L’« extension rapide » du loup est-elle une bonne nouvelle ?


  • L’« extension rapide » du loup est-elle une bonne nouvelle ?Photo : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Un nouveau bilan de suivi de loup en France fait état d’une population d’environ 430 individus, soit 70 de plus qu’en 2017. Une nouvelle encourageante pour le loup, qui va cependant devoir faire face à une augmentation des tirs…

    Le nombre de loups augmente en France. Le bilan de suivi hivernal publié par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) fait état d’un effectif estimé à 430 loups en France, avec un nombre croissant de zones de présence permanente de l’animal. « Tous les indicateurs dont dispose le réseau Loup/Lynx […] indiquent que l'espèce est en phase d'expansion rapide sur l'ensemble du territoire national, fait savoir l’ONCFS dans un communiqué. En sortie d'hiver 2017-2018, l'effectif estimé était d'environ 430 individus (intervalle de prédiction : 387-477), soit un taux de croissance  annuel de près de 20 % », précise par ailleurs l’organisme.

    Le nombre de loups était estimé, en 2017, à 360 individus sur notre territoire. Cette augmentation de 70 loups est donc un signe positif pour les associations. « C’est une bonne nouvelle parce que cela signifie que la population de loups se maintient et continue d’évoluer malgré les tirs, a réagi Madline Reynaud, directrice de l’Aspas. Nous avons eu de grosses craintes ces dernières années sur les conséquences que les tirs autorisés peuvent avoir sur l’état des populations de loups. Il reste donc rassurant de voir que les chiffres progressent. »

    3 à 10 loups supplémentaires pourraient être abattus

    Cependant, derrière cette annonce encourageante pour la conservation de la faune sauvage en France, se trouve une situation encore très fragile pour le Canis lupus. « Cette année, le plafond d'abattage est fixé à 40 loups, mais il pourrait être "actualisé" et porté à 10 % de la population. 10 % de 430... 3 loups susceptibles d'être tués en plus ? » s’interroge l’ASPAS sur son compte Twitter.

    En effet, le nouveau Plan national d’action (PNA) Loup, adopté par le gouvernement pour la période 2018-2023, prévoit que le plafond annuel d’abattage de loups autorisé ne peut dépasser les 10 % de la population sur la base de recommandations scientifiques, avec « possibilité de relèvement de 2 % par le préfet coordonnateur en cas d’atteinte du plafond avant la fin de l’année civile et de dommages particulièrement importants. »

    L’augmentation du nombre de loups constatée par l’ONCFS devrait donc entraîner une augmentation des tirs autorisés. « Le plafond, aujourd’hui fixé à 40, devrait passer de 43 à 50 loups à abattre, déplore Madline Reynaud. Sans compter que si ce plafond est atteint, des tirs de défense simple peuvent encore être autorisés. Combien de loups vont être tués alors que les populations sont loin d’être viables ? » 

    Plus de 2 000 loups en France, une utopie ?

    Le plan loup se donne comme objectif d’atteindre une population de 500 individus d’ici à 2023. « Une fois l’objectif atteint, le dispositif de gestion de la population de loups sera réexaminé », indique le gouvernement. Le problème pour les associations est que ce chiffre de 500 a été fixé sans prendre en compte les recommandations des nouvelles études réalisées sur la viabilité du loup. Dans L'expertise scientifique collective sur le loup en France, publiée en mars 2017 par l’ONCFS et le Muséum national d’histoire naturelle, il est précisé que pour que la présence du loup en France soit assurée, cela nécessite des effectifs bien plus élevés que 500 individus.

    Shutterstock

    La taille minimale de population viable (TMPV) efficace « de 500 a longtemps été considérée nécessaire pour préserver le potentiel évolutif et réduire suffisamment les problèmes de dépression de consanguinité. Les généticiens considèrent aujourd’hui qu’il s’agit d’une sous-estimation », indique l’expertise. Les connaissances scientifiques actuelles recommandent un « effectif minimal à atteindre de l’ordre de 2 500 à 5 000 individus matures sexuellement ». La France apparaît ainsi encore loin du compte avec sa population actuelle de loups composée de 430 individus.

    Braconnage et meutes désorganisées : les pressions qui pèsent sur le loup

    Si la population de loups continue de croître, l’animal doit aussi faire face, outre les tirs autorisés, à des menaces pouvant avoir des conséquences directes sur sa viabilité. À commencer par le braconnage, un phénomène qui inquiète l’ASPAS. « Depuis le début de cette année, 8 loups ont été abattus « légalement ». Un cas de braconnage a été avéré et décompté du plafond de 40 loups. Mais 9 loups ont été tués sans que l’on puisse prouver quoi que ce soit. Dans ce cas, ces morts sont considérées comme naturelles et ne sont donc pas décomptées du plafond. Or nous savons qu’il est très difficile de prouver les cas de braconnage. Notamment lorsque des loups sont empoisonnés délibérément, perdent leurs repères et leurs capacités, et se retrouvent victimes de collisions routières », détaille Madline Reynaud.

    Autre sujet d’inquiétude pour l’association, l’éclatement des populations de loups lié à la politique de tirs autorisés sur le Canis lupus menée depuis des années par le gouvernement. « Le nombre de loups augmente mais les meutes comptent de moins en moins d’individus et sont de plus en plus éparpillées en France, constate la directrice de l’association. On a ainsi à faire à des loups isolés, qui vont avoir tendance à se rabattre sur des proies plus faciles à attraper que des animaux sauvages. » Comme les moutons d’un troupeau, par exemple…

    L’unique loup du Larzac échappe aux tirs
    À la demande de l’ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages), le tribunal administratif de Toulouse a suspendu en urgence un arrêté du préfet de l’Aveyron qui autorisait l’abattage par « tirs de défense renforcée » du seul loup identifié sur le secteur du Larzac, fait savoir l’association. Le juge en référé relève « qu’il y a urgence à empêcher l’abattage du seul loup identifié sur le secteur du Larzac, abattage qui serait bien sûr irréparable, et que, parallèlement, le préfet n’établit pas que la présence du loup mettrait en péril l’activité de l’élevage concerné ni ne compromettrait la pérennité de l’élevage ovin dans le département de l’Aveyron », peut-on lire dans le communiqué.

    Autres articles à lire

  • Un bison sauvage abattu en Allemagne

    Faune sauvageAucun bison sauvage en liberté n’avait été aperçu en Allemagne depuis environ 250 ans. L’un d'eux a pourtant récemment réapparu dans le pays, près de la frontière avec la Pologne, avant d’être abattu sur ordre de la police, craignant pour la population. L’association WWF a porté plainte pour cette atteinte à une espèce protégée.

    22 Septembre 2017
  • Var : un loup au « comportement agressif » abattu près d'un camping

    Faune sauvageUn loup « au comportement agressif » qui rôdait sur un camping à Bormes-les-Mimosas (dans le Var) a été abattu ce jeudi par la gendarmerie, a annoncé la préfecture du Var dans un communiqué.

    14 Février 2019
  • Au Kenya, le guépard du Masaï-Mara va-t-il disparaître?

    Faune sauvageÀ l’heure où des scientifiques s’inquiètent d’une possible « sixième extinction de masse des animaux », une étude est parue pour évoquer la menace qui pèse sur ce célèbre sprinteur ! Les 7 000 derniers guépards d’Afrique survivront-ils aux prochaines décennies ?

    29 Mars 2018
  • Faites un geste pour la Journée mondiale des animaux

    Faune sauvageCréée en 1929, à Vienne en Autriche, à l'occasion du Congrès international pour la protection des animaux, la Journée mondiale des animaux a lieu ce 4 octobre, jour de la Saint-François d'Assises. L'occasion saisie par l'ONU de mettre en lumière les espèces menacées sur notre planète. Le guépard fait partie des plus fragiles. Et si vous faisiez un geste pour aider à sa préservation dans le Masaï-Mara ?

    04 Octobre 2017
  • La girafe rejoint la liste des espèces menacées

    Faune sauvageLe plus grand animal terrestre, longtemps considéré comme peu en danger, est désormais un animal vulnérable qu’il devient urgent de protéger. En 30 ans, 40% des girafes dans le monde ont disparu.

    09 Décembre 2016
  • Au Népal, des caméras cachées pour compter les tigres sauvages

    Faune sauvageDes milliers de photographies défilent, toutes prises par des caméras cachées dans la jungle du Népal. Au bout du compte, une certitude réjouissante: la population de tigres de ce pays himalayen a quasiment doublé en une décennie après être passée tout près de l'extinction.

    06 Novembre 2018
  • Un zoo anglais organise un jeu de tir à la corde avec des lions

    Faune sauvageLe zoo de Dartmoor a beaucoup fait parler de lui suite à la mise en place d’une activité payante consistant à affronter un lion ou un tigre dans un jeu de tir à la corde. Animaux-Online a recueilli l’avis du zoo de Thoiry sur cette activité qui scandalise le monde de la protection animale.

    04 Mars 2019
  • Montreurs d’ours et de loups : une pratique à combattre

    Faune sauvageLors du colloque qui s’est tenu le 12 novembre à l’Assemblée nationale, intitulé « vers la fin des animaux sauvages dans les spectacles : pourquoi nous devons légiférer », une pratique rare mais malheureusement toujours présente en France a été abordée : les montreurs d’ours et de loups.

    15 Novembre 2018
  • Projet « Dulan » : le nouveau défi de l’association Kalaweit

    Faune sauvageLes équipes de l'association Kalaweit, fondée il y a 20 ans par Chanee, viennent de découvrir un petit bijou de biodiversité sur l'île de Bornéo. Seul problème, ces 1 500 hectares de forêts sont encerclés par des compagnies de charbon et d'huile de palme…

    17 Décembre 2018
  • Chanee, 'Monsieur gibbon'

    Faune sauvageL’ONG qu’il a créée est devenue le plus grand projet au monde de sauvegarde des gibbons. Aurélien Brulé, dit Chanee, fondateur de Kalaweit (« gibbon » en indonésien), se passionne depuis l’adolescence pour ces primates menacés. En 18 ans, cet Indonésien d’adoption a réussi à sauver de nombreux animaux mais aussi à faire avancer les mentalités. A l’occasion de son passage en France, nous l’avons rencontré.

    22 Septembre 2016
  • Les animaux rêvent-ils tous de la même façon ?

    Faune sauvageDes chercheurs français ont étudié le sommeil du lézard afin de creuser l’hypothèse selon laquelle les phases de sommeil lent et paradoxal (là où surviennent les rêves) seraient apparues chez un ancêtre commun aux mammifères et aux reptiles, il y a 350 millions d'années.

    12 Octobre 2018
  • Trump veut réautoriser d’anciennes pratiques de chasse à l’ours

    Faune sauvageIl sera bientôt possible pour les chasseurs en Alaska d'appâter les ours avec du bacon ou des donuts dans les zones protégées, l'administration Trump souhaitant revenir sur des réglementations adoptées sous Barack Obama.

    23 Mai 2018
  • Disparition de Daphne Sheldrick, la « mère » des éléphants orphelins

    Faune sauvageDaphne Sheldrick, pionnière de la protection de l'environnement, était connue pour avoir développé une méthode permettant d'élever des éléphanteaux orphelins au Kenya. Elle est décédée jeudi, à l'âge de 83 ans.

    16 Avril 2018
  • Une gardienne de zoo tuée par un tigre en Grande-Bretagne

    Faune sauvageUne gardienne de zoo britannique a été tuée par un tigre lundi 29 mai. La police mène l’enquête pour déterminer les causes de cet « accident exceptionnel »

    30 Mai 2017
  • Loup : le quota d'autorisation d'abattage relevé à 51 bêtes

    Faune sauvageLes autorités françaises ont relevé le quota d'autorisations d'abattage de loups de 43 à 51 bêtes pour 2018, après la découverte d'un de ces animaux empoisonnés dans la Drôme, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

    23 Octobre 2018
  • Un nouveau cas de mutilation de koala en Australie

    Faune sauvageUn koala a été retrouvé vissé à un poteau dans un parc en Australie. Le fait divers révoltant succède à un précédent cas de mutilation, quelques mois plus tôt, sur un marsupial, dans un contexte alarmant pour la survie du koala en Australie.

    11 Janvier 2018
  • Australie : le rat-kangourou mangeur de truffes risque l'extinction

    Faune sauvageUn marsupial australien amateur de truffes connu sous le sobriquet de 'rat-kangourou' a subi un déclin dramatique de ses populations et risque l'extinction si des mesures urgentes ne sont pas prises, a prévenu jeudi une ONG.

    06 Décembre 2018
  • Les dugongs de Nouvelle-Calédonie en danger de disparition

    Faune sauvageSelon le WWF, le dugong (un mammifère marin herbivore) est menacé d’extinction à cause du braconnage en Nouvelle-Calédonie.

    20 Juin 2017
  • La sexualité de nos animaux 43/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… le kamasutra.

    14 Mai 2016
  • Une exposition généreuse et engagée pour sauver les éléphants

    Faune sauvageLa ville de Chambéry, très attachée au pachyderme, accueille du 27 juin au 3 septembre une exposition « éléphantesque », en partenariat avec le WWF : découverte, art, sensibilisation et récolte de fonds sont au cœur de cette manifestation.

    28 Juin 2017