Maltraitance : les limites à l’interdiction de détention d’un animal


  • Maltraitance : les limites à l’interdiction de détention d’un animalPhoto : Shutterstock
  • Protection/ Droit

    Les peines pour maltraitance animale peuvent être assorties d’une interdiction, parfois à vie, de détenir un animal. Si la mesure est essentielle pour lutter contre les atteintes faites aux animaux, elle comporte, en l’état, des limites dans son application.

    La reconnaisse de l’animal en tant qu’« être vivant doué de sensibilité » a fait son apparition dans le Code civil en 2015. Cette avancée historique a fait progresser le droit des animaux, qui disposent également, depuis cette année, d’un Code réunissant l’ensemble des articles de loi les concernant. Ce Code de l’animal, élaboré à l’initiative de la Fondation 30 Millions d’amis, permet aux avocats et aux magistrats d’avoir un véritable outil pour défendre les animaux et faire appliquer la loi existante.

    Car en matière de maltraitance animale, les sanctions*, prévues dans le Code pénal, ne sont pas toujours appliquées. Il reste même difficile de porter une affaire devant les tribunaux, comme le montre l’exemple du chat Cookie. Cependant, force est de constater que le sujet émerge, et que de plus en plus de cas d’animaux maltraités sont jugés et les auteurs de ces actes condamnés. « On observe une sensibilisation particulière des tribunaux à la cause animale », rapportent ainsi Xavier Bacquet et Maryse Bierna, avocats de la Fondation 30 Millions d’Amis.

    Plusieurs peines ont été prononcées cette année, allant de 5 mois de prison, dont quatre avec sursis, pour un habitant de Roubaix (Nord) ayant défenestré son chat, à 2 ans de prison ferme (peine maximale pour un acte de cruauté sur un animal) pour un adolescent de Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis). Âgé de 19 ans, il a battu et jeté son chien, Attila, du 3e étage, entraînant la mort de l’animal. Cette peine a été assortie d’une interdiction à vie pour le jeune homme de détenir un animal. « Seule cette peine doit assurer véritablement la protection des animaux », assurent Maîtres Xavier Bacquet et Maryse Bierna.

    Aucun moyen de contrôle

    Indispensable pour prévenir les risques de récidive, l’interdiction de détenir des animaux de compagnie est cependant une mesure dont l’application reste difficile à contrôler. Cette interdiction figure dans le casier judiciaire de la personne condamnée, casier auquel les autorités judiciaires et, dans une certaine mesure, les autorités administratives ont accès, détaille Blanche de Granvilliers, avocate et membre d’un groupe de travail sur le droit animal au barreau de Paris. Cependant, cette interdiction n’est inscrite à aucun autre endroit. Ainsi, dans les faits, « c’est seulement si le condamné ne respecte pas l’interdiction que les autorités en seront informées, dans le cas où une enquête serait menée », indique l’avocate.

    Une interdiction loin d’être automatique

    L’autre grande limite à cette interdiction est qu’elle ne concerne, le plus souvent, que des délits, c’est-à-dire des cas extrêmes de sévices et actes de cruauté sur des animaux, alors que pour de nombreuses infractions (des actes moins sévères), l’interdiction de détenir un animal ne peut pas être prononcée comme peine accessoire. « C’est le cas notamment pour les atteintes involontaires à la vie et à l'intégrité physique de l’animal (articles  654-1 et R. 655-1 du Code pénal) ou bien, concernant les animaux d’élevage, pour des cas de privation de nourriture ou d’abreuvage, de manque de soins ou de maintien dans un environnement inadapté (article R. 215-4, I du Code rural) », relève Blanche de Granvilliers.

    Pour l’experte, ces lacunes s’expliquent par un manque d’harmonisation des textes. « Le législateur, lorsqu'il modifie les infractions relatives aux animaux, oublie l'existence de ces contraventions et ne stipule pas qu’une interdiction de détenir des animaux peut être prononcée dans ces différentes situations, alors même que cette interdiction paraît particulièrement adaptée aux auteurs de ces différentes infractions. »

    À défaut de pouvoir légalement interdire à l’auteur d’une maltraitance de détenir des animaux, on peut solliciter la confiscation de l’animal-victime, dans le cas d’un particulier, ou bien d’obtenir la fermeture d’une entreprise si les faits de maltraitance se sont produits dans le cadre d’une activité professionnelle : animalerie, salon de toilettage, établissement de garde d’animaux, fourrière, refuge, élevage…

    Les pistes d’amélioration

    L’absence de fichiers ou d’autorité chargés de surveiller le respect de l’interdiction de détenir un animal diminue donc « de manière considérable l’intérêt de cette sanction », constate Blanche de Granvilliers. Ni les éleveurs ni les refuges n’ont les moyens de vérifier si une personne cherchant à acheter ou à adopter un animal se trouve sous le coup d’une telle interdiction.

    Il serait donc nécessaire de pouvoir améliorer cette mesure, en s’inspirant par exemple d’un dispositif qui devrait prochainement être mis en place en Belgique : un permis obligatoire pour détenir un animal de compagnie. Ce permis sera octroyé à tous les citoyens, automatiquement et sans formalité. Il sera en revanche retiré à toute personne reconnue coupable de maltraitance animale. Une base de données permettant de recenser les personnes interdites sera parallèlement mise en œuvre, ce qui devrait permettre d’interdire la vente ou l’adoption d’un animal à une personne fichée pour maltraitance.

     

    * Il est indiqué dans le Code pénal que toute personne exerçant publiquement ou non des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou qui commet un acte de cruauté envers un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité est puni de 2 ans de prison et de 30 000 € d'amende.


    Autres articles à lire

  • Le Royaume-Uni rejette une loi de l’UE sur le droit animal

    ProtectionLe Parlement britannique prépare son Brexit et revoit l’ensemble des lois européennes : parmi elles, il a rejeté un texte du traité de Lisbonne qui reconnaît la souffrance et les émotions des animaux.

    23 Novembre 2017
  • Après les Gilets jaunes, le mouvement Pattes mauves

    ProtectionAbandon, maltraitance, errance, euthanasie de convenance, trafic… C’est pour lutter contre toutes ces atteintes au bien-être animal que s’est créé le mouvement Pattes mauves. Le but ? Porter la parole des animaux au grand débat national.

    08 Mars 2019
  • Des avocats au chevet de l’animal

    ProtectionChaque mois, le groupe de travail des avocats au barreau de Paris, que préside Marie-Bénédicte Desvallon, avocate au Barreau de Paris à la Cour, se réunit avec comme objectif d’élaborer un code autonome des droits de l’animal. Un travail titanesque tant notre pays est en retard…

    29 Mai 2019
  • Le Parlement favorable au partage des fichiers d’identification

    ProtectionPour lutter contre le commerce illicite des animaux de compagnie, le Parlement européen s’est montré favorable au partage des fichiers d’identification des chats et des chiens de tous les États membres.

    10 Mars 2016
  • La jeunesse s’engage pour la Journée mondiale de la vie sauvage

    ProtectionUne nouvelle génération, sensibilisée à l’urgente nécessité de protéger les animaux contre la criminalité et les problèmes environnementaux, veut faire entendre sa voix et s’engage à l’occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage, ce vendredi 3 mars.

    03 Mars 2017
  • Un premier diplôme en France pour le droit des animaux

    ProtectionAlors que le code civil a fait évoluer le statut juridique de l’animal, l’université de Limoges a créé le premier diplôme universitaire consacré à la question complexe et méconnue du droit animal. Une initiative soutenue par la Fondation 30 Millions d’Amis.

    07 Décembre 2016
  • Peut-on faire de son animal son héritier ?

    ProtectionDécédée à l’âge de 95 ans, Jeanne Augier, la célèbre propriétaire du Negresco, à Nice, avait prévu de léguer une partie de sa fortune aux animaux dont elle a toujours été une grande amoureuse. Une partie seulement car le droit français ne permet pas toujours de faire de son animal son unique héritier.

    09 Janvier 2019
  • Une image choc pour lutter contre la captivité des cétacés

    ProtectionL’association C’est Assez! organise une campagne d’affichage dans le métro parisien, du 2 au 8 mai, pour sensibiliser le grand public à la souffrance et à la mortalité auxquelles sont confrontés les orques et les dauphins en captivité dans les parcs d’attraction.

    02 Mai 2017
  • Décès d'une orque à Marineland : une plainte déclarée irrecevable

    ProtectionLa plainte déposée par Sea Shepherd suite au décès d’une orque dans le parc Marineland, en 2015, a été jugée irrecevable par le tribunal, à cause d’un problème de procédure. L’ONG assure poursuivre le combat.

    09 Novembre 2017
  • Un Code de l'animal voit le jour en France grâce à 30 Millions d'Amis

    ProtectionÉdité par la Fondation 30 Millions d’Amis, ce Code rassemble les articles de lois défendant les droits des animaux et constitue une nouvelle étape d’envergure après l’évolution historique du Code civil en 2015, reconnaissant les animaux comme des êtres sensibles.

    26 Mars 2018
  • Les animaux au cinéma : pour de meilleurs contrôles

    ProtectionUne vidéo choquante prise pendant le tournage du film américain 'Mes vies de chien' provoque de vives réactions et pose la question de l’utilisation des animaux dans l’industrie du cinéma.

    20 Janvier 2017
  • Sensibilisation des enfants aux animaux : le rôle de l’école

    ProtectionIntellectuels, associations et entreprises proposent de faire entrer un enseignement éthique et pratique sur les animaux dans les écoles.

    23 Février 2017
  • La reproduction des dauphins en captivité n'est pas interdite

    ProtectionLe Conseil d'Etat a annulé lundi un arrêté ministériel interdisant la reproduction des dauphins en captivité, comme le demandaient trois parcs marins dont le Marineland à Antibes.

    29 Janvier 2018
  • Si j'achète un animal, quels papiers dois-je attendre ?

    ProtectionVous achetez un animal. Le vendeur doit vous remettre les papiers concernant votre nouveau compagnon. Lesquels ? Animaux-online vous dresse la liste.

    09 Janvier 2016
  • Un statut de 'personne animale' dans le Code civil ?

    ProtectionLa Fondation 30 millions d'amis a réclamé ce lundi un statut de 'personne animale' dans le Code civil pour mieux défendre et protéger les animaux. Cette demande fait suite à un sondage Ifop réalisé à la demande de la Fondation soulignant que 7 Français sur 10 sont favorables à cette évolution juridique.

    21 Octobre 2019
  • Le chien n'est pas un bien de consommation remplaçable

    ProtectionDécidément, les animaux restent au centre des débats juridiques et la décision de la Cour de cassation du 9 décembre 2015 (dont la publication confirme l’importance) a confirmé que le chien, animal de compagnie, n’est pas susceptible de remplacement au sens de l’article L. 211-9 du Code de la consommation. Cette décision a été abondamment commentée.

    10 Mars 2016
  • Une pétition contre l'euthanasie d'un animal en bonne santé

    ProtectionEn France, tout propriétaire d'un animal de compagnie peut le faire euthanasier sans motif exigé. Aucune loi ne l'interdit. C'est ainsi que, parfois, un chien ou chat en bonne santé peut être amené chez un vétérinaire si sa famille n’en veut plus, et être endormi définitivement. Une pratique qui va pourtant à l’encontre des valeurs de nombreux vétérinaires…

    20 Avril 2016
  • Les avocats au chevet de l’animal

    ProtectionMaître Desvallon, avocate au Barreau de Paris, a créé un groupe réunissant vingt avocats du Barreau de Paris pour travailler à la création d’un statut juridique propre à l’animal, inexistant aujourd’hui.

    24 Novembre 2017
  • Disparition : Tom Regan, théoricien du droit des animaux

    ProtectionLe philosophe américain, auteur d’un ouvrage fondateur pour la pensée moderne sur la condition animale, est décédé à l’âge de 78 ans. Il laisse en héritage la notion de droits moraux et de respect des animaux, comme l’explique son traducteur en français, Enrique Utria.

    21 Février 2017
  • La liste positive d’une passionnée

    ProtectionA peine diplômée en droit animalier*, Célia Fontaine a reçu le prix Jules-Michelet de la Fondation 30 Millions d’Amis pour sa proposition de loi d’une Liste positive des mammifères exotiques détenus par les particuliers.

    25 Avril 2018