Cécile Gilbert-Kawano : la pédagogie par le cheval


  • Cécile Gilbert-Kawano : la pédagogie par le chevalPhoto : DR
  • Vivre ensemble/ Zoothérapie

    Parce qu’il ne sait pas parler, comme nous les humains, le cheval utilise mieux que nous le langage du corps. Par ses gestes, ses postures, ses réactions, il transmet ses émotions et pourquoi pas ses messages. Pour Cécile Gilbert-Kawano, instructrice certifiée EponaquestTM, cette intelligence émotionnelle fait de l’équidé un des meilleurs alliés des accompagnants de toutes sortes pour nous apprendre à gérer nos émotions, mais aussi à les décrypter et, pourquoi pas, les transmettre. Avec ses chevaux, elle a mis au point une méthode de développement personnel et professionnel qu'elle dévoilera au cours d'un atelier à l'Université d'été de l'animal qui se tient au château de la Bourbansais du 24 au 26 août.

     

    Comment avez-vous fait entrer le cheval dans votre univers professionnel ?

    En me formant (formation certifiante EponaquestTM) pour accompagner individus et groupes (professionnels et particuliers) avec le cheval comme partenaire (apprentissage et coaching facilité par le cheval). J’ai fait ce choix, entre autres, pour permettre aux clients que j’accompagnais en intelligence émotionnelle d’expérimenter plus rapidement et plus profondément le fait de « sortir de leur mental ». Certaines personnes essaient de tout comprendre avec leur tête, de tout analyser, de tout décider grâce à des raisonnements... et se retrouvent démunies quand ces habitudes ne sont pas efficaces, voire leur crée des problèmes. Je cherchais un moyen d’aider mes clients plus efficacement encore à renforcer une sorte de partenariat interne entre leur tête et leur corps.

     

    Vous êtes instructrice certifiée EponaquestTM. Qu’est-ce que cela recouvre ?

    Un instructeur (une instructrice) certifié EponaquestTM est une personne qui a :

    1 - engrangé une expérience suffisante des chevaux pour respecter leurs besoins physiques et émotionnels et garantir leur sécurité ainsi que la sécurité des personnes qui interagissent avec eux.

    2 - fait un travail personnel assez approfondi qui lui donne la capacité à gérer ses propres processus émotionnels (même en présence d’autres personnes) pour être accepté dans la formation certifiante.

    3 - participé à une formation (développement personnel) de 3 fois 10 jours agréée par Linda Kohanov* (dont au moins une des sessions de 10 jours est animée par Linda elle-même). Ces formations permettent d’expérimenter déjà un peu en profondeur l’apprentissage facilité par le cheval (en étant client).

    Les instructeurs certifiés peuvent accompagner individus et groupes sur des apprentissages autour des compétences émotionnelles et relationnelles, des prises de décisions et de la connaissance de ses propres fonctionnements.

    Il existe des spécialisations pour accompagner des personnes qui veulent soit développer leurs capacités sociales (intelligence relationnelle et sociale), soit développer leurs capacités en termes de leadership.

     

    En quoi les chevaux nous aident-ils à apprendre ? En quoi peuvent-ils être des professeurs ?

    Les chevaux avec lesquels nous travaillons sont des chevaux "bien dans leur tête", des chevaux que les humains traitent avec respect en répondant à leurs besoins (autant que faire se peut), même si ce sont parfois des chevaux qui ont vécu des moments difficiles (accidents ou mauvais traitements dus à des propriétaires précédents). Ce sont donc des chevaux qui vont fonctionner avec leur sensibilité naturelle (ou bien s’être remis à le faire, ou bien être prêts à le faire avec nous).

    Contrairement aux chats (très indépendants, plutôt individualistes) ou aux chiens (souvent voulant faire plaisir à leur maître), le cheval travaille facilement avec nous quand nous le lui demandons, sans pour autant mettre d’enjeu dans sa relation aux humains (et encore moins aux "humains de passage" que sont pour lui les clients de séances ou d’ateliers), ni perdre son propre point de vue. Il va donc réagir comme ça lui vient en présence de telle ou telle personne, en fonction du contexte, de l’interaction du moment. Il va nous offrir ses réactions en présence de nos façons d’agir (ce que j’appelle : "500 kilos de feedback (c)").

    ShutterstockEntre eux, les chevaux utilisent leur ressenti interne comme source d'informations.
    Ils "s'écoutent" naturellement.

    Dans la nature, entre eux, les chevaux utilisent les ressentis internes (sensations et émotions) comme source d’informations. Travailler en leur présence et en interaction avec eux active nos propres processus internes profonds (système nerveux autonome) et nous "oblige" à expérimenter comment utiliser, nous aussi, nos ressentis comme source d’informations pour nous adapter plus efficacement. Nous devenons plus intelligents grâce à nos sensations et nos émotions (au lieu de les dénier et que nous devenions maladroits ou pire...)

    Les chevaux sont donc des professeurs dans le sens où ils "enseignent par l’exemple" mais aussi dans le sens où ils ne laisseront rien passer de nos erreurs, atermoiements, aveuglements... dans nos relations avec nous-mêmes ou avec les autres. Avec une bienveillance sans faille, ils sont d’une exigence totale.

    Et comme les chevaux et les humains se fréquentent depuis déjà des millénaires, il est relativement facile de se comprendre (il existe des codes qui facilitent la communication) : nous pouvons nous entendre (jusqu’à un certain point, évidemment).

     

    Vous dites que la communication humaine est à 90% non verbale. Comment s’expriment ces 90% et en quoi les chevaux (ou les animaux) sont-ils plus aptes à nous faire comprendre ce qu’est cette communication ?

    Si je vous dis que je suis heureuse de vous voir (mes mots expriment donc le plaisir), mais que je le dis en baissant le regard vers vos pieds, avec une posture épaules basses et rentrées vers l’avant, en tendant mollement le bras vers vous tout en laissant pendre ma main en direction du sol... que comprendrez-vous ? Celui de mon plaisir ? Ou bien une interprétation immédiate et "instinctive" de ma "non-envie" de vous voir ?

    Je cite les "90%" en référence au livre de Robert K.Cooper (The other 90%), qui détaille, dès 2002, les résultats des recherches en neurosciences tendant à prouver que nous pourrions tirer tellement plus de bénéfices de nos capacités (dont les capacités de communication) si nous nous écoutions, chacun, plus réellement et plus profondément (bénéfices en termes de motivation, résultats, énergie, relations...).

    Les chevaux s’écoutent naturellement. S’ils ont faim, ils ne vont pas prétendre que tout va bien sous prétexte que ce n’est pas l’heure du repas. Ils vont entendre le message interne ("faim = nécessité de se procurer des nutriments") et agir en fonction, c’est-à-dire bouger à la recherche de la pâture suivante ou du prochain tas de foin. Si quelque chose les énerve, leur fait peur ou leur fait mal, ils vont agir pour revenir au bien-être. Simplement.

    Ils sont aidés pour cela par le fait que leurs cortex et néo-cortex sont moins développés que les nôtres, et aussi par le fait que leur intestin est très long (les neurones qui y sont présents sont donc nombreux) : ils écoutent "leurs tripes" plus facilement que nous !

    Quand nous sommes en présence d’animaux, il nous faut activer (réactiver, renforcer...) nos capacités d’observation et de ressentis pour nous permettre d’intégrer des informations plus complètes avant de décider comment agir dans la situation. Il se trouve que le faire avec des animaux aussi sensibles et aussi imposants que les chevaux est encore plus efficace que de le faire avec d’autres animaux (principalement pour les raisons citées ci-dessus).

     

    Quel est le modèle de l’intelligence du cheval ? Résulte-t-il plus de l’intuition que de la réflexion ? 

    Si on peut parler de modèle... comme pour tous les animaux, je dirais que leur capacité d’adaptation est principalement "instinctuelle" (voir ci-dessus, peu de cortex et néo-cortex). Pour autant, un cheval qui fréquente l’humain est censé avoir appris à réfléchir. L’humain demande aux chevaux avec lesquels il travaille de prendre le temps de s’arrêter pour évaluer la situation et demander éventuellement de l’aide. Ainsi par exemple, lors d’une balade, si un bruit inconnu survient, un cheval "bien élevé" se figera et recherchera l’appui de l’humain de référence, le cavalier habituellement. Cela ayant pour contrepartie que l’humain fasse aussi confiance à son cheval : si le cheval s’arrête et ne veut pas s’engager dans tel chemin, on peut faire la supposition que le cheval a perçu quelque chose et on progressera par un autre chemin, ou bien on descendra de cheval et on ira en reconnaissance à pied. Bref, on prendra en compte la réaction du cheval, la confiance étant mutuelle, et chacun sachant que l’autre a des compétences spécifiques : le cheval sa sensibilité et des perceptions plus développées, l’humain sa réflexion et - idéalement - sa capacité de prise de recul.

    Comme pour tous les animaux, plus on les fréquente, plus on se rend compte que chaque individu a ses propres façons de fonctionner. Les réactions de chacun vont dépendre de leur vécu ("éducation" reçue, expériences mémorisées, envie et plaisir pour telle ou telle activité...). Certains plus aventureux, d’autres plus coquins, certains plus dominants, ou plus sensibles, certains curieux, d’autres plus en retrait, etc.

    Certains chevaux prennent clairement le temps d’une réflexion lors de certaines situations : observation d’une porte, essai-erreurs jusqu’à pouvoir l’ouvrir... Ou ce cheval qui, lors d’une randonnée, tombe avec son cavalier. Lui se relève, pas le cavalier (qui s’était assommé) : le cheval est sorti du chemin pour aller chercher de l’aide sur la route en parallèle.

    Le fait que les chevaux vivent dans un environnement qui les respecte leur permet de manifester et de développer leur propre intelligence (mais n’est-ce pas vrai de toute créature vivante ?)

     

    Vous parlez d’atelier avec le cheval ? De quoi s’agit-il ? Allez-vous proposer un atelier à l’université d’été ? Si oui, lequel ?

    Atelier avec le cheval : chaque jour une séance d’1h30 environ pour permettre aux participants de découvrir et d’expérimenter la façon dont les chevaux peuvent nous aider... à être plus intelligents (entre autres en prenant mieux en compte nos sensations et émotions).

    Comme je ne peux pas faire de séances individuelles en profondeur (il faut que l’atelier permette au plus grand nombre de personnes possible de participer d’une façon ou d’une autre), j’organise les ateliers en 20 à 30 minutes d’explications et de démonstration (un exercice que je réalise avec le cheval) suivies de 2 ou 3 séances de 20 à 30 minutes avec un volontaire à chaque fois (activité "à pied", on ne monte pas sur les chevaux).

    Chaque jour une thématique différente sera explorée. L’année dernière nous avons travaillé sur 3 outils de base de l’approche EponaquestTM (body scan, approcher par couche, faire respecter des limites) pour expérimenter comment se respecter soi et respecter l’autre en même temps créé dès le départ une relation plus riche.

    * Linda Kohanov est la créatrice d’EponaquestTM. A la fois auteure, conférencière, monitrice d’équitation et coach équin, elle a innové dans le domaine de l’apprentissage expérientiel équin et la psychothérapie facilitée par le cheval.

    Pour vous inscrire à l'université d'été de l'animal, c'est ici


    Autres articles à lire

  • Une fondation pour valoriser la relation homme-animal

    Vivre ensembleSpécialiste de la nutrition animale, l’entreprise Affinity Petcare décline sa Fondation « Affinity » en France. Son objectif ? Soutenir la recherche sur le lien qui existe entre l’homme et l’animal et valoriser des projets de médiation animale.

    14 Juin 2017
  • Des futurs chiens visiteurs en classe

    Vivre ensembleLes futurs visiteurs canins de l'association Parole de chien ont passé un week-end studieux avec leurs maîtres, du côté de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). A la maison de retraite Les Abondances, ils ont participé à des simulations de visites auprès de personnes âgées, isolées, fragiles, et aimants les chiens, en prévision de leur mission prochaine.

    21 Mars 2016
  • Des chiens anges gardiens des diabétiques

    Vivre ensembleLe 27 juin, trois chiens d’assistance ont été remis à de jeunes diabétiques. Formés par Acadia, la première école française de chiens d’assistance pour diabétiques, ils peuvent détecter une hypoglycémie et donner l’alerte avant que le coma survienne. Une prise en charge non invasive complémentaire au traitement thérapeutique traditionnel.

    02 Juillet 2018
  • Coup de pouce pour les projets de médiation animale

    Vivre ensembleLa Fondation Adrienne et Pierre Sommer renouvelle cette année son soutien à des professionnels qui veulent développer des projets de médiation animale. Si vous êtes concernés, vous pouvez déposer vos dossiers de candidatures sur fondation-apsommer.org avant le 1er mars.

    14 Janvier 2016
  • Pic du Lion : Des chiens guides d’aveugles au sommet

    Vivre ensembleSix chiens guides d’aveugles accompagnés de leurs maîtres ont gravi le pic du Lion, dans les Pyrénées, samedi 19 mars. Une opération incroyable menée par l’Association chiens guides d’aveugles grand sud.

    22 Mars 2016
  • Aux États-Unis, les vols avec animaux seront mieux encadrés

    Vivre ensemblePlusieurs compagnies aériennes, aux États-Unis, où il est autorisé de prendre l’avion avec son animal s’il est considéré comme un « soutien émotionnel », ont décidé de mieux encadrer cette pratique pour éviter les dérives.

    02 Février 2018
  • Les Français convaincus que les animaux les aident à guérir

    Vivre ensembleIls nous guérissent. Qui ? Nos animaux de compagnie, bien sûr. L'institut de sondage Opinionway révèle que la majorité des Français sont convaincus que la présence d'un animal dans l'accompagnement d'une thérapie apporte des bienfaits.

    11 Février 2016
  • A la recherche des animaux soigneurs

    Vivre ensemble#AnimauxSoigneurs, c’est par ce hastag que la Fondation Affinity a lancé officiellement son appel à projets en France, le 15 janvier dernier. Le but ? Recenser toutes les propositions de programmes où les chats et les chiens viennent au secours de personnes vulnérables ou malades et aider trois d’entre eux à l’issue d’une sélection.

    18 Janvier 2018
  • Les chiens sont plus heureux à Montpellier

    Vivre ensembleMontpellier regagne sa première place pour cette édition 2018 du Palmarès des villes où il fait bon vivre avec son chien, publié par le magazine 30 Millions d’amis. La capitale de l’Hérault est la ville où le chien peut vivre en parfaite harmonie avec son maître dans l’espace urbain devant Toulouse et Nice..

    20 Avril 2018
  • Des challenges à la mode

    Vivre ensembleLes challenges à faire avec son animal se multiplient sur la toile et créent un phénomène viral à travers le monde. L’équipe d’animaux-online vous donne quelques astuces pour réaliser ces challenges.

    29 Août 2018
  • Le retour en liberté d’une tigresse de Sibérie

    Vivre ensembleFilippa, une jeune tigresse a été relâchée dans la nature en Russie le 29 avril dernier, après avoir suivi un programme de réhabilitation de près de deux ans.

    12 Février 2017
  • Les intervenants de Dog Revolution : Charlotte Duranton

    Vivre ensembleCharlotte Duranton est éthologue. Le week-end des 1er et 2 octobre, elle interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    01 Septembre 2016
  • Aux États-Unis, les vols avec animaux seront mieux encadrés

    Vivre ensemblePlusieurs compagnies aériennes, aux États-Unis, où il est autorisé de prendre l’avion avec son animal s’il est considéré comme un « soutien émotionnel », ont décidé de mieux encadrer cette pratique pour éviter les dérives.

    02 Février 2018
  • La garde alternée de son chien

    Vivre ensembleManque de temps, de disponibilité… Et pourquoi ne pas adopter un animal à mi-temps? Plus adapté au chien, ce mode de garde nécessite toutefois quelques recommandations.

    06 Novembre 2017
  • Borias, le petit chat bonheur

    Vivre ensembleVoici l’histoire d’un sauvetage inattendu qui a changé la vie d’un bébé chat –nommé Borias- comme celle de sa maîtresse.

    20 Août 2018
  • Au programme de Pet Revolution : communiquer avec eux sans les mots

    Vivre ensembleAnnaïk Fève est neurologue, psychanalyste et docteur en neurosciences. Spécialiste du langage non verbal chez l’homme, elle interviendra lors du séminaire « Pet Revolution, L’Animal en marche » les 30 septembre et 1er octobre prochains pour croiser son expertise avec celle des spécialistes du comportement animal.

    09 Août 2017
  • Rage canine, prudence en vacances

    Vivre ensembleEn France, la rage a officiellement disparu mais le risque que la maladie réapparaisse est toujours d’actualité : 3 cas ont été repérés entre 2011 et 2015, tous liés à l’importation illégale de chiens originaires de pays étrangers.

    07 Août 2018
  • Comment occuper son chien à la plage ?

    Vivre ensembleLes bains de mer sont toujours très appréciés l’été par les maîtres et leurs animaux. Mais quand on reste de longues heures sur la plage, il convient que votre chien ne devienne pas une source d’ennuis pour les autres.

    25 Juillet 2018
  • 10 conseils avant de faire garder son animal

    Vivre ensembleLes grandes vacances arrivent à grands pas. Il convient d’aborder avec le pet-sitter de son animal tous les aspects de son séjour en dehors de votre domicile, si vous partez sans lui. Nos 10 conseils pour que ce séjour temporaire se déroule dans les meilleures conditions…

    31 Mai 2016
  • A 11 ans, il saute à l'eau pour sauver deux chiots de la noyade

    Vivre ensembleAlors qu'il se promenait le long de la Charente avec ses grands-parents, Enzo, un jeune garçon âgé de 11 ans assiste à une scène surréaliste. Une femme jette des chiots du haut d'un pont. Sans hésiter, il saute dans l'eau pour sauver deux jeunes beagles.

    10 Mai 2016