À Bordeaux, « une autre réalité de la corrida » s’expose


  • À Bordeaux, « une autre réalité de la corrida » s’exposePhoto : Facebook FLAC
  • Protection/ Corrida

    Du 10 au 16 juillet, l’association FLAC anticorrida organise une exposition événement destinée à montrer une image non édulcorée de la tauromachie, à l’heure où de plus en plus de Français se prononcent contre cette pratique.

    Tout un symbole. Bordeaux, capitale de l’une des régions les plus taurines de France, s’apprête à accueillir une exposition montrant une autre image de la corrida, à l’opposé d’une image d’Épinal mêlant tradition et spectacle. Intitulée « L’autre réalité de la corrida », cette manifestation est organisée par la FLAC, organisme fédérant seize ONG de défense animale autour de la lutte contre la tauromachie, ainsi que par l’association No Corrida, particulièrement investie dans l’élaboration de ce projet. « Notre but est simplement de montrer la réalité de la corrida et de casser cette image romanesque, sublimée, qui a été construite pendant trop longtemps autour de cette pratique », détaille Thierry Hély, président de la FLAC.

    Pour marquer les esprits, l’organisme espère faire du jour de l’inauguration un événement rassemblant des personnalités montrant la diversité des opposants à la corrida. Sont ainsi attendus des politiques, dont deux députés LRM, à savoir Samantha Cazebonne et Claire O’Petit, des artistes comme Francis Lalanne, Sandrine et André-Joseph Bouglione, des scientifiques tel Hubert Montagner, professeur psychophysiologiste et ancien directeur de recherche à l’INSERM, et Jean-Claude Nouet, professeur à la faculté de médecine et fondateur de la LFDA. Ont également répondu présent des représentants religieux, dont Tareq Oubrou, grand imam de la mosquée de Bordeaux, Lama Samten Yeshe Rinpoché, grand maître bouddhiste, et Emmanuel Valency, rabbin de Bordeaux, région ouest, ainsi que plusieurs représentants d’associations comme la Fondation 30 Millions, l’ASPAS ou bien encore L214.

    D’une expo à une autre, la tauromachie change de visage

    Tous seront réunis à l’intérieur de la halle des Chartrons, lieu emblématique de Bordeaux qui n’a pas été choisi par hasard. C’est en effet à cet endroit que s’est tenue, en début d’année, une exposition sur la tauromachie, cette fois organisée par l’ONCT (Observatoire national des cultures taurines) et visant à présenter la corrida comme un élément culturel de l’histoire de l’humanité depuis la préhistoire. Un élément réfuté par les associations anticorrida, notamment appuyées par le préhistorien Jean Clottes, qui avait expliqué à Paris Match : « A Lascaux, les animaux qui prédominent sont les chevaux, les bisons, les cerfs. Leur représentation sur les parois de la grotte symbolise des forces surnaturelles. Cela n’a rien à voir avec la tauromachie». « Il y a un détournement des références préhistoriques pour la promotion de la corrida. C’est une manière de donner à la tauromachie une histoire qu’elle n’a pas », a pour sa part analysé Michel Rittling, président d’Agir contre la torture des animaux (ACTA) Gironde, sur le site Rue89.

    Suite à cette exposition « pro corrida », Thierry Hély a demandé à la mairie de Bordeaux l’autorisation de présenter une autre exposition « anticorrida », en précisant bien : « Notre but n’est pas de diaboliser les amateurs de tauromachie, mais de sensibiliser le grand public à la réalité de cette pratique. La réponse positive de la mairie de Bordeaux était presque inespérée. Il ne faut pas oublier que la ville, même si elle n’organise pas de corrida, reste un important centre taurin, comptant 14 clubs. L’accord de la mairie pour notre exposition a été très encourageant pour nous, d’autant que nous avons reçu l'accord du maire, Alain Juppé. » 

    SHutterstock

    Un hommage à Simone Veil

    La FLAC avait obtenu que des affiches avertissant les parents du caractère choquant de certaines images sanguinaires montrées dans l’exposition de l’ONTC soient distribuées à l’entrée. À son tour, l’exposition de la FLAC, gratuite, se veut ouverte à tous, sans restriction d’âge. Pour ne pas heurter la sensibilité des plus jeunes, l’organisme a décidé « de ne pas montrer les actes de barbarie en eux-mêmes, mais surtout les conséquences ». Ce qui implique tout de même la présence de quelques images choc, de quoi limiter les visites en famille…

    L’essentiel de l’exposition est cependant ailleurs, assure la FLAC. Elle « évoque les grandes figures humanistes qui se sont érigées contre cette barbarie. Tout cela étayé par de la documentation rigoureuse, scientifique, littéraire et philosophique. » Au total, 180 visuels seront affichés, représentant des portraits de personnalités ayant dénoncé la corrida à travers l’histoire, accompagnés de citations venant apporter un éclairage culturel sur cette pratique. Parmi ces figures se trouve celle de Simone Vieil qui avait rejoint la FLAC en 2011 et à qui un hommage spécial sera rendu lors de l’inauguration de l’exposition. À ses côtés, les visiteurs pourront découvrir les réflexions de Victor Hugo, Albert Jacquard, Théodore Monod, mais également de contemporains comme Alain Delon, Hubert Reeves ou Robert Badinter. Autant de pensées et éclairages venant contrebalancer ceux d’illustres personnalités connues pour leur admiration pour la corrida, comme Ernest Hemingway ou Pablo Picasso, régulièrement mis en avant par le monde taurin.

    Les enfants et la violence des arènes

    Quelques armes seront également montrées dans cette exposition, nous apprend Thierry Hély, notamment les piques et les banderilles plantées sur le garrot du taureau pendant la corrida. Par ailleurs, l’accent sera mis sur la prévention auprès des parents pour ne pas exposer leurs enfants « aux dangers que représente la violence de la corrida » pour les plus jeunes, écrit la FLAC. « Nous allons notamment montrer la réalité des écoles taurines en France, alors que peu de gens savent qu’il en existe sur notre territoire », indique Thierry Hély.

    Il existe en effet, en France quatre établissements où des enfants et des adolescents sont formés aux métiers de la tauromachie. Les associations de protection animale dénoncent ces établissements où l’on apprend aux enfants « l’art de tuer des animaux ». Selon la FLAC, il serait possible d’y inscrire les enfants dès l’âge de 8 ans, et les « meilleurs » élèves commenceraient à tuer leurs premiers veaux dès l’âge de 14 ans. Un entraînement se pratiquant sur des terrains privés, à l’abri des regards, car ces « coups d’essai » sont de véritables massacres, selon les témoignages recueillis par la FLAC. C’est aussi la violence à laquelle sont exposés les apprentis toreros qui est remise en question, et pas seulement par les ONG anticorrida. Le Comité des droits de l’enfant de l’ONU (CRC)* s’inquiète régulièrement, dans différents rapports, des « effets nocifs » de la tauromachie sur les mineurs et demande à des pays comme l’Espagne et la France à ce que les enfants de moins de 18 ans soient exclus des corridas, que ce soit en tant que spectateurs ou en tant que toreros.

    Une pratique en déclin ?

    Les recommandations de la CRC ont seulement valeur d’observation, et rien n’oblige les États à mettre en œuvre les réformes demandées. Dans les faits, cependant, même si les enfants ont accès aux corridas dans les trois pays européens où elles sont encore organisées – l’Espagne, le Portugal et la France – force est de constater un désintérêt croissant de la jeune génération pour cette pratique, ne faisant qu’entériner un déclin progressif. En Espagne, berceau de la tauromachie, « un récent sondage montre que 9 % des jeunes seulement s’intéressent à la corrida. Il n’y a pas de relève assurée », constate Thierry Hély.

    Shutterstock

    En France, les arènes ont de plus en plus de mal à se remplir. Les raisons économiques ne sont pas négligeables lorsque l’on sait que le prix d’une place pour assister à une corrida varie entre 30 et 300 €. Mais pour la président de la FLAC, une évolution des mentalités émerge également. L’opinion, sensibilisée au respect animal, accepte de moins en moins ce type de spectacle impliquant inévitablement la souffrance de taureaux. « Les gens sont de mieux en mieux informés sur ce que sont les réalités des corridas. Grâce à internet, on sait ce qu’il se passe », constate Thierry Hély.

    Si le déclin général de la corrida fait peu de doute pour les associations de défense animale, ces dernières restent cependant mobilisées. « Nous avons 50 ans de retard à rattraper pour démythifier la corrida et montrer la réalité de la tauromachie, insiste le président de la FLAC, tout en soulignant : Nous n’avons rien contre la tradition, nous sommes contre la cruauté ». Force est de constater que nombre de Français partagent cet avis. Selon un sondage IFOP réalisé à la demande de la Fondation 30 Millions d’Amis, 74 % des personnes interrogées se prononcent pour l’interdiction pure et simple des corridas en France. Un résultat supérieur de 8 points à celui de 2010. 


    Autres articles à lire

  • Les Baléares interdisent la mise à mort des taureaux lors des corridas

    ProtectionLe parlement régional de l’archipel des Baléares a voté lundi 24 juillet une loi de protection animale qui devrait conduire à la fin de la corrida dans cette communauté autonome d’Espagne.

    26 Juillet 2017
  • Baléares : l'interdiction des corridas avec mise à mort annulée…

    ProtectionL'interdiction de la mise à mort des taureaux lors des corridas dans l'archipel espagnol des Baléares a été jugée inconstitutionnelle, a annoncé la Cour constitutionnelle espagnole.

    26 Décembre 2018
  • L’ONU demande à l’Espagne d’interdire les corridas aux enfants

    ProtectionDans un rapport rendu le 8 février, le Comité des droits de l’enfant de l’ONU reconnaît le caractère violent des corridas et demande à l’Espagne, comme cela avait été le cas pour plusieurs autres pays, d’en interdire l’accès aux mineurs.

    13 Février 2018
  • La corrida de nouveau autorisée en Catalogne

    ProtectionL’article d’une loi régionale interdisant la tauromachie en Catalogne vient d'être annulé par la Cour constitutionnelle espagnole.

    20 Octobre 2016
  • Dressage ou éducation ?

    ProtectionLes circassiens l’assurent, le fouet appartient au folklore. Pas si sûr, à voir le nombre d’animaux qui choisissent un jour de se rebeller…

    01 Novembre 2018
  • 2017 année des éléphants : la Chine interdit le commerce de l’ivoire

    ProtectionLa Chine, plus grand marché au monde pour l’ivoire, a décidé de s’engager sur son territoire afin de mieux protéger les éléphants tués massivement pour leurs défenses.

    02 Janvier 2017
  • Forêt de Dreux : un important réseau de braconnage démantelé

    ProtectionSuite à une enquête menée par l’ONCFS et la gendarmerie nationale, 9 personnes vont être jugées pour braconnage. Extrêmement bien organisé, le réseau se livrait principalement à un trafic de viande de cerf.

    29 Juin 2017
  • Maya : l’éléphante est libérée de son cirque

    ProtectionAprès 40 ans passés dans un cirque itinérant, le pachyderme cinquantenaire a été placé dans un parc italien où une nouvelle vie l’attend.

    10 Juillet 2018
  • Fashion Week : des « tags » anti fourrure dans les rues de Paris

    ProtectionAlors que débute la semaine de la mode à Paris, l’association Peta a diffusé, sur les trottoirs de la place de l’Opéra, des messages effaçables condamnant l’utilisation de la fourrure animale dans l’industrie du vêtement.

    26 Septembre 2017
  • Entre débrouille et récupération

    ProtectionOn dit que la France est le pays du système D. D comme débrouille. La réputation n’est pas usurpée quand on plonge au cœur des refuges qui doivent compter sur leur imagination pour trouver l’argent nécessaire à leur survie…

    01 Mai 2019
  • Chanee, 20 ans de combat pour sauver les gibbons

    ProtectionDepuis l’âge de 16 ans, Aurélien Brulé, dit Chanee, a consacré sa vie à la sauvegarde du gibbon en Indonésie. Il revient sur son parcours après avoir créé son association, Kalaweit, il y a 20 ans.

    23 Octobre 2018
  • Cagnotte : soutien à l’association S.O.S Vieux Chiens

    ProtectionChristine Ruiz est la présidente de l’association S.O.S Vieux Chiens qui depuis sa création en 2013, a offert à près de 80 toutous une nouvelle famille d’adoption. Elle partage pour nous son histoire et détaille les besoins de son association pour continuer ce formidable travail.

    19 Décembre 2017
  • L’Europe veut bannir l’élevage des lapins en cages

    ProtectionMardi 14 mars, les eurodéputés ont adopté une résolution invitant les éleveurs de lapins à revoir les normes de leur élevage afin d’améliorer le bien-être des quelque 340 millions de lapins qui vivent reclus dans des cages minuscules en Europe.

    15 Mars 2017
  • Il faut sauver le renard roux

    ProtectionL’Aspas organise le 12 et 13 mai un colloque sur le renard, une espèce aujourd’hui considérée comme «nuisible» en France, afin de permettre au grand public de mieux connaître ce petit carnivore et de comprendre son rôle dans l’équilibre des milieux.

    03 Mai 2017
  • Népal, l'éléphante recueillie par Stéphanie de Monaco, est morte

    ProtectionElle était l’un des deux pachydermes sauvés de l’euthanasie en 2013 par la princesse de Monaco. Aujourd’hui, seule Baby vit encore dans le domaine de Fontbonne (Alpes-Maritimes).

    02 Mai 2018
  • Diesel : Volkswagen accusé de tests sur des singes et des humains

    ProtectionLes constructeurs automobiles allemands Volkswagen, Daimler et BMW doivent affronter les informations données par la presse concernant des tests d'émissions de gaz diesel effectués sur des singes, mais aussi sur des humains.

    29 Janvier 2018
  • Les ours exploités dans des fermes à bile bientôt libérés au Viêtnam

    ProtectionLe Viêtnam est en passe de mettre fin définitivement au commerce illégal de la bile d’ours, entraînant la souffrance et la mort de milliers d’animaux. Les ours encore présents dans « des fermes à bile » devraient être libérés et placés dans des refuges spécifiques grâce à l’action et au financement d’ONG comme Animals Asia.

    24 Juillet 2017
  • De superbes photos pour l’adoption des chats noirs

    ProtectionDans les refuges, les chats noirs ont encore plus de mal à se faire adopter. Pour les aider, une photographe américaine a réalisé une série de magnifiques portraits de félins au poil sombre.

    31 Octobre 2017
  • 130 chats vivant dans 25 m2 ont été sauvés

    ProtectionLa fondation 30 Millions d’amis est intervenue dans un studio parisien pour porter secours à une centaine de chats. Des familles d’accueil sont recherchées pour prendre en charge les félins.

    11 Septembre 2017
  • Parti animaliste : débuts jugés 'prometteurs' aux législatives

    ProtectionAu lendemain du premier tour des élections législatives, le parti animaliste obtient un peu plus de 1 % des suffrages au niveau national et réalise son meilleur score en Corse.

    12 Juin 2017