Nos animaux ont-ils le sens de l’orientation ?


  • Nos animaux ont-ils le sens de l’orientation ?Photo : Shutterstock
  • Chats/ Comportement

    Même si les grands migrateurs ont des capacités hors normes, nos chats et nos chiens savent parfois nous étonner et mettre tout en oeuvre pour retrouver leur chemin…

    Qu’elles vivent dans les airs, sur le sol ou dans l’eau, de nombreuses espèces animales ont des capacités d’orientation étonnantes, qu’elles mettent à l’épreuve lors de leurs migrations. Papillons, oiseaux, herbivores, baleines ou poissons, pour ne citer qu’eux, font appel à plusieurs éléments de l’environnement et de leur organisme pour se repérer et se déplacer parfois très loin (pour des raisons climatiques, alimentaires ou de reproduction).

    Les mystères du champ magnétique

    Parmi les espèces les plus proches de nous, le pigeon est celui dont les facultés d’orientation sont les plus impressionnantes. Depuis longtemps, elles intriguent les scientifiques. Plusieurs hypothèses ont été avancées et certaines ont été validées, mais une part de mystère demeure. Si le soleil, les étoiles, le champ magnétique de la Terre sont des éléments utilisés avec certitude par les pigeons pour s’orienter lors de leurs déplacements, il est fort possible que la gravité terrestre ainsi que des repères visuels au sol, des indices olfactifs et d’autres éléments de l’environnement mémorisés lors d’un précédent parcours comptent aussi beaucoup. Tout n’est pas encore découvert sur la manière dont ces données sont assemblées et analysées dans le cerveau de l’oiseau, mais ce qui est certain, c’est que dans des conditions climatiques favorables, elles lui permettent de s’orienter et de revenir à son pigeonnier, même s’il est à une distance de 1 000 kilomètres.

    Quant aux tortues marines, elles peuvent parcourir des milliers de kilomètres en quelques semaines pour relier leur site de ponte à leur site d’alimentation. Les variations du champ magnétique terrestre sont pour beaucoup à l’origine de leur incroyable capacité à mémoriser le lieu où elles sont nées pour revenir y pondre à leur tour quand elles sont en âge de procréer. Elles semblent aussi emprunter des corridors biologiques sous-marins qu’elles connaissent, en s’aidant notamment des courants marins. L’utilisation du champ magnétique terrestre n’est pas réservée à ces espèces sauvages. Récemment, des chercheurs tchèques et allemands ont découvert que lorsque ce dernier est stable en direction et en intensité, le chien fait de préférence ses besoins en se tenant aligné selon un axe nord-sud. Il serait donc sensible à l’influence du champ magnétique, même si on ignore pourquoi dans cette situation bien particulière.

    Pour pondre, les tortues peuvent parcourir des milliers de kilomètres. Shuterstock

    Une étude de 2016 conduite par d’autres scientifiques allemands a montré que certains mammifères (dont le chien) ont dans leur rétine une molécule sensible au champ magnétique, le cryptochrome 1 – l’homologue de cryptochromes qui aident les oiseaux à s’orienter en vol. Son utilité pour le chien et les mécanismes qui rendent opérationnelle cette sensibilité restent toutefois mystérieux…

    Ce que nous savons avec certitude, c’est que les chats et les chiens peuvent compter sur l’olfaction, l’audition et la vision, qui sont leurs sens les plus développés – mais dont certaines caractéristiques diffèrent d’une espèce à l’autre. Les chiens ont, par exemple, des capacités olfactives hyper-développées, qui leur permettent de détecter des odeurs à de très faibles concentrations (de 10 à 100 000 fois plus faibles que pour nous) et de les distinguer entre elles.

    En se promenant, nos petits compagnons enregistrent des odeurs non seulement étrangères mais aussi familières. Ces dernières peuvent être les leurs, celles qu’ils ont laissées en marquant leur passage avec leurs fèces ou leurs urines, par exemple, ou des odeurs chimiques produites par les glandes sébacées. En se frottant à divers supports ou en les griffant, le chat dépose ainsi les siennes et s’imprègne de celles de ses congénères. Ces signaux olfactifs ont une durée de vie variable, qui leur donne des repères spatio-temporels.

    Gravité terrestre, repères visuels ... permettent aux pigeons de retrouver leur pigeonnier même à 1000km de là. Shuterstock

    La vision, l’atout des chats

    La vue est aussi un élément majeur dans la capacité du chien et du chat à se repérer dans leur environnement. Ces deux espèces disposent, derrière leur rétine, d’une membrane spécifique, le tapetum lucidum, qui reflète la lumière vers l’oeil. Cela décuple la luminosité et permet au chat, par exemple, de bien voir dans la pénombre et de distinguer des obstacles sept fois mieux que nous dans l’obscurité. Ce dernier peut

    également, grâce à ses vibrisses, connaître avec précision la position de sa tête et de ses pattes lorsqu’il est à proximité d’objets ou dans des endroits confinés. Les vibrisses seraient aussi sensibles aux courants d’air, ce qui procure au félin une aide supplémentaire dans son orientation.

    Délimiter un domaine vital

    Les journaux regorgent d’histoires extraordinaires relatant les exploits d’animaux de compagnie qui ont parcouru des kilomètres pour rejoindre leur foyer. S’ils restent anecdotiques et n’ont pas d’explications scientifiques, ces récits témoignent des grandes capacités de nos animaux de compagnie à mémoriser des indices relevés dans leur environnement ou sur leur parcours pour retrouver leur chemin. Le chien, qui a davantage l’habitude de sortir que le chat, est sûrement plus doué que lui à ce jeu-là. Moins stressé aussi. Dans un lieu nouveau ou dans lequel il n’a pas l’habitude d’aller, le chat peut en effet subir un stress intense et avoir besoin de plus de temps pour s’acclimater, prendre ses marques et mémoriser des repères. Mais qu’il s’agisse d’un chat ou d’un chien, tous deux ont besoin d’une première reconnaissance d’un lieu, durant laquelle ils engrangeront les signaux olfactifs, auditifs et visuels, avant de pouvoir s’y repérer.

    Le chat qui vit dehors ou qui peut sortir arpente son domaine vital pour de multiples raisons : il trouve des endroits confortables pour se reposer, recherche des proies et déniche des postes d’observation ou de divertissement tout en évitant les congénères étrangers indésirables. Même s’il doit souvent le partager avec d’autres animaux, son domaine vital est l’espace sur lequel il peut trouver tout ce qui est nécessaire à sa survie. L’étendue de son exploration varie selon le milieu dans lequel il vit (campagnard, urbain…), la saison, l’heure, le sexe, son envie et son tempérament. Si un matou a un itinéraire de prédilection, ce dernier peut ainsi en changer en fonction de ses motivations.

    Certains de nos animaux ont développé des capacités pour mémoriser les indices sur leur parcours et retrouver leur chemin.

    De nombreuses études ont estimé qu’en milieu urbain le domaine vital d’un chat s’étendait sur 1 ou 2 hectares en moyenne. Cependant, celui d’un mâle est généralement trois fois plus grand que celui d’une femelle, et il s’agrandit en période de reproduction, lorsque l’animal est en quête d’une partenaire. Les travaux d’Amielle DeWan et de Roland Kays, deux scientifiques américains, montrent que les chats de compagnie arpentent en moyenne 3,7 jardins au cours de leurs pérégrinations, des jardins qu’ils partagent avec les petits félins du voisinage. Grâce à des marquages olfactifs et visuels, ils informent leurs congénères de leur passage et notent leurs propres repères. Ceux-ci leur permettent d’éviter de se croiser (et donc un conflit potentiel). Mais ils leur servent aussi à élaborer une carte mentale de leur environnement, qu’ils peaufinent au fur et à mesure de leurs explorations.

    Des chats errants équipés de colliers émetteurs ont montré qu’ils avaient des domaines vitaux bien plus grands que ceux des chats de compagnie, allant jusqu’à 547 ha, certainement parce qu’ils ont davantage besoin de chercher leur nourriture. Une étendue très vaste dans laquelle ils se repéraient pourtant parfaitement et différemment selon leurs besoins : recherche de proies, d’abris, de congénères…


    Autres articles à lire

  • La sexualité de nos animaux 27/50

    ChatsC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… l'homosexualité.

    28 Avril 2016
  • Apprendre l'autocontrôle à un chaton

    ChatsSi un chaton est séparé trop tôt de sa mère, cela peut poser quelques problèmes de comportement...

    13 Octobre 2016
  • 4 fleurs de Bach pour apaiser votre animal

    ChatsLes fleurs de Bach sont de plus en plus souvent utilisées en tant que remède naturel pour soulager des troubles émotionnels. Il faut savoir qu’elles peuvent aussi être utilisées pour les chiens et les chats !

    15 Janvier 2019
  • La sexualité de nos animaux 3/50

    ChatsC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… le plaisir.

    04 Avril 2016
  • Les chats du web nous rendent-ils fous ?

    ChatsPeut-on parler d’addiction, voire de folie collective, à propos de l’enthousiasme que déclenchent certains chats sur les réseaux sociaux? Pourquoi sommes-nous tous accros?

    28 Février 2019
  • Mon animal peut-il faire une dépression ?

    ChatsComme nous, les animaux peuvent avoir un comportement dépressif. Cela peut être une conséquence de l'âge, un problème de bien-être ou d'environnement défavorable...

    28 Octobre 2018
  • La sexualité de nos animaux 11/50

    ChatsC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… la curiosité de nos chiens pour l'entrejambe…

    12 Avril 2016
  • Gérez la bonne cohabitation de vos chats

    ChatsUn, deux, trois… et pourquoi pas dix. Quand on aime, on ne compte pas, dit l’adage. Mais avec les chats, mieux vaut prendre quelques précautions avant d’agrandir la famille…

    19 Novembre 2015
  • Comportements gênants et solutions 6/10 : mon chat nous agresse

    ChatsNi zinzins, ni toqués, ni psychopathes! Nos animaux quand ils disjonctent ne sont pas plus malades que nous. C’est juste qu’ils pètent les plombs face aux conditions de vie que nous leur proposons, pensant souvent bien faire. Voici le top 10 des comportements gênants et leurs solutions. Aujourd'hui : mon chat est agressif avec nous.

    06 Juillet 2016
  • On leur parle comme à nos bébés

    Chats«Il veut manger quoi ce soir, le Kiki à son papa?» «Elle est où la baballe à ma fifille?» Il faut bien reconnaître que quand nous leur parlons, nous gâtifions un peu. C’est grave, docteur?

    02 Juin 2016
  • Les animaux aiment-ils les caresses?

    ChatsNous ne sommes pas souvent avares de papouilles avec nos animaux. Pour nombre d’espèces, cela fait partie d’un mode de communication. Mais est-ce toujours un plaisir partagé?

    02 Août 2017
  • Comportements gênants et solutions 10/10 : mon chat est glouton

    ChatsNi zinzins, ni toqués, ni psychopathes! Nos animaux quand ils disjonctent ne sont pas plus malades que nous. C’est juste qu’ils pètent les plombs face aux conditions de vie que nous leur proposons, pensant souvent bien faire. Voici le top 10 des comportements gênants et leurs solutions. Aujourd'hui : mon chat ne pense qu'à manger.

    10 Juillet 2016
  • Le chat aime qu’on lui sourie

    ChatsUne étude récente montre que notre chat est sensible à nos émotions. Selon qu’on lui sourit ou qu’on fait la moue, il adopte une attitude différente.

    21 Octobre 2015
  • La couleur du chat influe sur son adoption

    ChatsSi l’on en juge le résultat d’une enquête menée par Cats Protection, l’association de protection animale britannique, les adoptants seraient sensibles à la couleur de la robe des chats dans leur choix pour l’adoption en refuge.

    19 Octobre 2016
  • Pause estivale : une source de stress pour nos chiens et chats?

    ChatsSi les vacances et le dépaysement nous font du bien, il n’est pas certain que ces changements soient bien vécus par nos animaux de compagnie. Comment gérer la situation?

    03 Juillet 2019
  • La sexualité de nos animaux 10/50

    ChatsC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… la liberté sexuelle.

    11 Avril 2016
  • Le chat doit-il sortir pour être heureux ?

    ChatsBien que domestiqués, tous les chats ne sont pas capables de vivre confinés. Notre matou est-il casanier ou vagabond ?

    22 Avril 2019
  • La sexualité des animaux 9/50

    ChatsC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… la pédophilie.

    10 Avril 2016
  • Le chat voit-il la vie en solo ou en duo ?

    ChatsIl vit à nos côtés mais on le dit solitaire et indépendant. Alors pourquoi cette réputation et peut-on mettre tous les chats domestiques dans le même panier ? Pour mieux le comprendre, nous nous sommes penchés sur sa façon d'être et sur son mode de vie.

    04 Décembre 2015
  • Quels risques à adopter un animal trop tôt ou trop tard ?

    ChatsIl y a-t-il des conséquences si on adopte un animal trop tôt ? A l’inverse, une adoption tardive est-elle risquée ? Animaux-Online vous répond.

    16 Décembre 2018