Université d'été de l'animal : rendez-vous avec la nature


  • Université d'été de l'animal : rendez-vous avec la naturePhoto : DR
  • Bons plans/ Événements

    On n'arrête plus Yolaine de la Bigne ! Passionnée par les animaux et bluffée par leur intelligence, la journaliste n'en finit plus de nous faire partager les découvertes qu'elle fait au fil de ses rencontres professionnelles. Pour cette troisième édition de l'université d'été de l'animal, qui se tient du 24 au26 août au Château de la Bourbansais, en Bretagne, elle a réuni scientifiques, éthologues et spécialistes pour des conférences sérieuses et décalées…

     

    Animaux-online.com : Cette année, ce sera la troisième édition de l’université d’été de l’animal que vous organisez au château de la Bourbansais. Dès le départ, cela devait être un rendez-vous régulier ? 

    Yolaine de La Bigne : Oui car le but est d’aider cette pensée à être admise par notre société, auprès du public, des professionnels qui travaillent avec les animaux et des pouvoirs publics. Le sujet de l’animal est particulièrement complexe et grave aujourd’hui notamment avec la 6e extinction et la souffrance animale qui s’est développée avec l’industrialisation. A travers l’intelligence animale, qui est la spécialité de cette Université d’été, on montre un animal intelligent, utile à la planète et à l’homme, qu’il faut donc respecter et protéger grâce à un nouveau regard mais aussi grâce à des lois

     

    Animaux-online.com : Qu’apprend-on dans cette université qu’on n’apprend pas ailleurs ?

    Yolaine de La Bigne : On y écoute des spécialistes de tous horizons que l’on n’entend pas encore beaucoup, comme Agatha Liévin-Bazin, une éthologue spécialisée dans les oiseaux qui est toute jeune. Ce qui est intéressant aussi, c’est de les réunir. En trois jours, vous allez entendre parler des facultés des poulpes, des fourmis, des corbeaux, des chimpanzés, des rhinocéros. C’est cette diversité qui montre la richesse du sujet et ses incroyables conséquences sur notre façon de penser et de vivre. Quand les gens repartent de l’Université, la phrase qui revient souvent est « ça a changé ma façon de voir »

     

    Animaux-online.com : Votre rôle est un peu celui du doyen d’une université qui rassemble une équipe pédagogique censée former des étudiants ? Comment les « recrutez »-vous ? »

    Yolaine de La Bigne : J’ai la chance d’être journaliste, donc quand j’entends parler d’un spécialiste ou qu’un livre sort sur le sujet, je leur demande des interviews pour le site de l’Animal et l’homme. C’est l’occasion de leur expliquer mon travail. Comme ce sont aussi des passionnés, ils sont généralement enthousiastes et acceptent tout de suite l’invitation. 

     

    Animaux-online.com : Cette année, on va entendre des choses sur les fourmis, les poulpes, les oiseaux, les chevaux… Laquelle de ces espèces vous étonne le plus ? 

    Yolaine de La Bigne : Question très difficile car on plonge dans l’univers de chaque animal et c’est donc toujours étonnant. Mais je répondrais les poulpes. On connaît très mal les céphalopodes, poulpes, seiches ou pieuvres, car il faut être un bon plongeur pour les approcher et que depuis des siècles, ce sont des légendes et des mythes qui nous en ont parlé. Mais on découvre maintenant leurs incroyables talents qui font dire à certains scientifiques qu’ils seraient d’origine extraterrestre, c‘est dire ! Ce ne sera pas le propos de Ludovic Dickel qui nous en parlera mais nous allons sûrement être épatés par les travaux qu’il va nous expliquer sur ces animaux mystérieux et si étranges.

     

    Animaux-online.com : C’est une université, même si elle est estivale. Doit-on s’attendre à des conférences plénières ? A quelque chose de très sérieux ?

    Yolaine de La Bigne : C’est à la fois sérieux et pas du tout ! Sérieux parce que ce sont en général « des têtes », des chercheurs, des spécialistes qui travaillent leur sujet depuis des années et je tiens à ce qu’il y ait une grande qualité de savoir et de rigueur pour ne pas partir dans tous les sens. Mais si le fond est sérieux, la forme est plutôt très décontractée. Cela tient au sujet tout d’abord car, quand on parle de l’animal, tout le monde comprend facilement, les mots sont usuels et même les enfants écoutent ces conférences, et ne s’y ennuient pas. Les conférenciers savent qu’ils s’adressent à un grand public. L’autre raison : c’est l’atmosphère. Nous sommes dans un lieu superbe avec une ambiance très familiale. Après les conférences, chacun prend une chaise pliante et on va avec le conférencier au milieu des animaux pour  « les discussions au jardin », des échanges en toute simplicité, il y a donc une atmosphère plutôt joyeuse de passion partagée.

     

    Animaux-online.com : Qui peut venir écouter les intervenants ?

    Yolaine de La Bigne : Tout le monde, il y a des enfants à partir de 7-8 ans, des ados, des retraités. Des professionnels comme des vétérinaires ou des gens qui ne connaissent pas les animaux. L’animal est un sujet très intergénérationnel qui fascine beaucoup d’entre nous. Car il nous pose au fond des questions essentielles notamment, qu’est-ce que l’homme ?

     

    Animaux-online.com : Cette année, une conférence va aborder le biomimétisme, c’est-à-dire comment la science s’inspire des animaux, avec Kalina Raskin. C’est un peu ardu comme sujet ?

    Yolaine de La Bigne : Cela peut sembler ardu à première vue, mais c‘est au contraire très concret et ça parle de notre quotidien. Avec des photos, des dessins, des maquettes, on vous explique que le TGV a été inspiré par le long bec du martin pêcheur qui vole hyper vite, en silence et en souplesse. Ou qu’on a réussi à fabriquer des aiguilles médicales qui font beaucoup moins mal parce qu’elles n’ont plus une forme cylindrique mais la forme conique de la trompe des moustiques, ça nous parle à tous ! 

     

    Animaux-online.com : Et vous, Yolaine, quel animal vous inspire ? Et comment ?

    Yolaine de La Bigne : Tous les animaux sont inspirants ! Mais je préfère m’inspirer de ceux que je connais bien. J’ai des chevaux que je trouve  très placides, calmes et puissants à la fois. Cette « force tranquille » donne de belles leçons car le cheval ressent toutes vos émotions. Il vous oblige donc à travailler sur vous-mêmes si vous voulez un véritable échange avec lui. Quand je monte en forêt par exemple, je dois être souple, « légère » pour peser le moins possible tout en restant vigilante car il va voir des choses que je ne vois pas. Bref, apprendre à être attentive et cool en même temps. J’ai aussi deux bergers belges. Et avec eux c’est différent. Ce qui m’inspire ce sont les qualités incroyables des chiens, leur joie de vivre, leur amitié. Ils sont toujours là, à m’aimer d’une manière maternelle et sécurisante. Avec eux, une simple promenade ou une caresse rend la vie belle, c’est une sacrée leçon pour l’humaine que je suis, trop râleuse ou impatiente. Les animaux nous rendent meilleurs, je le vérifie tous les jours !

     

    Animaux-online.com : L’animal a-t-il toujours fait partie de votre quotidien ? En quoi peuvent-ils vous bluffer, par leur intelligence ou capacité d’adaptation ?

    Yolaine de La Bigne : Oui j’ai toujours eu au moins un animal depuis mon anniversaire quand, à 8 ans, mes parents m’ont offert le plus beau cadeau, un caniche. Ce qui me bluffe le plus, c’est en effet leur capacité à accepter la vie telle qu’elle est, à se contenter de ce qu’ils ont et à y trouver de la joie. Bien sûr, l’être humain a une exigence qui le pousse à découvrir, inventer, explorer mais il a aussi un mécontentement, parfois une jalousie, un désir permanent d’autre chose qui le rendent malheureux. Et puis les animaux vous acceptent comme vous êtes, moches, vieux, fatigués. Cette tolérance est importante dans une époque où il y a une nouvelle polémique tous les jours ! A leur manière, les animaux sont des philosophes

     

    Animaux-online.com : Quel regard portez-vous sur ce qui se passe actuellement dans notre société à l’égard des animaux. Un code de l’animal vient d’être publié, beaucoup s’engagent contre les cirques avec animaux sauvages, la fourrure dans la mode révolte, la maltraitance dans l’industrie de l’élevage nourrit le mouvement vegan… Va-t-on dans le bon sens ?

    Yolaine de La Bigne : On va dans le bon sens, bien sûr, car la population devient sensible à la cause animale et n’accepte plus certaines horreurs. Je suis devenue végétarienne il y a 30 ans après avoir vu un reportage de Brigitte Bardot sur France 2 sur les abattoirs. Le choc a été très brutal . Mais j’ai dû me cacher durant des années, les gens – même des amis – étaient très agressifs, moqueurs et méchants. Aujourd’hui, je n’entends plus de critique, on accepte mieux la différence. En revanche, ce qui est dur c’est qu’avec Internet et les technologies vidéos notamment, c’est que nous voyons ce qu’il se passe partout et c’est terrible. Il y a des images que je ne veux pas regarder sinon je ne dors plus pendant des semaines, les fermes à fourrure, la corrida, etc. Il faut lutter pour se pas se laisser déborder par les émotions et continuer de se battre, chacun comme il peut. Mais je suis très agacée par le retard des pouvoirs politiques français, par exemple, le pouvoir de lobbies comme celui de la chasse. Mais quand tous les sondages montrent que plus de 70% des Français sont contre la chasse, ça donne de l’espoir ! 

     

    Animaux-online.com : On verra une quatrième édition ?

    Yolaine de La Bigne : Bien sûr ! J’ai déjà 4 intervenants qui sont d’accord, ce sera encore différent mais passionnant !

     

    Pour s'inscrire à l'université d'été de l'animal, c'est ici