À Bordeaux, « une autre réalité de la corrida » s’expose


  • À Bordeaux, « une autre réalité de la corrida » s’exposePhoto : Facebook FLAC
  • Protection/ Corrida

    Du 10 au 16 juillet, l’association FLAC anticorrida organise une exposition événement destinée à montrer une image non édulcorée de la tauromachie, à l’heure où de plus en plus de Français se prononcent contre cette pratique.

    Tout un symbole. Bordeaux, capitale de l’une des régions les plus taurines de France, s’apprête à accueillir une exposition montrant une autre image de la corrida, à l’opposé d’une image d’Épinal mêlant tradition et spectacle. Intitulée « L’autre réalité de la corrida », cette manifestation est organisée par la FLAC, organisme fédérant seize ONG de défense animale autour de la lutte contre la tauromachie, ainsi que par l’association No Corrida, particulièrement investie dans l’élaboration de ce projet. « Notre but est simplement de montrer la réalité de la corrida et de casser cette image romanesque, sublimée, qui a été construite pendant trop longtemps autour de cette pratique », détaille Thierry Hély, président de la FLAC.

    Pour marquer les esprits, l’organisme espère faire du jour de l’inauguration un événement rassemblant des personnalités montrant la diversité des opposants à la corrida. Sont ainsi attendus des politiques, dont deux députés LRM, à savoir Samantha Cazebonne et Claire O’Petit, des artistes comme Francis Lalanne, Sandrine et André-Joseph Bouglione, des scientifiques tel Hubert Montagner, professeur psychophysiologiste et ancien directeur de recherche à l’INSERM, et Jean-Claude Nouet, professeur à la faculté de médecine et fondateur de la LFDA. Ont également répondu présent des représentants religieux, dont Tareq Oubrou, grand imam de la mosquée de Bordeaux, Lama Samten Yeshe Rinpoché, grand maître bouddhiste, et Emmanuel Valency, rabbin de Bordeaux, région ouest, ainsi que plusieurs représentants d’associations comme la Fondation 30 Millions, l’ASPAS ou bien encore L214.

    D’une expo à une autre, la tauromachie change de visage

    Tous seront réunis à l’intérieur de la halle des Chartrons, lieu emblématique de Bordeaux qui n’a pas été choisi par hasard. C’est en effet à cet endroit que s’est tenue, en début d’année, une exposition sur la tauromachie, cette fois organisée par l’ONCT (Observatoire national des cultures taurines) et visant à présenter la corrida comme un élément culturel de l’histoire de l’humanité depuis la préhistoire. Un élément réfuté par les associations anticorrida, notamment appuyées par le préhistorien Jean Clottes, qui avait expliqué à Paris Match : « A Lascaux, les animaux qui prédominent sont les chevaux, les bisons, les cerfs. Leur représentation sur les parois de la grotte symbolise des forces surnaturelles. Cela n’a rien à voir avec la tauromachie». « Il y a un détournement des références préhistoriques pour la promotion de la corrida. C’est une manière de donner à la tauromachie une histoire qu’elle n’a pas », a pour sa part analysé Michel Rittling, président d’Agir contre la torture des animaux (ACTA) Gironde, sur le site Rue89.

    Suite à cette exposition « pro corrida », Thierry Hély a demandé à la mairie de Bordeaux l’autorisation de présenter une autre exposition « anticorrida », en précisant bien : « Notre but n’est pas de diaboliser les amateurs de tauromachie, mais de sensibiliser le grand public à la réalité de cette pratique. La réponse positive de la mairie de Bordeaux était presque inespérée. Il ne faut pas oublier que la ville, même si elle n’organise pas de corrida, reste un important centre taurin, comptant 14 clubs. L’accord de la mairie pour notre exposition a été très encourageant pour nous, d’autant que nous avons reçu l'accord du maire, Alain Juppé. » 

    SHutterstock

    Un hommage à Simone Veil

    La FLAC avait obtenu que des affiches avertissant les parents du caractère choquant de certaines images sanguinaires montrées dans l’exposition de l’ONTC soient distribuées à l’entrée. À son tour, l’exposition de la FLAC, gratuite, se veut ouverte à tous, sans restriction d’âge. Pour ne pas heurter la sensibilité des plus jeunes, l’organisme a décidé « de ne pas montrer les actes de barbarie en eux-mêmes, mais surtout les conséquences ». Ce qui implique tout de même la présence de quelques images choc, de quoi limiter les visites en famille…

    L’essentiel de l’exposition est cependant ailleurs, assure la FLAC. Elle « évoque les grandes figures humanistes qui se sont érigées contre cette barbarie. Tout cela étayé par de la documentation rigoureuse, scientifique, littéraire et philosophique. » Au total, 180 visuels seront affichés, représentant des portraits de personnalités ayant dénoncé la corrida à travers l’histoire, accompagnés de citations venant apporter un éclairage culturel sur cette pratique. Parmi ces figures se trouve celle de Simone Vieil qui avait rejoint la FLAC en 2011 et à qui un hommage spécial sera rendu lors de l’inauguration de l’exposition. À ses côtés, les visiteurs pourront découvrir les réflexions de Victor Hugo, Albert Jacquard, Théodore Monod, mais également de contemporains comme Alain Delon, Hubert Reeves ou Robert Badinter. Autant de pensées et éclairages venant contrebalancer ceux d’illustres personnalités connues pour leur admiration pour la corrida, comme Ernest Hemingway ou Pablo Picasso, régulièrement mis en avant par le monde taurin.

    Les enfants et la violence des arènes

    Quelques armes seront également montrées dans cette exposition, nous apprend Thierry Hély, notamment les piques et les banderilles plantées sur le garrot du taureau pendant la corrida. Par ailleurs, l’accent sera mis sur la prévention auprès des parents pour ne pas exposer leurs enfants « aux dangers que représente la violence de la corrida » pour les plus jeunes, écrit la FLAC. « Nous allons notamment montrer la réalité des écoles taurines en France, alors que peu de gens savent qu’il en existe sur notre territoire », indique Thierry Hély.

    Il existe en effet, en France quatre établissements où des enfants et des adolescents sont formés aux métiers de la tauromachie. Les associations de protection animale dénoncent ces établissements où l’on apprend aux enfants « l’art de tuer des animaux ». Selon la FLAC, il serait possible d’y inscrire les enfants dès l’âge de 8 ans, et les « meilleurs » élèves commenceraient à tuer leurs premiers veaux dès l’âge de 14 ans. Un entraînement se pratiquant sur des terrains privés, à l’abri des regards, car ces « coups d’essai » sont de véritables massacres, selon les témoignages recueillis par la FLAC. C’est aussi la violence à laquelle sont exposés les apprentis toreros qui est remise en question, et pas seulement par les ONG anticorrida. Le Comité des droits de l’enfant de l’ONU (CRC)* s’inquiète régulièrement, dans différents rapports, des « effets nocifs » de la tauromachie sur les mineurs et demande à des pays comme l’Espagne et la France à ce que les enfants de moins de 18 ans soient exclus des corridas, que ce soit en tant que spectateurs ou en tant que toreros.

    Une pratique en déclin ?

    Les recommandations de la CRC ont seulement valeur d’observation, et rien n’oblige les États à mettre en œuvre les réformes demandées. Dans les faits, cependant, même si les enfants ont accès aux corridas dans les trois pays européens où elles sont encore organisées – l’Espagne, le Portugal et la France – force est de constater un désintérêt croissant de la jeune génération pour cette pratique, ne faisant qu’entériner un déclin progressif. En Espagne, berceau de la tauromachie, « un récent sondage montre que 9 % des jeunes seulement s’intéressent à la corrida. Il n’y a pas de relève assurée », constate Thierry Hély.

    Shutterstock

    En France, les arènes ont de plus en plus de mal à se remplir. Les raisons économiques ne sont pas négligeables lorsque l’on sait que le prix d’une place pour assister à une corrida varie entre 30 et 300 €. Mais pour la président de la FLAC, une évolution des mentalités émerge également. L’opinion, sensibilisée au respect animal, accepte de moins en moins ce type de spectacle impliquant inévitablement la souffrance de taureaux. « Les gens sont de mieux en mieux informés sur ce que sont les réalités des corridas. Grâce à internet, on sait ce qu’il se passe », constate Thierry Hély.

    Si le déclin général de la corrida fait peu de doute pour les associations de défense animale, ces dernières restent cependant mobilisées. « Nous avons 50 ans de retard à rattraper pour démythifier la corrida et montrer la réalité de la tauromachie, insiste le président de la FLAC, tout en soulignant : Nous n’avons rien contre la tradition, nous sommes contre la cruauté ». Force est de constater que nombre de Français partagent cet avis. Selon un sondage IFOP réalisé à la demande de la Fondation 30 Millions d’Amis, 74 % des personnes interrogées se prononcent pour l’interdiction pure et simple des corridas en France. Un résultat supérieur de 8 points à celui de 2010. 


    Autres articles à lire

  • Baléares : l'interdiction des corridas avec mise à mort annulée…

    ProtectionL'interdiction de la mise à mort des taureaux lors des corridas dans l'archipel espagnol des Baléares a été jugée inconstitutionnelle, a annoncé la Cour constitutionnelle espagnole.

    26 Décembre 2018
  • La corrida de nouveau autorisée en Catalogne

    ProtectionL’article d’une loi régionale interdisant la tauromachie en Catalogne vient d'être annulé par la Cour constitutionnelle espagnole.

    20 Octobre 2016
  • Les Baléares interdisent la mise à mort des taureaux lors des corridas

    ProtectionLe parlement régional de l’archipel des Baléares a voté lundi 24 juillet une loi de protection animale qui devrait conduire à la fin de la corrida dans cette communauté autonome d’Espagne.

    26 Juillet 2017
  • L’ONU demande à l’Espagne d’interdire les corridas aux enfants

    ProtectionDans un rapport rendu le 8 février, le Comité des droits de l’enfant de l’ONU reconnaît le caractère violent des corridas et demande à l’Espagne, comme cela avait été le cas pour plusieurs autres pays, d’en interdire l’accès aux mineurs.

    13 Février 2018
  • Brigitte Bardot adresse une lettre au ministre de l'Agriculture

    ProtectionBrigitte Bardot, présidente de la fondation éponyme, adresse une lettre à Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture qu'elle appelle ''ministre de la Souffrance''. Une supplique suite aux deux nouvelles vidéos tournées par L214 dans deux abattoirs du sud de la France.

    29 Juin 2016
  • Les amoureux des bêtes n'oublient pas les chiens et chats des refuges

    ProtectionIls n'auront pas de cadeaux au pied du sapin mais une couverture neuve, de la nourriture enrichie ou une nouvelle niche. Les amoureux des bêtes n'oublient pas les chiens et chats des refuges à Noël, les associations de protection animale se félicitant d'un pic des dons enfin d'année.

    23 Décembre 2018
  • Transport des animaux vivants : une situation à faire changer

    ProtectionUne proposition de loi vise à mieux protéger les animaux d’élevage pendant leur transport, en diminuant la durée autorisée des trajets en France et en renforçant les règles pour les voyages hors de l’Union européenne.

    09 Février 2017
  • Pour la création d’un secrétariat d’Etat à la condition animale !

    ProtectionDans un manifeste publié par Le Monde, plusieurs personnalités – dont Boris Cyrulnik et Matthieu Ricard – plaident pour que l’animal obtienne une meilleure place dans notre société.

    18 Octobre 2016
  • Les animaux abandonnés ont aussi droit à leur Noël

    ProtectionLa SPA célèbre le Noël des animaux avec un refuge éphémère installé à Paris, place de la République, ce week-end. Le but, leur offrir en cette fin d’année une nouvelle famille pour les accueillir.

    05 Décembre 2017
  • L’association Stéphane Lamart ouvre son premier refuge

    ProtectionA partir de mai, employés et bénévoles du refuge des Orphelins, en Normandie, seront près à accueillir une cinquantaine de chiens pour leur offrir un meilleur cadre de vie et la perspective d’un nouveau foyer.

    06 Avril 2017
  • Peta dénonce le massacre des ânes du Kenya pour la Chine

    ProtectionL'association de défense des animaux Peta a demandé jeudi au Kenya de mettre fin à l'abattage des ânes, dont les peaux sont exportées vers la Chine, le plus souvent illégalement, pour les besoins de la médecine traditionnelle, une pratique qui a récemment augmenté en Afrique.

    16 Mai 2019
  • Des enfants manifestent contre le massacre des requins

    ProtectionSamedi dernier à Hong Kong, des dizaines de personnes déguisées en requins sanguinolents ont manifesté contre le « shark finning », cette pêche au requin qui consiste à les dépecer en pleine mer pour récupérer leurs ailerons avant de les laisser agoniser au fond de l’eau.

    13 Juin 2017
  • Expérimentation animale : une règle des « trois R » inefficace

    ProtectionDouze millions d’animaux sont sacrifiés chaque année en Europe pour faire avancer la recherche. Une directive européenne encadre depuis 2010 cette pratique mais reste cependant insuffisante.

    28 Février 2018
  • L'Australie envoie un robot tuer les chats errants

    ProtectionAfin de protéger ses espèces en voie de disparition, l’Australie a annoncé en 2015 son projet d’éradiquer quelque deux millions de chats errants jugés comme la menace principale. Aujourd’hui, le moyen de leur éradication a été mis au point : un robot qui envoie du poison sur les chats.

    20 Avril 2016
  • Un café à chats fermé à Tokyo pour maltraitance

    ProtectionUn bar à chats de Tokyo a été fermé pour cause de maltraitance suite à une perquisition. Les chats s'y étaient multipliés et les conditions d'hygiène n'étaient pas respectées.

    22 Avril 2016
  • Giorgio Armani bannit la fourrure de ses collections

    ProtectionLe créateur italien Giorgio Armani s’est rangé du côté des associations de protection animale. Sa collection automne/hiver 2016/2017 ne devrait comporter aucune fourrure. Une décision saluée par les associations de défense des animaux.

    24 Mars 2016
  • Un Salon de l’agriculture sous haute surveillance

    ProtectionL’édition 2018 du Salon international de l’agriculture ouvre ses portes ce week-end, alors que les questions autour de l’élevage intensif ou de la réglementation des abattoirs sont soulevées par les ONG de protection animale.

    20 Février 2018
  • En Alaska, on peut désormais tuer des ours en hibernation

    ProtectionDonald Trump a signé un projet de loi autorisant notamment la chasse d’oursons et de louveteaux dans leur tanière dans les réserves naturelles d’Alaska, ainsi que la traque des animaux depuis un hélicoptère.

    11 Avril 2017
  • Braconnage : Bougrain-Dubourg dénonce 'un laxisme inacceptable'

    ProtectionLe 7 avril dernier, un braconnier a été condamné par le tribunal correctionnel de Perpignan à 15 jours de prison ferme et 2 000 euros d’amende pour avoir capturé à la glu des chardonnerets élégants, oiseaux protégés appartenant à l’ordre des passereaux. Il a également dû verser 1 000 euros à la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). Un cas de condamnation encore extrêmement rare, malgré les lois encadrant les pratiques de la chasse. Allain Bougrain-Dubourg, président de la LPO, nous explique pourquoi.

    18 Avril 2016
  • Des bébés tigres congelés trouvés au temple bouddhiste

    ProtectionDes dizaines de bébés tigres congelés ont été découverts dans des congélateurs lors d'une perquisition au ''temple aux tigres'', qui doit être évacué.

    01 Juin 2016