Université d'été de l'animal : rendez-vous avec la nature

Raphaël Gamand, le dompteur de fourmis


  • Raphaël Gamand, le dompteur de fourmisPhoto : DR
  • Bons plans/ Événements

    Cet ingénieur agronome a décidé que si l’homme ne va pas à l’insecte, c’est l’insecte qui ira à lui. Co-fondateur, en 2014, de la société Insecto, il a mis sur pied un programme à destination des scolaires mais aussi des adultes de vulgarisation scientifique qui porte à la connaissance de tous, le monde merveilleux des insectes. Un insectarium d’un nouveau genre a été créé puisqu’il est mobile : l’insecto-bus va de classe en classe, de ville en ville, de salon en comice agricole afin de présenter ses fourmis, criquets, phasmes et autres insecte rampant ou volant !

    A l’université d’été de l’animal, qui se tiendra du 24 au 26 août au château de la Bourbansais, Raphaël Gamand dévoilera les secrets des fourmis, dont beaucoup d’entre nous ignorent les formidables capacités d’adaptation et d’organisation qui servent une colonie qui assure la survie de chacune d’entre elles…

     

    Animaux-online.com : L’intelligence chez les insectes, notamment les fourmis, n’est souvent reconnue par l’homme que « collectivement ». N’existe-t-elle pas au niveau individuel ?

    Raphaël Gamand : J’attire tout d’abord votre attention sur le fait qu’il est très compliqué et discutable de parler "des fourmis". En effet, on a découvert plus de 13 000 espèces de fourmis et chacune possède des spécificités qui lui sont propres. 13 000 espèces, c’est deux fois plus que dans les familles des oiseaux ou des mammifères ! Il ne viendrait à l’idée à personne de parler d’une quelconque aptitude des mammifères dans leur ensemble car il est difficile de comparer un dauphin, à un éléphant ou à une souris. Pourtant, quand il s’agit des fourmis, on parle de l’intelligence "des fourmis" comme si elles étaient toutes les mêmes. 

    Ensuite, il est vrai que l’homme a toujours tendance à négliger l’individu pour privilégier le comportement de l’espèce. Il suffit de regarder un reportage animalier sur la vie des lions, pour voir que l’homme pense que tous les lions sont les mêmes et se comportent de la même façon. 

    Pour les fourmis, étant donné les performances qu’elles sont capables de réaliser collectivement, faire de l’élevage, de l’agriculture, construire des structures complexes, et bien d’autres, il est en effet tentant de négliger leurs capacités individuelles.

    ShutterstockIl existe plus de 13 000 espèces de fourmis. Pourtant, l'homme les englobe comme étant un seul groupe d'insectes…
     

    Animaux-online.com : Peut-on parler d’intelligence en ce qui les concerne ? 

    Raphaël Gamand : Si par exemple, pour vous, les capacités à s’orienter sont une preuve d’intelligence, alors oui les fourmis Cataglyphis du désert ont une forme d’intelligence supérieure à celle des humains sur ce point. Si la capacité à communiquer avec les autres est une forme d’intelligence, alors oui toutes les fourmis ont individuellement un arsenal d’émetteurs et de récepteurs de messages qui leur donne une forme d’intelligence très développée. 

    Enfin si, pour vous, l’intelligence c’est la réaction adaptée face à un événement inconnu, alors il suffit de soulever une pierre pour voir que, par exemple, les très communes fourmis des jardins Lasius niger nichées en-dessous de cette pierre vont immédiatement rentrer leurs larves dans la terre suite à une décision individuelle rapide parfaitement adaptée à la situation.  

     

    Animaux-online.com : Pourquoi les fourmis fascinent-elles tant les hommes, même quand ils sont petits ?

    Raphaël Gamand : Tous les enfants sont attirés par le mouvement. A deux animaux de même taille, un animal mobile sera toujours plus intéressant pour un enfant qu’un animal immobile. Par leur forte activité, les fourmis sont ainsi une source d’observation dynamique très intéressante. L’autre point c’est que, contrairement à des animaux inféodés à des biotopes spécifiques, les fourmis sont présentes quasiment partout, même dans la maison ! Là encore, c’est pour un enfant la garantie d’avoir accès à une source d’observation inépuisable. 

    Pour les plus grands, force est de constater que les fourmis ne laissent personne indifférent. Ce qui, je pense, fascine le plus, c’est leur organisation en apparence parfaite et surtout sans aucun conflit. Alors qu’il suffit de plonger dans une cours de récréation pour y voir quelques tensions, regarder une fourmilière interpelle par cette absence totale, du moins en apparence, de conflit entre les individus. Il faut noter que la contrepartie de cette solidarité intra-colonie, c’est une extraordinaire propension à faire la guerre aux colonies voisines. Les fourmis sont en effet des insectes très territoriaux et très guerriers quand il faut défendre ou conquérir un territoire.  

    ShutterstockL'organiisation des fourmis fascine l'homme. Elles sont capables d'œuvrer toutes ensemble pour le bien de tous, comme ici quand elles bâtissent un pont de leurs corps pour permettre aux autres de passer d'une feuille à l'autre…
     

    Animaux-online.com : Racontez-nous comment les fourmis ont mis au point des déchetteries. Avec une seule instruction, elles créent un système ?

    Raphaël Gamand : Chez les humains, une autorité centrale décrète que la déchetterie se trouvera à un endroit bien précis et un ensemble de règles et de contrôles s’assurent que chacun aille y mettre ses déchets. Beaucoup pensent que, chez les fourmis c’est la même chose, certains pensent même que c’est la reine qui décide d’à peu près tout. Or, c’est complètement faux. Les fourmis obéissent juste à des règles très simples. Dans ce cas de la déchetterie, elles ont juste comme instinct de poser un déchet là où ça sent le plus le déchet. Au début de la création d’une fourmilière, les déchets sont éparpillés un peu partout. Puis, au fruit du hasard, quelques déchets seront mis non loin l’un de l’autre et, inévitablement, ça sentira plus le déchet à cet endroit là qu’ailleurs. Suivant leur instinct, les fourmis viendront poser leur déchet à cet endroit et, petit à petit, il n’y aura qu’une seule déchetterie. Il faut noter que ce comportement d’hygiène est fondamental pour les fourmis qui vivent dans une telle densité d’individus qu’elles ne peuvent pas se permettre le développement de pathogènes. 

     

    Animaux-online.com : Le déplacement des fourmis fascine l’homme. Nombreuses, elles ne connaissent jamais les embouteillages. En quoi cela inspire-t-il les ingénieurs chargés de trouver des solutions aux trafics encombrés ?

    Raphaël Gamand : C’est un vaste sujet. Là encore, ce sont des règles simples qui permettent aux fourmis de réaliser des comportements complexes. Pour se déplacer, les fourmis suivent des pistes odorantes qu’elles créent. Ce système leur permet d’indiquer aux autres ouvrières où se trouve la source de nourriture et, en revenant, où se trouve le nid. Plus les fourmis sont nombreuses sur une piste, plus il y a d’odeur et plus il est facile de s’orienter, leur vitesse augmente alors. 

    Seulement, à une certaine densité, les fourmis qui reviennent ont de plus en plus tendance à entrer en collision avec celles qui partent. Là encore, une instruction simple qui pourrait se résumer en "si tu te tapes dans quelqu’un change de piste", aboutit à la formation de deux pistes bien distinctes, une pour celles qui partent et une autre pour celles qui reviennent. Par ailleurs, cette instruction simple engendre également un élargissement de la piste pour fluidifier la circulation. Pour ce qui est de l’application aux humains, si il est clair que les conducteurs sont trop imaginatifs pour être capables de suivre des instructions aussi simples, il en est tout autre des intelligences artificielles qui vont piloter les voitures autonomes et qui pourraient ainsi assurer une meilleure fluidité du trafic. 

    DRL'entolmologiste devant une énorme fourmilière…
     

    Animaux-online.com : Quel est votre projet dans les ateliers que vous animez avec des fourmis auprès des scolaires ?

    Raphaël Gamand : Evidemment, nous abordons les notions de base comme savoir reconnaître une fourmi, connaître leur reproduction ou leur alimentation. Mais ce que je cherche à leur faire comprendre, c’est l’importance des fourmis dans les écosystèmes et notamment pour les activités humaines. Infatigables recycleuses de déchets, formidables foreuses qui retournent et aèrent des tonnes de terre, ou régulatrices très efficaces de différents insectes consommateurs de végétaux, les fourmis sont un maillon essentiel de la chaîne alimentaire et doivent, au même titre que les abeilles, être considérées comme tel. 

     

    Animaux-online.com : Quels autres insectes peuvent se rapprocher des fourmis dans ce qu’ils apportent à l’homme en terme d’innovation ? Pourquoi ?

    Raphaël Gamand : A part les fourmis, les insectes les plus étudiés pour leur organisation sociale sont sans conteste les abeilles mellifères et les termites. Si les premières sont beaucoup étudiées sous l’angle de leur protection et des différentes propriétés de leurs produits, les deuxièmes sont étudiés pour leurs capacités architecturales et leurs techniques de construction. Véritables thermiciens, les termites sont capables de réguler la température et l’hygrométrie de leur nid très efficacement. A l’heure où le bâtiment est une activité économique relativement en retard dans le domaine de la robotisation, les termites offrent des pistes d’étude très prometteuses.  

    Pour participer à l'université d'été de l'animal, c'est ici