Raphaël Gamand, le dompteur de fourmis


  • Raphaël Gamand, le dompteur de fourmisPhoto : DR
  • Vivre ensemble

    Cet ingénieur agronome a décidé que si l’homme ne va pas à l’insecte, c’est l’insecte qui ira à lui. Co-fondateur, en 2014, de la société Insecto, il a mis sur pied un programme à destination des scolaires mais aussi des adultes de vulgarisation scientifique qui porte à la connaissance de tous, le monde merveilleux des insectes. Un insectarium d’un nouveau genre a été créé puisqu’il est mobile : l’insecto-bus va de classe en classe, de ville en ville, de salon en comice agricole afin de présenter ses fourmis, criquets, phasmes et autres insecte rampant ou volant !

    A l’université d’été de l’animal, qui se tiendra du 24 au 26 août au château de la Bourbansais, Raphaël Gamand dévoilera les secrets des fourmis, dont beaucoup d’entre nous ignorent les formidables capacités d’adaptation et d’organisation qui servent une colonie qui assure la survie de chacune d’entre elles…

     

    Animaux-online.com : L’intelligence chez les insectes, notamment les fourmis, n’est souvent reconnue par l’homme que « collectivement ». N’existe-t-elle pas au niveau individuel ?

    Raphaël Gamand : J’attire tout d’abord votre attention sur le fait qu’il est très compliqué et discutable de parler "des fourmis". En effet, on a découvert plus de 13 000 espèces de fourmis et chacune possède des spécificités qui lui sont propres. 13 000 espèces, c’est deux fois plus que dans les familles des oiseaux ou des mammifères ! Il ne viendrait à l’idée à personne de parler d’une quelconque aptitude des mammifères dans leur ensemble car il est difficile de comparer un dauphin, à un éléphant ou à une souris. Pourtant, quand il s’agit des fourmis, on parle de l’intelligence "des fourmis" comme si elles étaient toutes les mêmes. 

    Ensuite, il est vrai que l’homme a toujours tendance à négliger l’individu pour privilégier le comportement de l’espèce. Il suffit de regarder un reportage animalier sur la vie des lions, pour voir que l’homme pense que tous les lions sont les mêmes et se comportent de la même façon. 

    Pour les fourmis, étant donné les performances qu’elles sont capables de réaliser collectivement, faire de l’élevage, de l’agriculture, construire des structures complexes, et bien d’autres, il est en effet tentant de négliger leurs capacités individuelles.

    ShutterstockIl existe plus de 13 000 espèces de fourmis. Pourtant, l'homme les englobe comme étant un seul groupe d'insectes…
     

    Animaux-online.com : Peut-on parler d’intelligence en ce qui les concerne ? 

    Raphaël Gamand : Si par exemple, pour vous, les capacités à s’orienter sont une preuve d’intelligence, alors oui les fourmis Cataglyphis du désert ont une forme d’intelligence supérieure à celle des humains sur ce point. Si la capacité à communiquer avec les autres est une forme d’intelligence, alors oui toutes les fourmis ont individuellement un arsenal d’émetteurs et de récepteurs de messages qui leur donne une forme d’intelligence très développée. 

    Enfin si, pour vous, l’intelligence c’est la réaction adaptée face à un événement inconnu, alors il suffit de soulever une pierre pour voir que, par exemple, les très communes fourmis des jardins Lasius niger nichées en-dessous de cette pierre vont immédiatement rentrer leurs larves dans la terre suite à une décision individuelle rapide parfaitement adaptée à la situation.  

     

    Animaux-online.com : Pourquoi les fourmis fascinent-elles tant les hommes, même quand ils sont petits ?

    Raphaël Gamand : Tous les enfants sont attirés par le mouvement. A deux animaux de même taille, un animal mobile sera toujours plus intéressant pour un enfant qu’un animal immobile. Par leur forte activité, les fourmis sont ainsi une source d’observation dynamique très intéressante. L’autre point c’est que, contrairement à des animaux inféodés à des biotopes spécifiques, les fourmis sont présentes quasiment partout, même dans la maison ! Là encore, c’est pour un enfant la garantie d’avoir accès à une source d’observation inépuisable. 

    Pour les plus grands, force est de constater que les fourmis ne laissent personne indifférent. Ce qui, je pense, fascine le plus, c’est leur organisation en apparence parfaite et surtout sans aucun conflit. Alors qu’il suffit de plonger dans une cours de récréation pour y voir quelques tensions, regarder une fourmilière interpelle par cette absence totale, du moins en apparence, de conflit entre les individus. Il faut noter que la contrepartie de cette solidarité intra-colonie, c’est une extraordinaire propension à faire la guerre aux colonies voisines. Les fourmis sont en effet des insectes très territoriaux et très guerriers quand il faut défendre ou conquérir un territoire.  

    ShutterstockL'organiisation des fourmis fascine l'homme. Elles sont capables d'œuvrer toutes ensemble pour le bien de tous, comme ici quand elles bâtissent un pont de leurs corps pour permettre aux autres de passer d'une feuille à l'autre…
     

    Animaux-online.com : Racontez-nous comment les fourmis ont mis au point des déchetteries. Avec une seule instruction, elles créent un système ?

    Raphaël Gamand : Chez les humains, une autorité centrale décrète que la déchetterie se trouvera à un endroit bien précis et un ensemble de règles et de contrôles s’assurent que chacun aille y mettre ses déchets. Beaucoup pensent que, chez les fourmis c’est la même chose, certains pensent même que c’est la reine qui décide d’à peu près tout. Or, c’est complètement faux. Les fourmis obéissent juste à des règles très simples. Dans ce cas de la déchetterie, elles ont juste comme instinct de poser un déchet là où ça sent le plus le déchet. Au début de la création d’une fourmilière, les déchets sont éparpillés un peu partout. Puis, au fruit du hasard, quelques déchets seront mis non loin l’un de l’autre et, inévitablement, ça sentira plus le déchet à cet endroit là qu’ailleurs. Suivant leur instinct, les fourmis viendront poser leur déchet à cet endroit et, petit à petit, il n’y aura qu’une seule déchetterie. Il faut noter que ce comportement d’hygiène est fondamental pour les fourmis qui vivent dans une telle densité d’individus qu’elles ne peuvent pas se permettre le développement de pathogènes. 

     

    Animaux-online.com : Le déplacement des fourmis fascine l’homme. Nombreuses, elles ne connaissent jamais les embouteillages. En quoi cela inspire-t-il les ingénieurs chargés de trouver des solutions aux trafics encombrés ?

    Raphaël Gamand : C’est un vaste sujet. Là encore, ce sont des règles simples qui permettent aux fourmis de réaliser des comportements complexes. Pour se déplacer, les fourmis suivent des pistes odorantes qu’elles créent. Ce système leur permet d’indiquer aux autres ouvrières où se trouve la source de nourriture et, en revenant, où se trouve le nid. Plus les fourmis sont nombreuses sur une piste, plus il y a d’odeur et plus il est facile de s’orienter, leur vitesse augmente alors. 

    Seulement, à une certaine densité, les fourmis qui reviennent ont de plus en plus tendance à entrer en collision avec celles qui partent. Là encore, une instruction simple qui pourrait se résumer en "si tu te tapes dans quelqu’un change de piste", aboutit à la formation de deux pistes bien distinctes, une pour celles qui partent et une autre pour celles qui reviennent. Par ailleurs, cette instruction simple engendre également un élargissement de la piste pour fluidifier la circulation. Pour ce qui est de l’application aux humains, si il est clair que les conducteurs sont trop imaginatifs pour être capables de suivre des instructions aussi simples, il en est tout autre des intelligences artificielles qui vont piloter les voitures autonomes et qui pourraient ainsi assurer une meilleure fluidité du trafic. 

    DRL'entolmologiste devant une énorme fourmilière…
     

    Animaux-online.com : Quel est votre projet dans les ateliers que vous animez avec des fourmis auprès des scolaires ?

    Raphaël Gamand : Evidemment, nous abordons les notions de base comme savoir reconnaître une fourmi, connaître leur reproduction ou leur alimentation. Mais ce que je cherche à leur faire comprendre, c’est l’importance des fourmis dans les écosystèmes et notamment pour les activités humaines. Infatigables recycleuses de déchets, formidables foreuses qui retournent et aèrent des tonnes de terre, ou régulatrices très efficaces de différents insectes consommateurs de végétaux, les fourmis sont un maillon essentiel de la chaîne alimentaire et doivent, au même titre que les abeilles, être considérées comme tel. 

     

    Animaux-online.com : Quels autres insectes peuvent se rapprocher des fourmis dans ce qu’ils apportent à l’homme en terme d’innovation ? Pourquoi ?

    Raphaël Gamand : A part les fourmis, les insectes les plus étudiés pour leur organisation sociale sont sans conteste les abeilles mellifères et les termites. Si les premières sont beaucoup étudiées sous l’angle de leur protection et des différentes propriétés de leurs produits, les deuxièmes sont étudiés pour leurs capacités architecturales et leurs techniques de construction. Véritables thermiciens, les termites sont capables de réguler la température et l’hygrométrie de leur nid très efficacement. A l’heure où le bâtiment est une activité économique relativement en retard dans le domaine de la robotisation, les termites offrent des pistes d’étude très prometteuses.  

    Pour participer à l'université d'été de l'animal, c'est ici


    Autres articles à lire

  • Les gens qui parlent aux animaux seraient plus intelligents

    Vivre ensembleSelon un spécialiste du comportement, le fait de parler à nos compagnons à quatre pattes et de leur attribuer des caractéristiques humaines serait une preuve de sensibilité et d’intelligence sociale supérieures à la moyenne.

    10 Avril 2017
  • On est mieux ensemble

    Vivre ensembleC’est la conviction des Français, possesseurs ou non d’animaux de compagnie, selon un tout récent sondage réalisé par l’Ifop pour la marque d’aliments Purina. 94% des sondés estiment que les animaux contribuent à améliorer leur santé et participent à leur bien-être.

    08 Juin 2016
  • Les intervenants de Dog Revolution : Antoine Bouvresse

    Vivre ensembleAntoine Bouvresse est vétérinaire comportementaliste. Le week-end des 1er et 2 octobre, il interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    28 Septembre 2016
  • Entre eux et nous, est-ce l’accord parfait ?

    Vivre ensembleIls vivent à nos côtés depuis fort longtemps. On les aime, ils nous aiment. Enfin, c’est ce qu’on veut bien croire. Sont-ils tout aussi heureux de vivre avec nous que nous le sommes ?

    04 Septembre 2018
  • Le concept one health, c'est aussi pour eux

    Vivre ensembleCe concept part du principe que la santé humaine est intimement liée à la santé des animaux, à celle de l’environnement, et réciproquement ! L’amélioration des unes passant nécessairement par l’amélioration des autres… Décryptage sur Animaux-online.

    01 Janvier 2016
  • Noël : ces cadeaux pour animaux qui cartonnent

    Vivre ensembleLes réjouissances des fêtes de fin d’année se partagent aussi avec nos compagnons à quatre pattes. Calendriers de l’avent, objets connectés, pâtée spéciale … Noël est l’occasion de les gâter tout en se faisant plaisir.

    19 Décembre 2016
  • Université d'été de l'animal 2017 : Anne-Claire Gagnon

    Vivre ensembleAnne-Claire Gagnon est écrivain, vétérinaire et passionnée de chats. Elle animera une conférence à l’Université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août prochains, intitulée « Entre espièglerie et sagesse, vivre en bonne intelligence avec les chats ». Rencontre.

    11 Juillet 2017
  • L'ambition d'une vie meilleure ensemble

    Vivre ensembleLancé il y a un an en Europe, le programme Purina in Society a été l’objet d’un premier bilan à Londres, le 23 novembre. Initié par Nestle Purina PetCare Emena, il fixe 10 engagements pour que la société favorise la présence de l’animal auprès de l’homme. Lors de cette réunion, quatre objectifs ont été au cœur des présentations.

    28 Novembre 2017
  • Nicolas Hulot quitte le gouvernement

    Vivre ensembleEn plein direct au micro de France Inter, le ministre en charge de la Transition écologique, Nicolas Hulot, annonce qu’il quitte le gouvernement. Se sentant sans influence, il préfère jeter l'éponge…

    28 Août 2018
  • Agatha Liévin Bazin : Des oiseaux plein la tête

    Vivre ensembleA l’occasion de l’université d’été de l’animal, organisée par la journaliste Yolaine de la Bigne du 24 au 26 août 2018 au château de la Bourbansais en Bretagne, Agatha Liévin-Bazin dévoilera tout sur l’intelligence des crânes de piafs… euh des oiseaux ! Rencontre…

    10 Août 2018
  • Peluche, coffret cadeaux... C'est aussi Noël pour nos animaux

    Vivre ensembleDe plus en plus de propriétaires glissent un ou plusieurs cadeaux sous le sapin, destinés à leur animal de compagnie : mais qui de nos toutous ou de matous sont les plus gâtés, quels sont les budgets moyens, quels cadeaux ont la cote ? Découvrez les tendances de ce Noël 2017.

    20 Décembre 2017
  • Les intervenants de Dog Revolution : Mélodie Pichoir

    Vivre ensembleMélodie Pichoir est formatrice. Le week-end des 1er et 2 octobre, elle interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    09 Septembre 2016
  • Des challenges à la mode

    Vivre ensembleLes challenges à faire avec son animal se multiplient sur la toile et créent un phénomène viral à travers le monde. L’équipe d’animaux-online vous donne quelques astuces pour réaliser ces challenges.

    29 Août 2018
  • Les enfants ne reconnaissent pas les signes de peur chez le chien

    Vivre ensembleUne récente étude britannique montre que les jeunes enfants ne savent pas reconnaître les signes de la peur chez le chien. Une méconnaissance qui les rend plus vulnérables aux morsures. En France, un programme à destination des primaires vise à les familiariser avec les postures des chiens.

    15 Septembre 2016
  • Un séminaire pour débattre du bien-être des animaux de compagnie

    Vivre ensembleCo-organisé par la Société francophone de cynotechnie et l’université de Nanterre, Pet Revolution est un séminaire qui propose de partager les connaissances actuelles sur le bien-être de nos animaux de compagnie. Prévu sur deux jours, dans un amphithéâtre de la faculté, il convie vétérinaires, éthologues, éducateurs canins, chercheurs en sciences humaines et philosophes pour débattre de leur place dans notre société. Antoine Bouvresse, vétérinaire et co-organisateur de cette deuxième édition (avec Thierry Bedossa), nous en dévoile l’esprit et le programme…

    29 Juin 2017
  • Les Britanniques inquiets de l’importation de maladies canines

    Vivre ensembleDepuis la fin de la quarantaine prononcée en février 2000, les chats et les chiens de compagnie peuvent entrer librement sur le territoire britannique. La communauté vétérinaire s'inquiète du risque de contamination que ces échanges représentent pour les animaux insulaires.

    22 Avril 2016
  • Au programme de Pet Revolution : l’éducation pour les chiens de refuge

    Vivre ensembleFavoriser leur bien-être, faciliter les adoptions, limiter les retours : l’éducation des chiens dans les refuges est un travail essentiel mené par l’éducatrice canine Catherine Collignon auprès de la SPA. Elle partagera son expérience lors du séminaire « Pet Revolution, L’Animal en marche » les 30 septembre et 1er octobre prochains.

    01 Août 2017
  • Les intervenants de Dog Revolution : Nicolas Cornier

    Vivre ensembleNicolas Cornier est éducateur canin et formateur. Le week-end des 1er et 2 octobre, il interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    12 Septembre 2016
  • Caroline Gilbert, « Bien-être et bientraitance, quoi de neuf ? »

    Vivre ensemble« Pet Revolution, L’Animal en marche » est un séminaire qui propose de partager les connaissances actuelles sur le bien-être de nos animaux de compagnie. Prévu sur deux jours, dans un amphithéâtre de l’université de Nanterre, il convie vétérinaires, éthologues, éducateurs, chercheurs en sciences humaines et philosophes pour débattre de leur place dans notre société. Le Dr Caroline Gilbert présentera une intervention intitulée « Bien-être et bientraitance, quoi de neuf ? ».

    22 Août 2017
  • Que faire de son corps après sa mort?

    Vivre ensembleAvec une espérance de vie bien plus courte que la nôtre, nos petits compagnons finissent tôt ou tard par disparaître. Se pose alors la question de savoir quoi faire de leur corps…

    09 Avril 2017