Un fichier d’identification pour animaux sauvages voit le jour


  • Un fichier d’identification pour animaux sauvages voit le jourPhoto : Shutterstock
  • Protection

    À partir du 15 juin, un fichier national et unique, réunissant les données de l’ensemble des espèces non domestiques détenues en captivité, sera ouvert. Une bonne nouvelle pour la protection de millions d’oiseaux, reptiles, mammifères, amphibiens…

    Près de 17 ans après la création d’un fichier national pour gérer l’identification des carnivores domestiques (chiens, chats et furets)*, la France se dote d’un fichier similaire pour les animaux sauvages détenus en captivité. L’i-fap, c’est son nom (pour identification de la faune sauvage protégée), sera effectif à partir du 15 juin 2018. L’existence d’un tel fichier marque une étape primordiale dans la lutte contre le trafic de la faune sauvage.

    Qu’est-ce que l’i-fap ?

    L’i-fap est « la seule base légale de données françaises relatives à l’identification des animaux d’espèces non domestiques détenus en captivité » peut-on lire sur le communiqué du ministère de la Transition écologique et solidaire. Il apparaît ainsi comme le pendant de l’i-cad pour la faune sauvage (oiseaux, reptiles, mammifères, amphibiens…). L’installation de ce fichier, unique et national, fait suite à la loi Biodiversité de 2016 et au décret n°2017-230 publié au Journal officiel le 25 février 2017. L’ouverture du fichier aura lieu le vendredi 15 juin 2018.

    Qui gère ce fichier ?

    L’annonce de la création d’un fichier national d’indentification pour les animaux sauvages en captivité a été applaudie par les associations de défense des animaux. La mesure faisait partie des revendications portées par plusieurs ONG, dont la Fondation 30 Millions d’Amis. Cependant, un doute subsistait quant à la société en charge de la gestion de ce fichier. On en connaît désormais le nom : les données sont gérées par la SAPV (Société d’actions et de promotion vétérinaire), par le biais d’une délégation de service public du ministère de la Transition écologique et solidaire. L’i-fap se compose pour l’heure d’une dizaine de personnes, dont 5 à plein temps, indique Sandrine Lyonnet à la tête de cette équipe.

    Tortue Hermann - Shutterstock

    Quelles sont les espèces concernées ?

    La nouvelle réglementation apporte deux grands changements : la création d’un fichier national d’indentification et un élargissement du marquage obligatoire pour les espèces non domestiques en captivité. Jusqu'à présent, l’indentification obligatoire concernait : l’ensemble des espèces animales protégées sur le territoire français, les espèces protégées au niveau européen et les espèces visées par la convention CITES inscrites à l’annexe A. Désormais, les espèces inscrites aux annexes B, C et D de la CITES sont aussi visées par l’indentification obligatoire. Cela concerne aussi bien les particuliers que les professionnels, comme les éleveurs, les animaleries, les parcs zoologiques ou les cirques.

    Pour plus de facilité, la liste des espèces concernées par l’obligation de marquage et d’inscription au fichier national sera consultable sur le site de www.i-fap.fr à compter du 15 juin 2018. Des informations seront également disponibles concernant les modalités d’identification agréées pour les différentes espèces.

    Quels sont les objectifs de l’i-fap ?

    Si le marquage était déjà obligatoire pour les espèces sauvages détenues en captivité, pour les professionnels comme pour les particuliers (marquage Cerfa), il n’existait aucun endroit où toutes ces informations pouvaient être réunies. Or, comme le souligne Sandrine Lyonnet, « l’identification sans la vérification n’a aucun intérêt. L’i-fap va enfin permettre de donner du sens à l’identification des animaux sauvages en captivité ».

    Chaque animal inscrit à l’i-fap est accompagné du nom et de l'adresse de son propriétaire, et dispose d’une carte d'identification. Le système devrait ainsi aider le gouvernement à lutter contre le trafic d’animaux vivants. « Très concrètement, cet outil devrait nous permettre de remonter les pistes lorsque nous sauvons un animal dans un cirque, de savoir qui l’a vendu, etc. », expliquait, en avril 2017, Arnauld Lhomme, enquêteur à la Fondation 30 Millions d’Amis. « Nous avons beaucoup travaillé avec le Brésil qui dispose déjà d’un système similaire, détaille pour sa part Sandrine Lyonnet. Le Brésil nous a montré qu’un tel fichier permettait réellement de limiter le trafic en donnant la possibilité de tracer les personnes dans l’illégalité et en appliquant mieux les sanctions. En dehors du Brésil, peu de pays se sont intéressés à l’indentification des animaux sauvages en captivité. La France prend le rôle de leader en Europe sur cette question. »

    Au-delà de la lutte contre le trafic, l’i-fap devrait également permettre d’apporter des réponses à des problèmes sanitaires. « En cas de grippe aviaire, par exemple, le fichier devrait nous permettre de mettre en place des protocoles adaptés selon les régions », précise la responsable du fichier. De plus, le nouvel organisme est chargé de réaliser des études statistiques à partir des données recueillies (durée de vie en fonction des espèces, mouvement des populations, etc.) mais aussi d’accompagner le public concerné en délivrant de l’information sur la législation en vigueur pour la faune sauvage en captivité.

    Perruche ondulée. Shutterstock

    Comment se mettre en règle ?

    À partir du 15 juin 2018, chaque propriétaire pourra enregistrer de manière déclarative ses animaux déjà marqués avec Cerfa directement sur le site de l’i-fap. Ces déclarations sont gratuites jusqu'au 10 août 2018. Après cette date, l’inscription à l’i-fap coûtera 5,50 €. En cas de non-respect de cette nouvelle réglementation, on risque une amende pourvant aller jusqu'à 1 500 €. Le montant peut être porté à 3000 € en cas de récidive (contravention de 5e classe).

    « On estime à plusieurs millions le nombre d’animaux sauvages captifs en France. Nous savons que cela va prendre du temps avant que l’ensemble de ces animaux soient correctement identifiés. Nous aimerions mettre en place une base de données d’un peu plus de 200 000 animaux d’ici à la fin de l’année. Nous pensons que les inscriptions des animaux sauvages appartenant à des particuliers, comme des oiseaux, des reptiles, des amphibiens ou des tortues, risquent d’être les moins nombreuses. »  

    * La Société d'identification électronique vétérinaire (SIEV) a été créée en décembre 2001 pour gérer, par délégation de service public, le fichier des identifications des carnivores domestiques (chiens, chats et furets) et le fichier national félin. En parallèle, la Société centrale canine (SCC) gérait, également par délégation de service public, le fichier national canin. En 2012, les deux organismes ont créé une seule et même structure, l’i-cad.


    Autres articles à lire

  • Entre débrouille et récupération

    ProtectionOn dit que la France est le pays du système D. D comme débrouille. La réputation n’est pas usurpée quand on plonge au cœur des refuges qui doivent compter sur leur imagination pour trouver l’argent nécessaire à leur survie…

    01 Mai 2019
  • Pau: début du procès des abattoirs de Mauléon

    ProtectionDeux ans et demi après la diffusion d'images choc d'animaux maltraités filmées en caméra cachée par l'association L214, le tribunal correctionnel de Pau juge lundi et mardi des employés et le directeur de l'abattoir de Mauléon, dans les Pyrénées-Atlantiques.

    17 Septembre 2018
  • La Terre a perdu 60% de ses animaux sauvages en 44 ans

    ProtectionLe WWF, créé en 1961, suit le déclin accéléré des populations animales sur Terre. Voici quelques conclusions de son dernier rapport 'Planète vivante', auquel ont contribué une cinquantaine d'experts et qui reprend aussi de grandes études scientifiques publiées sur le sujet.

    31 Octobre 2018
  • La Confédération nationale-Défense de l’animal fait peau neuve

    ProtectionRéunie en congrès à la frontière suisse, la Confédération sort d’une période compliquée durant laquelle elle a renouvelé son équipe dirigeante et changé de nom suite à l’action en justice engagée par la SPA de Paris. L’occasion pour Animaux-online de faire le point avec cette association qui a fêté ses 90 ans il y a deux ans.

    22 Octobre 2018
  • Chanee, 20 ans de combat pour sauver les gibbons

    ProtectionDepuis l’âge de 16 ans, Aurélien Brulé, dit Chanee, a consacré sa vie à la sauvegarde du gibbon en Indonésie. Il revient sur son parcours après avoir créé son association, Kalaweit, il y a 20 ans.

    23 Octobre 2018
  • Grand débat national : la condition animale au programme

    ProtectionC’est dans une salle de la mairie du XIIIè arrondissement de Paris que les Franciliens ont été conviés, mercredi 20 février, à faire part de leurs propositions sur la condition animale dans le cadre du Grand débat national. Un thème inspirant puisque les idées ont abordé aussi bien les animaux domestiques, de rente que les animaux sauvages…

    21 Février 2019
  • Refuge saccagé à Montgeron : l’association a besoin d’aide

    ProtectionLe refuge de l’association Animaux sans foyer, à Montgeron, dans l’Essonne, a été saccagé et pillé dans la nuit du 25 décembre. Les animaux sont en état de choc mais saufs. La structure a cependant un besoin urgent d’argent pour réparer les dégâts et sécuriser le site. Une cagnotte en ligne a été ouverte pour récolter les fonds nécessaires.

    03 Janvier 2018
  • Devenir bénévole pour défendre les ours

    ProtectionL’association Ferus cherche des bénévoles dans les Pyrénées pour informer et sensibiliser les touristes et les habitants sur la présence de l’ours en France, et créer une dynamique en faveur du plantigrade.

    11 Mai 2017
  • En Suisse, les homards ne pourront plus être ébouillantés vivants

    ProtectionÀ partir du 1er mars, le pays va interdire de plonger les homards vivants dans de l’eau bouillante sans les avoir préalablement étourdis. Une série d’autres mesures concernant le bien-être ont également été adoptées. Parmi elles, l’interdiction des dispositifs empêchant les chiens d’aboyer.

    12 Janvier 2018
  • Londres : l'identité du tueur en série de chats enfin révélée

    ProtectionAprès plusieurs années d’enquête, Scotland Yard vient de trouver l’individu à l’origine de plus de 400 décès de chat dans Londres : un renard.

    22 Septembre 2018
  • Une journée mondiale pour mieux connaître les vautours

    ProtectionLa journée mondiale de sensibilisation aux vautours organisée par la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) se déroulera le dimanche 2 septembre 2018 à travers la France. C’est l’occasion de partir à la rencontre de ces rapaces nécrophages qui sont l’objet de programmes de réintroduction.

    31 Août 2018
  • Johnny Hallyday était aussi un grand amoureux des animaux

    ProtectionLes hommages se multiplient suite à la mort du chanteur, emporté cette nuit par un cancer du poumon. Le monde animal n’a pas manqué de saluer la mémoire de cet artiste au grand coeur, qui a toujours témoigné de sa grande affection pour les animaux et particulièrement les chiens.

    06 Décembre 2017
  • Une nuit pour les chauves-souris

    ProtectionLa 22e édition de la Nuit internationale de la chauve-souris, organisée par la Société française pour l’étude et la protection des mammifères, se déroulera les 25 et 26 août 2018 à travers la France.

    24 Août 2018
  • Quand les parcs zoologiques ferment, que deviennent les animaux ?

    ProtectionPlusieurs facteurs peuvent pousser ou obliger des parcs zoologiques à fermer leurs portes. Mais alors que deviennent les animaux du parc ? Et si cela se passait en France ? Où iraient-ils ?

    20 Septembre 2018
  • Réflexions et émerveillements pour comprendre la cause animale

    ProtectionRencontre avec le photographe Laurent Baheux et la philosophe Audrey Jougla, qui publient un livre mêlant images et pensées afin de comprendre, en 12 chapitres clés, les principaux enjeux actuels de la cause animale.

    17 Avril 2018
  • Association Stéphane Lamart : les bénévoles chantent pour leur refuge

    ProtectionFanfan et Stéphan, professionnels de la chanson, ont conçu un CD vendu au profit du refuge des Orphelins de Stéphane Lamart. Les neuf titres sont interprétés par des bénévoles de l’association qui se produiront aux portes ouvertes du refuge le samedi 18 et dimanche 19 mai à Aunay-sur-Odon, dans le Calvados.

    17 Mai 2019
  • Comment peut-on définir le bien-être animal ?

    ProtectionL'agence sanitaire Anses a défini le concept de bien-être animal, soulignant que la bonne santé et l’absence de stress sont des notions nécessaires, mais insuffisantes.

    27 Avril 2018
  • Le refuge de Quiberon panse ses plaies

    ProtectionAu début du mois d’août 2018, le refuge L’École du chat, situé sur la presqu’île de Quiberon, dans le Morbihan, a été victime d’un acte malveillant. Deux chiens ont été introduits de nuit dans un enclos et se sont attaqués aux chats. Deux d’entre eux sont morts, un troisième a succombé à ses blessures. Beaucoup sont traumatisés…

    07 Septembre 2018
  • Un chanteur reverse les bénéfices de son disque à la cause animale

    ProtectionMoby, auteur-compositeur de musique électro, a annoncé vouloir reverser tous les profits de son nouvel album à des associations qui luttent pour le droit des animaux.

    05 Mars 2018
  • Le piège des contrats aidés

    ProtectionPour la majorité des refuges qui appellent à l’aide, la cause de leur prochaine faillite est la fin des contrats aidés, annoncée par le gouvernement d’Edouard Philippe en juin 2017. Sans personnel, ou désormais recruté à prix d’or, leur fragile équilibre économique s’effondre.

    01 Mai 2019