les présidents de la Ve République ont eu un chien pendant leur mandat. Emmanuel et Brigitte Macron n’ont pas dérogé à la règle, mais pour la première fois, ils ont adopté Nemo, leur nouveau compagnon, dans un refuge. Un geste fort, qui a transformé le « premier chien de France » en ambassadeur de la cause animale.

    26 Septembre 2017
  • Penguin, la pie qui sauva toute une famille

    Vivre ensembleAprès le grave accident qui la laisse entièrement paralysée, Sam Bloom, une mère de famille australienne, s’enfonce dans une profonde dépression. Jusqu’au jour où, tel un ange gardien, une pie tombée du ciel lui redonne le goût de vivre…

    21 Septembre 2018
  • Une astuce pour occuper son chat

    Vivre ensembleSes chats n'en finissaient plus de détruire ses meubles, il a trouvé une solution pour les en détourner ! Une vidéo pleine d'enseignements et d'astuces !

    21 Septembre 2015
  • Royaume-Uni : un chat accusé d'espionnage

    Vivre ensembleLe chat Palmerston, adopté le mois dernier pour chasser les rongeurs au ministère des Affaires étrangères, s'est retrouvé au cœur d'une petite plaisanterie entre les membres du Parlement britannique. Soupçonné d'espionnage, il doit dorénavant montrer patte blanche…

    27 Mai 2016
  • Plume, la poule aux œufs d'or

    Vivre ensembleCette belle faverolles vivant dans la Sarthe a obtenu, en juillet dernier, le titre convoité de Miss Poule 2016. Rencontre avec ce gallinacé distingué et ses heureux propriétaires, la famille Dubois.

    08 Juillet 2017
  • « Gamelles pleines » : soutenir des maîtres SDF et leurs animaux

    Vivre ensembleL’association Gamelles Pleines réunit dans un calendrier 2018, de superbes photographies en noir et blanc : des portraits de personnes vivant dans la précarité au côté de fidèles compagnons. Les ventes serviront à soutenir les actions en faveur d’une intégration de l’animal à part entière dans l’aide sociale.

    12 Décembre 2017
  • Après neuf ans d'absence, le chat Moubli est de retour

    Vivre ensembleIl s’appelle Moubli. Et ses propriétaires avaient oublié son existence après sa disparition il y a neuf ans. Jusqu’à ce jour où l’appel téléphonique d’un refuge le fait réapparaître…

    05 Septembre 2016
  • Frida, une labrador secouriste devenue une héroïne au Mexique

    Vivre ensembleUne femelle labrador de 6 ans, membre de l’unité canine de la Marine mexicaine, est devenue une véritable icône au Mexique, frappé par un terrible séisme le 19 septembre dernier.

    25 Septembre 2017
  • Le paradis des rescapés

    Vivre ensembleÉchappé du camion qui le transportait, le cochon Rosette a été trouvé sur un parking et coule désormais des jours heureux dans une ferme de la Meuse : un refuge pour les animaux d’élevage maltraités.

    03 Avril 2016
  • Le chat aime-t-il la musique ?

    Vivre ensembleOn dit que la musique adoucit les mœurs. Parfois, elle provoque le contraire… chez les chats ! Follement drôle !

    22 Octobre 2015
  • Frozen Kitten : des nouvelles rassurantes du chaton retrouvé gelé

    Vivre ensembleEn novembre dernier, la vidéo d’un chaton retrouvé en état d’hypothermie dans la neige avait ému les internautes. Désormais, Lazarus, le « chaton gelé », va mieux, dorloté par ses sauveurs qui l’ont adopté.

    14 Mars 2016
  • chiens abandonnés : 2nd chance

    Vivre ensembleJugés turbulents, incontrôlables ou mordeurs, ces chiens ont été maltraités puis abandonnés. Jusqu’au jour où des policiers passionnés ont su percevoir chez eux les qualités qui font les chiens d’exception…

    01 Juin 2015
  • Une sculpture en chocolat en hommage au rhinocéros de Thoiry

    Vivre ensembleA l’occasion des fêtes de Pâques, le sculpteur et pâtissier chocolatier Eric Thévenot, ému par la disparition du rhinocéros Vince, abattu en mars dernier au zoo de Thoiry à cause de sa corne, lui rend un bel hommage avec une imposante sculpture à son effigie.

    13 Avril 2017
  • La reine Zelda

    Vivre ensembleDans une ancienne ferme de la campagne lorraine, Zelda est une oie qui mène une vie de chien…de compagnie ! Bien au chaud, elle vit au milieu des chats de la maison, qu’elle mène à la baguette !

    17 Février 2019